AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kassidia Nadaho
Pirate Novice
Pirate Novice
Messages : 42
MessageSujet: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Mer 30 Juil - 2:00

C’était une belle journée ensoleillée. Le soleil brillait de mille feux et recouvrait le ciel de son imposante présence.  Ses rayons chauds caressaient ma peau comme s’il était l’amant de mon corps faisant ainsi grimper la chaleur corporelle ce dernier. Un vent chaud accompagnait cet astre du jour ne nous laissant aucun répit. L’environnement était étouffant et l'on y respirait mal. Il n’y avait aucun nuage à l’horizon, donc aucun signe de pluie. D’un côté, c’était tant mieux, car ce mélange n’apporterait rien de bien en mers. Une tempête ne serait point appréciée et je n’avais pas envie de finir mes jours dans les profondeurs océaniques sur lesquels nous voguions. J’étais consciente de la malédiction qui pesait sur moi depuis bien des années maintenant. Vogué sur les mers était sûrement la chose la plus dangereuse dans ma situation, mais c’était ce que je voulais le plus. De plus, le danger ne me faisait pas peur! Par contre, je n’aurais pas dit non à un peu d’eau pour m’hydrater. Si ce n’était pas de la sueur qui perlait sur mon front, je crois bien que je me serais bien vite asséchée sur place. Il me fallait bien faire quelque chose pour compenser à cette chaleur. C’est pour cela que j’enlevai bien vite ma veste lilas que je déposai non loin de moi. J’étais maintenant qu’en simple soutien ne me souciant absolument pas des regards qu’on pouvait me jeter. Il faisait chaud et moi aussi j’avais le droit de me sentir bien même si cela ne faisait aucune différence et que ma peau ne tarda pas à rougir. Bref, je menai d’une main aguerrie le précieux navire de mon capitaine à notre prochaine destination. J’accostai le navire au port. Pourquoi au port me demandez-vous? C’est assez simple! Nous n’avions aucunement l’intention de nous cacher et puis, qu’est-ce qui pourrait nous arriver? J’avais confiance à nos capacités et Nathanael n’avait qu’une chose en tête : que l’on parle de nous. Plus le navire sera vu, plus on nous connaîtra et nous craindra. Une fois l’ancre jetée à l’eau, je pris le temps d’amener mon sac contenant tout ce dont j’avais besoin, soit ma veste. Je tâtai mon pantalon afin de m’assurer que ma bourse y était et pour ce qui était de mes armes, elles étaient déjà sur moi. Pour ma part, j’étais prête à mettre pied à terre. Je m’approchai alors de mon capitaine déterminé, cette fois-ci, à le suivre où qu’il aille. Je n’allais pas rester derrière comme nos deux dernières escales. J’avais raté toute l’action et il ne m’avait rien laissé! Même pas de petites miettes.

« Je propose de manger un bout et de trouver un endroit frais où l'on pourra se refroidir, parce que je me sens comme un homard. Je n’ai pas très envie qu’on marque sur ma tombe que je suis décédée en ayant cuit au soleil… »

Je ne savais pas ce qu’il advenait de notre troisième membre, car ce dernier s’affairait à faire ces petites besognes. Il m’avait été possible de discuter avec lui lorsqu’on m’avait demandé de vendre la cargaison que nous avions réquisitionnée, mais il n’était pas très bavard. Chaque fois que je le questionnais sur son peuple, il me répondait vaguement et restait toujours mystérieux. Peut-être qu’il était timide ou ne me faisait-il pas confiance. Quoique c’était normal… Finalement, je m’approchai de la rambarde pour regarder le quai. Il y avait plusieurs pêcheurs et marins qui semblaient revenir de mer. À quoi bon tenter de pêcher à cette chaleur? Les poissons allaient mourir et perdre de leur fraicheur en quelques instants. Je me dépêchai alors de mettre la rampe pour que l’on puisse descendre et je fus la première à passer devant. Je sentis quelques regards sur moi. J’étais toujours en soutif, c’était normal et je ne comptais pas pour autant remettre ma veste. Il faisait bien trop chaud pour cela. Je me mis donc en marche, le sac à l’épaule, en quête d’un endroit où il nous serait possible de nous sustenter convenablement tout en ne coûtant pas trop cher…

Je me déhanchai comme à mon habitude et cela faisait faire quelques rebonds à ma poitrine. Cela ne me gênait pas. C’était plutôt amusant en fait. Après quelques minutes de marche, je remarquai que l’architecture était régulière. Nous nous trouvions dans une petite ville où les maisons étaient hautes et très serrées. Les rues n’étaient pas très larges et le sol était recouvert d’un pavé brun et beige. Nous nous trouvions dans la rue commerçante. Les kiosques commençaient à se faire de plus en plus nombreux et les marchands s’approchèrent de moi comme si j’étais une marchandise rare. Certains me tirèrent le bras pour que je leur prête attention. Chacun tentait de me vendre leurs marchandises. L’un me mettait un poisson sous le nez me demandant de le sentir pour voir à quel point il était frais alors qu’il sentait mauvais. Un second me montrait des pièces de vêtement me disant que cela m’irait à ravir. Un troisième chercha à me faire goûter quelque chose qui ressemblait à du vomi de chat. Je fus rapidement prise de dédain et je refusai tout ce qu’on me montrait. Je dus jouai de l’épaule pour me permettre d’avancer à nouveau. Sauf qu’à ce moment, quelqu’un passa au pas de course à mes côtés me bousculant à l’épaule. Puis une troupe passa quelques instants plus tard tout en hurlant au voleur. Sauf qu’on ne préféra pas passer à côté de moi. Non, on me percuta de plein fouet m’envoyant ainsi valdinguer sur l’étalage d’un marchand qui heureusement pour moi vendait de beaux bijoux. Attirée par tout ce qui était brillant, je pris ce que je pouvais, le plus subtilement possible, et les glissai dans mes poches. Le marchand n’ayant rien vu de cela vint vers moi pour m’apporter son aide. La table s’était brisée sous moi et je ne me sentais pas désolée.

- Vous allez bien, mademoiselle?
- Oui, ça va, dis-je en me levant. Il s’est passé quoi à l’instant?
- Oh, il est assez courant de voir ce genre de chose. Il y a toujours des voleurs qui nous embêtent. On se défend comme on peut.

Je me mis donc à la recherche de mon sac que je ne trouvai nulle part pour finalement réaliser que je venais de me le faire voler.

« Tssss…. Saleté de voleur! Comment ose-t-il me voler moi?!  Enfin, au moins il n’y avait rien d’important dans ce sac, mais n’empêche que j’aimerais bien lui régler son compte à ce connard! »

J’étais en colère contre ce dernier et contre moi-même. Je donnai alors un coup de pied dans l’étalage en miette. L’envie de courir après cette personne était bien présente, mais la patience vient à bout de tout comme me disait si bien mon maître d’armes.

« Si je reste une minute de plus ici, je crois que j’étrangle avec ses trippes le prochain qui me propose quelque chose… »


Dernière édition par Kassidia Nadaho le Lun 4 Aoû - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyookoo Ketsueki
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Age : 24
Messages : 192
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Jeu 31 Juil - 23:44

L'énorme gros porc avait fini par venir avec nous, une chose que je n'aurais jamais crue possible, mais au final, son gras pouvait être utile dans notre quête. La confiance risque cependant de mettre du temps à s'installer... Enfin, ce n'était pas ça le pire, en plus d'un gros tas, j'avais récupéré quelque chose d'exceptionnelle, j'étais devenu l'égale du héros des légendes... Le grand Cortez, j'étais finalement le faucon de tonnerre ! La mer m'avait maudit mais en échange, j'avais fait mienne l'essence de la foudre et son pouvoir... Je venais de manger le logia de la foudre ! Enfin, maintenant que nous étions trois et que nous devions transporter un mec qui faisait passer un obèse pour un anorexique, on a dû procéder à quelques modifications sur la barque pour qu'elle tienne. On avait rajouté de la ferraille pour que Sawyer nous aider à la faire flotter et ça ne devait pas être de tout repos pour lui.

