AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Dans la gueule du loup [Partie 2 | Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Dans la gueule du loup [Partie 2 | Solo] Dim 24 Aoû - 14:01

Dans la gueule du loup
Partie II

La nuit commençait à tomber sur la ville de Kina Town, les deux hommes avaient décidés d'un plan. Pénétrer dans la base Marine afin de délivrer un certain Ether ? Non, ce n'était pas ça, plutôt Heather. Un homme prisonnier, aux mains du vil sergent Baldin. Red et Mephisto ne s'étaient rencontrés que quelques heures plus tôt, mais ils semblaient déjà avoir pleinement confiance l'un envers l'autre. Chose étrange me direz vous, non, pas tellement, ce monde est bien trop dangereux pour ne pas se faire des alliés. Certes, les risques de trahison peuvent être grand lorsque l'on fait confiance en un pirate, mais l'utopiste révolutionnaire voulait y croire. Ayant voyagé seul pendant longtemps, un peu de compagnie amicale ne lui faisait pas de mal. De plus, cet homme l'aiderait à accomplir ce qu'il s'était fixé.

Ayant déposé la jeune archère à un motel afin qu'elle les attende là en toute sécurité, les deux hors-la-loi marchaient en ville, attendant que la pénombre recouvre chaque parcelle de lumière en ombre. Tels deux assassins, ils se faufilaient de ruelles en ruelles, sachant pertinemment que les soldats avaient eus leur signalisation et qu'engager le combat maintenant ne serait pas très discret pour la suite des opérations. Néanmoins, Red voulait éclaircir un point avec son camarade, lui il savait désormais que Mephisto était un pirate recherché, mais le révolutionnaire ne s'était pas présenté comme tel.

" - Écoutes, t'as dû entendre l'archère tout à l'heure. Tu te demandes sûrement ce qu'est un révolutionnaire. Et toi, étant pirate, je peux te faire confiance sur ce coup là." dit-il, prenant une inspiration. "Je fais partie de la révolution. Nous luttons dans l'ombre contre le gouvernement afin de le faire disparaitre. Même si cela n'est pas une tâche aisée. C'est pour ça que délivrer des personnes qui sont prisonnières me tient tant à cœur. Je me suis juré, plus jeune, que je libèrerais chaque esclave de ce monde, et pour ça je suis prêt à tout. Maintenant, je dois savoir, t'es avec moi sur ce coup là ?"

Red se doutait de la réponse, cet homme à ses côtés n'était pas le genre à se défiler. Le révolutionnaire le voyait comme une personne de valeur honorant ses promesses. Le temps serait bientôt venu pour la révolution de passer à l'action, de sortir de l'ombre. Certes, pendant un temps, la population les prendrait pour des terroristes, mais ils verraient bien que cela est pour leur bien. Peu importait à cet homme aux yeux jaunes l'avis de toutes ces personnes, manipulées par un gouvernement cachant ses réels actes à la face du monde, faisant passer chaque acte de bonté et de liberté pour une simple atteinte aux droits de chacun. De la propagande, voilà ce qu'ils faisaient. Il était temps que les choses changent, mais pour cela Red aurait besoin d'allié.

" - Le temps est désormais venu pour la révolution de sortir de l'ombre. Montrer au monde entier que nous ne sommes pas les méchants de l'histoire, mais les libérateurs de leurs droits et de leur libre arbitre. Nous agissons pour la paix et la liberté, peu m'importe que je sois traqué, haït ou même vu comme un monstre. Le gouvernement couvrira toujours nos actes comme étant malveillants, et il en va de même pour les pirates. Si nous n'agissons pas, nous serons sans arrêt traqués comme des cibles à abattre." dit-il, le regard dans le vague, l'esprit ailleurs.

Leurs pas les guidèrent jusqu'à la lisière d'une forêt dense, encerclant la ville ainsi que la base Marine. D'ici, Red pourrait passer inaperçu pour contourner la base afin d'y pénétrer tandis que son collègue pirate attirerait l'attention des soldats. Le révolutionnaire s'assit sur un rocher, faisant signe à Mephisto de faire de même. Avant toute chose, il faudrait qu'ils revoient leur plan, afin d'agir de manière synchronisée. L'obscurité commençait à se faire plus dense, presque palpable, les lumières de la ville éclairaient légèrement leurs visages, les yeux jaunes du révolutionnaire brillant dans la nuit. Il se sortit une cigarette qu'il alluma, tirant une bouffée qu'il recracha dans un grand nuage blanc qui se dissipa dans le vent. Red avait réfléchit à de nombreux moyens de signaler le moment d'agir lorsqu'ils seraient séparés.

" - Faisons le point. Tu es un logia du feu, tu peux donc le contrôler et en créer à ton bon vouloir. Quant à moi, je suis un paramécia, je peux augmenter ma chaleur corporelle de manière surhumaine." dit-il, faisant la démonstration en direct en augmentant la chaleur de sa paume, devenant rougeâtre dans l'obscurité. " Afin d'agir de manière simultanée et de me donner le signal pour pénétrer dans la base, je te proposes un signe reconnaissable. Lorsque tu auras attiré les soldats à l'entrée, il faudra que tu tires un jet de feu ou une boule de feu dans les airs à la manière d'une fusée de détresse. Ainsi, je saurais que le moment est venu pour moi d'agir. Ça te va ?"

