AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Cache-cache forestier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 9
MessageSujet: Cache-cache forestier Mer 3 Sep - 18:22

S'il y a bien une chose que Miraak n'arrive pas à comprendre, c'est pourquoi les gens sont si effrayés par les loups. Alors qu'il est allongé sur l'herbe encore humide, les bras écartés et fixant le ciel bleu qui filtre à travers les feuilles des arbres, sentant vaguement la présence chaude d'un énorme loup gris à sa droite, l'animal étant lové contre lui, il se contente de soupirer, puis de rire légèrement lorsqu'une longue langue humide vient caresser sa joue droite. C'est l'une des raisons pour lesquelles il préfère la compagnie des animaux : ils ne mentent jamais... C'est avec cette idée en tête qu'il lève légèrement le bras, câlinant l'oreille de l'animal avant de finalement se lever, notant vaguement qu'ils ne sont pas seul : une bonne dizaine d'autres gros loups sont couchés de part et d'autre de la clairière, un louveteau lové contre sa mère ouvrant un bref instant ses grands yeux bleus et bâillant à s'en décrocher la mâchoire avant de se rendormir, vision qui lui arrache un léger sourire, même si ce dernier disparaît rapidement. C'est presque l'heure de retourner en ville... Et même si les habitants sont gentils avec lui, il n,e peut pas s'empêcher de se demander à quoi il pensait lorsqu'il a demandé à pouvoir suivre les cours pour apprendre à se battre. La réponse lui arrive amèrement :vu qu'il ne connaissait rien à ce monde et que ses pouvoirs étaient totalement incontrôlables, il voulait juste avoir de quoi se défendre en cas de besoin. Finalement, il se contente de secouer la tête, quittant la clairière même s'il sent parfaitement le regard du loup récemment lové contre lui lui vriller le dos.

****Bon... C'est partit alors...****

C'est étrange. Les gens de cette île sont tous gentils avec lui. Ils n'attendent rien de lui en particulier, ne le regardent pas avec cet éclat assez... Effrayant qu'il pouvait voir dans les yeux des doyens de son île. Ils prennent soin de lui, lui parlent toujours gentiment et même, dans le cas des autres enfants, jouent avec lui quand ils peuvent. Mais il y a toujours quelque chose qu'il aime pas. Ce regard assez étrange qui se tourne vers son bras gauche, plus précisément sur la cicatrice présente à cet endroit en est une. Et puis... Les humains sont parfois un peu... Contrairement aux animaux, les humains sont imprévisibles... C'est surtout ça qui lui fait peur : il est trop difficile de faire confiance à une personne dont on est totalement incapable de connaître les motivations, surtout quand généralement, les grandes personnes qu'on a rencontrées étaient plus préoccupées par leur propre bien que par autre chose... Rien que d'y penser, Miraak sent sa motivation disparaître un peu plus, si bien qu'il en arrive à se demander s'il ne devrait pas retourner voir la meute, se rappelant juste de l'impression d'être réellement accepté qu'il ressent parmi les loups. Une désagréable sensation de froid envahit d'un coup sa poitrine et il n'a même pas besoin de se retourner pour savoir que son ombre vient de frémir : le simple fait qu'elle n'est plus projetée devant lui à cause du soleil lui indique clairement qu'il a d nouveau perdu le contrôle ce qui ne manque pas de le faire grimacer et il ferme rapidement les yeux, inspirant profondément pour se reprendre, sentant peu à peu le froid disparaître, même si, pendant un bref instant, son corps continue de trembler, mais il se contente de soupirer avant de poursuivre sa route, se calmant peu à peu en observant les environs.

****Cette forêt a... Rien à voir avec celle de mon île... La forêt d'Aetheria était Vide... Complètement morte... Mais ici...****