Le soleil était à son zénith et il n'y avait pas l'once d'un nuage à l'horizon. Le destin semblait nous avoir à l'oeil, notre embarcation qui se trouvait déjà dangereusement près de l'eau n'aurait pas supporté une vague de plus de soixante centimètres ! Ainsi, la petite île sur laquelle nous avions fait escale était bien venu et nous aurons l'occasion se peut être mettre la main sur une barque un peu plus grosse, ou de rajouter plus de métal sur l'autre, c'est au choix ! Nous avions décidé de se séparer un peu histoire de faire quelques courses. Hill était chargé de s'occuper de notre ravitaillement étant donné qu'il semblait avoir un don pour arnaquer les gens et que, mais ça je ne lui avais pas dit, c'est le seul à avoir de l'argent de nous trois !

Ainsi, je m'étais enfoncé dans la ville qui était plus accueillante. Et j'ai rapidement j'ai trouvé de quoi m'occuper. Quelqu'un avait laissé traîner sans surveillance un stock de pastèque ! Bon, j'avais déjà fait le coup de citrouilles aphrodisiaques... Pourquoi pas les pastèques qui font repousser les cheveux ? Non, trop classique ! Les citrouilles qui éloignent les belles-mères ! Ça c'est une idée de génie ! Je me suis donc tranquillement procurer quelques fruits et j'ai commencé mon affaire. Qui a rapidement attiré du monde et j'ai fini par vendre mes précieuses pastèque. Avant que les premiers clients se rendant compte de l'arnaque ne reviennent, j'étais sur le point de me faire là mal quand un marchand mécontent accompagné d'une troupe de garde est venu me demander où j'avais trouvé ses fruits...

Devant la pertinence de la question, après les avoir tenus en haleine quelques secondes, soulignant la pertinence de leur demande. J'ai pris mes jambes à mon coup dans la direction opposé à celle des gardes. Tenant de les semer, mais ils étaient plutôt tenaces, après les avoir emmené dans les ruelles de la ville, ils savaient où j'allais moi pas... Avec de la chance, je me suis retrouvé dans la rue principale, enfin ce qui y ressemblait. Slalomant entre les gens j'ai bousculé de nombreuses personnes. Je me suis même retrouvé avec un sac accroché à la ceinture, pas la moindre idée de ce qu'il contient ni d'à qui il ait. J'avais autre chose en tête ! Je commençais à avoir le souffle court et un violent point de côté. Mes poursuivants bien accrochés à mes basques....

Et finalement, j'ai choisi le mauvais tournant à l'intersection, je le savais que j'aurais dû aller tout droit bordel de merde ! Toujours aller tout droit, les aventuriers n'y vont jamais, c'est donc la direction la plus logique. Ainsi, je me suis retrouvé acculé dans une impasse à faire face à une horde de garde le souffle tout aussi court que les miens, certains s'étaient même mis sur le côté pour vomir et d'autres arrivaient doucement se tenant les côtes, la rage dans le regard. Mais ils en restaient suffisamment de vivaces pour me braquer avec leurs fusils. Ils m'ont demandé de me rendre, j'ai alors fait le plus beau des doigts d'honneur de ma vie, qui allait sûrement s'arrêter là, c'était plutôt con d'ailleurs... Un grand silence, puis les détonations ont retenti. Puis, là où les balles auraient dû faire des trous dans ma chaire, il n'y avait que des petits crépitements électriques et mon corps se reformait, entouré d'éclairs !

« - Putain, c'est vrai que je peux faire ça, j'avais oublié cette connerie ! »

_______________________________________________________

Merci à Amandja pour l'avatar


Dernière édition par Kyookoo Ketsueki le Sam 9 Aoû - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-nub.forumactif.org/#contexteNUB
Nathanael Rackham
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 635
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Dim 3 Aoû - 11:03


Finalement, le calme ne faisait pas vraiment partie de mon vocabulaire. Alors que nous devions seulement faire escale sur une petite île pour se faire oublier quelques temps, le destin en avait voulu autrement. Mais ce n'était pas plus mal au final, j'avais en horreur toutes les mièvreries que j'avais eu l'occasion de voir dans cette petite ville qui suintait le bonheur. Seul regret au compteur, le refus de l'autre obèse à rejoindre mon équipage. Cependant nous étions arrivés à un accord qui je le pense convenait aux deux protagonistes que nous étions. Quoi qu'il en soit, après cette brève escale l'équipage de l'Enfer Ecarlate que je menais avait repris la mer en quête de notre prochaine destination. Cette dernière étant encore inconnue, je songeais de plus en plus à établir une feuille de route bien précise, arrêter de naviguer sur les flots au hasard d'îles en îles. J'avais des projets en tête, il était primordial que je structure tout cela afin de faire de mon équipage le plus craint des Blues, du moins dans un premier temps. Mais pour faire ça de manière sereine, il nous fallait accoster à nouveau. Bon, sauf si effectivement on tombait sur une autre de ces villes mielleuses, je tenterais de faire un petit effort dans la mesure du possible, histoire de ne pas tout réduire en cendres dès mon arrivée.

Par chance sur le chemin nous étions tombés sur un petit navire pirate sans grande prétention. Il allait pouvoir servir de défouloir avant notre arrivée à destination finale. Sans aucune tête primée à leur bord leurs chances de nous survivre étaient bien faibles. Avec la plus grande des facilités nous avons prit le contrôle du second navire et à ma demande, nous avons fait des prisonniers, contrairement à d'habitude. Malheureusement pour ceux ce n'était pas nécessairement pour longtemps. Avec la découverte de mes nouveaux pouvoirs sur Baterrilla face à la bougie il était devenu clair qu'il me fallait maitriser de toute urgence ces talents que l'on m'avait accordé. Après de nombreux essais intensifs sous la surveillance médical de Zarfanis notre médecin de bord, les prisonniers avaient passés de vie à trépas et pour ma part je comprenais d'avantage le potentiel qui m'était alloué. Pour l'heure cela devrait être des plus suffisant.

Après quelques jours à naviguer nous arrivions enfin en vue de notre prochaine destination, encore une île inconnue. Fallait vraiment qu'on prenne le temps de se renseigner sur les endroits où nous décidions d'accoster. Ca me ferait vraiment chier de jeter l'ancre sur une zone contrôlée par la Marine et de crever comme un con parce que nous n'aurions pas été capable de lire une putain de carte. Bref, alors que ma navigatrice, miss gros nibard s'était dévêtue sous mes yeux, ne portant qu'un simple et ô combien affriolant soutien-gorge en guise de haut, pour ma part, assis à la poupe du navire je ne portais qu'un simple pantalon de toile rose des plus léger laissant mon torse dénudé prendre la brise et le soleil. D'ailleurs si j'avais choisi de m'installer à l'arrière du navire ce n'était pas vraiment pour des raisons cosmétiques mais uniquement pour profiter des formes généreuses que ma navigatrice agitait sous mes yeux.

Spoiler:
 

Alors que nous accostions, un craquement se fit entendre à la proue. D'un bond je traversais le navire afin de prêter attention à ce que nous venions de percuter. A en juger par les rames qui flottaient à côté de planches de bois renforcées d'armatures métalliques il ne faisait nul doute que ce n'était qu'une simple barque. Bof, aucun intérêt. Cependant, il fallait tout de même faire attention à un point des plus important, Charon, celui qui depuis le début nous portait sur son dos.

- Eh Kassi fait attention bordel ! T'as pété un rafiot pourri en accostant. T'aurais pu abîmer notre sublime navire. Enfin bon, c'est pas si grave Charon n'a rien et l'autre rafiot a coulé Nozahahahah !
- Bon ! Il est temps de mettre pied à terre. Quartier libre pour tous. On décolle dans deux jours, d'ici là, occupez-vous et si vous voyez des trucs à piller sans trop de mal n'hésitez pas à garder ça sous le coude, on s'en occupera  avant de lever l'ancre.