Le plan était simple et serait efficace, à n'en pas douter. S'ils agissaient ainsi, nul doute qu'ils réussiraient. Enfin, il fallait toujours s'attendre à avoir de mauvaises surprises. Le point noir dans l'affaire, c'était le sergent Baldin, ils ne savaient pas grand chose de lui. Seule sa description avait été faite et il serait, à tout les coups, un adversaire à ne pas sous-estimer. Si cet homme avait été mit à la tête d'une île afin de la contrôler au nom du gouvernement, c'est qu'il n'était pas si idiot que ça. On a toujours tendance à sous-estimer l'intelligence d'un homme avec des muscles sur-développés, et c'était une erreur que nombreux faisaient, une erreur qui pouvait coûter la vie. L'habit ne fait pas le moine après tout. Qui se douterait que ces deux utilisateurs de fruits du démon aient de telles capacités ? Laissant le temps à Mephisto de s'exprimer par rapport à tout ce qu'il avait dit. Le temps était désormais venu d'agir. De plus, la nuit était des plus sombres, sans lune, seules les lumières de la ville éclairaient légèrement les alentours. Mais, la forêt, elle, était d'une noirceur sans faille.

" - Bien. Il est temps de se quitter, pour mieux se retrouver, une fois à l'intérieur. On se retrouve dans le bureau de Baldin. Fais gaffe à toi, même si leurs armes ne t'atteignent pas, ne les prends pas trop à la légère, on pourrait avoir de mauvaises surprises." s'exprima-t-il, accompagnant sa tirade d'un clin d’œil et d'un signe de la main.

Sur ces mots, il tourna le dos à Mephisto et s'enfonça dans l'obscurité de la forêt, s'éclairant à l'aide de sa main légèrement chauffée. Le temps était venu de montrer à la Marine que la révolution s'était éveillée et qu'elle ne s'arrêterait pas là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup [Partie 2 | Solo] Mar 26 Aoû - 0:33

[Mephi m'a dit de continuer ce RP seul finalement.]

Red était désormais entouré d'obscurité, s'éclairant à la seule lueur de sa main. Cette forêt était bien plus lugubre qu'il ne l'aurait pensé. Il avançait pas à pas, peu rassuré. Il savait pertinemment qu'il était recherché ainsi que Mephisto à travers la ville, avaient-ils pensés à surveiller la forêt également ? Mieux valait rester sur ses gardes. De toute façon, ce ne serait pas quelques soldats qui l'arrêteraient. Sa détermination était à toute épreuve. Ainsi, il continua d'avancer, évitant de trop s'enfoncer dans les bois, il restait près de l'orée de la forêt afin de pouvoir se guider facilement. Un bruit attira alors son attention, un craquement, le suivait-on ? Le révolutionnaire n'en savait rien et fit mine de ne pas s'en être rendu compte. Néanmoins, il restait sur ses gardes, à l'affut du moindre bruit. Il avait un prisonnier à délivrer et un sergent à éclater, ne l'oublions pas. Avançant à pas de loup, il observait, à la lisière de la forêt, les mouvements des soldats près de l'entrée de la base. Ils avaient l'air agités. Éteignant, pour ainsi dire, sa main, il se fondit dans l'ombre des arbres et de la nuit pour avancer tel un assassin. Il lui fallait contourner cette petite base, même si cela ressemblait plus à un château qu'aux habituelles bases Marines. Le sergent Baldin avait sûrement réquisitionné cet endroit pour en faire sa propre base lors de son arrivée. Un mur d'enceinte entourait l'endroit, c'était parfait pour se protéger ce genre de truc, mais ça avait un inconvénient pour eux, ça obstruait la vue des mouvements dans la forêt. Red avait bien l'intention d'en tirer avantage.

Après quelques minutes à s'approcher lentement du château, des voix lui parvinrent, provenant de l'autre côté du rempart haut de trois bons mètres. D'où il se trouvait, encore tapis dans les bois, cela ne ressemblait qu'à des sons indistinct et il décida de se rapprocher. Se collant à la paroi en pierre, les voix lui parvinrent plus distinctement.

" - Dis moi Bob, pourquoi un tel attroupement ce soir ? J'étais sur le point de pioncer que l'on m'a brusquement réveillé pour m'ordonner de sortir avec les autres." dit une première voix.

" - Paraîtrait que deux fouteurs de merde vont essayer de s'introduire ici dans la nuit. Du coup, Baldin a demandé à tout le monde de patrouiller, il en aurait même envoyé dans les bois pour surveiller qu'on se ferait pas encercler." dit la seconde voix, une note d'inquiétude dans le ton.

" - Qu'ils essayent de rentrer, on les attends de pied ferme ces raclures ! C'est quoi ? Des pirates ? Des bandits ?" dit le premier, bien plus confiant que son camarade.

" - J'en sais rien, apparemment y en aurait un qui aurait une prime sur sa face. Crois moi, vaut mieux se méfier, cet aprem y a Kari qui est rentré avec une brûlure au poignet, c'était pas beau à voir." dit le second, bien plus paniqué.

