AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un château dans la nuit [PV Drazen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Un château dans la nuit [PV Drazen] Ven 5 Sep - 21:42

Un château dans la nuit

Feat. Drazen Murasaki


Hilia Town:
 

La nuit était douce, la ville endormie. Les citoyens étaient tous, ou la majorité tout du moins, perdus dans les bras de Morphée. Notre révolutionnaire de service, lui, était accoudé à un balcon surplombant toute la cité. Il se trouvait dans ce château bleu que l'on pouvait apercevoir dès que l'on passait les portes de la ville d'Hilia Town. Pendant plusieurs heures, Red avait bu en compagnie d'un nouvel ami qu'il s'était fait en ville, Murasaki. Ensemble, ils avaient séduis deux jolies demoiselles qui s'étaient avérées être de la noblesse du coin, habitant cette bâtisse bleue aux airs de châteaux modernes. Ainsi, leurs pas les avaient menés dans le bâtiment en toute légalité, ayant bien mieux à faire que de dormir. Le corsaire et le révolutionnaire s'étaient alors séparés, chacun d'entre eux partant dans une chambre différente pour s'adonner aux plaisirs de la chaire. Et quel plaisir ! Red en était encore trempé de sueur. Et la jolie demoiselle répondant au doux nom de Maya avait finie par s'endormir de fatigue, un grand sourire de béatitude inscrit sur son beau minois. Torse nu, vêtu d'un simple pantalon, il fumait sa cigarette en observant la nuit, seulement éclairée par une demi lune opalescente. La fraicheur le revigorait car, sa nuit était loin d'être terminée, ce château ne demandait qu'à être exploré afin d'en découvrir tout les secrets. Alléchés par l'aventure et la richesse, les deux hommes s'étaient mis d'accord pour se retrouver dans la bâtiment en pleine nuit. Red espérait fortement que ses folies sexuelles ne l'avaient pas mené à s'endormir. Amenant à lui un verre de vin posé sur la balustrade, il y trempa les lèvres afin de combattre le mal par le mal. Car oui, toutes ces pintes à la taverne l'avaient bien éméché. Une fois arrivé dans la chambre de la belle Maya, ils avaient bus de ce vin exquis répondant au nom d'Itelzbulger Stein. Ce nom lui disait quelque chose, oui c'était ça, avant de rencontrer Mura, il l'avait entendu prononcer le nom de ce vin avant d’apprendre qu'ils n'en avaient plus. Il reboucha la bouteille et rentra à nouveau dans la chambre. Il s'assit au bord du lit, se perdant dans la contemplation de cette merveilleuse créature avec qui il avait put partager bien plus qu'un verre. Ses bouclettes blondes étaient étalées sur l'oreiller, surplombant son visage à la manière d'une crinière, ou d'un diadème naturel. Maya s'était avérée être, en plus d'être magnifique, une fille drôle et intelligente avec qui il avait eut l'occasion de parler avant de passer à l'action, si on peut dire. Cela lui fendait le coeur de partir ainsi comme un voleur au beau milieu de la nuit, mais il ne pouvait se permettre de s'attacher, son périple ne faisait que commencer et il le mènerait de l'autre côté du monde. Néanmoins, il s'empara d'un morceau de papier sur lequel il expliqua à la jeune demoiselle qu'il était terriblement désolé de partir de la sorte, que cette nuit avait été magique et qu'il penserait longtemps à elle. Il finit sa lettre en évoquant la possibilité que leurs chemins se recroisent à nouveau et que, peut-être ce jour-là, il pourrait se permettre une relation stable, mais que pour l'instant la vie ne le lui permettait pas, il avait encore de nombreuses choses à accomplir. Il posa la lettre sur la table de nuit et déposa un dernier baiser sur les lèvres rouges de Maya, avant de sortir de la pièce en se rhabillant.

" - Quelle dure vie que celle d'un révolutionnaire, ah, laisser une si belle femme seule dans ce lit est un sacrilège dont je ne me serais pas crus capable." soupira-t-il. "J'espère bien revenir ici, une fois que j'aurais changé ce monde."

Il se mit à marcher, arpentant les couloirs à la recherche d'un endroit discret où les deux hommes pourraient se rejoindre. Passant à côté des cuisines, il décida d'y faire un tour histoire de se sustenter et de reprendre des forces après tant d'effort. Comme quoi, les plus grandes batailles se passent dans l'intimité d'une chambre close. En fouillant le réfrigérateur, il tomba sur deux nouvelles bouteilles de vin tant recherché par Mura, il serait heureux de l'apprendre assurément. S'étant emparé d'une petite besace, il y fourra ses trouvailles et de nombreuses victuailles. Il avait l'impression d'être un voleur en agissant ainsi, et c'était le cas bien évidemment. Mais bon, il ne faisait pas de grand mal après tout. Croquant à pleines dents dans une pomme verte il continua son inspection des lieux. Pas un seul garde n'était sur son chemin et il en fut soulagé. Être attrapé maintenant serait bien dommage et le décrédibiliserait aux yeux de la belle Maya. Non, il fallait qu'il cesse de penser à elle. Lui qui était obsédé par la beauté féminine, il ne pouvait pas s'amouracher ainsi. Il fallait qu'il aille de l'avant.

" - Mura ! Mura !" murmura-t-il dans la pénombre, à la recherche d'une réponse. "Bon, il a pas l'air d'être encore là, je vais l'attendre ici en sirotant ce vin délicieux. Je n'en ai jamais bus de si bon, quelle merveille."

Ses papilles explosaient littéralement, tant de saveurs confinées dans une simple bouteille, c'était de l'art à n'en pas douter. S'asseyant sur les marches d'un vaste hall, il sortit son instrument, caché dans l'étui accroché à son dos, caché habituellement par sa veste. Il se mit à jouer une douce mélodie, en étouffant légèrement les cordes afin que le son ne fasse pas écho à travers tout le château. Ainsi, il espérait mettre son camarade sur sa piste. Il égrenait les fines cordes métalliques de sa guitare, les yeux fermés pour savourer cet instant mélodieux et éphémère. Ses doigts terminèrent la chanson et il rouvrit les yeux, comme si c'était la première fois qu'il les ouvrait de toute son existence. Lorsqu'il se mettait à jouer, il entrait dans une sorte de transe, oubliant tout les tracas de sa vie pour simplement vivre le moment présent, il aimait ce sentiment, de pouvoir capter le monde qui nous entoure simplement en ayant l'impression de communiquer avec lui par le biais de la musique. Il se sortit une nouvelle pomme qu'il dévora avec voracité. Puis coupa le tout avec du vin. Loin d'être ivre, ses aventures nocturnes l'avaient réveillé. Les deux jolies femmes, lorsqu'ils étaient arrivés au château, avaient mentionné le fait que leur père n'était pas là. Il ne savait pas quel titre avait cet homme, il espérait juste ne pas avoir quitté une princesse au beau milieu de la nuit. Enfin, l'absence de leur père arrangeait bien les deux voleurs amateurs. Était-ce pour cela qu'il y avait si peu de sécurité ? En arrivant, Red avait remarqué deux gardes à l'entrée du bâtiment, mais depuis, personne. C'était bien étrange et, de nature méfiante, le révolutionnaire restait sur ses gardes. Tomber dans un traquenard au beau milieu de la nuit, dans un château et après avoir fait la bête à deux dos avec une noble serait bien embarrassant comme situation pour lui, comme pour Mura. D'ailleurs, il ne savait pas grand chose de cet homme, mais il avait envie de croire en lui. Quelle était sa profession ? Il avait dit être au service de l'océan, était-ce un voyageur comme lui, à la recherche de l'accomplissement d'un objectif précis ? Bref, ça importait peu, les deux hommes semblaient bien s'apprécier et c'était le principal. Alors qu'il réfléchissait à tout cela, un bruit dans la pénombre attira son attention, il se tourna dans cette direction.