Je fus le premier à mettre pied à terre, laissant les autres sur le bateau vaquer à leurs occupations. Sur le ponton, Kassi proposa qu'on se repose dans un endroit frais en profitant des mets locaux.

- Ouais ouais si tu veux ma grande. Trouve un coin sympa, je repasse ici dans une heure, faut que je me dégourdisse les jambes. Oh et puis ... j'aime quand une femme est échauffée et dégoulinante de sueur, ne change rien, ça me donne de grandes idées et de grandes envies.

Sur ces paroles, je laissais ma navigatrice et sa surcharge mammaire sur place. Encore quelques heures en plein soleil et je n'aurais plus qu'à la cueillir, elle serait à point pour la suite. Un futur moment d'anthologie. Je n'avais pas réussi à me satisfaire avec cette foutue caporale de la Marine, c'était donc avec miss gros nibards que j'avais décidé d'assouvir tous mes plaisirs charnels inassouvis.

Déambulant au hasard dans les rues bondées, mon attention fut attirée par une type qui aguichait le chaland avec tout un tas de trucs étranges, des espèces de grosses pastèques difformes et oranges. Je sais pas ce que c'était mais à voir le monde acculé autour du vendeur il n'y avait aucune doute à avoir, il m'en fallait une à moi aussi. Malheureusement alors que j'arrivais au Saint Graal que j'attendais, après avoir repoussé sans mal les badauds tout autour, l'homme à la peau mate et à l'allure athlétique bien que d'un physique largement moins imposant que le mien se mit à détaler comme un lapin.

- Eh oh ! Reviens enfoiré ! J'en veux aussi de tes trucs ! Reviens je te dis !

Mes paroles s'étaient évanouies dans le tumulte provoqué par sa fuite cumulée à l'arrivée bruyante de soldats de la Marine qui le pourchassèrent après un bref échange au beau milieu de tout ce petit monde et sous la plainte d'un marchand en colère qui railla à sa cause les quelques personnes encore présentes. M'approchant de lui, les yeux emplis d'une certaine colère, ce dernier me percuta. Cela en était trop !

- Bordel, même quand je suis pénard on vient me faire chier !
- Que ... ?
- Toi tu la boucles ok ! J'avais pas eu ma pastèque orange moi ! Je la voulais et t'es venu foutre ton bordel  alors m'emmerde pas ! T'AS PIGÉ  ENFLURE ?

Sans autre avertissement j'envoyais avec grand plaisir, un sourire sadique accroché à mon visage, mon poing aussi volumineux que sa tête dans sa figure de petit rat. Le coup le projeta avec une tlle violence qu'il vola jusqu'au reste de sa dans sa marchandise, détruisant une partie du stock au passage. Quant à lui aucun mouvement. Qu'il crève, pas de pitié ce genre de déchet de l'humanité. Ma bonne humeur et ma sympathie pour cette ville venait de s'évanouir avec l'intervention de l'armée. Sans attendre je prenais à mon tour le pas des soldats les poursuivant à travers les ruelles. Provoquant moult tumultes sur leur passages ils étaient d'une facilité déconcertante à suivre. Sur le trajet de mon gibier se trouvait ma navigatrice qui affichait elle aussi une mine toute aussi énervée que la mienne. Quel manque de bol pour cette foutue île. Ils venaient d'énerver le mauvais équipage. M'arrêtant à sa hauteur je fus le témoin de ses paroles proférées sans nul doute sous le coup de la colère. Quant à ce que j'en pensais ? C'était ce qu'il fallait faire, laisser éclater toute cette rage. Pour une fois que nous n'avions pas d'intentions belliqueuses les emmerdes venaient à notre rencontre.

- Ah ouais ? T'étrangles avec ses trippes le prochain qui te propose quelque chose ? Et si je te propose d'aller péter la tronche à ses enfoirés de soldats tu décides quoi Kassi ?

Sans attendre sa réponse que je pensais déjà connaitre de toute manière je me remis en chasse. Ma course se termina donc dans une impasse en même temps que ceux que je poursuivais. Devant moi quatre soldats mettaient en joue mon vendeur qui avait détalé comme un lapin. Malheureusement il ne m'avait pas été donné assez de temps pour intervenir que le type se faisait tirer dessus sans ménagement. A ma grande surprise les projectiles le traversèrent sans la moindre difficulté. Bordel de merde, encore un de ses foutus bouffeur de fruit du démon. Seulement cette fois la situation était tout autre. Je n'était pas là pour me battre avec lui. Quoi que la dernière fois non plus d'ailleurs. Dans la foulée, c'était à mon tour de passer à l'action. Sans Nozarashi que j'avais délibérément laissé sur le bateau pour qu'elle aussi puisse se reposer un peu je n'avais d'autres solutions que d'utiliser à mon tour ma malédiction pour en finir avec ces abrutis . Avec un poing de poison d'environ deux mètres je frappais d'un seul mouvement les quatre futurs cadavres qui étaient sagement tassés devant moi. Recouverts d'une substance visqueuse écarlate, le quartet de la Marine s'écroula au sol, leurs chairs se nécrosant à vue d'œil.

Faisant fi du tumulte qui s'activait derrière moi  j'avançais vers le marchand à la sauvette, envoyant valser à quelques pas l'un des corps en décomposition qui trainait devant moi.

- Eh le logia ! J'ai pas eu de pastèque orange moi ! J'en veux une !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Sawyer
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Age : 34
Messages : 141
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Lun 4 Aoû - 13:19



Enfoiré de gros tas. C'est sur cette douce pensée que Jack avait fini par foutre au ponton le bateau de pêche qui servait au Stormborns de navire. En effet le gros Church Hill avait rejoint les rangs de l'équipage, le duo était désormais trio bien que le bandit était un trio par lui même par son poids de baleine. Une demi tonne le saligaud mais quel boule de graisse! Heureusement qu'il avait une raison d'être rembourré comme ça et une bonne sinon Jack l'aurait laissé celui-la. Pour faire flotter la barque, du fer avait était ajouter un peu partout sur la barque à voile pour que Jack rehausse le niveau de flottation de l'embarcation. C'était crevant et Jack utiliser constamment ou presque son pouvoir, l'homme ne tenait que par le pouvoir des épices, des boissons aux couilles de taureau et à la gnôle. Quelques fois, il sortait de ses micro-sieste par des tapes amicales de Ketsueki qui se transformait en supplice. En effet le sauvageon avait réussi à se maudire en bouffant un fruit pourri tout comme Jack et Church, l'homme avait trouvé rien d'autre qu'à devenir un homme électrique, un homme éclair... Il était comme l'envoyé du dieu mariniste Zutriep celui que l'on nommait le lanceur d'éclair.

Une fois débarqué la petite troupe se sépara, l'un à gauche, l'autre à droite, Jack tout droit. Il rentra dans une auberge et commanda un plat de viande et des litres de café, sans oublier le rhum à y foutre dedans. Après avoir rechargé un peu ses batteries l'homme alla prendre l'air, il s'acheta une demi douzaine de pomme et en avalant deux en quelques minutes. Mangez des pommes disait le Capitaine Jirack, c'est bon, c'est énergisant, il y a de la pectine dedans! Il continua ensuite sa balade pour trouver un bordel. Après avoir tirer son coup, l'homme aurait taper une grosse sieste sur les seins de la prostituée qu'il aurait baisé mais pour cela fallait déjà trouver l'établissement. C'est au détour d'une rue qu'il tomba sur un étrange spectacle, une main en slime venait de lécher le corps de quatre marines, la main venant d'un grand gars à moitié à poil avec un froc rose à fleur, le pire était que derrière le gars se trouvait le Capitaine des Stormborns. Jack ricana, algré la fatigue qui le tenait encore un petit peu, il ne put s’empêcher de sortir une blague vaseuse.

