AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le roi lion s'évade ! [Hurk]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Scar
Fauteur de trouble
Fauteur de trouble
avatar
Messages : 23
MessageSujet: Le roi lion s'évade ! [Hurk] Sam 23 Aoû - 23:23


Dans l'une des geôles du QG Logue Town...

Ecoute-moi Bobby, j'suis l'roi, j'tape qui j'veux et quand j'veux ! J'emmerde ton blabla de révolutionnaire. Pourquoi j'devrais m'plier à des règles ?
Tu es enfermé, tu ne peux rien faire, tu veux être capitaine ? Où sont tes hommes ? Tu es seul et quand on est aussi.. Spécial que toi, il vaut mieux avoir du monde sur qui compter. Tu ferais un général de la Révolution formidable.. Roi lion.
GROAHAHAHAHAHA ! Tu as raison ! J'suis un mec en lion parfois, et j'avoue que ma présence ferait du bien à la révolution, s'il y a d'autres crétins comme toi, ils auront besoin d'un vrai lion pour les mener à la victoire ! J't'ai déjà dit que j'ai fais trois prisons différentes ?! Et ma peine qui était de six mois est devenu dix ans !
Oui tu l'répète tout l'temps... On fait un deal ? Si on sort d'ici, tu rejoins la révolution !
...
Roi lion.
GROAHAHAHAHHA ! Cesse de m'appeler roi lion, j'en perds mes moyens.. Huhu.. Marché conclu Bobby Brown, tu as ma parole !

Voilà plus de six mois que Bobby Brown, scientifique de la révolution, partageait sa cellule avec Scar. Le destin des deux hommes ? Rejoindre Tequila Wolf avec une vingtaine de détenus dans quelques jours. Ils s'étaient rapidement noués des liens. Scar était imbu de lui-même et même s'il était très lunatique on pouvait retenir en gros qu'il était le roi des animaux et qu'il voulait être un homme connu et respecter. N'est ce pas là, le but des hommes ? Le respect.
Bobby avait l'sens de l'analyse dans toutes les situations comme celle qu'il vivait avec Scar depuis six mois. Il avait finir par apprendre à caresser notre homme dans l'sens du poil et on peut dire que son plan avait fonctionné. Si Bobby avait remarqué que Scar était loin d'être le plus intelligent, il savait aussi que c'était un génie dans d'autres domaines que les femmes, l'alcools et son désir d'être le roi des animaux. Le combat. Oui, Scar et ses méthodes peu conventionnel de combat alimentait son esprit combatif. Bobby avait vu le potentiel du lion lorsque celui-ci avait mis une droite à un marine qui avait une araignée sur la tête. C'est surtout le combat qui s'est suivie qui a informé le scientifique mais ce détail est toujours bon à prendre.
Bobby, c'était un mec tranquille un peu plus petit que Scar et surtout moins musclé, il avait une grosse paire de lunettes dans les yeux et des cheveux grisâtres. C'était un type bien, un peu con vu qu'il avait essayer d'faire exploser un QG de la marine et que son cordage avait merdé. Il avait quelques oublies parfois. En bref, si cette conversation avait aussi bien tourné pour Bobby et que Scar n'était pas resté fixé sur ses idées à lui, c'bien par ce que le scientifique et notre lion discutait depuis un moment.

Parlons de la situation actuelle. Scar était accroupi dans un coin de la cellule, sa crinière noirâtre à quelques centimètres du sol, son regard insultait sa cage. Voilà ce qu'il était, un lion en cage.
Bobby tenait fermement les barreaux de la cellule comme s'il attendait quelque chose de spécial. Cet homme avait eu la particularité d'accorder à Scar sa confiance plutôt rapidement malgré le caractère spécial de l'homme.
Sar avait finit par accordé à Bobby une once d'importance, il comprenait pas pourquoi le scientifique était aussi surexcité face aux barreaux. Et alors que l'idée de poser la question tout bêtement, un homme et une femme fit leurs apparitions devant la cellule des deux prisonniers avec une roulade avant toute dégueulasse. Ce n'était même pas une roue, mais un carré. Les deux étaient vêtus de blanc et portaient une paire de lunettes noires. Ils étaient a priori très fière de leur coup.

C'quoi encore ce bordel...
Je suis Bernard..
Je suis Bernadette ! Nous sommes l'équipe de sauvetage monsieur Brown dit-elle en regardant Scar accroupi dans la pénombre de la geôle.
C'est moi monsieur Brown !
Nous sommes... MALIBU RESCOUSSE !
Vos gueules ! Les gardes vont vous entendre !
Ah merde... Nous avons les clés, en route professeur !

Bernard qui avait une bedaine assez grosse pour y dissimuler un jeune bébé avait le visage recouvert d'une substance marron étrange et Bernadette quant à elle, avait oublier l'existence de vêteent. Elle avait un soutient-gorge et une culotte rouge à pois blanc. Des cheveux coupés courts et une dentition pas au rendez-vous qui l'épargnerait de la drague de Scar. Les deux acolytes s'activaient à ouvrir la porte à l'aide d'un trousseau de clé qu'ils avaient précédemment dérobés aux gardes en fonction.
Une fois la porte ouvert, Bobby avait toutes ses dents dehors, il pensait déjà avoir gagné sa liberté. Quant à Scar, il avait attendu avant de sortir de sa cellule comme un chat à qui on ouvrait la porte. Ils étaient encore loin d'être sorti de prison. Scar respirait le début de liberté, il allait juste casser quelques marines avant de bondir dans la première barque qu'il trouverait. Simple et efficace, mais Bobby allait éveiller la curiosité de notre homme.