" - Mura ? C'est toi ?" demanda-t-il, inquiet de tomber sur quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drazen Murasaki
Rescapé de prison
Rescapé de prison
avatar
Messages : 52
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Dim 7 Sep - 17:28



Un château dans la nuit

Feat Red L. Snow


Le miracle de la nuit, c'est lorsqu'un homme tout à fait inconnu parvient à se taper de l'héritière. Le souffle court et une sensation de bien être absolu. Des souvenirs désordonnés et une sensation au creux du ventre lorsqu'il y pense. Un entrelacs de rire, de jambes et de sensations. Les effluves d'un parfum beaucoup trop cher et d'alcools beaucoup trop fort ... les mains crispées d'une jeune femme sur la peau d'un homme ... l'obscurité radieuse qui règne dans une chambre quand l'un dors dans les bras de l'autre. Une fièvre qui anime des discussions exaltées et des inlassables étreintes. L'oublie total d'un monde insignifiant. Des membres confondus et des rires accordés. Des cascades de plumes virginales d'oreillers crever par des excès.

Bercé par une douce musique pour un moment extatique, le jeune corsaire n'avait ni l'envie ni le courage de sortir du lit. Et pourtant il le devait. Assis sur une housse de coussin et adossé au cadre du lit, ses yeux étaient rivés sur le corps endormis de la jolie brune avec qui il avait passé la nuit. Sa tête reposait sur son bassin tandis qu'il sirotait un alcool inconnu et presque imbuvable. Si en temps normal il aurait recraché le liquide sans une once d'hésitation, l'instant lui enlevait toute concentration. Les cheveux de la jeune tentatrice venait chatouiller son abdomen tandis qu'il ne pouvait quitter ses courbes du regard. Obnubiler, complètement fasciné. Par cette douce nuit, une légère brise d'air pénétrait la pièce avant d'en faire le tour procurant à tous, un léger frisson. Murasaki avait vite eu fait de couvrir l'objet de son plaisir profitant de l'occasion pour se décider à se lever, reposant la tête de la jeune femme sur un des coussins qui avait été épargné. Enfilant son pantalon qu'il retrouva au sol sous une chaise retournée et son t-shirt sur le rebord du lit, il finit par ses chaussures qui n'avaient pas quittée le seuil de l'entrée. C'est dans ces instants que notre esprit se réveille et que l'on se rend compte de notre sauvagerie dissimulée. L'homme est un sauvage et Murasaki n'était pas du genre à nier ce fait. Loin d'être spécialement attiré vers la gentes féminine ou tout du moins loin d'en perdre la tête lorsqu'il en est question, il s'était avéré être en osmose parfaite avec Kate. Leur corps à corps passionnel l'avait affranchi de son malaise pour une nuit.

Vérifiant si la jeune femme dormait bel et bien et surtout pour la regarder une dernière fois ;elle et son joli minois; c'est d'une angoisse sourde au fond de la gorge qu'il quitta la pièce prenant soin de refermer derrière lui. Son soupire fut intense une fois à l'extérieur de la chambre. Il était enfin temps d'oublier la passion et la chaire pour se concentrer au premier objectif de cette rencontre : L'aventure. Il eut d'ailleurs une légère pensée pour Red ;Cet homme qu'il avait rencontré au bar; et il espérait que lui non plus ne s'était pas laissé avoir par cette succube aux bouclettes dorées. Dans de pas discrets, aussi furtif qu'un félin, il se mit à la recherche de son acolyte. Pas pour longtemps toutefois, car s'il lui avait demandé de chercher un coin calme, c'était tout simplement parce qu'il pouvait le retrouver à tout moment. Insurgeant une petite pièce vide si ce n'est la présence de quelques balais et instruments ménagers divers, il plongea la moderne bâtisse dans une aire translucide dont il avait le contrôle total. Une aire dont il pouvait en analyser le contenu et s'y diriger à sa guise. De fait, il ne lui fut guère difficile de trouver son acolyte et de s'y déplacer non loin, annihilant de faire l'aire de contrôle. Il aurait pu se déplacer juste à côté mais cela aurait complètement tué le charme. En effet, le révolutionnaire jouait une douce musique étouffée mais agréable à l'écoute. Murasaki l'avait écouté du début à la fin, adosser à une pilasse dans l'obscurité la plus totale. Il apprenait de nouvelles choses sur cet homme en l'observant. Le fait qu'il soit musicien et parfaitement absorbé par cette passion, lui était inconnu et cela l'amusait assez. Il ne l'aurait jamais imaginé comme tel et du coup, il espérait le connaître davantage au fil de cette petite escapade nocturne.

« Oui, c'est moi ... » Dit-il en s'approchant, un petit sourire sur les lèvres, les cheveux en bataille par ses ébats. « Pour toi aussi ça a dû être difficile de laisser une telle créature seule dans la nuit, n'est-ce pas ? » Il essayait surtout de se rassurer, évitant de se donner mauvaise confiance. D'une main agile, il vint toutefois passé devant le révolutionnaire pour lui voler sa coupe de vin à moitié pleine. Un vin qu'il porta rapidement à ses fines lèvres. « R-R-ED ... » Il tentait de s'exprimer sans trop d'exubérance. Ses yeux s'étaient écarquillés et son sourire davantage béat. Ce goût lui rappelait tant de souvenirs et lui fit un nouveau creux d'émotions au ventre. Il repensa brièvement à sa famille qu'il avait laissée à Micqueot. Sa mère aimante qui lui préparait de délicieux plats et qui aimait le réprimander pour ses bêtises. Ce père si dur qu'il avait déçu par ses actes et son frère et sa soeur qu'il souhaitait tant revoir malgré leurs différences. Dans d'autres moments et en d'autre compagnie, les larmes lui auraient sans nul doute coulées. Pour l'instant, il ne faisait que profiter de l'extase que lui procurait le meilleur vin du monde : le Itelzbulger Stein.