C'est en fait la chose qui l'a le plus séduit concernant cette forêt : Tout est si vivant ! Sur Aetheria, la petite forêt était silencieuse, sans aucun animal. Même le vent ne faisait quasiment aucun bruit en passant dans les arbres ! Mais la forêt de Karaté Island n'a rien à voir ! Les oiseaux chantent, les animaux chassent,le vent fait toujours un bruit étrangement rassurant... Un vrai paradis ! Son regard continue d'accrocher divers détails, sa peur disparaissant peu à peu : Les arbres sont rapprochés, formant un épais rideau vert et brun, certains portant cependant des marques d'impact, venant très certainement d'habitants venus s'entraîner. Le vent fait bruisser les feuilles et l'herbe par terre, certains brins étant d'ailleurs assez hauts pour venir lui chatouiller les hanches. Une brusque rafale de vent arrache d'un seul coup le tissu qui maintenait ses cheveux attachés ce qui le choque un bref instant, à plus forte raison que la force du souffle manque de l'envoyer au sol, mais il parvient à agripper le tissu avec sa main droite au dernier moment, notant vaguement la sensation de chatouille que ses mèches provoquent tout autours de son visage. Mais il n'a pas le temps d'y réfléchir d'avantage : deux voix retentissent à sa droite, le faisant sursauter et il se dépêche de se cacher derrière un arbre, ne laissant dépasser que sa tête tandis que des pas s'approchent rapidement de sa position.

****Des... Villageois ? Non, plus personne vient dans la forêt à cause des animaux. Qui... Des visiteurs peut être ?****

Son coeur se met à battre fortement dans sa poitrine : Karaté Island est apparemment neutre, même s'il n'a pas vraiment comprit toute l'histoire que les "grands" lui ont racontées. Cependant, il s'est toujours demandé à quoi des pirates ou des membres de la marine pouvaient bien ressembler. D'un autre côté, se retrouver au milieu d'un combat n'est pas du tout un motif de réjouissances, sans compter qu'ils risquent de blesser les animaux ou détruire la forêt ! Du coup, il se contente de rester caché, espérant ne pas attirer l'attention alors que ses "hôtes" continuent d'approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: Cache-cache forestier Sam 6 Sep - 22:57

Karaté Island, une île réputée pour ses grands maîtres au combat, que ce soit au sabre comme au corps à corps. Son nom parlait de lui-même d'ailleurs. Voilà quelle était la destination de notre révolutionnaire de service. Cette fois-ci, il n'avait pas trouvé de gentil marchand pour l'amener à bon port et il avait dû acheter une vieille barque miteuse à un pêcheur lors de sa dernière escale. La traversée avait été longue et éprouvante, plus d'une fois l'utilisateur de fruit du démon avait faillit tomber à l'eau et, ne plus en revenir. Chaque fois, c'était pas passé loin. Pendant la traversée, lorsqu'il était sûr de son cap, il s'emparait de sa guitare pour s'occuper, décrivant son ressentiment sous forme de musique. C'était beau, triste, déterminé, tant de choses palpables et compréhensives lorsque l'on sait lire entre les lignes d'une partition. Après quatre longs jours en mer, Red n'en pouvait plus, il ne lui restait plus grand chose à se mettre sous la dent et avait dû se résigner à pêcher à l'aide d'un bout de bois et d'une corde de guitare au bout de laquelle il avait attaché un petit bout de viande saignante. Mais, les seuls poissons qu'il réussit à capturer étaient tout petit et son ventre se mit rapidement à crier famine. Néanmoins, la bonne étoile de notre aventurier en herbe était là et lui sourit, faisant apparaitre au loin les contours de l'île.

" - Enfin ! Des filles, de la picole et de la bouffe ! Je crèves la dalle." se plaignit-il, extasié par l'espoir de manger et de draguer.

Sa modeste embarcation arriva au port et il en sauta prestement pour se diriger droit vers le village de Shimotsuki. Là, il put trouver un petit restaurant où il put s'éclater la panse, reprenant des forces. Cet endroit avait l'air sympathique, paisible. Pas de conflits incessants, pas de présence de pirate animé de mauvaises intentions, tout avait l'air d'aller pour le mieux en ce lieu. Sortant du restaurant, Red put admiré la beauté du paysage, c'était un village modeste composé de petites habitations donnant un charme certain à cet endroit. Un lieu parfait pour se reposer, prendre des vacances, loin des injustices et des luttes de pouvoir. Par contre, niveau jolies filles, c'était pas trop ça, ou alors il fallait le dire vite. Malgré tout, au détour d'une rue, le révolutionnaire vit de beaux cheveux voler dans le vent, un rire cristallin déchirant la monotonie de sa journée, un petit jupon dansant au gré du souffle de la nature et, d'un pas leste et pressé, il suivit cette présence angélique. L'expression de son visage aurait put faire peur, ou pitié, au choix. En effet, un sourire béat y était inscrit, ses yeux semblaient former des cœurs et sa démarche candide faisait peine à voir. On aurait dit un personnage de "La petite maison dans la prairie" courant dans les champs, bref vous voyez le genre. Tournant à la même ruelle, il n'eut le temps que de voir le jupon passer à un autre tournant, la suivant quel que soit l'endroit où cette femme le mènerait. Pourquoi agissait-il ainsi ? Simplement parce que Red à un cœur d’artichaut et, qu'une jolie femme est son plus grand point faible. Mettez-lui la femme la plus belle du monde sous les yeux et notre révolutionnaire ne pourrait plus jamais détourner le regard de sa divine beauté, comme ensorcelé. Et aussi parce que ce personnage là est un homme et qu'il a une paire de boules à la place du cerveau, ça explique également son comportement. Enfin bref, revenons-en à cette course poursuite. A chaque fois qu'il tournait à une ruelle, il n'avait que le temps d'apercevoir le jupon, indiquant la direction à suivre.