J'ai tout organisé. Le colonel Zashi se paye toujours une soirée aux « Tétons Pointues Bar » et quand il est pas là, les soldats en profitent pour prendre la poudre d'escampette et s'taper quelques filles de joie dans les divers auberges d'la ville.
Filles de joies ? Dans quel taverne ? Scar avait un sourire béa sur l'visage.
Ce sera pour une autre fois, l'plus important c'est qu'il a laissé ses quartiers sans défense et il a un fruit du démon dans son coffre-fort. Un fruit qui devrait te correspondre Scar, le zoan du lion. Sauf si l'calepin que j'ai trouvé dans les rues de Tequila Wolf disait de la merde..
EN ROUTE POUR L'AVENTURE ! GROAAAH !
Yeah ! Malibu Rescousse !

L'con avait gueulé plutôt fort mine de rien... Bernard et Bernadette s'étaient précipités afin d'exécuter une chorégraphie pour accompagner leur cri de guerre. Leurs doigts pointaient vers le ciel et leurs jambes assez écartés pour y faire passé une personne. Flippant. Bobby Brown restait sur le cul, le pauvre devait se demander si parler du fruit était vraiment une bonne idée...

[J'corrigerais les fautes demain.]


Dernière édition par Scar le Jeu 28 Aoû - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hurk Rishrag
Caporal
Caporal
avatar
Age : 22
Messages : 25
Localisation : East Blue - Konami Island.
MessageSujet: Re: Le roi lion s'évade ! [Hurk] Lun 25 Aoû - 12:33

Rares étaient les moments de repos que l'on accordait à la montagne ambulante, généralement c'est lui qu'on choisissait pour les missions suicides, lui et son équipage tout aussi particulier qu'il pouvait l'être. Pour autant cette fois, ils faisaient halte dans la célèbre ville de Logue Town, sans mission à relever. Hurk avait mis le temps avant de comprendre qu'ils n'étaient pas ici pour casser du méchant et fracasser les habitations en s'y jetant dessus allègrement. Quelques jours de repos, semblerait-il. Rien de bien palpitant et le Rishrag n'avait pas manqué de le faire remarquer. Lui n'avait pas besoin de récupérer des forces, il en disposait constamment, son dieu lui en offrant chaque jour. Seulement, ce n'était pas le cas du Commandant Washington et de ses hommes, qui après les aventures aussi folles qu'éprouvantes qu'ils avaient traversaient, accusé le coup. Le Caporal à l'intelligence défaillante avait donc été lâché dans la ville...

Grossière erreur, faire cela revenait à ouvrir les portes de Marineford à un Empereur et sa flotte, le résultat ne pouvait qu'être destruction et chaos. Non pas que le gaillard était un criminel, simplement que sa stupidité et ses actes imprévisibles ne menaient jamais à rien de bon. Sachant cela, on fit en sorte de retrouver sa trace rapidement et de le guider tout droit en un lieu où il serait observé et surveillé comme nulle part ailleurs. Voilà comment il en arriva au Quartier Général veillant sur la ville surnommée celle où tout commence et tout se termine. C'est ici que tout se terminait pour notre héros. Du moins, jusqu'au retour du Colonel, qu'il devait attendre ici, tranquillement installé sur cette chaise, sans bouger. Le Colonel Zashi tient absolument à le voir, de ce qu'on lui a affirmé durant dix longues minutes. Ni plus ni moins qu'un vieux stratagème destiné à garder sous surveillance le démolisseur des Aigles Blancs.

Un homme avec un peu de jugeote aurait pu s'en rendre compte... A défaut d'être malin, le colosse à la force surhumaine savait comment s'amuser. Il jouait à "Chasse la mouette", depuis sa chaise, balançant à travers la pièce différents objets lui tombant sous la main dans l'espoir d'atteindre la casquette marquée du symbole de la mouette des soldats du coin. Forcément, au bout d'une demi-heure à tout remuer et emmerder tout le monde, un Lieutenant ordonna de le boucler en cellule en attendant le retour de Zashi. Pas une arrestation, seulement une solution radicale pour tenir tranquille le chasseur. Cette expérience, loin de le traumatiser ou de le calmer, l'amusa beaucoup, il hurlait sa joie, son rire tonitruant résonnant dans tout le périmètre destiné aux geôles. On alla jusqu'à l'y placer à l'intérieur lorsque des hurlements se firent entendre non loin, à l'étage inférieur, du grabuge avait lieu plus bas.

Un brave gars, en panique, fusil en main et le visage suant à grosses gouttes dû à la course qu'il avait du faire pour venir ici aussi vite, fini par arriver à leur niveau, balançant quelques mots au Sergent Mazeltof. De ce que pu entendre Hurk, il s'agissait de l'évasion de quelques prisonniers. Le Sergent Mazeltof, anciennement gardien à la prison de Tequila Wolf, avait été transféré ici pour recadrer un peu le manque de zèle des hommes en l'absence du Colonel Zashi. Ce dernier étant encore une fois absent au demeurant. Tel un officier sur le champ de bataille, donnant ses directives sous le tambourinement des canons ennemis, il aboya une série d'ordres qu'aucun n'osa contester. Tous hurlèrent en chœur et disparurent, laissant le Caporal seul avec Yuri Mazeltof, qu'il appréciait déjà beaucoup, ne serait-ce que par son accoutrement fendard. En effet, en plus de son uniforme marine quelque peu vieillot, il arborait une tête d'ours sur son crâne dégarni.