« Ce goût me rappelle tant de souvenir, je n'ai pas bu d'aussi bon vin depuis des lustres, j'ai presque envie de t'embrasser. » Il sourit un instant avant de reprendre ses esprits. « Bon et si on partait plutôt à l'aventure ? Les deux premiers étages son obsolètes mais il y a une pièce close ici au rez-de-chaussée et un énorme sous-sol à explorer. T'as une préférence pour commencer ? » Il n'avait pas eu le temps de tout analyser avec les capacités de son fruit autrement cela se serait remarqué bien trop vite. Quoi qu'il en soit, il trouvait de toute manière préférable d'explorer à l'aveuglette. Après tout, l'homme est à la recherche constance d'adrénaline et là, il pouvait faire le plein.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Jeu 11 Sep - 15:50

Les bruits de pas se rapprochèrent, c'était bien Mira, heureusement. Celui-ci avait l'air d'avoir passé la même nuit pleine de folies que lui. Un sourire étira les lèvres de Red en voyant les cheveux ébouriffés de son camarade. Ses cheveux devaient être dans le même état et, d'un geste il passa sa main sur sa tête pour en examiner l'aspect. Les plaquant légèrement, il abandonna cette tâche et rangea son instrument dans son étui qu'il attacha dans son dos. Mura s'exprima, lui demandant si pour lui aussi ç'avait été dur de laisser une si belle demoiselle en pleine nuit. Quelle question ! Mais, Red comprit où il voulait en venir, il avait dû entendre sa triste mélopée et il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu'elle traduisait parfaitement l'état d'esprit de l'homme.

" - Aussi ? Je vois...qui n'aurait pas eut de difficultés avec un tel choix ?" soupira-t-il, las. " A leur réveil, elles nous prendront pour de sacrés salauds, mais bon, faut croire qu'on l'aura mérité. Enfin bref, passons, ne nous remémorons que les bons souvenirs et le plaisir. L'amour n'est pas vraiment fait pour des personnes comme nous, sans cesse en quête d'aventures et d'adrénaline, me trompes-je ?"

En s'exprimant, Red semblait perdu, accablé par la tristesse. Mura vint lui prendre sa coupe et, alors que ses lèvres entraient en contact avec le nectar, il se figea. Cela parut étonné le révolutionnaire, ce vin semblait rendre le corsaire nostalgique. Après tout, c'était un véritable délice pour le palais.  Il comprenait désormais pourquoi la taverne où ils avaient passé la veille n'en avait plus en stock, la plupart de leurs bouteilles voir l'intégralité avait été réservé pour la noblesse. Un vin digne des rois, digne des plus belles princesses, digne de...Maya. Non, il fallait qu'il sorte cette femme de son esprit, il n'y avait que d'infimes chances qu'il la revoit un jour, et pourtant. Cette nuit qu'ils avaient passés ensemble le hantait, leurs corps s'entremêlant, leurs lèvres se fusionnant dans une étreinte merveilleuse. Un frisson le parcourut et il voulut limite se mettre une claque pour revenir à la réalité. Mura semblait aussi éprouver des regrets d'avoir quitté Kate au milieu de la nuit, tel un voleur. Quels hommes étaient-ils donc pour laisser de si charmantes créatures seules ? Ah, la vie est bien injuste, mais ces deux protagonistes avaient fait un choix, celui de l'aventure, quittant la monotonie d'une vie banale au profit de richesses, de justice et d'adrénaline. Se sortant une coupe de sa besace, le révolutionnaire se servit un verre et trinqua avec Mura.

" - A notre bonne fortune et notre charme naturel !" dit-il, faisant référence à la première fois qu'ils avaient trinqué ensemble.

Il savoura le liquide coulant dans sa gorge puis se releva pour faire face au corsaire. Celui-ci lui expliqua que le Itelzbulger Stein lui rappelait des souvenirs. C'était donc pour ça qu'il en avait commandé au bar ? Red était heureux d'avoir rendu service, en quelque sorte, à Mura. Il ne savait pas vraiment si cette journée et cette nuit se scelleraient par une amitié durable, mais ils s'entendaient bien, c'était le principal. Puis, l'homme aux cheveux écarlates continua, lui expliquant qu'il ne servait à rien d'explorer les étages, mais qu'une salle et qu'un sous-sol restaient à explorer. Ainsi soit-il. Le choix lui appartenait et il fallait qu'il décide.

" - Hmm...commençons peut-être par le rez-de-chaussée." commença-t-il, dubitatif. "S'ils cachent des trésors ou autre cela m'étonnerait qu'ils les placent dans cette pièce, mais peut-être y trouverons-nous des réponses quant aux personnes habitant ce lieu. Peut-être même des indices sur leurs richesses et leur pouvoir."

Ne perdant pas plus de temps, il commença à descendre les escaliers uns à uns. L'absence de sécurité le rendait nerveux, pas de den den mushi caméra, pas de gardes. Comment un tel bâtiment ne pouvait-il pas être gardé ? Après tout, les nobles de cette île semblaient justes et bons, mais quand même. Dans cette pénombre de la nuit, ils pouvaient difficilement se repérer, un problème bien mineur pour Red à vrai dire. Non, ses yeux jaunes aux allures félines ne lui donnaient pas le don de nyctalopie, mais son pouvoir pouvait y remédier facilement. Plaçant son poing fermé devant lui, à la manière d'une lampe torche, celui-ci devint rougeoyant, chauffant également les alentours. Une douce lumière rouge leur permit alors de se diriger, restant discrète et pouvant à tout moment s'éteindre si un bruit étranger venait à les mettre sur leur garde. D'un coup d’œil, il observait la réaction de Mura, curieux. Il se décida alors, après quelques minutes, à lui expliquer ses facultés. Mieux valait connaitre avec qui on s'alliait après tout et, s'il révélait ses propres pouvoirs, celui-ci serait plus enclin à faire de même.

" - Comme tu as peut-être pus le constater tout à l'heure lorsque l'on a mit une branlée à ces types, certains avaient des brûlures." dit-il calmement. " J'ai mangé un de ces fruits du démon. Celui de la chaleur pour être précis, ce qui me permet de chauffer mon corps. On croirait pas comme ça, mais c'est vachement pratique. Je suis insensible au feu, à la chaleur et au froid. Je peux aussi m'en servir pour cuire des aliments et m'éclairer dans des endroits sombres comme maintenant. Pratique, hein ?"

Red ne savait pas si son compagnon d'aventure avait déjà entendu parler des fruits du démon. Enfin, si ce n'était pas le cas, les questions ne tarderaient pas à fuser. Enfin au rez-de-chaussée, ils purent explorer les alentours et, en effet une porte restait close. Une grande porte de bois, bien solide et bien verrouillée. Mais, une simple serrure comme celle-ci ne pourrait pas lui résister bien longtemps. Allongeant un doigt de son poing brûlant, il en augmenta la température et le posa contre la serrure, laissant la chaleur faire son œuvre. Petit à petit, le métal se mit à fondre et le révolutionnaire passa entièrement son doigt à travers le métal, déverrouillant ainsi son accès.