_ Je savais pas que t'aimais taper dans le plumeau Ketsu, je vais faire gaffe en prenant ma douche maintenant... C'est qui ton grand copain? Il a une tête à s'appeler Gunther, je me trompe? Hé deude, you teutche maille tralala? Héhé.

Jack sortit une nouvelle pomme et la croqua à pleine dent, c'est alors qu'une autre personne arriva dans la rue, une belle blonde bonne et à croquer comme une pomme. Jack lui fit un clin d'oeil et la salua.

_ Une amie à toi Cap'tain? Où une à toi Gunther? Sinon on reste dans la ruelle à coté des momies gluantes et on attend la suite de la compagnie? Ou on file ailleurs pour se taper un brin de causette ou un petit verre? Ou bien autre chose... Mademoiselle cela vous tente?

Sourire moqueur et dragueur à la fois, la quadragénaire se rapprocha un peu de Ketsueki tout en continuant de bouffer sa pomme, la fatigue passait petit à petit. Alors ennemis ou amis Mister Plumeau et Miss Roploplo Blondie?




_______________________________________________________
Quand on veut défendre les libertés, on est bien obligé de constater que l’on va à contre-courant de l’histoire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hill Church
Pirate Novice
Pirate Novice
avatar
Age : 25
Messages : 53
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Lun 4 Aoû - 16:04

    Sale vieux pervers magnétisé... Ça se dit navigateur, mais c'est même pas capable de naviguer avec un gentleman tel que notre mafieux à bord. Il sortait des excuses, essayant de forcer Church à se sentir mal pour son poids, lui disant que le navire allait couler et qu'ils allaient toucher se noyer telles des enclumes à cause que sa seule présence faisait craquer les planches du petit rafiot de pèche des StormBorns. Était-ce de sa faute si ces débiles n'avaient pas les moyens de s'acheter un navire digne de se nom? Capable de soutenir tout le poids de la grandeur de notre héros? Non. Il avait fourni à l'indien son fruit, c'était bien assez pour payer sa présence sur ce bout de bois flottant, il n'avait pas à payer leur navire en plus... Sa fortune était à lui seul, s'ils voulaient avoir une meilleure embarcation, qu'ils en volent une! Soupirant à l'idée de devoir passer une nouvelle semaine à endurer les plaintes du pervers notre géant de graisse continuât sa route afin de trouver une activité qui lui permettrait de passer sa rage... Quelque chose d'agréable... Du genre rendre la vie d'un des habitants de cette île pourrie encore plus merdique.

    Il se déplaçait calmement dans les rues de cette petite ville, sachant qu'il n'osait pas aller plus vite que la marche, ses genoux n'arrivaient généralement pas à tenir le coup. Soudainement, alors qu'il ne faisait que traverser une intersection, faisant tomber des pots de fleurs à chaque pas, un Ketsueki apparut dans son champs de vision limité par son gras, fuyant ce qui semblait être une petite troupe de la marine. Débile d'indiens, il ne pourrait faire qu'une bouchée de ces incompétents, surtout considérant qu'il était maintenant invulnérable aux balles, gracieuseté de Hill. Soupirant de nouveau, notre gras-double laissât passer les quelques éléments qui perturbaient le clame maladif de cette ville pour continuer son chemin, il devait trouver un endroit où rendre la vie des gens misérables et se faire un max d'argent avant que l'ennui de l'emporte. Heureusement, le destin souriait toujours à notre cher mafieux qui fut surpris de trouver une petite banque, bien installée dans un bâtiment chaleureux de trois étages, quelques rues plus loin. Il y entrât, faisant tous les efforts du monde pour ne pas détruire la porte au passage, ces gens aimaient faire des entrées pour nains anorexiques. Church fut accueillit par le sourire amical d'une jolie jeune femme, installée derrière son comptoir, ne se souciant d'aucun danger.

    - Bonjour monsieur, comment puis-je vous aider?

    - Beau bâtiment que vous avez là...

    - Oh... Heum... Oui, il fut construit il y a de nombreuses années par notre fondateur Sir...

    - Calme les cours d'histoire, je suis là pour affaires. Je viens prendre possession de votre petite entreprise, pouvez-vous me mener à votre supérieur?

    - Je suis désolé monsieur, nous ne sommes pas à vendre, nous sommes une coopérative bancaire fondée pour aider...

    Malheureusement, la jeune dame n'avait pas eu le temps de termine sa phrase, prenant un air irrité, Church n'avait que faire de ses excuses, il voulait cette banque, il aurait ce banque. Donnant un puissant coup de poing sur le comptoir de la jeune dame, il s'assurât de mettre suffisamment de puissance pour le faire exploser sans détruire toute la banque. La jeune dame fut projeté au fond de la pièce par le choc et les quelques vieilles personnes présente dans la banque disparurent rapidement, probablement en direction du centre de la marine le plus proche. Heureusement, Church avait correctement calculé son aventure et fit simplement un pas vers le côté, arrivant au second comptoir à moitié détruit par sa précédente action, un petit homme roulé en boule pas loin de là, visiblement le second employé.

    - Je n'aime pas me répéter alors écoute bien. Je viens prendre possession de votre petite entreprise, pouvez-vous me mener à votre supérieur? Merci.

    - Tout ce que vous voulez monsieur! Venez à l'arrière et montez l'escalier, notre fondateur se trouve dans son bureau... Me tuez pas!

    - Merci mon brave, si la marine pose des questions, il y a eu une fuite de gaz.

    Malheureusement, l'employé était trop occupé à ramper dans se propre urine en direction de sa collègue pour répondre. Hill enjambât le comptoir détruit et se dirigeât vers l'escalier en faisant trembler la structure même du bâtiment à chacun de ses pas... C'est maisons étaient vraiment faites pour des anorexiques. alors qu'il arrivait à l'escalier, l'employé mâle prit sa collègue dans ses bras, lui chuchotant quelques phrases qui n'importaient que trop peu notre héros. Finalement, les yeux pleins d'eau et le morve qui lui coulait du nez, l'employé interpella notre grassouillet.

    - Monsieur! Elle sent plus ses jambes!

    - Rien à foutre, coupes lui et vends les si elles ne lui servent plus à rien.

    Notre imposant personnage continuât sa marche vers l'escalier, montant chaque marche en s'assurant qu'elle ne lâcheraient pas. Les craquement sourds lâchés à chaque pas n'auguraient rien de bon, mais Church espérait au moins pouvoir monter, il pourrait redescendre à la dure si nécessaire. Alors qu'il était environs à mi-chemin, c'est long monter des escaliers quand vous pesez 500 Kg, l'espace offert entre les deux murs étaient devenu trop faible pour permettre au corps entier du Church de passer, essayant malgré tout de se contorsionner pour passer, les murs n'appréciaient pas beaucoup de firent comprendre leur mécontentement en cédant sous le poids et le volume imposant du criminel. Cependant, ce ne fut pas le mur intérieur qui avait lâché, mais plutôt le mur en brique extérieur, faisant tomber par le fait même le gras par le trou ainsi crée, se dirigeant vers la ruelle tel une massive bombe de plomb. Il ne tombait que d'un étage et demi dans une ruelle où se trouvait, par pure coïncidence, son capitaine et une bande de marine visqueux, mais malgré tout, son contact avec le sol fut suffisant pour faire trembler la ruelle en entier, produisant un bruit d'explosion qu'on pouvait entendre à ses kilomètres de là. N'empêche, 500 Kg qui tombe de trois mètres de haut, ça vous crée un de ces cratères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassidia Nadaho
Pirate Novice
Pirate Novice
Messages : 42
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Lun 4 Aoû - 23:44

Toujours en colère, je n’avais pas remarqué mon capitaine qui venait dans ma direction. À vrai dire, il suivait lui aussi le voleur et ses poursuivants. Mais qu’est-ce qu’il faisait? Il y avait sûrement bien mieux à faire que ça non? Après tout, qui voudrait bien s’en prendre à ce dernier? Il n’y avait que les imbéciles pour cela. Tout comme moi, ce dernier était maintenant l’heureux propriétaire d’un fruit du démon. Nous étions tous les deux maudits par les mers. Et s’il devait arriver quelque chose à l’un de nous deux? Qui nous sauverait de la noyade? Bien sûr, il y avait le poiscaille, mais si lui n’était pas disponible? Qui nous sauverait? Enfin, Nathanael fut témoin de mes dernières paroles et s’arrêta près de moi afin de m’inviter à casser la gueule de cette bande de cons. Un sourire en coin s’afficha sur mon visage d’ange. Il savait utiliser les mots pour me convaincre. Un simple « tssss » s’échappa d’entre mes lèvres puis je le suivis au pas de course. Il était bien plus rapide que moi et me distançait rapidement, mais il restait facile à suivre. D’ailleurs, je ralentis le pas, car je savais qu’il ne me laisserait rien. Je n’assistai pas au combat de mon capitaine.