Sergent Yuri Mazeltof, 80 PF

Caporal Rishrag ! On arrête les conneries pizdec ! Ces podonoks ne sortiront pas d'ici en vie foutrebleu ! Sortez d'ici et venez avec moi, nous leur bloqueront le chemin camarade !
ON JOUE A CHASSE LE PIRATE MAINTENANT ?!
Exactement !


Sa main droite jusqu'alors dans son dos révéla une magnifique trompette dans laquelle le Sergent souffla avec violence, sonnant ainsi le signal d'alerte. La grande évasion débutait, et les mouettes ne se laisseraient pas faire. Déjà, en à peine quelques minutes, on entendait des dizaines de bottes fouetter le sol des corridors, en direction de la dernière position des évadés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scar
Fauteur de trouble
Fauteur de trouble
avatar
Messages : 23
MessageSujet: Re: Le roi lion s'évade ! [Hurk] Mar 26 Aoû - 0:21


Non, mais qu'on se le dise, si tu es avec nous maintenant dirige notre évasion, c'est ça être un chef. Bwehehehe !
TA GUEULE ! J'suis l'roi ! JE SUIS LE ROI ! MALIBU REPOUSSE ! Ouvrez les autres cellules ! C'est mon armée !
Ordre du roi lion.. LE REBELLE ! GROAAAAAAAAAH !

OUI ROI !
S'écrièrent-ils en cœur.

Il ne fallait pas contredire le lion ! Sa crinière noirâtre virevoltait dans le couloir des geôles du gouvernement. Et c'était dans une logique infaillible qu'il avait suggéré à ses deux nouveaux acolytes d'ouvrir les autres cellules. S'il y en avait une, il y en avait forcément d'autres. Pas avec des centaines de prisonniers, mais une vingtaine, c'était largement suffisant pour qu'il quitte ce QG. Le temps jouait à son avantage grâce à Bobby. Des voix, un brouhaha, c'est ce que tout le monde entendait et ça venait de l'étage en dessous, les soldats allaient débarquer et par grosse quantité. Scar se pensait déjà leader de tout ce petit monde. Il bombait le torse du haut de ses deux mètres, son sourire carnassier dévisageant l'visage de chacun de ses nouveaux « potes ». Il y a une chose qui était sûr, comme tous les prédateurs, à l'approche du combat, notre héros changeait complètement, son sourire était sincère et son excitation atteignait déjà son paroxysme. Bien sûr, il fallait s'en douter certains avaient plus de couilles que d'autres et voulaient montrer qu'ils n'étaient pas des larbins même dans la pire des situations. Un petit groupuscule d'homme, ils étaient cinq, s'approchaient de notre héros afin de mettre les points sur les i.

Je suis Gédéon et parole de barbu : les barbus sont sous les ordres de personne !
J'suis Scar et j'suis l'roi lion.. Connard !
Roi lion ? Le roi de mon cul ouais !
...
BARBU !  
En temps normal je t'aurais tué, mais maintenant j'suis un révolutionnaire. Protecteur de la veuve et l'orphelin, liberté pour tous !
Je suis un pirate dans l'âme jeunot !
Ah, t'es ni veuve ni orphelin ?

Un sourire apparu de nouveau sur le faciès de notre homme. Un coup de tête en plein nez, voilà ce que Gédéon venait d'gagner, Scar avait fracturé le nez du malheureux et il ne comptait pas s'arrêter là. Il lui mit un coup d'poing en pleine tempe, assez fort pour l'envoyer dans les vapes. Scar se tournait avec fierté d'un mouvement de hanche en direction de Bobby et leva son pouce du travail accompli. Le but était d'sortir d'ici en récupérant son bien. Les trompettes retentissaient, l'alarme était déclenché, ça allait être le bordel. Scar prit les devants de sa bande en compagnie de Bobby Brown, il fit signe aux pirates de ramasser les armes des cadavres avant de s'élancer vers les étages supérieurs.

VIENDEZ MA BANDE ! LE ROI LION VOUS GUIDERA !

Jusqu'à aujourd'hui, je ne pourrais pas vous dire s'il s'agit du charisme que le roi lion a dégagé qui fit que tout l'monde l'avait suivit vers la sortie ou si c'était juste du bon sens d'inconscients qui ne connaissaient pas Scar. Les premiers soldats fit leurs apparitions dans les escaliers et Scar en première ligne, il ne laisserait rien aux autres.

Il bondit sur le marine sans aucune hésitation, l'assénant de coups de poings jusqu'à évanouissement. Bobby en profita pour récupérer l'arme du malheureux au passage. Un pirate avait fait le malheur de passer devant Scar. C'était partit d'une bonne intention, il voulait assurer la protection de l'homme qui pouvait l'sortir d'ici. Aucune importance. Scar bondit également sur lui avec un coup d'tête et grogna sur le jeune homme. C'était comme lui faire passer un message « Reste derrière merdeux, la gloire c'est pour moi ! ».