" - Et voilà ! Que l'aventure commence !" dit-il, fier de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drazen Murasaki
Rescapé de prison
Rescapé de prison
avatar
Messages : 52
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Dim 14 Sep - 12:33



Un château dans la nuit

Feat Red L. Snow


Il avait parfaitement raison. L'amour n'était pas fait pour eux dans ce sanctuaire d'aventure et d'adrénaline. Et embarquer deux princesses dans un monde où règne le crime la fourberie n'était pas mince affaire. Avare de remords, le jeune corsaire préféra momentanément d'oublier les demoiselles pour se consacrer pleinement à la tâche qui les incombaient désormais : L'aventure au sein d'un château silencieux. Red avait d'ailleurs soulevé un point très important à ce sujet en proposant d'explorer le rez-de-chaussée en premier lieu afin d'en connaitre davantage sur les habitants des lieux. Après tout, ils avaient pénétrés le château sans même se soucier à qui il appartenait, sans évaluer les risques potentiels. Ils avaient affaire à la famille royale sans savoir dans quoi cette dernière trempait réellement. Quoi qu'il en soit, ils n'appréciaient guère les pirates et faisaient de leur exécution, de formidables spectacles. C'était une chose certaine. Jouer la carte de la sécurité alors qu'ils étaient déjà en pleine aventure n'était peut-être pas le plus ingénieux ;sachant qu'ils auraient du faire cela bien avant; mais cela pouvait s'avérer utile malgré tout. « Allons-y ... voyons quel tyran est ce roi. » Dit Murasaki, d'un air ironique et contraint. Il n'imaginait pas un roi appréciable ... c'était inconcevable à ce principe de royauté. Les premières marches d'un grand escalier furent entamées d'un pas lent, dans l'obscurité la plus totale.

Une obscurité qui fut vite éclairée par la paume rougeoyante de l'homme à la chevelure verdâtre. Surpris, le corsaire ne cessait de l'observer. Ce n'était pas le genre d'homme à surplomber les gens de questions parfois ennuyantes, il préférait que ceux-ci parlent d'eux-mêmes. Bien que son regard sur le révolutionnaire était très insistant cela dit. Il ne lui fallait pas plus de quelques minutes avec qu'il ne craque et en vienne aux explications et tout à coup, tout devint plus clair dans son esprit. Un fruit du démon, ce n'était plus à en douter. S'il en avait eu un petit aperçu la veille, lors de leur petite bataille sur le seuil du bar, il n'était pas encore certain de quoi il s'agissait. La chaleur ... un élément qui s'avérait très pratiques dans n'importe quelle situation ou presque. Tout à coup, Murasaki était souriant et bien heureux d'avoir un tel homme en guise d'acolyte. Et puis, la luminosité que ses paumes dégageaient était bien pratique et en cas d'attaque, il était la force de frappe de l'équipe.

Peu après l'explication, une démonstration visuelle ne tarda pas à paraître. En effet, alors qu'un cadenas verrouillé sur une grande porte en bois leur bloquait l'accès à une pièce, un simple contact suffit à faire fondre l'acier. Lorsqu'il vit cela, le corsaire eut à l'esprit toutes les possibilités que ce fruit octroyait et un sourire davantage béat s'inscrit sur ses lèvres.

« Wow ... pratique ? Mais c'est vachement mieux ! Je comprends maintenant pourquoi Maya était toute émoustillée. » Un léger ricanement s'échappa de ses lèvres en guise de plaisanterie. Il était réellement impressionné. Entrant à petits pas furtifs dans la nouvelle pièce, son regard fut des plus attentifs sur les alentours. Bien qu'en fin de compte il ne voyait les choses que là où la chaleureuse lumière du révolutionnaire se portait. Des portraits de personnes à n'en plus finir, placardés sur tout le flan de chaque mur. Avant de continuer dans cette pièce mal éclairée, il se devait de dire une chose à l'homme qui l'accompagnait. Oui, ce dernier avait preuve d'une certaine sympathie en lui expliquant ses capacités et les faiblesses qui s'y adonnaient. Il devait faire pareil s'il souhaitait instaurer un climat de confiance mutuelle.

« Les fruits du démons ne me sont pas totalement inconnus, j'en ai mangé un moi aussi. » Dit-il une petite moue ennuyé sur le visage. Lui qui adorait se baigner, il en était privé depuis lors. « Ope ope ... je peux en quelques sortes délimiter une zone qui sera sous mon contrôle et ... » Donner des explications sur ses capacités étaient bien trop compliqué, il préféra opter pour une démonstration visuelle comme lui l'avait fait. D'un claquement de doigts, un cercle translucide se créa autour de ses doigts avant de se propager dans la pièce. Avançant ensuite de quelques pas, il cherchait le meilleur moyen d'être le plus explicite par ses actions jusqu'à ce qu'il vienne buter ;dans l'obscurité; contre un rebord inconnu. D'un nouveau claquement de doigts, il amena le révolutionnaire à lui comme si ce dernier s'y était téléporté, éclairant ainsi l'objet en question. « Tu vois, un contrôle total ou presque. Très utile pour ma passion de la médecine. » Et hop, il dévoilait une chose de plus sur sa petite personne.

Le centre de la pièce désormais éclairé, c'est une grand table en verre qui se trouvait devant eux et sous ce verre, il pouvaient très vite apercevoir un gigantesque arbre généalogique. Au plus bas de celui-ci, on pouvait voir les visages de Maya et Kate. Nul doute possible, c'était bien celui de la royauté de l'île. Bon dieu qu'il était grand ... cela était même étonnant qu'une seule et unique famille soit parvenue à gouverner autant de temps s'en se voir détrôner. C'était ce point qui intéressa le plus le jeune homme qui porta rapidement son attention sur le milieu de l'arbre avant de terminer par le sommet. Il y avait pas mal d'identité bien connue dans le monde et certains étaient bien connus pour avoir eu des dérivés moins idéaliste dont leur visage était grisé sous le verre. Il y avait des tonnes d'informations qui méritaient des explications mais où les trouver ? « Tu te rend compte dans quoi on s'embourbe ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Dim 14 Sep - 19:19

Alors que la porte s'ouvrait, Mura fit une petite allusion à son pouvoir et à Maya. Cette remarque le fit sourire et il se demanda si son corps, chaud de base, avait une quelconque influence pendant ses rapports. Peut-être bien après tout. Puis, éclairé par la paume de Red, ils pénétrèrent dans la pièce. On aurait dit un petit musée relatant l'historie du pays. Accroché à chaque partielle de mur se tenaient de nombreux tableaux représentant des hommes, la plupart du temps des rois ou des princes au vu de leur allure. Ces visages en eux-mêmes ne lui disaient rien, mais certains noms marqués sous chaque portrait lui étaient plus familiers. Des rois ayant vécus des décennies ou des siècles même avant leur époque. Ainsi, il y avait bien une royauté en ce lieu, étaient-ils vraiment aussi bons que le disaient la population. Dans l'histoire, de nombreux souverains avaient joués les bons samaritains afin de mieux assoir leur pouvoir sur le trône et profiter de ce titre pour mener leurs petites expériences en cachette. Révolutionnaire dans l'âme et de naissance, Red se demandait comment agir si ce roi se révélait être en fait une véritable ordure. Et si Maya et Kate vivaient en ce lieu, que représentaient-elles ? Qui étaient-elles vraiment ? De nombreuses questions vinrent bousculer l'homme aux yeux jaunes, mais son attention fut reporté par Mura. Celui-ci lui avoua être également familier aux fruits du démon par le fait qu'il en avait également mangé un. Cette simple phrase en suspend attira grandement son attention, le Ope Ope ? En lien avec la médecine ? Son explication ne permettait pas vraiment au révolutionnaire de bien s'imaginer les capacités de son collègue d'aventure. Puis, en un instant, Red se retrouva près de Mura, en face d'une table de verre. Il s'était téléporté ?