Quand j’arrivai dans l’impasse, il n’y avait que trois hommes sur pieds. Il y avait Nath’ qui devait avoir mis K.O les quatre hommes qui se trouvaient au sol dans un piteux état. Leur état et leur odeur me firent plisser le nez de dégoût. Il y avait aussi un second homme que je ne reconnaissais pas. Il me remarqua bien assez tôt et ne put s’empêcher de passer un certain commentaire désagréable que j’avais pourtant l’habitude d’entendre. Je m’approchai alors de mon capitaine et me mis dans une position d’attendre. Mes deux bras étaient repliés sous ma poitrine soulevant cette dernière. Mes hanches étaient légèrement en oblique tandis qu’un de mes genoux était plié. Je toisai alors du regard l’homme qui semblait s’en être pris à mon capitaine et je lui retournai un sourire quelque peu moqueur.

«  Va savoir avec qui ou quoi tu as traîné. Je n’ai pas envie d’attraper ta maladie… Oups! Pardon. Je me suis trompée de maladie… la débilité, ça ne se propage pas. »

Puis je daignai enfin jeter un regard sur la personne qui se tenait maintenant à ses côtés et réalisai que cette enflure était en possession de mon sac à sa ceinture! C’était donc lui qui avait osé! Et puis c’était quoi cette histoire de pastèque… Ne me dites pas que le grand Nathanael le chassait pour avoir sa pastèque? En ce moment, j’hésitais entre la colère ou le découragement. Il m’était assez difficile de comprendre cet homme de base et voilà qu’il agissait différemment. Quoiqu’il avait toujours cette façon brutale de faire les choses.  

Enfin, je finis par bouger mes épaules et faire craquer chacun de mes os. J’avais décidé de laisser recours à ma colère. Cette espèce de voleur allait voir de quel bois je me chauffais! J’allais lui mettre une raclée puis récupérer mon sac!

« J’espère que tu es conscient de t’en être pris à la mauvaise personne. Je ne vais pas te faire de cadeaux. »

J’avançai doucement. Après tout, ce dernier était pris dans son coin et connaissant les hommes, ils allaient évaluer le niveau de danger que je devais représenter pour eux et comme j’étais une femme, ils allaient sûrement se moquer de moi. Et c’est à ce moment que je les surprendrais! Ou peut-être qu’ils m’empêcheront de faire sans même me laisser de chance. Bref, des bruits de craquements détournèrent mon attention et je me retournai pour regarder en direction du bâtiment. Des pierres commencèrent à tomber laissant place à un être humain? Quoi? C’était humain cette grosse chose? Cette masse dégringola de son perchoir faisant ainsi trembler le sol lors de l’impact. Je perdis pied, comme si une fois n’était pas suffisante dans une journée et tombai sur l’homme qui se trouvait devant moi. Beurk… pas de chance, c’était le macho débile que je m’empressai de repousser.

«  Ne va rien croire toi! »

La curiosité prit finalement le dessus. Je me relevai et alla voir le météorite.

« Pwouaaa…ça marche ça? Tu sais si t’avais envie de nous tuer, fallait nous le dire. On se serait bien gentiment mis sous toi… Tssss »

Moi qui croyais avoir la paix sur cette île et profiter d’un peu de repos. Il semblerait bien que cela ne soit pas possible. Car même après l’impact de cet éléphant (pardon à l’éléphant), des marines arrivèrent au bout de la ruelle. Plus malin que les autres, ils restèrent en retrait puisqu’ils n’étaient que 3. Ils mirent en joue leur arme à feu et ne me laissèrent que le temps de réagir.

« C’est bon! Je m’en charge! »

Je bondis sur le gros comme un trampoline et me retrouvai de l’autre côté du cratère entre les marines et les autres.

« Shield »


Une substance brillant de mille feux recouvrit ma poitrine ainsi que mon ventre. Trois balles prirent alors ma direction me touchant de plein fouet au niveau du torse. La première tomba écrasée sur le sol. La seconde ricocha vers un mur et la dernière retourna vers son envoyeur. Ce dernier se la pris entre les deux yeux. Je profitai alors de ce moment de confusion puis je fonçai vers mes ennemis que j’embrochai en plein estomac à l’aide d’un seul bras que j’avais pris le soin de transformer en pieux. Quand je ressortis mon bras, celui-ci était tout dégoulinant de sang. Les deux derniers hommes s’écroulèrent sur le sol sans vie. J’étais toute contente d’avoir enfin servit à quelque chose que j’en oubliai même mon sac! À vrai dire, j'en oubliai même le fait que je n'avais jamais parlé de mes pouvoirs à mon capitaine et que j'avais tout fait pour que personne ne voit vraiment ce qu'il était.  

«  Et si l’on bougeait d’ici avant que d’autre nous retrouve. Je n’ai pas envie de me retrouver derrière les barreaux! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyookoo Ketsueki
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Age : 24
Messages : 192
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Sam 9 Aoû - 23:18

Bon, dans le genre histoire qui finit de façon insensée, j'ai fait fort mais je crois que là, j'ai tapé un record ! Visiblement il n'y avait pas que les gardes qui s'étaient mis à me courir après mais un gros balaise qui pleurait après une pastèque... Il est mignon lui mais ça m'a tout l'air d'être un tout petit breton ! Dommage, j'aurais pu lui en vendre trois pour le prix de deux en me débrouillant bien ! Enfin, j'ai levé le sourcil quelque peu intrigué par ce qu'il venait de faire. En effet, une espèce de substance violette étrange avait emporté les pauvres gardes qui m'avaient couru après. Bon, je n'aurais pas à leur casser la gueule comme ça, c'était toujours ça de pris, j'avais gagné du temps ! Visiblement, il était accompagné d'une donzelle... Trois... deux... un... Bim, voilà Sawyer ! Décidément, les seins c'est plus efficace qu'une boussole avec lui ! Manque plus qu'Hill... Brusquement je sens un truc plutôt lourd sur moi et me rematérialise à quelques pas de là où j'étais !

« - Putain, il pleut des gros porc maintenant ! Tu pourrais quand même faire attention d'où tu mets ton gros cul merde Hill ! Ça serait bien qu'il se retrouve pas sur mon crane ! »

Puis, la donzelle qui était arrivé avec le gros barbare qui vomit des trucs violets par le bras s'est agité. Bien les femmes ça, beaucoup de bruit pour grande chose. Elle s'est mise à couiner, paillée et je n'ai pas compris grand-chose de ce qu'elle a dit. Elle a parlé d'un sac à un moment. Putain, c'est vrai que j'ai accroché un sac pendant la course-poursuite ! S'était donc le sien ! Les seins ? Non le sien ! Enfin bref, avant que le gros porc me tombe dessus elle semblait avoir voulu se battre avec moi, sûrement pour son sac. Mais des petites mouettes se sont mises à couiner devant nous et elle a préféré jouer à la chasse au poulet qu'avec moi. Dommage, je ne suis pas chasseur, mais je lui aurais bien glissé une cartouche ! Mais bon, elle s'était recouverte de quelque chose de brillant et qui avait l'air foutrement dur, un peu comme... le mur ! Les balles que les marines lui avaient tirées n'ont fait que rebondir sur elle ! Puis, elle a réclamé que tout le monde bouge ! Après avoir donné un coup de pied dans le gros derrière d'Hill pour le motiver, car ça allait être dur de courir avec ce gros porc, je me suis mis en avant !