En tout cas une chose est sûre, se faire encercler n'avait rien de positif. Scar bottait l'cul de tous les marines qui se dressaient devant lui. L'avantage du moment était qu'il entraînait tout le monde vers le bureau du colonel et non vers la sortie, il y avait par conclusion moins de soldat sur leurs chemins. Une fois le bureau en vue et la confirmation d'un signe de tête de Bobby, Scar couru dans le bureau.

Dans une vitrine, les nombreux trophées et récompense que le colonel avait reçu lors de sa carrière ainsi qu'une photo compromettante de l'homme léchant le téton de l'homme. Pourquoi c'était en exposition ?! L'idée même avait écoeuré notre lion, mais au centre de cette vitrine, le fruit était là, une variante d'orange. Une orange qui avait une crinière en guise de peau. ll n'allait  pas chercher d'explication. Il avait sauté sur la vitrine comme un affamé, il avala le fruit d'un seul trait, sans une once d'hésitation et même si son visage s'était crispé plus d'une fois, il était plutôt fier de lui. Il avait réussi. Il était un vrai lion. La vérité.

JE SUIS UN VRAI LION !
ET NOUS DES SOLDATS DE LA MARINE !
une dizaine de marines venait de bloquer la porte. Scar et la dizaine de pirates qui l'accompagnaient sans compter Bobby et le Malibu Rescousse étaient bloqués dans le bureau du colonel. L'affrontement était inévitable !
ET NOUS DES BARBUS ! DES PIRATES BARBUS ! répliqua les pirates.

Les hommes s'entrechoquèrent dans les coups tandis que Scar se retrouvait assis dans le fauteuil du Colonel, il se sentait un peu bouleversé sur le coup. Bobby Brown lui réfléchissait déjà à une solution pour sortir d'ici. Le Malibu Rescousse ? Bernard et Bernadette s'étaient déjà mis sous la table, autant l'infiltration c'était leur domaine, autant ils étaient nuls au combat. Un coup dans les parties intimes, voilà la seule attaque qu'ils connaissaient et ils en avaient castré plus d'un. Nul doute que la venue de gradé allait compliquer l'évasion de notre roi lion.





Dernière édition par Scar le Jeu 28 Aoû - 23:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hurk Rishrag
Caporal
Caporal
avatar
Age : 22
Messages : 25
Localisation : East Blue - Konami Island.
MessageSujet: Re: Le roi lion s'évade ! [Hurk] Mer 27 Aoû - 16:16

RAAAAAAAAAH ! ILS NE SONT PAS LA ! CAPORAAAAAAAL OUVREZ LA MARCHE ! ILS NE S'ECHAPPERONT PAS !
CHASSE LE PIRATE ! CHASSE LE PIRATE !


Suivre la trace des prisonniers ne fut pas bien compliqué, puisque toutes les cellules étaient ouvertes, et que les corps traînaient ici et là, sans vie ou profondément endormis. C'était comme l'histoire du petit poucet songea-t-il, mais avec des corps humains. Ses compagnons d'arme, ses camarades, ce qui contribuait à alimenter le moteur à haine envers les méchants dont disposait le grand gaillard. Du haut de ses deux mètres trente, il en imposait pas mal lorsqu'il était calme, soit très rarement. Quand il entrait dans une colère noire, c'était tout autre chose. Véritable incarnation du berserker, mieux valait ne pas traîner dans ses pattes et agiter un drapeau noir affligé d'un crâne blanc. Sa respiration saccadée, ses grognements étouffés et ses petits tremblements nerveux dont il était victime n'arrangeait rien au phénomène. Pour un peu, les soldats derrière-lui auraient pu distinguer une aura noire l'entourer.

Même le Sergent comprenait qu'il était préférable de baisser de volume un moment. Ses pas lourds comme deux piliers de pierres, résonnaient dans tout le couloir, tandis qu'il avalait la distance les séparant du groupe de criminels nouvellement formé. Ils arrivèrent finalement à une dizaine de mètres de l'entrée du bureau du Colonel. Yuri éclata d'un rire moqueur lorsqu'il constata que ceux qu'ils poursuivaient s'étaient délibérément coincés dans cette pièce. Désormais coupé de toute retraite, ils n'avaient que deux solutions. La première était de capituler, se rendre et retourner dans les cellules, et éviter de faire couler le sang inutilement. La seconde était de tenter de forcer le passage, s'encastrer délibérément dans le barrage de mouettes qu'offraient Hurk, Yuri et les autres, armes chargées et canons pointés vers les cibles, prêts à faire feu. Suicidaire. Troisième option, uniquement valable pour le camp des défenseurs de la la veuve et l'orphelin, fusiller tout le troupeau dans le bureau.

GWAH-AH-AH-AH ! SERGENT?! JE PEUX Y ALLER TOUT SEUL ?! PROMIS, JE SALIRAI PAS LES MEUBLES ! GWAH-AH-AH-AH !
Bien joué camarades, nous les tenons à notre merci ! Caporal Rishrag, vous avez cinq minutes mon grand, après quoi nous procéderons à l'arrestation des fuyards.
OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAI !


Un gardien tenta bien de se faire entendre, de soulever le fait qu'une fois le colosse enfermé dans cette pièce avec les anciens détenus, il ne resterait plus rien à renvoyer dans les geôles, mais le supérieur à l'accent frigorifique des terres gelées ne s'en soucia guère, se contentant de hausser les épaules. Si malencontreusement tous venaient à mourir, qui irait s'en plaindre ? Certainement pas lui. Ni toutes les personnes à qui ces sales rats avaient causé du tort. Non vraiment, leur sort n'inquiétait personne. Tout sourire, frappant dans ses mains tout en s'avançant vers le bureau, Hurk manifestait sa joie. Il allait casser du méchant. Il allait bouffer le vrai lion qu'il avait d'ailleurs hâte d'affronter et taillé la barbe aux pirates barbus. Roulant des épaules, on lui claque subitement la porte au nez, ou plutôt au menton, puisqu'il était trop grand pour les encadrements des portes. La semelle de son pied l'envoya valdinguer, écrasant quelques taulards.

JE SUIS LE LOUP ! LE LOUUUUUUUUP ! OUAAAAAAAH ! JE VAIS MANGER DU MECHANT !
Va crever connard ! NOUS SOMMES LES PIRATES BARBUS !


Et il ramassa une volée de plombs à bout portant. Si certaines balles fusèrent droit dans les murs, évitant la chair du colosse, certaines ne manquèrent pas la cible. Se logeant tantôt dans les épaisses cuisses de la montagne ambulante, ou sur son torse robuste et ses bras aussi épais que deux troncs d'arbres. Le sang gicla et un bruit désagréable s'échappa de la bouche de notre héros, surpris par ce qu'il venait de lui arriver. Les balles, les fusils, il ne connaissait pas. Sur son île, on se battait avec ses poings ou des armes blanches. Pas des tubes de métal crachant la mort en rafales. Il vacilla vers l'arrière, tombant de toute sa masse sur le dos, les bras étendus de chaque côté, paumes ouvertes vers le plafond. Un silence de plomb frappa la scène, le temps paru se suspendre, tous les regards étant braqués vers l'immeuble sur pieds. Ce fut finalement le Sergent qui réagit le premier, faisant feu à l'aide de son vieux mousquet.

PODONOKS ! RACLURES ! CHIENS ! POURRIS ! OUVREZ-MOI LE FEU NOM DE DIEU ! TROUEZ-MOI CES CHIURES DE POURRITURES ! VENGEZ LE CAPORAL RISHRAG, NOTRE CHER CAMARADE MORT AU COMBAT POUR LA GLOIRE DU GOUVERNEMENT !

Les balles sifflèrent à répétitions, les fusils se vidèrent de leurs munitions, les deux camps s'arrosant copieusement d'une pluie de projectiles mortels. L'échange durant de longues minutes, lorsque la dernière carabine annonça d'un cliquetis qu'elle n'avait plus rien dans le ventre, devenant inutile. Les survivants, les miraculés de la fusillade se jetèrent alors d'un même cri rageur dans la mêlée. L'heure était venue de faire parler les poings. Mazeltof lui, s'arma de sa rapière et se jeta à son tour dans le tas.

GRMPF...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scar
Fauteur de trouble
Fauteur de trouble
avatar
Messages : 23
MessageSujet: Re: Le roi lion s'évade ! [Hurk] Mer 27 Aoû - 21:40



Sur le fauteuil du colonel tel un colonel lui-même,Scar observait ses troupes du soir. Des pirates déterminés avec des centimètres de barbe non négligeable afin de justifier leurs titres de barbus. Une chose était sûre : ils étaient déterminés à en découdre. Le premier soldat qui s'était ramené était un immeuble, plus grand que Scar au moins deux mètres vingt voir plus. Il balbutiait qu'il était un loup c'qui avait eu le don d'intéresser notre roi lion. En effet, Scar s'était levé et était sur l'point de répondre au colosse avec une phrase digne du lion qui l'animait. L'truc c'est que les barbus n'étaient pas doués pour la discussion, ils avaient plomber le grand gaillard qui tomba comme une mouche, sans doute pas mort vu sa corpulence mais out à première vue. Tant mieux pour lui, les balles des barbus ne valaient rien face à la puissance du lion. Aux cris du sergent Mazeltof, Bobby Brown avait saisi le danger tout de suite. Il avait sauté derrière le bureau rejoignant par la même occasion le duo Malibu Rescousse. Quant à Scar, trop sauvage, trop fier pour fuir le danger, il allait l'affronter de front !

Bombant le torse fièrement, s'avançant pour rejoindre le front aux côtés de ses compagnons les barbus, les premières balles fusèrent et même les lions aussi majestueux et puissants qu'ils puissent être devaient fuir ! Scar bondit derrière une armoire qui se trouvait sur la gauche prenant par la même occasion quelques balles dans le torse et le bras. La fusillade prenait de l'ampleur tandis que les têtes tombaient petit à petit. Un désordre plutôt impressionnant qui risquerait d'éveiller les soupçons de la ville. Il fallait agir et vite. Plus de balles ? En route. Un sourire carnassier apparaissait sur le visage de Scar, tandis qu'il ressentait déjà les premiers effets du fruit du démon. Il avait hâte ? Oui, mais c'était plus que ça. Il voulait chasser. Les barbus et soldats commencèrent à s'affronter aux poings et armes blanches. L'arme de Scar était là, au chaud.

Il bondit derrière le bureau, ses pupilles d'émeraudes s'émerveillant à la vue du duo malibu rescousse apeuré. Pas un mot, seulement un sourire qui en disait long sur ses intentions. Il saisit Bernard par le col, traînant le pauvre sauveur comme une vielle merde. Il attrapa son slip avec son autre main, il fit deux tours sur lui-même et balança Bernard de toutes ses forces. Sa cible ? Le sergent Mazeltof bien évidemment ! Une fois Bernard lancé, notre héros pointa son doigt sur le sergent menaçant...