" - T'es sérieux ?" commença-t-il, ébahi. " Tu peux aussi te téléporter ou seulement les autres ? Ça en jette ! Tu peux vraiment tout contrôler ? C'est dingue ça ! T'es sûr que mon pouvoir est aussi génial que ça ? En tout cas...si on se fait attaquer, en combinant nos capacités on devrait pouvoir s'en sortir assez aisément !"


Mura, loin d'être avare de compliment, reporta son attention sur la table de verre face à eux. Sous le verre se dessinaient des dizaines, non, des centaines de ramification entre différents portraits et noms plus petits que sur les tableaux. Tous se reliaient les uns et les autres, dévoilant ainsi la généalogie de la royauté de Hilia Town. Tout en bas se trouvaient deux noms que les deux hommes connaissaient bien. Ceux des deux jeunes demoiselles qui dormaient quelques étages plus haut. Alors c'était bien des princesses. Dans quel bordel s'étaient-ils foutus ? C'est dingue ça. A chaque fois que Red rencontrait des gens et faisait quelque chose d'un peu spécial, ça partait en couille quelques instants plus tard. Il aurait été petit, gros, avec un bonnet et des mauvaises manière que cette nouvelle lui aurait troué le cul. Mais son nom de famille était Snow, et non Cartman. Tout ces noms ne lui étaient pas inconnus et, comme il l'avait deviné plus tôt grâce aux tableaux, de nombreux rois célèbres pour leurs actions avaient dirigé ces lieux. La famille Hiliaguarda, un nom qui avait même inspiré le nom de cette ville. Mura devait aussi réflechir à toute vitesse à ce que tout ce que cela impliquait car il lui en fit part.

" - Ouais, de un on s'est tapés des princesses." dit-il, surpris par ses propres mots. " De deux, on est dans un château royal qui renferme des centaines d'années d'histoire. Certains noms me disent quelque chose comme...celui-ci, le roi Gagieo Hiliaguarda, qui fut appelé le roi tyran le jour où il vendit une partie de la population de son pays à un Dragon Céleste en tant qu'esclaves. Et, si c'est de famille d'être aussi fourbe et malhonnête, on est aussi peut-être tombés dans un piège en venant ici."

Sa phrase resta en suspend, des bruits de pas provinrent alors du grand hall d'où ils étaient arrivés. La grande porte semblait s'être ouverte, laissant entrer quelqu'un ou même plusieurs personnes. Ça ne sentait pas bon du tout, tout ça. Maya et Kate leur avait dit que leur père n'était pas là cette nuit. Le lien se fit dans la tête de Red, leur père était le roi et une personne faisant une entrée aussi fracassante ne pouvait être quelqu'un d'autre. La salle dans laquelle les deux hommes se trouvaient était jointe au hall, placée sur le côté du grand escalier. Il fallait qu'ils fassent vite avant d'être découvert. Diminuant la température produite par sa main, la lumière devint moins forte, leur permettant quand même d'observer les alentours une fois habitué. A pas de loup, le révolutionnaire se dirigea vers l'extrémité de la pièce non-explorée pour y découvrir une nouvelle vitre, carrée et placée sur un support. S'approchant prudemment, Red devina un livre ouvert posé sur un coussin de velours. Se retournant vers son collègue il lui fit signe de venir vers lui, si son pouvoir lui permettait de tout contrôler dans son périmètre, il pourrait s'emparer du livre sans provoquer le moindre bruit et ainsi leur éviter la venue de gardes ennuyants. Les deux explorateurs, désormais à l'affut, s'étaient transformés en voleurs amateurs.

" - Dis moi Mura." murmura-t-il. " Est-ce que tu pourrais te servir de ton pouvoir pour prendre ce livre sans briser la vitre ? S'il est placé là, je penses qu'il doit être important. Peut-être qu'il nous apprendra ce qu'il se passe sur cette île. Des indices sur les penchants du roi actuel et de ses prédécesseurs, histoire d'être bien sûr...


Red hésita à continuer ce qu'il voulait dire, s'arrêtant brusquement au milieu de sa phrase. Fallait-il qu'il révèle son identité à cet homme ? Plus tôt dans la journée, Mura s'était désigné comme étant au service de l'océan. Mais cette explication était bien vague. Néanmoins, s'il se révélait comme étant révolutionnaire, peut-être que cet homme lui accorderait assez de confiance pour révéler qui il était. Il prit une grande inspiration et se remit à parler.

" - Je ne t'aies pas tout dit sur moi, à vrai dire." commença-t-il, cherchant ses mots. "Je fais parties d'une organisation, non, enfin d'un mouvement plutôt n'étant pas vu comme très gentil par beaucoup de personnes du monde. Je penses que tu as déjà entendus parlé de la révolution, non ? On vise la liberté de chacun, la paix dans le monde, ce genre de choses. Mais, si ce roi se révèle être un tyran caché sous de beaux habits et un joli sourire, j'agirais quel qu'en soit le prix. Je voulais juste te faire part de ça, en espérant que tu ne fasses pas partie de la Marine..."

Il lança un regard en coin vers Mura dans cette pénombre, attendant de voir quelle serait sa réaction. Dans le château, de nombreuses personnes semblaient s'activer, l'arrivée du roi sonnait le retour de toute la garde et donc de leur surveillance, ils ne seraient plus aussi tranquilles qu'avant. Comment faire pour sortir de cette pièce, rejoindre le sous-sol sans se faire repérer ? Puis il lui vint une idée, grâce à ce que lui avait montré Mura de ses capacités, ils pouvaient sûrement sortir d'ici sans faire le moindre bruit. Il regarda l'homme aux cheveux rouges et lui sourit. Tandis qu'il s'exprimait, des bruits de pas se firent plus proches. En même temps, vu ce que cette salle renfermait, elle devait être gardée habituellement.

" - On dirait que l'on a plus beaucoup de temps avant d'être découvert." fit-il en se retournant vers la porte encore grande ouverte. "Est-ce que ton pouvoir pourrait nous permettre de nous transporter directement au sous-sol ? Sinon il nous reste la solution : éliminer chaque garde discrètement pour ne pas alerter tout le château et se faire chopper par nos deux nymphes en chemise de nuit. Qu'est-ce que t'en dis ?"