« - Tiens, voilà ton sac gamine, pas la peine de brailler hein, suffit de demande gentiment ! »

Je lui alors lancé son sac puis, je me suis tourner vers Sawyer :

« - J'ai pas la moindre putain d'idée de qui son ces types ! J'étais en train de vendre des pastèques qui vont fuir les belle-mères, un classique, quand on, le mec à qui j'avais piqué les fruits s'est ramené un peu énervé ! Et bon, j'ai pris ma caisse et j'me suis tiré sans demander mon reste ! Les trucs morts là m'ont suivit et celui là aussi ! Mais bon, ils ont l'air marrant ! On peut les garder dit ? »

Une balle s'est alors figé dans ma tête, enfin elle aurait dû mais le logia de la foudre m'a encore une fois sauvé la vie, ça commence à faire beaucoup en si peu de temps là, je faisais comment avant pour crever comme un débile mois ? J'avais de la chance... Ouais, ça devait être ça sûrement ! J'ai alors poussé un profond soupir, visiblement, les mouettes n'avaient pas encore compris que ça ne servait à rien. Un petit groupe de tireurs s'était installé sur le toit. Il devait être une dizaine peut-être. J'ai alors concentré le pouvoir électrique dans mes bras, qui était parcouru d'une multitude d’éclair. J'ai alors joint mes deux poings et relâché la puissance de mon pouvoir. Une vingtaine d'arcs électriques sont alors partis dans la direction des mouettes. Les importants tous d'un coup, électrocuté. Les plus chanceux en auraient pour des soins sévères. Les autres... Et bien pour eux, il n'y avait plus rien à faire ! Je me suis alors tourné vers la donzelle et l'homme-slime à la coiffure improbable !

« - Blondie, Slimer, je m’appelle Kyookoo Ketsueki, capitaine des Stormborn, et voici mon équipage, pour vous servir ! Bon, si maintenant vous voulez bien, il est temps de jouer au loup avec des poulets ! »

Esquissant alors une révérence et plutôt fier de moi, ne pouvant retenir un bon rire franc du collier. J'ai pris mes appuis sur mes jambes et je me suis élancé une nouvelle fois à travers les ruelles...

_______________________________________________________

Merci à Amandja pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-nub.forumactif.org/#contexteNUB
Nathanael Rackham
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 635
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Mar 12 Aoû - 8:22

Quelle animation dans cette foutue ruelle où les corps de quatre soldats de la Marine entraient dans une phase de décomposition avancée. La nécrose engendrée par le poison qui recouvrait ces pauvre types commençait à dégageait une odeur pestilentielle.  Mais avant cela, tout un tas d’autres types, tous aussi bizarre les uns que les autres avaient fait leur apparition. Le premier de ces énergumènes, surement un membre de l’équipage de l’autre logia. Nul doute quant à leur condition de pirates mais ils n’avaient pas l’air de jouer dans la même cours. Ils étaient trop propres. C’était bien là le genre à se taper l’aventure et à n’avoir de pirate que le nom. Et effectivement c’était bien le genre. Nonchalance, intervention « à la cool » et blagues à deux balles. C’était là un cocktail qui avait pour habitude de m’énerver au plus haut point. Cependant pour cette fois j’allais retenir mes ardeurs. Face à un autre logia et un type dont je ne savais rien, je préférais me méfier même si je ne doutais pas le moins du monde de mes capacités. La rencontre avec l’autre bougie m’avait suffi pour avoir une bonne idée des capacités de ces types à la con.
 
- Eh Goldy, rien à battre de comment tu m’appelles mais j’aime pas qu’on se foute de ma gueule ! Alors si tu veux pas te retrouver à jouer les escargots comme ces quatre connards tu la ramènes pas !
 
L’intervention inopinée de ma navigatrice calma quelque peu la situation qui tendait vers le bordel et la baston. Arrivant en courant sur mes talons, sa poitrine gigotait allègrement pour le plus grand bonheur des yeux.  Les remarques de l’autre bouffeur de pomme j’en avais strictement rien à battre, seulement il fallait remettre les choses au clair, elle c’était ma propriété, mon terrain de chasse gardé. D’ailleurs elle le lui fit rapidement comprendre avec une remarque juteuse qui me laissa éclater l’un de mes fameux rires tonitruant empli d’un certain sadisme. Après avoir magnifiquement claqué le fessier de cette chère Kassi, j’intervenais à mon tour.
 
- Nozahahahah !  Allez Goldy, t’as pas le niveau pour ma navigatrice, c’est chasse gardée ! T’as pigé ? Alors retourne jouer dans ton coin et vas te faire lustrer le chibron, c’est moi qui régale.
 
Avec toute la négligence possible, je balançais à ses pieds quelques piécettes. Avec ces quelques berrys il pourrait surement se trouver une vieille rombière sur le port, le genre à vous gober le manche après avoir enlevé ses dents. Une bonne rouchie glaireuse à te faire hésiter entre elle et un poisson et dont l’état de fraicheur le plus avenant était surement la poiscaille sur son étal.
 
Et puis voilà, avant que cela ne devienne encore plus bordélique, avant que la situation ne dégénère d’avantage, avant que cette chère Kassidia ne nous pette une durite et remue toutes ses formes sous nos yeux à vouloir récupérer son foutu sac accroché à la ceinture de l’autre naze, avant tout cela,  voilà qu’un dernier protagoniste entrait en scène. Et cette fois pas des moindres. Une énorme masse informe venait de passer à travers le mur d’une des baraques pour venir s’écraser comme un bien bel étron.
 
- Doucement ma douce, faut pas vexer le gros lard. D’autant plus que le monsieur et moi avons une petite affaire en commun. N’est-ce pas face de peau de fesse ? Alors ça avance la cuisine ? Et je vois que t’as toujours un problème avec les portes.
 
J’aurais pu dire n’importe quoi à ma navigatrice elle n’en avait strictement rien à foutre de mon intervention. A cela elle préférait s’occuper de trois blancs becs qui avaient fait leur apparition à l’entrée de notre petite salle de réunion en plein air. Fallait quand même être con pour jouer les héros dans une situation aussi merdique pour eux. Devant leur tronche se trouvait quatre autres bidasses en train de pourrir à petit feu, digérés vivants et ces abrutis nous menaçaient avec leurs simples fusils ? Ma plantureuse alliée fit alors preuve d’une magnifique témérité agrémentée d’une utilisation d’un pouvoir qu’il ne m’avait pas été donné de voir avant. Quelle étrangeté. C’est que maintenant que je vois ça ? M’approchant d’elle, je lui susurrais à l’oreille quelques mots amicaux.
 
- Il faudra qu’on parle de tout ça, va falloir être très gentille pour te faire pardonner d’avoir caché un talent si utile.
 
Au moins on avait tous l’air d’accord sur un point, il fallait qu’on se tire de là. Non pas que l’affrontement avec la Marine m’effraie, au contraire, cela avait tendance à me détendre, mais cela n’avait pas trop l’air d’être le cas de ces Stormborn. Leur capitaine décida de foutre le camp sans prendre en considération les autres. Il comptait faire quoi ? Continué à courir dans la rue comme un âne à prendre des directions au hasard ? Trop fatiguant, et trop stupide.
 
- Eh la pile ! Te barres pas comme ça, on a pas terminé encore !
- Allé Kassi, cours lui après, j’en ai ma claque, on se retrouve au port. De toute manière ces cons sont pas arrivés à la nage, faudra bien qu’ils reprennent le large. On terminera nos affaires là-bas. Oh et dépêche-toi il court vite le bougre !