EN AVANT BERNARD ! MONTRE LUI TA BEDAINE ! GROAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! BEDAINE BULLET ! BERNARD STYLE !
BEEERNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARD-CHOUUUUUUUUUUUUU !

Nul doute que le bedaine bullet allait faire des ravages, le soucis c'est que Bernadette approuvait pas forcément ce genre de comportement et elle l'avait fait comprendre la pauvre. Sa moitié volait en direction d'un sergent armé jusqu'aux dents, bedaine à l'air. Oui, Bernard avait remonté son haut pendant le laps de temps où il était dans les airs. Ses poils disgracieux et son gros bide viendrait, avec de la chance à bout du sergent. Le point positif était que Mazeltof était pas si jeune, Bernadette ne pouvait qu'espérer que l'homme éveille des rhumatismes subitement.
Impossible.
Il fallait donc se rattraper sur Scar. Pourtant c'était lui qui avait les bonnes idées !

Ta foutue quoi ?! La solidarité entre les révolutionnaires tu connais ?!
T’inquiètes, je t'ai pas oublié Berdette ! BERDETTE SPEAR !
C'EST BERNADETTE ! YAAAAAAAAAAAAH !

Tout le monde gueulait pour le coup ! Surtout Scar qui n'en ratait pas une, c'était sa manière d'être en compétition avec le caporal Rishrag. Il avait saisi le bras de Bernadette, avec son autre main il avait saisi le t-shirt de la révolutionnaire et l'envoya avec autant de ferveur que précédemment. Véridique, le t-shirt de Nenette était resté dans ses mains... C'était le soutient-gorge volant !

Au passage, le lion était au-dessus dans la chaîne alimentaire et si le caporal Rishrag avait eu l'imprudence de se prendre pour un loup, il allait apprendre qu'il était — dans une logique incontestable pour notre héros — en dessous du roi lion.
Oui !
Scar avait visé le caporal au sol cette fois ! Il n'oubliait aucun affront fait à son statut de roi.

MASSACRE LE BERNANETTE !

C'était tout simplement l'apocalypse... L'APOCALYPSE !


Dernière édition par Scar le Jeu 28 Aoû - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hurk Rishrag
Caporal
Caporal
avatar
Age : 22
Messages : 25
Localisation : East Blue - Konami Island.
MessageSujet: Re: Le roi lion s'évade ! [Hurk] Jeu 28 Aoû - 23:06

JETEZ-MOI AUTANT DE KILOS DE GRAS QUE VOUS VOUDREZ, CELA NE VIENDRA PAS A BOUT DE MA DÉTERMINATION DE FER ! JE SUIS LE SERGENT YURI MAZELTOF, JE DONNERAI MA VIE POUR LE GOUVERNEMENT S'IL LE FAUT ! MAZELTOF SLASH !

D'un geste mainte fois exécuté, un automatisme qui fonctionne bien, il agita la fine lame de son épée, qui vint lacérer le lard du gros Bernard à plusieurs reprises et dévier sa trajectoire. Le marine au casque d'ours ne bougea point, le membre du Malibu Rescousse allant s'écraser avec fracas contre la paroi derrière l'officier, dans un concert de roches et de poussière. Une rencontre douloureuse pour l'amant de Bernadette, à n'en point douter. En témoigne les gémissements plaintifs qu'il poussait, pendant qu'il glissait le long du mur, retombant lourdement au sol, hors d'état de nuire. Mains sur les hanches dans une posture victorieuse, l'ancien gardien de Tequila Wolf laissa s'échapper un rire tonitruant. Fort de sa victoire expéditive, il repartit à l'assaut, désireux d'en découdre avec cette tentative d'évasion grotesque. Un homme vint lui barrer immédiatement la route.

D'une taille ridicule, avoisinant le mètre dix, soit cinquante centimètres de moins que Yuri, aussi large que pouvait l'être un nain de son espèce, barbu. Une barbouze soigneusement entretenue depuis des années, épaisse, longue et coiffée de plusieurs grosses tresses, tout comme les deux identiques de chaque côté de sa moustache. Roux, affreusement roux. Et grassouillet, comme tout bon nain qui se respecte. Sur ses yeux étaient posées une paire de lunettes aux verres ronds et épais, à tel point qu'il était impossible de discerner quoique ce soit à travers. Sur son crâne trônait un haut de forme particulier, en forme de petite horloge, dont le coucou était remplacé par une cuillère. Le creux de ce couvert se remplissait toutes les demi-heures de rhum. Le ventripotent n'ayant alors qu'à tendre la longue pour recevoir son breuvage. Et justement, il avait pu faire le plein dans le bureau du Colonel, où dormait une vieille bouteille.