Le révolutionnaire en avait assez entendu, il devait être vigilant à ne pas tomber sur des patrouilleurs dans les bois. Ou alors. Une idée lui vint subitement, il lui fallait plus d'informations. Retournant dans les bois, il se mit à la recherche d'un arbre aux branches basses et aux anfractuosités permettant d'y grimper facilement. Il lui fallut bien une dizaine de minutes dans cette pénombre pour trouver ce qu'il cherchait. Grimpant tel un petit singe dans l'arbre, il passa de branches en branches, risquant beaucoup moins de se faire remarquer. Puis, des bruits de pas, ça venait dans sa direction. Les lueurs de torches accompagnaient les craquements de branchages sous les bottes des soldats. Quelques voix s'élevaient, Red en nota trois, pas de quoi fouetter un chat. Il attendit sur son perchoir qu'ils se rapprochent. Puis, lorsqu'ils passèrent en-dessous, il leur bondit dessus. Même pas besoin d'y mettre de la force, la gravité faisait le travail à sa place. Ses deux poings s'écrasèrent sur le visage de deux des trois hommes qui s'écrasèrent au sol, inconscients. Le troisième larron tenta de s'échapper en criant, mais l'homme aux yeux jaunes le retint par le col et lui plaqua sa main sur la bouche, lui intimant de se taire. Puis il plongea son regard dans le sien, lui faisait clairement comprendre ce qui lui arriverait s'il essayait de prévenir qui que ce soit, l'homme devint d'un coup beaucoup plus calme. Il relâcha sa prise sur sa bouche et le soldat tomba à terre, le regard apeuré.

" - Ainsi, Baldin vous a envoyé nous débusquer dans les bois, il est malin ce type ! Bref, j'ai quelques questions à te poser et t'as intérêt à me répondre." dit-il, son visage éclairé par le dessous par une torche.

" - J'ne...je...dirais rien !" bafouilla l'homme à terre.

Un sourire étira le visage du révolutionnaire, se voulant terrifiant il mettait toutes les cartes de son côté pour faire parler son prisonnier. Sa main devenant rougeoyante, il l'approcha du visage du terrifié, lui faisant clairement sentir la chaleur qui s'en dégageait. Des gouttelettes perlèrent de son front tandis que son visage se vidait de toute couleur, le rendant aussi pâle que la neige.

" - Tu as sûrement entendus parler de ce qui est arrivé à un certain Kari cet après-midi, non ? Eh bien...sache que c'est moi qui lui ait fait ça et, je peux te faire bien pire, crois moi." susurra-t-il tel le plus grand des psychopathes. " Y a-t-il une autre entrée pour pénétrer dans cet endroit ? Allez, dis moi tout et il ne t'arrivera rien, je suis un type qui tient parole. Crache le morceau, je ne te ferais rien."

" - Euh...vous jurez de...rien m'faire, hein ? J'ai pas trop envie de finir avec le poignet grillé comme Kari. Mais..j'ai pas trop envie d'me faire virer...j'serais considéré comme complice. Vous savez qu'ya un code d'honneur chez les.." commença le soldat apeuré.

" - Accouches ! J'ai pas qu'ça à faire !" s'énerva brusquement Red.

" - Oui, y a une porte juste derrière le château, vous pourrez pas la louper, mais s'il vous plaiiit me faites pas d'mal !" se mit à pleurer le pauvre homme.

" - Ah bah tu vois quand tu veux !" s'enthousiasma le révolutionnaire. "T'inquiètes pas, je dirais pas que c'est toi qui m'a indiqué le chemin. Par contre, je vais devoir t'assommer, ils risqueraient de se douter de ta trahison sinon !"

" - Mais vous aviez d..."

Un bon coup de poing sur le haut de son crâne interrompit sa phrase, décidément cet homme parlait trop et Red était bien trop pressé pour l'écouter déblatérer plus que ça. Ainsi, une autre entrée se trouvait à l'arrière du rempart. C'était parfait. Les choses sérieuses allaient enfin pouvoir commencer. Pas que cela l'amusait, mais délivrer cette petite ville du joug d'un tel enfoiré l'enchantait au plus haut point. Pas de pitié pour les canards boiteux comme dirait l'autre. Ou les connards boiteux ? Il ne savait plus trop, mais peu importe. Son avancée continuait, il contourna le bâtiment rapidement sans rencontrer d'autres patrouilles, c'était étrange, louche même. Il arriva enfin en vue de la porte, gardée par deux types en pleine conversation, ça c'était du mauvais boulot ! Avançant pas à pas dans l'ombre de la forêt, il s'arrêta à cinq enjambées des deux gardes. En deux secondes il pouvait être sur eux et ils ne s'en rendraient compte qu'au dernier instant. Vu leur conversation, ils avaient l'air de se disputer, le destin lui souriait c'était pas possible autrement. Mais, trop confiant, il marcha sur un branchage qui craqua dans le silence de la nuit. "Eh merde !". Les deux soldats s'étaient retournés, sur leurs gardes. Red leur fonça dessus et sauta sur eux, les deux genoux repliés qui écrasèrent leurs visages bouche-bée. Quelques dents tombèrent tandis que le révolutionnaire ouvrait la petite porte pour enfin pénétrer dans l'enceinte de la base. Désormais, il lui faudrait attendre le signal de son camarade. Se cachant derrière un buisson aussi touffu que l'entrejambe de la mère du sergent Baldin, il guetta le ciel, attendant la boule-de-feu-fusée-de-détresse qui annoncerait que les soldats s'étaient rendus à l'entrée attirés par Mephisto. Mais, rien ne venait.

" - Qu'est-ce qu'il fout celui-là ? Avec son pouvoir ça m'étonnerait qu'il ait eut des ennuis. Bon, il va falloir que j'attende si je comprends bien."
fulmina-t-il, observant les cieux à la recherche du signal.