" - Mademoiselle !" cria-t-il à se déchirer les cordes vocales. "Arrêtez-vous s'il vous plaiiiiiit !"

La scène était plutôt comique à voir, les personnes qui croisaient le chemin de cet énergumène se mettaient à pouffer, pour quelle raison ? Question sans réponse, pour le moment. Lui, il s'en fichait, n'ayant d'yeux que pour cette femme qui, l'espace d'un instant, lui avait parut être une apparition angélique. Certes, il ne fallait pas pousser, mais cela faisait plusieurs semaines qu'il n'avait put s'adonner à ses dragues infructueuses et ça lui manquait affreusement. Ses pas le menèrent peu à peu en dehors de la ville, laissant une meilleure vue d'ensemble. Un peu plus loin, il pouvait voir cette belle demoiselle trottiner à travers champ. Il redoubla d'effort et se mit à sprinter dans sa direction, avec cette même expression. Arrivé à sa hauteur, il se mit à parler de manière qui se voulait dragueuse, mais qui était toute autre.

" - MAD'...MoiS..elle !" se mit-il à bafouiller, perdu entre son souffle saccadé et le rouge qui lui montait aux joues. "Ô belle créature, v..veuillez m'accorder un sourire !"

Et, ce fut le drame, alors qu'il s'attendait à voir une femme magnifique le regarder et lui faire un petit clin d’œil, la vision qu'il en eut fut toute autre. Une vieille femme se tourna vers lui, un grand sourire aux lèvres, des rides creusant chacun de ses traits. Son regard le pénétra et Red paniqua, il voulait partir, loin d'ici, loin de cette île, aussi loin qu'il le pouvait. Oui, pendant tout ce temps, aveuglé par l'idée de croiser une jolie femme, son cerveau avait dû lui venir en aide pour en créer l'illusion. Ce jupon légèrement bouffant, cette chevelure argentée, cette voix nasillarde et rauque. Comprenant sa propre erreur, et ne voulant pas vraiment savoir ce qu'il pourrait se passer, le révolutionnaire prit ses jambes à son cou et s'échappa. Ses pas le menaient droit devant lui, peu lui importait d'où il finirait par arriver, tant que c'était loin.

" - OH MON DIEU !!!! MÊME SI JE SUIS ATHÉE, SUR CE COUP LA TU M'AS BIEN NIQUEYYY !!!" se mit-il à hurler, sa voix se répercutant autour de lui, créant l'illusion qu'il n'était pas tout seul.

Ses pas le menèrent à une forêt, endroit où il trouva refuge pour se cacher, de peur que la vieille femme ne le poursuive. Mais, à ce moment là, une brindille craqua non loin de lui, lui indiquant qu'il n'était pas tout seul et qu'il avait dû passer pour un sacré crétin à crier ainsi. Se retournant lentement, il aperçut un peu plus loin un petit garçon caché lui aussi derrière un arbre, seule sa tête dépassait.