Il fallait vite agir, les bruits de pas se faisaient de plus en plus proches. La main de Red rougeoya de moins en moins, n'éclairant plus que leurs visages et la vitrine à côté d'eux. Lorsque les gardes entreraient, la lumière aurait disparut, les plongeant dans l'obscurité mais, le cadenas fondu les alerterait quoi qu'ils fassent. Il fallait prendre une décision. Soit disparaitre comme de par magie, laissant le cadenas de la porte se faire découvrir et alerter tout le monde. Soit se débarrasser des quelques gardes en chemin afin qu'ils ne préviennent personne et ainsi, retarder le fait d'être découvert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drazen Murasaki
Rescapé de prison
Rescapé de prison
avatar
Messages : 52
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Lun 15 Sep - 19:00



Un château dans la nuit

Feat Red L. Snow


Finalement, tous les deux en savaient un petit peu plus sur l'autre. Cela pouvait s'avérer contraignant en cas de divergence mais c'était également utile pour former une petite équipe et instaurer une atmosphère de confiance. Et il en fallait pour le mercier dans lequel ils s'aventuraient. Comme le citait également le jeune révolutionnaire, si on remontait un peu plus loin dans cette royauté et si l'on creusait davantage, ils n'avaient pas toujours été blanc comme neige. Gagieo Hiliaguarda, roi et tyran qui avait vendu une partie de son peuple en guise d'esclave aux dragons célestes. Ce fut l'un des exemples qu'il avait cité sans savoir si d'autres n'en avaient pas fait autant ou voir même pire. Le piège était en effet inquiétant mais le fait d'y être probablement tombé dedans ;ou indirectement; n'inquiétait pas plus que cela, Murasaki. Ce dernier, bien qu'il n'eut aucun mal à percevoir l'irritation du révolutionnaire suite à cette indignation royale, avait toute sa concentration centralisée sur cet arbre généalogique intriguant. Hiliaguarda était également le nom qu'un colonel et un amiral avaient portés. Sans oublier que ce nom avait même trempé dans la pègre, plus profonde et plus sombre encore. Des bruits de pas en provenance du couloir vinrent le sortir de ses songes et mené par Red, il s'aventura dans un des coins de la pièce.

Ils n'étaient pas seul dans ce château ou du moins, ils ne l'étaient plus. Le maître des lieux étaient de retour et avec lui, son armada de garde. Ce qui était parfaitement normal cela dit. Malgré la pénombre, Murasaki parvenait à distinguer la silhouette d'un homme qui s'apprêtait à pénétrer la pièce dans laquelle lui et le jeune homme à la chevelure verdâtre se trouvaient. À cet instant, le coeur du corsaire battait à vive à l'heure ... Était-ce la peur ? L'adrénaline peut-être ?

Cependant, il fut surpris de la non-quiétude du révolutionnaire qui malgré la présence de nombreux gardes dans le château, parvenait encore à trouver des choses intéressantes. En l'occurrence, il s'agissait d'un livre et pas n'importe lequel. En effet, celui-ci était posé sur une vitre d'une demi-douzaine de centimètres dont même un coup de poing n'aurait pu la briser et ouvert à sa moitié. Enfin, rien que sa situation en disait long sur son importance et Red le souhaitait réellement. Il n'avait pas tort. Si ce livre pouvait véritablement recensé l'histoire sans y omettre de faux-semblant, cela pouvait s'avérer très utile. Alors qu'il s'apprêtait à claquer des doigts dans sa zone toujours active par-delà la pièce et plus encore, les confessions de son acolyte le trouble un petit peu. Apprendre qu'il était révolutionnaire ne fut pas réellement un choc et puis, il le préférait ainsi plutôt que pirate. Il commençait d'ailleurs à comprendre cette petite irritation dans la voix lorsqu'il parlait de tyrannie et de malhonnêteté de la part de la royauté. Après tout, il n'était pas le seul à penser ainsi. Murasaki bien que je-m'en-foutiste sur certains sujets, n'appréciait guère ce genre de roi. Certes, il y avait des choses sombres et malhonnêtes que la royauté pouvait se permettre mais quelque chose d'aussi flagrant que de vendre une partie de son peuple, certainement pas.

« Je ... » Parlant beaucoup trop, il mua sa voix un tantinet avec d'être interrompu par des bruits de pas qui se faisaient de plus en plus proches. Un garde avait pénétré les lieux et se trouvait à un ou deux mètres seulement de leur position, torche en main. Et lorsque Red fit de nouveau allusion à Kate et Maya, c'est d'un petit sourire sur les lèvres que Murasaki se mit à agit. Mouvement doucement ses doigts avant de les claquer une fois ;faisant un petit écho inaudible pour l'extérieur; c'est non seulement le révolutionnaire et lui-même qu'il transporta au sous-sol mais, également le garde qui était proche d'eux. La stupeur de ce dernier lui fit lâcher le cadenas fondu qu'il avait ramassé devant la grande porte en bois. Sa torche n'eu pas le temps de tomber au sol qu'elle fut aussitôt dans les mains de Red à l'aide d'un joli tour de passe-passe. Quand au livre si intriguant, il était dans la main droite du corsaire. « Hey ! » Dit-il espérant attirer l'attention du garde sur sa personne. Ce qui fonctionna très bien malgré qu'il soit encore désorienté. D'un mouvement de l'index, le corps du garde ne fit qu'un bond vers le plafond du sous-sol avant de retomber sur le sol. Il n'était pas mort mais, sonné. C'était ce qu'il fallait, car après tout il n'avait rien à se reprocher si ce n'est de faire son boulot. Enfin, c'est surtout qu'il ne voulait pas paraître trop sadique devant son acolyte ...

« Pfiouu ... On gagne un peu de temps ainsi mais ils vont vite découvrir que quelque chose cloche en haut. » En effet, cette tentative désespérée de disparaitre n'était que provisoire. Après tout, ils n'allaient pas tarder à découvrir la pièce ouverte et le livre manquant. Le sous-sol était à contrario des pièces du rez-de-chaussée, assez lumineux. Il s'étendait sur des mètres, tel un vrai labyrinthe. Il n'y avait que quelques pièces plongées dans le noir absolu, la torche s'avérait utile pour cela. « J'en dis qu'il était préférable de garder un petit peu de discrétion et de gagner du temps héhé. » Prenant une grande respiration, il revint sur la question des rôles et des desseins. « Non je ne suis pas de la marine ou du moins pas tout à fait. » Dit-il en ricanant avant de reprendre son explication. « J'ai pas eu trop le choix que d'être à leur service ... tu peux me voir comme un corsaire même si mon coeur penche pour un fervent pilier de bar. T'en fais pas, je suis parfaitement pour une liberté plus absolue et universelle. »