Lui qui avait fait confiance à ce type, il n'en croyait pas ses yeux. Est-ce que ça le dérangerait s'il agissait maintenant ? Pendant que les patrouilleurs et les gardes qu'il avait terrassé étaient dans les vapes, c'était le meilleur moment pour agir. Et puis merde, il s'élança vers la bâtisse à grandes enjambées, passant de coins d'ombres en buissons touffus. Vous pourriez penser que cet homme n'était pas très patient que vous mettriez dans le mille, pour ce genre d'acte, Red ne pouvait pas se retenir de foncer, sans perdre de temps. Pas de garde près de cette porte un peu plus loin ? Ouh ! Ça sentait le traquenard à plein nez, mais bon, pas le choix. La lumière qui s'échappait du bâtiment n'annonçait rien de bon non plus, tout les soldats étaient sur leurs gardes, prêts à lui foncer dessus et à le défoncer bien comme il faut. Mais bon, pour ça il faudrait déjà qu'ils le trouvent. Il s'approcha prudemment de la porte et commença à l'ouvrir, sûr que quelque chose de bien puant se trouvait de l'autre côté. Et, lorsque la porte fut ouverte, quelle fut sa surprise de n'y voir aucun soldat qui l'attendait. C'était quoi ce comité d'accueil tout pourri ?

" - Ils auraient quand même put faire des efforts, ils me prennent pour qui eux franchement ? Je suis un révolutionnaire bordel ! C'est vexant !" se plaignit-il pour lui-même.

Marchant dans les couloirs, tout lui semblait étrangement calme, ils avaient pas prévus une invasion ou un truc dans le genre à la base ? Soi ils étaient vraiment mauvais, soi intelligents, Red ne savait trop que choisir entre ces deux options. Ou alors, peut-être que Mephisto avait réussit à les attirer à l'extérieur et que le révolutionnaire avait raté son signal, ou n'en avait pas eut le temps. Bref, pour l'instant tout lui semblait super calme. Et autant de silence, valait mieux se méfier. Après, peut-être que notre jeune héros national était un peu parano sur les bords, mais vaut mieux être trop prudent que pas assez. Bon, il devait d'abord trouver l'endroit où les prisonniers étaient enfermés et libérer l'autre Heather. Il ressemblait à quoi d'ailleurs ? Poup, il aurait qu'à demander si jamais il tombait sur des prisons pleines à craquer. Ah, tiens ! Ce serait pas des bruits de pas qu'il entendait là par hasard ? Oui ! C'était ça, et ça se rapprochait. Que devait-il faire ? S'échapper, se cacher ou bien les affronter ?

" - Ne réfléchis pas trop, révolutionnaire ! T'es déjà encerclé depuis un bon moment !" dit une voix féminine derrière son dos.

Alors qu'il se retournait pour contempler avec horreur ce visage familier, les bruits de pas se firent plus proches, venant de toutes les directions.

" - Quoi ? Toi ? Mais c'est quoi ces conneries ?!" s'écria-t-il incrédule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup [Partie 2 | Solo] Mar 26 Aoû - 14:22

Face à lui se trouvait la femme qu'ils étaient censés aider. Mais, qu'est-ce qui se passait à la fin ? Les évènements de la journée lui revinrent en tête. Cette archère les avaient attaqués à elle seule contre deux hommes considérés comme dangereux. De plus, elle n'avait pas parut dangereuse lorsqu'ils l'avaient rencontrée. Pourquoi avoir été envoyée dans une mission aussi suicidaire ? Tout lui semblait bien plus clair, le révolutionnaire avait été abusé par sa propre gentillesse et ses goûts en terme féminins. Ah, cette fâcheuse manie de ne pas résister aux beautés du corps d'une femme allait le perdre un de ces jours, ou aujourd'hui même s'il n'avait pas de chance. Son arc bandé, une flèche tout droit pointée sur lui, l'archère avait complètement changée d'expression, un sourire sadique aux lèvres. Pas de doute possible, c'était bien un piège qu'elle lui avait tendue. Peut-être était-ce même Baldin qui avait organisé tout ça. Quelle poisse.

" - Dis moi espèce de petite menteuse, est-ce que Heather existe vraiment ? Ou alors ça faisait également partit du plan de prendre un révolutionnaire par les sentiments ?" s'énerva-t-il, son regard fixé droit dans celui de la jeune femme.

" - Oui, il existe bien, mais c'est juste un simple prisonnier, un bandit que l'on a attrapé l'autre jour. Aucun lien avec moi." sourit l'archère, apparemment fière d'elle.

Les pas se rapprochaient encore, à droite, à gauche et derrière lui. Mais, aucuns ne provenaient de derrière la jolie demoiselle aux cheveux violets. C'était par là qu'il pourrait prendre la fuite. Fuir ? Non, pas vraiment. Il devait toujours trouver les quartiers du sergent pour lui régler son compte, mais cela s'avèrerait bien plus compliqué à présent. Sans aucune sommation, la flèche partie dans sa direction, droit vers son cœur. Un pas chassé lui permit d'éviter le projectile et il se lança droit du elle. Une autre flèche fut projetée, lui frôlant le bras lorsqu'il l'évita, laissant une petite entaille. En deux bonds il fut sur elle, esquivant un coup horizontal de l'arc en se baissant, avant de remonter pour attraper la sale menteuse à la gorge, la soulevant du sol et la plaquant contre le mur.

" - Je pourrais te brûler la gorge à tel point que tu ne pourrais plus jamais exprimer un seul son, alors parles tant que tu le peux encore ! Dis-moi où se trouve le bureau du sergent !" aboya Red, hors de lui.

A vrai dire, il se sentait surtout honteux de s'être fait berné aussi facilement. Certes, les larmes d'une femme ne mentent pas habituellement, mais celle-ci était vraiment habile pour mentir, ça ne faisait aucun doute. Elle cligna des yeux, papillonnant des cils et lui faisant baisser sa garde pendant une seconde, moment dont elle profita pour lui asséner un violent coup de genoux dans le ventre, le faisant lâcher prise. Ne ramassant pas son arc, elle s'élança dans le couloir. Cela faisait sûrement partit de leur plan, mais Red n'avait pas le choix et devait la suivre ou alors se battre contre les soldats qui arriveraient bientôt. Il fallait qu'il réfléchisse à une autre alternative. 