Le nabot ricanait, trépignait d'impatience à l'idée de refaire le portrait de l'arriéré. Grimm Lee, surnommé la Ballerine Rousse dans le domaine de la piraterie, était un dangereux forban, membre de l'équipage des pirates barbus, primé à 6 millions de berrys. Si on lui a attribué un sobriquet aussi cocasse, c'est en rapport avec son style de combat. Avec une vélocité qu'on ne lui soupçonne pas, il se déplace et frappe de ses jambes ses adversaires. Le tout offrant l'impression qu'il danse, d'où le rapport avec la ballerine. Mazeltof connaissait tout cela, et su immédiatement à quoi s'attendre de sa part, aussi prit-il un instant pour respirer, reprendre son calme, et aborder ce combat avec tout l'énergie dont il disposait encore. D'un bond gracieux, Grimm s'éjecta dans les airs, tournoyant à vive allure, avant d'abattre son pied sur sa cible. Au même instant, Yuri frappait d'estoc de la pointe de sa rapière, les deux assauts se heurtèrent avec fureur.

***


Pendant ce temps, le Berdette Spear toucha en plein visage un Hurk qui commençait tout juste à sortir de sa torpeur. Bernadette, l'autre membre du Malibu rescousse, vêtu simplement de son plus beau soutient-gorge, se réceptionna comme elle le pu, sur la montagne de muscles. Sa poitrine avantageuse vint s'étaler sur la trombine du Rishrag, qui, aussi déconcerté qu'émerveillé, fut sèchement rabattu au sol. Sa première réaction fut de ne pas bouger, profiter de l'instant. La seconde, de remuer la tête successivement à gauche puis à droite, pour lui faire un sauvage bloublou. La jeune femme à la dentition désastreuse sembla lire dans ses pensées, puisqu'elle poussa un cri outré, avant de le rouer de gifles. Farouche, se débattant telle une guerrière de l'île des Amazones, la beauté en moins. Le Caporal benêt se contenta de la saisir par le haut du crâne, et de se relever comme si de rien n'était, la révolutionnaire pendant à ses doigts, gesticulant comme une possédée.

GOUJAT ! SALE BEAUF ! CONNARD ! SALOPARD ! TUEUR D'ENFANT ! OPRIMEUR DE LIBERTE ! DESTRUCTEUR ! COUILLON !

*SBAF SBAM BOUM BOUM BOOUUUUM*


GWAH-AH-AH-AH-AH-AH ! LES FEMMES DOIVENT RESPECTER LES HOMMES ! SINON, ELLE FERME LEUR GUEULE ! GWAH-AH-AH-AH-AH-AH !

Hurk, manifestement remis de ses blessures par balles, frappait sur son torse de ses poings massifs, affirmant son autorité en ces lieux. A ses pieds, Bernadette, tronche ensanglantée, partie rejoindre son bien-aimé dans une dimension onirique. Sous le seuil de la porte du bureau du Colonel Zashi, deux hommes. Deux sauvages, transpirant de virilité, vomissant de fierté, forts, timbrés et suicidaires. Deux êtres qui, dans le même camp, auraient fait des ravages. Le destin les avait séparé, placé en ennemi éternel, préférant les voir s'entre-déchirer que s'allier contre le reste du monde. L'auto-proclamé roi lion, colossal de deux mètres, des poings forgés pour la destruction, l’annihilation, le chaos. Un féroce adversaire. Une bête comme notre trappeur aimait les chasser. Faisant craquer ses jointures, le surnommé Chuchmur afficha un grand sourire carnassier au lion, qui lui répondit de son rire singulier. Le temps suspendit son cours...

Une goutte de sang s'échappe des plaies du Caporal, heurtant le ciment avec cette résonance bien particulière. Les deux opposants se regardent en chien de faïence, tous sens en alerte.

Une seconde rejoint la première. Hurk grogne, Scar rugit.

La troisième, signal de départ pour les fauves qui se jettent l'un sur l'autre.

L'épreuve de force est remportée par le marine, qui balance d'un coup de semelle dans le torse du balafré, qui va ricocher contre l'étagère en bois. Elle se brise, le pirate repart à l'assaut, agile il évite la droite qui menace de lui arracher les dents et contre-attaque avec rapidité et précision. Un coup direct dans les côtes flottantes, accompagné d'un crochet du gauche dans la tempe font reculer Chuchmur de quelques pas, déboussolé. Il bondit alors sur sa proie, mais d'un réflexe salvateur Hurk parvient à le cueillir dans son élan, l’empoignant à la gorge, pour mieux le bazarder à travers la pièce. Pas le temps de respirer que Scar est déjà sur ses jambes, retournant à l'assaut. Alerte, il évite le coup de boule, riposte de son genou qui pulvérise l'os du nez dans un craquement et une gerbe de sang. Il termine en agrippant la capuche en fourrure d'animal et balance la carcasse du mastodonte contre la cloison.

Cette dernière explose sous le poids et la violence de la chose, laissant le soin à Hurk pour la seconde fois d'embrasser le sol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scar
Fauteur de trouble
Fauteur de trouble
avatar
Messages : 23
MessageSujet: Re: Le roi lion s'évade ! [Hurk] Ven 29 Aoû - 1:32

Je hais la marine...

Qu'on se le dise, Scar n'était pas le genre de bougre à développer des sentiments au quart de tour. Il n'en avait strictement rien à foutre du sort de Bernard ou Bernadette, mais le problème était là. Dévier le lancé de notre homme de cette façon en tranchant la bedaine... Impardonnable. il bouillonnait, c'était un manque de respect à sa force. Le roi lion allait prendre sa revanche sur Yuri, mais le bureau du colonel Zashi était devenu une véritable scène d'affrontement. Le temps manquait et la marge de manoeuvre de Scar rétrécissait, le temps de tabasser un simple soldat qui avait eu l'audace de penser qu'il pouvait venir à bout du roi lion à l'aide d'une simple épée. Pathétique. Les deux hommes, Hurk et Scar, semblaient être connectés. C'est simple, tandis que Scar abattait ses poings comme une masse sur le visage de sa proie, Hurk dégommait la pauvre Bernadette. La dentition de la révolutionnaire avait eu raison d'elle et sa poitrine n'avait rien pu faire pour elle.