À vrai dire, s'il n'avait pas été forcé de rejoindre le camp des corsaires sous le joug du gouvernement, ce serait vers la révolution qu'il se serait tourné. Ayant pour hantise les pirates à cause d'un incident produit étant enfant, il était très heureux que Red n'en fasse pas partie. Il se doutait bien qu'être corsaire était aussi odieux qu'être marine ou roi malhonnête pour un révolutionnaire mais il espérait que ce dernier en question ait un minimum de confiance en sa petite personne. Une confiance qu'il espérait gagner avec cette aventure. D'un geste vif, il accouda le livre de sa main droite sur son avant-bras gauche afin qu'il puisse être lu par les deux hommes. L'intitulé en disait long sur son contenu : Hiliaguarda, une manière de penser. La royauté n'avait pas toujours été de mise et le premier faussaire fut un homme nommé "Yvan". Capitaine pirate de plusieurs galons, il avait fait de l'île son QG. Un QG qui devint rapidement son unique domicile tandis que ses navires restaient à l'abandon. Au début, il n'y avait que son équipage devenu sédentaire mais il y eu vite d'autre voyageur et marchands qui s'y installèrent et petit à petit l'île prit une allure de forteresse. En une trentaine d'année seulement, l'île fut officiellement reconnue comme ville dont Yvan en était le roi. Passant de nombreuses pages sur les générations suivantes, c'était la génération actuelle qui Murasaki souhaitait consulter et il y vint rapidement. Hiliaguarda Gabriel, était le nouveau chef de la famille et l'unique roi de l'île. Le récit était inscrit de sa main et l'on pouvait ressentir toute l'hypocrisie et l'égoïsme dont il faisait part.

« Nous sommes vraiment tombés sur quelque de gros ... Tient prend le une minute, je règle vite quelque chose. » Le jeune corsaire avait vite placé le livre dans les mains de Red avant de se retourner et de mouver ses doigts. Un garde avait pénétré la pièce du sous-sol, intrigué par le bruit que faisait les deux hommes. D'ailleurs, avec d'énormes clés attachées à sa taille, l'homme avait plus l'air d'un geôlier qu'un garde de château. Quoi qu'il en soit, son corps s'était vu séparer en deux. Alors que le bas de son corps butait contre un mur dans une boucle éternelle, son buste était au sol, à la merci des deux hommes. Il fallait qu'il hurle fort s'il voulait de l'aide.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Mer 17 Sep - 13:02

Tout se passait de la meilleure façon qui soit, le livre était désormais en leur possession et ils se trouvaient dans le sous-sol. Avoir amené ce garde curieux avec eux fut une très bonne idée. De plus, la torche du malheureux leur serait très utile. En effet, bien que capable de se servir de son pouvoir comme une lampe-torche, cela l'affaiblissait et il préférait garder ses forces en cas de combat. La torche en main, Red passa quelques doigts au-dessus des flammes comme pour recharger ses batteries. Après tout, cela ne pouvait pas lui faire de mal. Ainsi, Mura était corsaire, et le fait que le révolutionnaire soit ce qu'il est ne semblait pas le déranger. Red réfléchissait, loin de douter de son camarade, il se demandait ce qui avait bien put le conduire à devenir un chien du gouvernement. Il disait être en faveur d'une liberté absolue et, à vrai dire, il n'en fallait pas plus pour l'homme aux yeux fauves. Loin d'être naïf, celui-ci avait apprit à connaitre son camarade au cours de cette journée. Bien qu'il soit au service de ses ennemis, s'en prendre à quelqu'un qui n'avait pas eu le choix n'était pas dans ses habitudes. Il faudrait lui faire confiance, chose qui ne serait pas si compliquée pour Rouge Neige. Puis, brisant la quiétude de cet endroit sécuritaire, une porte s'ouvrit sur un garde. D'où il était, il pouvait voir la torche et son halo de lumière qui les illuminait. Mura, grâce à ses capacités, eus vite fait de découper l'homme en deux parties, laissant le garde bouche-bée. Bien qu'il ne devait ressentir aucune douleur, la vision de la partie inférieure de son corps sembla l'ébranler quelque peu, enfin c'était peu dire. Les yeux écarquillés, il semblait agoniser, sûrement que son cerveau avait pensé mourir et que, par réflexe il mimait la scène. Alors que les deux compagnons s'attendaient à le voir hurler de terreur, amenant d'autres gardes dans ce sous-sol qui ne leur offrait qu'une seule voie de fuite. Le garde se figea un court instant avant de perdre connaissance. Comment tout cela pouvait être aussi facile ? Bon, c'est vrai que se voir découper devait être un choc traumatisant, mais quand même ! Quoi que, dans ces mers les pouvoirs liés aux fruits du démon étaient souvent pris pour de la magie ou des légendes, donc ça pouvait tout de même s'expliquer. Tout ce que Red espérait, c'est que cet homme n'était pas cardiaque, sinon ils auraient un mort sur le dos.

" - Bon, problème réglé" dit Red qui, dans un réflexe avait saisit la matraque à la ceinture du premier garde, prêt à la lancer sur le second si celui-ci avait commencé à hurler. " Ce trousseau de clés à sa ceinture me paraît intéressant, il devrait nous ouvrir quelques portes."

Se rendant auprès de l'homme inconscient coupé en deux, il prit le trousseau et testa plusieurs clés sur la porte qui menait du château à cet endroit. La verrouiller derrière eux leur donnerait un avantage et de l'avance. La clé en question trouvée, il la tourna dans la serrure et la laissa dedans afin que l'on ne puisse pas ouvrir la porte de l'autre côté. Puis, il revint vers Mura et ils commencèrent à explorer ce long couloir souterrain. L'humidité était omniprésente, mais la chaleur de la torche était rassurante, vacillant au gré d'une petite brise provenant de face à eux. Cet indice signifiait qu'il y avait une autre sortie, autre que la porte désormais verrouillée. Mais, ils devaient rester sur leur garde, il était possible qu'il y ait des soldats ou surveillants dans ce sous-sol afin de garder les trésors.

" - Tu sais, le fait que tu sois corsaire ne me dérange pas." commença-t-il calmement, en observant toujours droit devant lui. " Et puis, si tu n'avais pas le choix, c'est pas vraiment de ta faute, c'est pas comme si tu l'avais choisis. Je suis peut-être un révolutionnaire, mais j'ai appris à te connaitre aujourd'hui et je pense que tu es quelqu'un de confiance. De plus, mieux vaut ne pas se mettre sur la gueule dans ce genre d'endroit, on risquerait d'être découvert et d'avoir quelques ennuis."