" - Dans quel merdier je me suis encore fourré moi." se plaignit-il, fortement ennuyé par la tournure des évènements.

Maintenant qu'il y pensait, la ville n'était pas bien grande et n'avait pas besoin d'une armée de soldats pour être surveillé. Néanmoins, les bruits de pas continuaient à résonner dans les couloirs, toujours aussi distants. Un martèlement de bottes continuel. Étrange, on aurait dit qu'ils faisaient du surplace. Plutôt que de suivre la direction qu'avait prit l'archère, Red tenta le tout pour le tout et prit l'une des directions d'où provenaient les bruits de pas. En tournant dans un autre couloir, quelle ne fut pas sa surprise que d'apercevoir des hauts-parleurs qui retransmettaient le son en boucle encore et encore. C'était ingénieux comme technique ! Faire croire à la proie qu'elle est prise au piège et qu'il n'y a qu'une seule option, sûrement pour l'attirer dans un piège. Il avait bien fait de suivre son instinct, sinon il aurait finit dans une cage à l'heure qu'il est.

" - J'aurais jamais pensé que ce Baldin soit aussi intelligent ! C'est peut-être pour ça qu'il dirige cette base malgré son grade !" dit Red, réfléchissant à haute voix.

S'être fait berné aussi aisément le rendait malade. Heureusement qu'il avait réussit à découvrir la supercherie. Il souffla, heureux d'avoir prit la bonne décision. Mais, il lui fallait encore trouver son adversaire, et dans ce grand bâtiment ce ne serait pas chose aisée. Il se mit à arpenter couloirs après couloirs, ouvrant les portes qu'il croisait sur son chemin, ne tombant que sur des dortoirs vides, des cuisines ou autres pièces dont il se fichait éperdument. Puis, au détour d'un autre couloir, une porte, plus grande. Était-ce ce qu'il cherchait ? Il s'en approcha et l'ouvrit discrètement. La pièce était dans une semi pénombre, éclairée par des écrans retransmettant des images de la base. Il avait été surveillé jusqu'ici ?

" - ...Oui Sergent, nous avons perdus sa trace. Non...il n'est pas tombé dans le piège. Ne vous en faites pas, nous allons le retrouver rapidement. Oui, les escargophones-vidéos sont sur le coup." dit une voix face aux écrans. "Devons-nous interrompre l'enregistrement des bruits de pas ? Oui, très bien, à vos ordres Monsieur Baldin."

S'approchant lentement de l'homme qui était dos à lui dans la pénombre, il se posta juste derrière lui. Puis, il plaqua sa main sur la bouche de l'homme, le retenant à son siège par la force. De son autre main, il prit le combiné de l'escargophone et parla dedans à l'intention de sa cible.

" - Ne vous en faites pas mon cher Baldin. Je serais bientôt là." dit-il avant de couper la communication. "A nous deux maintenant. Interrompt la retransmission de cet enregistrement grotesque ou c'est ta vie que j’interromprais."

Sans se faire prier, l'homme appuya sur un bouton et les bruits de pas qui avaient résonnés dans toute la base s'interrompirent, refaisant tomber le silence. Il fit tourner le siège dans lequel se trouvait un petit homme apeuré en tenue de soldat afin de le placer face à lui. Sa main se dégagea de sa bouche et il lui sourit gentiment.

" - Si tu me guides jusqu'au bureau de ton supérieur, j'épargnerais ta vie, deal ?" s'exprima-t-il de la manière la plus sérieuse qui soit.

La peur était un très bon motivateur, et menacer ainsi quelqu'un de mort, même s'il n'avait jamais eut l'intention de le tuer, fonctionnait plutôt bien. La preuve, le petit homme hocha la tête, apeuré. Et puis, s'il avait un otage, ça lui faciliterait les choses. Il n'avait plus de temps à perdre, Baldin enverrait bientôt ses hommes dans cet endroit pour le capturer. Sortant en hâte de la salle, son petit soldat maintenu par le col devant lui, il marcha selon ses indications. Lui ayant bien fait comprendre qu'à la moindre tentative de fuite ou de l'emmener dans un piège, ce serait le premier à mourir, il était certain d'arriver à bon port pour une fois. Évidemment, ces menaces n'étaient pas sérieuses, Red n'était pas ce genre de personne à tuer des types qui ne faisaient qu'obéir aux ordres, mais il écoperait assurément de sérieuses brûlures qui lui couperaient l'envie de recommencer. Ils montèrent à l'étage en empruntant des escaliers et, cette fois-ci ce furent de réels bruits de bottes martelant le sol qui les accueillirent. Dix soldats venaient d'arriver, leur barrant le passage. Ouh ! Ils s'approchaient sûrement du bureau du chef.

" - Red L. Snow, révolutionnaire et par ailleurs, hors la loi, tu es en état d'arrestation, remets nous ton otage et n'opposes aucune résistance, ainsi il ne te sera fait aucun mal !" dit un homme costaud à l'avant de la petite troupe.

" - Et puis quoi encore ? Vous pensiez réellement que ça allait fonctionner votre petit discours ? Pff, vous êtes ridicules !" siffla Red, un petit rire secouant son corps.