C'était trop, d'abord Bernard puis Bernadette, Scar allait s'occuper de ce fameux caporal Rishrag, ensuite il s'occuperait du marine à la tête d'ours. Son obstination et son instinct voilà ce qui guidait notre héros. Un sourire malicieux sur son visage tandis que le temps semblait se suspendre l'espace de quelques secondes. Ses pupilles de félins fixant l'immeuble ambulant. Les gouttelettes de sang qui tombaient en guise de prémisse de l'affrontement. Les deux s'élancèrent l'un contre l'autre et l'avantage allait en faveur du marine. C'était sans compter sur la rage de vaincre du révolutionnaire, Scar reprenait l'avantage pour le garder, il avait envoyé le colosse au tapis grâce à un coup de genou salvateur. C'était la victoire ? Non. De par sa carrure, le marine devait avoir une résistance beaucoup plus importante. Cependant, un coup de pied dans le torse, un étranglement à la gorge et envoyer le colosse dans la cloison, voilà qui demandait de l'endurance ! Scar était un peu essoufflé pour le coup et la force dont le caporal Rishrag avait fait preuve avait littéralement sonné le lion. Il crachait du sang parterre avant de jeter un rapide regard vers Hurk. Toujours au sol, tant mieux.

Scar titubait, il s'était mis en route pour sa prochaine cible : le sergent Yuri Mazeltof. Celui-ci était en pleine concentration, la ballerine rousse était second dans l'équipage des barbus, c'était un combattant habile qui avait l'expérience d'un vétéran. Les nombreuses pirouettes qu'il faisait jouait à son avantage, déstabilisant le marine à la tête d'ours.

PODONOK ! SCÉLÉRAT ! PERFIDE ! CESSEZ VOS MOUVEMENTS FORBAN ! FOUTREBLEU !

Le sergent Mazeltof voyait de toutes les couleurs face à la vivacité et à l'entrain dont la ballerine rousse faisait preuve, c'était son atout après tout, il fallait toujours se méfier des nains et de leurs grandeurs. Comme des mouches ces types-là !
Scar dans sa progression, pour arriver au sergent, en profitait pour piétiner et shooter quelques marines au sol qui se plaignaient de douleurs. Parfait, le sergent n'avait pas fait attention à sa présence, trop occuper à essayer d'embroché le nain. Deux mètres séparaient les deux hommes. Scar serra son poing de toutes ses forces. Il cramponna ses pieds dans le sol et couru sur le marine. Pas un mot, pas un bruit, juste une crinière noire qui se déplace. Son poing effleurait le sol tandis qu'il remontait à une vitesse vertigineuse vers le menton du sergent. L'esquive n'était plus possible. Yuri Mazeltof venait de se prendre un putain d'uppercut qui l'envoyait s'encastrer dans le plafond, tête d'ours la première. Il retombait au sol, dans les vapes après un tel coup. C'est ce sentiment qui donnait à Scar toute la détermination dont il faisait preuve. Ensanglanté, le révolutionnaire poussa un rugissement puissant, il imposait sa volonté sur les autres. Un rugissement qui semblait vouloir dire « Maintenant, fermez vos gueules, j'ai gagné. »

GROAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARH !

Scar finit par s'appuyer contre le mur se laissant tomber afin de s'asseoir sur le sol, Grimm Lee eu un sourire malicieux de nain, avant de lever son pouce en direction de Scar. Sa manière de le féliciter, les nains n'étaient pas gourmands quand ils se battaient, mais ils adoraient l'argent et la boisson comme tous les autres nains.

Bobby Brown était toujours vivant et intact, le bougre était resté caché tout ce temps. C'était un scientifique, pas un combattant, sa présence ne changeait rien. Il était utile pour une chose, courir, ce qu'il fit dès qu'il remarqua que le chemin était libre. Bernard et Bernadette avaient tous les deux leurs pouces en l'air, ils approuvaient le fait de pourrir en prison pour préserver la liberté du scientifique. On pouvait voir les étoiles de fierté sortir de leurs yeux, le tout accompagné de leurs sourires dégueulasses. Bobby Brown était trop lâche pour faire attentions à ces deux-là. Il était sur le point d'aider Scar à se relever, mais entendit la voix du sergent Mazeltof qui grommelait sa douleur, quelques dents en moins. Il n'en fallait pas moins pour que le scientifique lâche brutalement notre héros et prenne la fuite. Connard.

Heureusement, la ballerine rousse était un barbu. Tous les barbus étaient fiers, braves et surtout très alcoolisés. Il léchouillait la cuillère qui lui pendouillait audessus de la tête, saisit la jambe de Scar et se mit à courir derrière Bobby B. traînant le lion derrière lui.

HYO HYO HYO HYO HYO ! BARBU !



Les nains... C'était des gens magnifiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le roi lion s'évade ! [Hurk]

Revenir en haut Aller en bas

Le roi lion s'évade ! [Hurk]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: East blue :: Logue Town-