" - Hum...t'es au courant qu'on te voit ?" dit-il calmement. "Toi aussi t'as eus peur de la vieille femme, c'est ça ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
MessageSujet: Re: Cache-cache forestier Jeu 2 Oct - 16:34

Il y a peu de choses qui lui font plus peur que quelqu'un qu'il ne connait pas, surtout si la personne crie sans raison au point d'en effrayer tous les animaux. Apparemment, il n'y a pas deux personnes comme il le croyait, mais juste un homme. Assez jeune, peut être vingt ans... Ou un peu plus, avec des cheveux châtains mi-longs et un teint de peau ni trop bronzé, ni clair. Il est grand, suffisamment pour que Miraak ne lui arrive qu'aux côtes, certainement un mètre quatre vingt ou dans ces eaux là. Mais ce qui attire le plus l'attention, c'est le fait qu'en dépit de ses lunettes de soleil, des yeux jaunes ressemblant vaguement à ceux d'un félins apparaissent un bref instant avant que le soleil ne se réverbère sur les verres, cachant totalement cette vue, mais pour le moment, Mir est plus préoccupé par la légère... Panique ? Qu'il peut voir sur le visage de l'homme. panique qui disparaît presque immédiatement quand l'inconnu parvient facilement à le repérer lui indiquant calmement qu'il peut le voir et lui demandant ensuite si lui aussi a eu peur d'une vieille femme. Vieille femme ? Il y a tellement de personnes âgées sur l'île qu'il est difficile de savoir de qui l'homme peut parler, mais très rapidement, une idée lui vient en tête : l'homme est habillé de manière assez... Soignée. En fait, il lui rappelle d'un coup ces garçons, souvent âgés de plus de quinze ans qu'il voit des fois essayer d'embrasser les filles de l'île, ces dernières étant souvent partagées entre rougir et... Cogner. Cette idée le fait d'ailleurs tiquer : embrasser les filles ? Quelle drôle d'idée ! Cela dit, cette apparence et la "vieille femme"... Un énorme dégoût apparait d'un coup, tournant son estomac, même si en même temps, il ne peut pas réprimer une légère envie de rire : il n'y a qu'une seule vieille femme sur l'île à pouvoir faire fuir un jeune homme : Ibuse, une grand mère d'environ soixante dix ans, maîtresse en Xinyi Quan qui s'habille comme une jeune fille, même si elle le fait apparemment plus par goût que pour séduire, mais qui a eu de l'effet sur pas mal d'étrangers avant de montrer son vrai visage. Même s'il ne comprend pas vraiment pourquoi les garçons et filles ont l'habitude de se courir après comme ça et changent parfois de comportement aussi radicalement en étant ensemble. Du coup, il ferme les yeux un bref instant, puis s'écarte légèrement de l'arbre, sans pour autant sortir totalement avant de murmurer :

"Euh... Vous... V-vous parlez de... Ibuse-baa ? Elle... Elle est un p-peu... Etrange mais... E-elle est gentille..."

Un peu étrange ? La vieille maîtresse est très probablement l'une des combattantes les plus dangereuses même si son style est un peu trop rigide pour lui. De fait, un seul de ses coups de poing arrive sans difficulté à briser un mur, ce qui indique que même à son âge, la vieille femme est loin d'en avoir finit avec la vie. Bon, okay, le fait qu'elle s'habille comme une fille de vingt ans est un peu spécial, mais au moins, elle montre clairement que même les personnes âgées de l'île sont assez dangereuses pour tenir la cadence contre pas mal de monde... Et le pire, c'est que ce n'est même pas la doyenne ! Il reprend rapidement son calme cependant et il se contente de soupirer, s'éloignant un peu plus l'arbre avant de reprendre, répondant à la question :

"Je... j-je vis dans la forêt. Avec les animaux. D-dailleurs..."

Il n'a pas le temps de finir sa phrase qu'un corbeau perce le rideau de feuilles au dessus de lui, venant se poser sur son épaule, une cerise terminant sa disparition dans le bec effilé tandis que les yeux rouges de l'animal viennent immédiatement croiser les siens, comme pour lui demander qui est l'étranger face à lui, ce qui lui arrache un léger sourire alors que sa main droite câline doucement le doux cou du volatile, notant au passage que ce dernier paraît de bonne humeur, même s'il est un peu méfiant en regardant l'inconnu. Continuant à caresser son ami à plumes, Miraak recommence à regarder l'homme, même s'il n'arrive pas à croiser son regard, demandant doucement :

"Vous... Vous êtes venus pour apprendre ? Ou pour... Autre chose ? Il n'y... A p-pas beaucoup de... D'étrangers en ce moment..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cache-cache forestier

Revenir en haut Aller en bas

Cache-cache forestier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Karaté Island-