Un grand coup de pied accueillit l'otage dans le dos qui fut propulsé sur la troupe qui dû s'écarter pour ne pas se le prendre de plein fouet. Red en profita pour leur foncer dessus, les poings serrés, il se baissa pour éviter un premier coup d'épée avant d'enchainer par un uppercut dans le menton du jeune effronté. Puis, donna un violent coup de pied dans l'abdomen d'un autre soldat. Et de deux. Un nouveau poing vint en cueillir un troisième, puis un quatrième. Et, dans un murmure, il prononça deux mots "Burning Kick", son pied devint rouge, surprenant les cinq soldats qui s'étaient rués sur lui. Son coup de pied horizontal les balaya, les envoyant dans le mur du couloir, inconscients. Le dernier avait prit la fuite, s'étant rendu compte qu'il ne faisait pas le poids face à lui. En le poursuivant, de nouveaux soldats vinrent lui barrer le chemin.

" - Au moins, niveau accueil, c'était déjà beaucoup mieux, là vous me respectez !" sourit-il, heureux d'avoir enfin un peu d'action. "Bon, vous voulez pas tout de suite me dire votre nombre, comme ça ça m'évitera de compter."

" - Et puis quoi encore ? Tu veux pas une tasse de thé aussi ?!" hurla un soldat en se ruant sur lui, son épée à la main.

Red esquiva aisément le coup en se déplaçant d'un pas de côté et frappa l'homme du tranchant de la main sur la nuque du pauvre soldat.

" - Cela aurait été avec plaisir, mais je n'ai hélas pas de temps pour ça." dit-il, reprenant soudainement son air impassible.

Fonçant sur la petite troupe, il arma son poing et frappa encore et encore, faisant voler les soldats dans tout les sens. Esquivant, pas de côté, uppercut. Se baissant, balayage des jambes puis coups de pieds. Une véritable danse endiablée. Ça faisait du bien de se défouler un peu. Ces soldats lui paraissaient tellement lent que c'en était trop facile, aucun challenge. Il n'avait même pas besoin d'utiliser son pouvoir du fruit du démon pour mettre ces types KO. Il gardait ce genre de techniques pour le sergent. Une fois ces gêneurs à terre, il put continué de chercher le bureau de sa cible. Un grondement se fit sentir et une porte vola, droit sur lui. Il l'évita de justesse et put apercevoir que celle-ci avait été arrachée de ses gonds par un grand bonhomme, une armure noire recouvrait une grande partie de son corps et il était armé d'une énorme épée. Ouh ! Ce type était sûrement celui qu'il cherchait.

Sergent Baldin:
 

" - Eh toi ! Tu serais pas le Sergent Baldin dont tout le monde me rabat les oreilles depuis que je suis arrivé ?" dit-il, un grand sourire aux lèvres.

" - Exact, je suis aussi celui qui va te tuer ici-même ! Allez ! Amènes toi moucheron." aboya le sergent, apparemment pas très heureux de le voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup [Partie 2 | Solo] Mer 27 Aoû - 11:09

Les deux hommes se faisaient face à face. D'un côté, un révolutionnaire pas très grand dont la musculature n'était pas apparente, de l'autre un homme de près de deux mètres avec une musculature bien visible qui sentait la puissance à plein nez. Son épée était énorme, mais pour manier une telle arme son adversaire devait s'épuiser rapidement, il pourrait sûrement jouer là-dessus. Vous pensez que ce genre de stratégie était lâche ? Mais tout les moyens sont bons pour gagner, et pour survivre surtout. Ce titan face à lui n'avait rien d'un enfant de cœur, il fallait s'en méfier. C'était un sergent quand même. Le temps était venu pour Red de sortir de l'ombre, montrer ce dont il était capable. Sans aucune somation, Baldin s'élança vers lui, épée tendue à la manière d'une lance, droit vers son torse. Vu la taille de l'arme, elle l'aurait transpercé si le révolutionnaire n'avait pas bondit sur le côté pour éviter. Comme il le pensait, les mouvements de son adversaire étaient lents et faciles à prévoir. Néanmoins, utilisant le plat de sa lame, le sergent lui donna un coup horizontal en plein sternum, qui le propulsa contre le mur, légèrement sonné.

" - Alors ? Que dis-tu de ma chère épée Azazel ?" sourit l'homme, apparemment fier de lui. "Je vais t'écraser et te démembrer petit à petit, tu serviras de festin pour mes chiens !"

Ce couloir était décidément bien étroit pour combattre, mais en réfléchissant un peu ce serait Baldin qui en serait désavantagé avec sa grande taille et ses mouvements amples. Reprenant constance, l'homme aux yeux fauves lui tira la langue, tentant de le faire sortir de ses gonds. Et ça fonctionna ! Quel abrutit ce sergent franchement, ne pas garder son calme était un signe de faiblesse. Un coup horizontal du tranchant de la lame cette fois-ci, Red se baissa dos au mur. L'énorme épée commença à trancher la roche puis se bloqua à mi-chemin, lui laissant juste assez de temps pour préparer son attaque. Concentrant de la chaleur dans la paume de sa main, il utilisa tout son corps pour frapper son adversaire au ventre dans un murmure. "Burning Palm". La puissance de l'impact fit lâcher son arme au soldat titanesque qui se mit à tituber vers l'arrière, sévèrement touché malgré son armure. Il se mit à grommeler dans sa barbe, malgré son inexistence et lui fonça à nouveau dessus, bien décidé à en finir rapidement. C'était plutôt aisé d'éviter ses attaques à mains nues, préférant cette solution au blocage. Les coups s'enchainaient des deux côtés, le colosse les parait tandis que Red les esquivait avec une agilité féline. D'un côté c'était la rapidité qui primait, de l'autre c'était la puissance. Le sergent ne paraissait pas perdre constance, il continuait d'arborer ce sourire sadique propre aux personnes aimant faire couler le sang, comment pouvait-on laisser de telles personnes entrer dans la Marine ? Certes, la haine des pirates et autres hors la loi devait être obligatoire dès l'entrée, mais à ce point là ça en devenait risible. Ou alors ce type là était une exception ? Red n'en avait pas encore assez croisé pour se faire une idée fixe sur la question. Repoussant à nouveau Baldin d'un coup de paume, il posa sa main encore brûlante sur la poignée de l'énorme épée à deux mains, la chauffant de sorte à ce qu'elle ne soit plus utilisable par son adversaire. Mieux valait handicaper sa puissance de combat plutôt que de se faire découper en rondelles.