 


Dernière édition par Nathanael Rackham le Mar 12 Aoû - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Sawyer
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Age : 34
Messages : 141
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Mar 12 Aoû - 10:48



Le gros tas était tombé du ciel tel une fiente lâchée d'un oiseau géant, qu'est-ce qu'il foutait la l'intendant? Mister Plumeau voulait faire croire qu'il se tapait celle qui était sa navigatrice mais à la vue de la tronche de la donzelle lorsqu'elle se prit une main au cul, il fallait voir que c'était un beau mensonge. Gunther ou Neuneuille le chasseur s'il préférait ce nom la se la mettait lui aussi sur l'oreille avec son froc de plumeau. Il lâcha avec pitié des piécettes à Jack, mais il se prenait pour qui la gueule hérisson? Encore un à ne pas connaître les Grinder Brothers... Ah... Les petits rookies des blues en plus d'être nuls, ils ne savaient rien. Puis ce fut le départ, de la course et encore des gars de la Marine, Miss Blondie s'avéra avoir elle aussi bouffer un fruit du démon, et bien c'était la fête.

_ Oula! Mais c'est que c'est la réunion des maudits ici, on se pose en cercle et on se met tous à pleurer sur le fait qu'on peut plus se baigner sans jouer à l'enclume? Héhé.

Ketsueki bifurqua alors que Jack et Rackham voulait prendre la direction du port. Le plumeau hurla à Miss Roploplos de suivre le Capitaine des Stormborns, Jack lui hurla dessus pour qu'il rebifurque vers la mer.

_ Heeeyyyy!!! Le sauvageon, tu prends ton cul et tu l'apportes au port où je te plante ici!!

Sawyer savait que le message allait passer et il suivit Rackham en direction du port. Derrière lui le gros Church suait tout en faisant rebondir son quadruple gras corporel. Jack se demandait si Hill avait été toujours aussi énorme où si c'était son fruit qui l'avait fait devenir ainsi vu que tout reposait sur le gras de son corps. Sawyer avait trop envie de le voir maigre, voir sa tronche en mode crève la dalle après avoir pompé toute la graisse pour utiliser ses pouvoirs. Parlant de pouvoir, Jack avait gardé en discrétion les berrys jetés par hérisson, il voulait lui enfoncer dans le crane comme dans de la gelée... Jack prit la tête de la marche et tomba sur un groupe de quatre soldats fusil en mains qui bloquait l’accès de la route.

_ Dégagez les trouffions!

_ C'est eux... Halte! Stoppez et rendez-vous!

_ Tu rêves! Désolé!


Les quatre pièce de Nath se mirent à tourner au dessus de la tête de Jack et à prendre de la vitesse.

_ Je voulais te les rendre au départ Gunther... mais...

Il tendit le bras vers les gars de la Marine et les quatre pièces allèrent se figer dans le front de chaque type tel des balles. Les mecs avaient déjà l'offrande à filer au passeur des âmes... Quelques pas encore et ils arrivèrent au port, Jack avait pris l direction du ponton lorsqu'il vit qu'il ne voyait pas la barque à sardines. A sa place un navire à voile rouge... Jack aperçut des planches flotter autour, il se tourna vers Church.

_ Je l'avais dit que t'étais trop gros pour ce rafiot! Il a pas supporté ton gros cul!

Il se tourna à nouveau vers l'eau et sur le navire qui avait pris la place du leurs, et la paf chocapic! Un pavillon avec une tête de Gunther dessus! Coïncidence de chez coïncidence?

_ Hey le borgne, ta navigatrice est plus aveugle que toi pour avoir exploser notre voilier de merde en accostant? C'est pas que je l'aimais cette coque qui puait, mais on a plus rien maintenant pour se tirer d'ici...

Jack avait une folle envie d'attirer à lui les clous et autres pièces de métal du navire de Rackham et de lui planter dans son oeil valide... Ou bien de voir le gros sauter avec sa demi-tonne sur le pont et de le faire craquer...




_______________________________________________________
Quand on veut défendre les libertés, on est bien obligé de constater que l’on va à contre-courant de l’histoire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyookoo Ketsueki
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Age : 24
Messages : 192
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Mer 13 Aoû - 23:59

Visiblement, personne n'était d'accord avec moi. Bon, c'est vrai que j'aurais sûrement pu trouver un truc à faire avec mon fruit pour semer tout le monde, c'est quand même vachement pratique ce genre de pouvoir, mais ce n'est pas facile de se dire que maintenant, on est la foudre fait homme. C'est plutôt un bon plan drague, il faudra que je l'essaie ! Et faudra aussi que je m’entraîne à ne pas lancer des éclaires aux mauvais moments, si vous voyez où je veux en venir. C'est fou ce à quoi on peut penser quand on se fait courir après, non pas par des donzelles mais par une bande de marines pas très propre. Sûrement de ceux qui ont peur de faire tomber le savon dans les douches alors qui simplement n'y vont pas. Faudrait leur apprendre que le savon liquide sa existe mais bon, à eux de faire leur propre expérience ! C'est marrant, c'est les trucs dans lequel je ne suis jamais tombé moi, j'ai toujours fait gaffe à mon savon et en prison, c'était pas facile...

Oh tiens, une balle qui vient de passer dans mon bras. Ah là, dire qu'avant ça m'aurait sûrement empêché de courir. Je me souviens déjà, et j'ai encore mal, de m'être déboîté l'épaule en évitant des gros rochers qui nous tombaient dessus parce que quelqu'un a trouvé que nous faire tomber un château sur la tête c'était une idée de génie. Bon, au final, ce n'était pas si con que ça en avait l'air, mais sur le moment, c'était quand même sacrément foireux ! Mais c'est qu'ils sont tenaces les mouettes dites donc, moi qui pensais que j'en aurais déjà semé une bonne partie. Merde... Je devais aller à droite ou à gauche à partir de là... Putain un cul-de-sac ! Bon, il me faut un plan B... Tiens des nuages, y a peut-être quelque chose à faire avec ça. J'ai alors attendu un peu, dos au mur, que les marines se groupent un peu. J'ai alors levé le majeur et mon autre bras. De ce bras levé, j'ai fait partir un éclair dans le ciel qui a rapidement été suivi de mon corps.

Je me suis ainsi servi des nuages pour pouvoir tranquillement me déplacer. Et j'ai fini par atterrir au port, sous la forme d'un éclair. Bon, niveau discrétion on repassera, mais niveau vitesse, c'est quand même foutrement pratique ! Et puis, heureusement que ça a marché, sinon j'aurais eu l'air aussi qu'un petit gros qui veut passer sous un dôme par un bac à sable... Ça aussi c'est une idée de merde tiens, on dirait un plan d'Hill ! J'ai donc remonté les quais pour retrouver notre navire de pêche ! Et quel ne fut pas surprise de voir des planches dévirées çà et là ! Et pas n'importe quelle planche, les putains de morceaux de notre putain de barque ! Mais quel est le con qui a coulé notre superbe trois-mâts, bon, il n'avait pas un seul de mât, mais c'est plus classe de dire ça que de parler de coque de noix qui flotte et qui pue la sardine à la fraîcheur douteuse ! J'ai fini par retrouver Slimmer, Sawyer et toute la petite troupe entrain discuter !

« - Putain ! Y'a un trou du cul qui a garé son navire sur notre barque ! »

Visiblement, le navire semblait appartenir à Slimmer car le « Jolly Roger » qui flottait au sommet du mât ressemblait trait pour trait au porc épique gluant, ouais, le cache-œil et la cicatrice. Manque le côté visqueux mais c'est assez ressemblant ! Mais cette histoire de navire était plutôt énervante ! On pouvait également lire un semblant d'énervement sur le visage du vieux Jack, il prenait visiblement la chose très à cœur. Il faut dire qu'il avait sué sang et eau pour faire flotter cette barque, presque autant que s'il avait voulu monter un mur au milieu d'un couloir. Le genre de truc qui n'est pas de tout repos !