" - Alors comme ça t'es un de ces utilisateurs de fruit du démon, hein ?" aboya Baldin, pas très content d'être mit à mal par un homme de sa carrure. "Vous me dégoûtez ! Apprends à te battre comme un homme, un vrai !"

D'un coups de pied circulaire il envoya le révolutionnaire, qui n'avait pas eut le temps d'esquiver, valser à l'autre bout du couloir, parmi tout les soldats inconscients qui jonchaient le sol. A sa grande surprise, Baldin empoigna à pleine main son arme, grimaçant en se les faisant brûler. Mais, il ne la lâcha pas, la sortant du mur avec une expression des plus terrifiante. Il se pourlécha les lèvres et se déplaça vers lui à grands pas, faisant limite trembler le sol à mesure qu'il approchait. De la fumée s'échappait de ses mains, il se payerait de sacrées brûlures et ce ne serait pas très beau à voir. Bon, désormais il fallait réfléchir, mais rapidement si possible, son armure l’alourdissait, le rendant difficile à soulever du sol lorsqu'il donnait des coups. Les paumes ne seraient pas suffisantes pour ce combat, il fallait utiliser plus de force à présent. Serrant ses deux poings et les ramenant au niveau de ses hanches, ceux-ci devinrent rougeoyant. Ses lèvres prononcèrent deux mots qui, dans l'action, étaient muets : "Burning Punch". Un coup de lame vertical, c'était simple à esquiver, un pas chassé puis passer dans le dos de son adversaire et le tour était joué. Mais, le sergent donna un puissant coup de pied dans son arme qui se dégagea instantanément du sol pour venir frôler Red, l'épée s'écrasant contre le mur. Baldin tenta un coup de pied horizontal en sautant pour se retourner, le révolutionnaire profita de ce moment pour frapper de ses poings, un premier coup dans la hanche qui le déstabilisa, un second au niveau de l'omoplate, le faisant tourner sur le côté et enfin un troisième vers le bas de la colonne vertébrale qui finit de l'envoyer dans le mur, la tête la première. Mais, Red n'avait pas finit sa petite démonstration de puissance, sautant vers le mur opposé, il y prit appui un bref instant avant de s'élancer sur son adversaire, les deux poings en avant à la superman. Le choc se propagea dans son propre corps, mais le coup avait dû être bien plus dur à encaisser de la part du sergent. Quelques craquements vinrent indiquer que le mur commençait à se fissurer par endroits, prenant source à l'endroit où la tête de l'homme était encastrée dans le mur.

" - Alors ? Tu me trouves toujours aussi minable, raclure de fond de cale ?" dit Red, légèrement essoufflé. "L'habit ne fait pas le moine comme on dit, même si je suis pas moine hein ! C'est pas parce que je ne suis pas un colosse avec une grosse musculature que je suis plus faible que toi ! Dans l'histoire c'est toi le minable quand on y pense, t'as essayé de m'avoir avec toutes tes ruses, sale enfoiré."

La masse semblait inerte, Baldin ne bougeait plus. Red en fut soulagé, il souffla un peu et parti en direction de là où était apparut le sergent pour la première fois, là où il avait arraché la porte. Son sternum lui faisait horriblement mal et il avait du mal à respirer. La puissance physique de ce type était assez impressionnante quand même, il fallait le dire. Cela l'étonnait qu'il ne se soit pas plus débattu. Pénétrant dans la pièce il se rendit compte que c'était le bureau du sergent. Il avait été con de péter sa propre porte lui ! Bon, après avec les taxes qu'il infligeait aux citoyens de l'île, il pouvait sûrement s'en payer une en or brut. Désormais, ce que recherchait le révolutionnaire, c'était le prisonnier dont on lui avait parlé et tout l'argent taxé par le tyran. Fouillant dans les tiroir du bureau, il finit par trouver un trousseau de clés, ça pourrait sûrement l'aider. Quant à tout l'argent, il n'en trouva pas un seul indice. Il espérait que le sergent n'avait pas déjà tout utilisé.

" - Ah ! Fait chier ! Moi qui espérais rendre tout cet argent aux habitants, je me retrouves comme un con maintenant." commença-t-il tandis qu'un bruit provenait du couloir.

Revenant vers l'entrée de la pièce, il se rendit compte que Baldin avait disparut, envolé, plus aucune trace de lui. Ah si ! En regardant bien le sol on voyait clairement quelques gouttes de sang. Il fallait qu'il l'achève, cet homme l'avait amplement mérité après tout, et il ne ferait que lui causer encore des problèmes. Sortant de la pièce, il fut reçu par un coup de genoux en plein ventre et fut fauché par un coup de pied qui le renvoya directement dans le bureau sans passer par la case départ. Ouh ! Celui-là il ne l'avait pas vu venir. Dans l'ouverture de la porte, le sergent se tenait de toute sa hauteur, les yeux révulsés et imbibés de sang à la manière du plus terrifiant des psychopathes. Il avait encore de l'énergie à revendre malgré les coups qu'il s'était prit. Ne perdant pas de temps pendant que Red était à terre, il leva son énorme épée et l'abattit sur lui de toutes ses forces. Le révolutionnaire roula de côté, toujours au sol, mais la lame entailla son flanc qui se mit à avoir des fuites sanguinolentes. Il était en mauvaise posture à présent. Mais, il ne mourrait pas ici, il était bien trop tôt pour envisager de quitter ce monde, surtout face à un tel personnage. Se relevant avec peine un nouveau coup de pied le reçut pile poil là où le sang commençait à couler, l'envoyant valser contre le bureau de bois qui se brisa sous l'impact.

" - Ainsi tu me croyais mort petite merde ? J'ai fais semblant pour te faire baisser ta garde ! Maintenant tu vas crever et j'enverrais une gentille lettre aux révolutionnaires avec ta tête ! Mouahahaha !" hurla-t-il, riant en crachant du sang un peu partout à la place de postillons.

Le révolutionnaire souffrait affreusement, il fallait qu'il en finisse rapidement avec lui. Il se releva avec peine et évita de justesse un nouveau coup de la lourde lame qui finit de détruire le beau bureau de bois. Il les esquivait uns à uns, tournant autour du sergent. Puis, il bondit dans les airs, frappant cette fois-ci au visage en chauffant son poing et en y mettant toute sa force, l'envoyant au tapis une nouvelle fois. Mais, avant que le tyran ne se relève il se mit au-dessus de lui et posa sa main sur son plastron de fer, diffusant la chaleur dans l'armure. Baldin se mit à hurler de douleur, se faisant brûler par sa propre défense. Reculant, Red s'appuya à un meuble tandis que le sergent ôtait son plastron, découvrant un torse musclé marqué de nombreuses brûlures et hématomes. Désormais, il pourrait lui porter le coup de grâce. Malgré tout les coups qu'il avait reçu, le colosse se lança à la charge à nouveau, bien décidé à en finir avec le révolutionnaire une bonne fois pour toute.

" - Je vais en finir avec toi sale enflure !" aboya Baldin.

" - On verra bien ! Une dernière technique pour un dernier assaut !" dit Red, de la sueur perlant de son front et du sang coulant du coin de ses lèvres. "Dragon Claw !"

Ses dix doigts prirent la même teinte rougeâtre que lorsqu'il utilisait son pouvoir du fruit du démon. Les griffes du dragon étaient prêtes, chauffés au paroxysme qu'il pouvait se permettre pour l'instant. Deux cent degrés concentrés dans chaque doigts, bien assez pour terrasser cet homme en un coup. Les deux hommes s'élancèrent l'un sur l'autre, la pointe de la lame pointée droit vers le torse de Red. Ce dernier sauta au dernier moment, prenant appui sur le plat de l'arme de son adversaire, ses doigts ou ses griffes vinrent se planter dans le torse de Baldin, s'enfonçant et brûlant tout sur leur passage. Puis, il griffa d'un coup net et précis, faisant gicler le sang et laissant échapper une odeur de cochon grillé. L'énorme épée tomba des mains de son utilisateur et le corps chuta à son tour en arrière, s'écrasant au sol dans un lourd son mât.

" - Finalement, c'est toi qui as perdus, pauvre type ! A te croire super fort, t'as finis par perdre face à un type moins fort physiquement que toi, ce que tu avais l'air de considérer comme faible, ce fut ta pire erreur." murmura Red à l'intention de son adversaire aux portes de la mort.

Boitant avec peine, il se dirigea vers le bureau du défunt sergent et sortit du papier et une plume afin d'écrire une lettre.

" Le Sergent Baldin est mort. Sachez toutefois que cet homme était une ordure de la pire espèce et, je ne m'arrêterais pas là, cela ne fait que commencer. Je vous présentes, non pas mes condoléances, mais les salutations de la Révolution. Nous sommes en marche.
Red L. Snow, fils de la révolution."


Prenant la lettre avec soin, il la posa sur le corps inerte du sergent et s'en alla. Il passa par la fenêtre afin de ne pas croiser de nouvelles troupes, il ne se sentait plus en capacité de combattre et devait récupérer. Ses pas le menèrent en ville où il pansa ses blessures et se permit une bonne nuit de repos bien mérité.

Le lendemain, il trouva un navire marchand auquel il proposa ses services de musicien afin de payer la traversée. Il ne voulait pas s'attarder ici, l'archère était toujours en vie et ne serait sûrement pas très enthousiaste de le voir. Le révolutionnaire avait donné le trousseau de clé à des personnes en ville qui s'étaient plaints de ne pas avoir revus leur fils depuis longtemps. Il les avaient chargés d'aller vérifier dans les cellules du château, leur assurant que Baldin ne les arrêteraient pas. Red dit adieu à Kina Town, promettant de revenir un jour, non plus seul cette fois-ci.

Dans le château, la jeune archère entra dans le bureau du défunt sergent et découvrit son corps inerte, vide de toute vie, elle lut la lettre et se mit à pleurer à chaudes larmes.

" - Père, je vous promets de retrouver ce révolutionnaire et de le tuer ! Je le poursuivrais jusqu'au bout du monde, mais il ne m'échappera pas !" sanglota-t-elle, ses larmes se mélangeants au sang de son père mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup [Partie 2 | Solo]

Revenir en haut Aller en bas

Dans la gueule du loup [Partie 2 | Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Autres Iles de South Blue-