« - C'est ton navire ça Slimmer . C'est toi qui as posé ton gros cul sur notre usine à sardine ? C'est vraiment un plan foireux ça ! Comment tu veux qu'on trouve un truc qui transporte le gros porc là ? Moi je dis, le moins que tu puisses faire, c'est où tu nous achètes un navire bien classe avec pleines de canons et de mâts pour se la péter sur les mers ! Ou bien tu fais le taxi et tu paies la bouffe tu gros ! Et crois- moi, le navire te coûtera moins cher ! Oh et puis j'ai un peu baladé les débiles à casquette mais bon, ils ne sont pas aussi cons qu'ils en ont l'air et si on ne veut pas se la jouer guerre mondiale à nous cinq, faudrait prendre une décision rapidement... Alors, tu nous achètes un bâtiment ou tu nous fais la course . Et personne ne suce pour le voyage ! »

_______________________________________________________

Merci à Amandja pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-nub.forumactif.org/#contexteNUB
Nathanael Rackham
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 635
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Jeu 14 Aoû - 8:55


Rien à foutre qu’on me suive ou non. Au final ces types m’intéressaient pas plus que ça. Ils pouvaient peut être avoir une quelconque utilité à un moment ou à un autre mais dans l’immédiat, j’avais pas réellement besoin de me les coltiner pour quitter cette foutue île sans encombres. Le seul qui dans le lot avait à mes yeux un tant soit peu de valeur était la grosse masse graisseuse avec qui j’avais une petite affaire. Trois fois rien, mais assez intéressant tout de même pour éviter qu’il ne reste derrière à la traine à se faire chopper par ces foutus Marines dans leurs costumes blancs. Avec Goldy sur les talons notre direction était toute tracée, le port. Pas vraiment le choix après tout. C’était le seul endroit pour quitter l’île et surtout l’endroit où j’avais encore la moitié de mon équipage. Non pas que je porte cette bande de dégénérés dans mon cœur mais ils avaient une certaine utilité à mes yeux, des compétences particulières et des talents cachés bien utiles.

Face à une nouvelle entrée en matière des soldats, avant même que je ne me décide à les réduire à l’état de grosse gelée écarlate sur le sol, les quatre compère jouèrent au porte-monnaie humain. Le pervers à deux balles venait de ranger mes petites piécettes si généreusement offertes dans les crânes de nos bons soldats, laissant quelque peu couler leur masse cérébrale à travers leurs blessures béantes sous les cris de paniques de quelques pêcheurs et de leurs vieilles et grosses rombières derrière les étals.

- Ah ba finalement tu sers à quelque chose, t’as pas qu’une grande gueule Goldy. Sympa ton petit tour de passe-passe. Je me trompe pas en disant que si je te balance à la flotte par accident t’auras du mal à remonter toi aussi.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Enfin, ça c’était avant que le petit magicien de rue ne constate que son rafiot avait pris l’eau. C’était donc à eux cette merde flottante que nous avions écrasé sans le moindre remord. Pas de chance pour eux. Par contre, chapeau l’artiste. Arriver à naviguer jusqu’ici dans ce cercueil flottant avec à bord un type comme l’autre boule de billard, ça relevait de l’exploit. Encore un coup de Goldy surement. Si il avait pu jouer les jongleurs avec de la monnaie il pouvait peut être faire flotter au-dessus de la mer. Sacré pouvoir qu’il avait là et vachement utile soit dit en passant. Pas le temps de répliqué que l’autre pile pointait le bout de son nez, atterrissant sous notre nez dans un éclair du tonnerre avec tous les effets son et lumière en prime.

- Sérieux ? C’était votre rafiot ce machin ? Vu la tronche de merde que ça avait j’aurais cru que c’était des gosses manchots qui avait construit un truc aussi hideux. Fallait pas laisser trainer vos affaires les enfants.
- Eh la pile, j’aime pas qu’on me donne d’ordres tu vois. En général ça se termine mal pour les abrutis qui ont essayés. Mais je suis un gars sympa et c’est bien parce que j’ai une petite affaire avec votre gros tas que je vais pas vous laisser moisir ici comme une bande de trouduc sans rafiot. C’est pas ici que tu trouveras un navire digne de ce nom. Alors ok, montez à bord, je vous dépose à notre prochaine destination. Par contre, j’admets pas les putains et les feignasses à mon bord, je vais donc faire une exception pour Goldy. Quant à la bouffe, pas de soucis, j’ai préparé un super ragoût avant de débarquer, il mijote tranquillement. C’est ma spécialité, un plat typique de mon précédent équipage. C’était notre cuisinière qui m’a appris ça, une sacré femme cette Annie Balecter. Vous verrez, son foutu cassoulet de cœurs humain est une tuerie ! Surtout pour ceux qui ne l’ont plus Nozahahaha ! Allé en route avant que la situation de devienne tendue.


Avec tout le monde à bord, nous pouvions jeter lever l’ancre et partir vers d’autres cieux. Je sais pas ce qu’allait donner notre petit voyage commun mais bon, maintenant c’était fait. Au pire, on avait toujours la solution de passer tout ce beau monde par-dessus bord même si c’était pas dans mon intérêt. En attendant qu’on débarque, Zarfanis avait la lourde de tâche de garder l’œil sur leur capitaine tandis que Jack, notre dernière recrue devait s’occuper de Goldy. Nul doute qu’elle saurait capter son attention avec sa tenue des plus dénudée et ô combien excitante. Quant à la fasse de peau de fesse, aucune chance qu’il puisse passer inaperçu sur le rafiot, d’autant plus qu’avec sept personnes à bord.

Avec toute l’agitation au port, au moment de notre départ personne n’avait remarqué cette silhouette étrange sur le toit d’un entrepôt, à l’affut de nos mouvements.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Sawyer
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Age : 34
Messages : 141
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill) Jeu 14 Aoû - 10:33



Rackham avait accepté de prendre au bord de son navire les trois stormborns. Il disait que c'était grâce à Church et au fait qu'il traitait avec lui, mais Jack soupçonnait aussi que malgré ses grands airs, le plumeau avait eu un certain intérêt envers l'autre équipage. Peut être se disait-il qu'il fallait mieux être en bon terme avec les trois utilisateurs de fruit du démon ou quelque chose du genre. Ainsi donc Nath se la joua alors en Joe le taxi boucher. Sa cuisine avait l'air dégueulasse mais Jack remarqua qu'il le borgne essayait de se la jouait grand méchant car il remarqua dans la marmite certains cœurs qui était à coup sur des cœurs de porc. Malgré qu'il mangea de la viande non humaine, c'était dégueulasse à souhait et malgré le rhum qu'il vida dans sa panse pour arroser le tout et faire passer, il sentait des lourdeurs dans son estomac. L'avait-il empoisonné? Ou bien c'était juste sa cuisine qui était immangeable? Même Church l'estomac sur patte ne mangea presque pas, c'était un bon indicateur, mais il fallait bien être poli avec le destructeur de barque à sardines non? Après le repas, Jack ne put s'empêcher de chantonner tout en reluquant l'étrange demoiselle remplie de tatouage, sa crampe le démangeait même si elle n'était pas du tout son style...

_ Joe le taxi, il m’emmène partout, il vogue pas au coca. Son bateau jaune connait tous les ports par coeur, lui les petits bars et les coins noirs. Joe le taxxiiii, c'est sa viiie. Le rhum et le coco, dépouillage...

C'est ainsi que les Stormborns prenaient la mer sur le navire des membres de l'Enfer Ecarlate, chacun donnant un petit coup de pouce pour la navigation. Ils devaient vraiment se trouver ensuite un navire, un vrai qui porte bien ce nom et pas une nouvelle coque de noix puant le poisson avarié...


_______________________________________________________
Quand on veut défendre les libertés, on est bien obligé de constater que l’on va à contre-courant de l’histoire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill)

Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] La patience vient à bout de tout! (pv: Nath, Kyookoo, Jack et Hill)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Autres Iles de South Blue-