Alors qu'ils marchaient, Red jetait de temps en temps un coup d’œil au livre que tenait Mura. Il y avait là de nombreuses histoires peu réjouissantes sur leur hôte. Derrière le masque du gentil seigneur Hiliaguarda, se cachait un homme fourbe et avide de pouvoir, de richesses et de luxure. Pour les deux derniers points, ça pouvait se comprendre assez aisément. D'ailleurs, ils apprirent dans ce livre que Maya et Kate étaient demi-sœurs, ayant une mère différente. Néanmoins, ces deux femmes avaient mystérieusement disparues l'une après l'autre. Laisser les deux demoiselles dans ce château laissait un goût amer dans la bouche du révolutionnaire. Et si le roi venait à les faire disparaitre elles aussi ? Car oui, ça paraissait évident que leurs mères avaient été tuées puis fait passer comme disparues. Un sentiment de peur et de culpabilité se mit à s'éveiller en Red, fallait-il qu'ils emmènent les deux princesses loin d'ici ? Ou simplement éliminer le roi ? Mais, s'ils agissaient ainsi, ils s'attireraient de graves problèmes et n'attirerait pas les faveurs du peuple envers la révolution. Le choix était difficile. Fallait-il agir pour le bien du peuple, bien qu'il ne le sache pas et vous prenne ensuite pour un meurtrier ? Ou bien ne rien faire, s'enrichir sur les richesses du royaume, en redistribuer une partie au peuple, puis s'enfuir ? Non, ce n'était pas une bonne idée non plus. La population d'Hilia Town aimait tellement son roi qu'ils lui auraient rendus directement l'argent. Alors il fallait tuer le roi. C'était la seule solution pour arrêter tout ça, mettre en sécurité les deux jeunes femmes et éviter à nouveau qu'un seigneur réduise ses sujets en esclaves. Toutes ces questions lui vrillaient le crâne et il fixa Mura qui devait lui aussi être perdu dans les mêmes réflexions.

" - Tu en penses quoi de tout ça ?" hésita-t-il, pas vraiment sûr de ce qu'il pensait lui-même. " Doit-on tuer cet homme afin d'éviter le même sort à Maya et Kate ? Ou alors, s'enfuir après avoir fait main basse sur quelques trésors ? Je comprendrais que tu ne veuilles pas éliminer un roi, ça te mettrait au devant de nombreux ennuis avec la Marine et le gouvernement mondial, tu es censé représenter l'ordre et la justice toi aussi, après tout."

Ayant finit sa phrase, les deux hommes durent s'arrêter, devant eux s'étendait une vaste salle éclairée par de nombreuses torches accrochées aux murs. De cette salle, ils pouvaient voir quatre chemins différents qui se séparaient, un tout à leur droite, un tout à leur gauche et deux en face qui devaient sûrement se rejoindre plus loin. Étant discrets dans leurs mouvements, ils n'avaient pas été repérés par les quatre gardes qui gardaient les deux premiers choix qui s'offraient à eux. Deux gardes avaient été assignés à ces deux chemins. Red ne voulait pas se séparer de son collègue d'aventure, mais explorer ces couloirs uns à uns ne les mèneraient pas forcément là où ils le souhaitaient. Se tournant à nouveau vers Mura, il lui chuchota quelques mots.

" - J'ai une idée, tiens toi prêt." chuchota-t-il. "Tu t'occupes de ceux de gauche, moi de ceux de droite et ensuite on choisira vers où aller."

Sur ces mots, Red lâcha la matraque du garde qu'il avait gardé tout ce temps. Celle-ci fit un son métallique en touchant le sol, ce qui attira l'attention des gardes. Néanmoins, un de chaque voie fut envoyé, les autres préféraient garder leur rôle de gardien du chemin. Ainsi, deux homme s'approchèrent, épée à la main. Étouffant la flamme de sa torche, le révolutionnaire imposa l'obscurité à son camarade. De cette façon, les deux voleurs ne se feraient pas repérés. Un des deux gardes s'étant approché parut intrigué.

" - Boby, c'est toi qui nous fais une mauvaise blague ?"

Le ton de sa voix n'inspirait pas un certain courage. Et le fils de la révolution profita de ce moment d'hésitation de sa part pour surgir et l'obscurité afin de lui asséner un coup net au nez, puis une frappe du plat de la main sur la nuque, faisant tomber l'homme inconscient. Ces bruits de luttes allaient attirer l'attention des deux autres gardes, il fallait être rapide. Red surgit dans la grande salle et fonça sur son nouvel adversaire. Arrivé à sa hauteur, il se baissa vivement, évitant un coup d'épée, et faucha les jambes du l'homme avant de le terminer avec un coup de coupe au plexus solaire. Le garde échappa un jappement avant de tomber dans l'inconscience. Revenant enfin au milieu de la salle, il s'adressa à Mura.

" - Bon, à toi de choisir quelle voie prendre maintenant, je te fais confiance là-dessus." dit-il, légèrement amusé que la suite de cette aventure soit décidée par le hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drazen Murasaki
Rescapé de prison
Rescapé de prison
avatar
Messages : 52
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Jeu 18 Sep - 16:57



Un château dans la nuit

Feat Red L. Snow


Le trousseau de clé avait été bien utile pour verrouiller les sous-sols livrant les deux compagnons à eux-mêmes. Personne de l'extérieur ne pouvait venir les gêner ou du moins pas tout de suite. Dans tous les cas, ils n'allaient pas tarder à se mettre en alerte là-haut, ce n'était plus qu'une question de minutes. Après tout, le fils de la révolution et le corsaire en herbe avaient dérobés un bien capital qui pouvait compromettre toute la royauté du pays et ils étaient certains tous les deux, qu'ils allaient tout faire en oeuvre pour remettre la main dessus une fois. Oh ça oui qu'il était important ce livre ... si important que les deux compères n'allaient pas laisser son savoir inutile, car d'un pas lent mal-assuré mais surtout prudent, ils entamèrent l'exploration des sous-sols. Un corsaire et un révolutionnaire. Dans la bouche d'autrui, cela aurait paru absurde mais, les faits étaient là. Ce sont toutes les circonstances précédentes qui avaient menées à cette confiance mutuelle sans compter que leurs principes à chacun y jouait un grand rôle également. S'ils avaient débutés leur conversation en énonçant leur job respectif, ils ne seraient sans doute pas là côte à côte. Pas blanc comme neige dans tous les cas. Murasaki s'était mis en repos un instant en désactivant totalement sa sphère et donc son emprise sur le château moderne. Faire des allers et vient n'était pas très fatiguant à première vue mais l'accumulation et l'enchaînement l'épuisait à petit feu. Et tant qu'à rendre l'utile à l'agréable, faire preuve de vigilance sans les capacités de son fruit du démon lui faisait regagner un minimum d'énergie tout en aiguisant ses sens.

« Tu as raison ... et puis ce n'est pas digne de deux princes n'est-ce pas ? » Dit-il en direction du révolutionnaire avant de clôturer sa mise en scène par un petit clin d'oeil. Ce fut ensemble qu'ils avaient montés toute cette histoire de princes en voyage, qu'elle ingéniosité ce fut. Continuant leur avancée dans les couloirs assiégés par l'humidité et la poussière, ils vinrent rapidement buter contre une impasse. Quatre voies s'étendaient devant eux et quatre gardes pour garder chacun d'enter-elles. Éloignés et invisibles, Red proposa de départager les ennemis avant de décider de la voie à suivre. C'était une bonne idée mais le problème allait sans doute rester le même une fois les combats finit. Enfin, Murasaki n'eut pas réellement le temps de décider de quoi que ce soit puisque la matraque métallique récupérer sur les précédent garde fut lâché au sol dans un bruit strident et que la torche fut éteinte les plongeant tous deux dans l'obscurité. Deux seulement se décidèrent d'explorer l'inconnu bien qu'ils n'eurent pas le temps. En effet, l'homme de droite fut assailli par le révolutionnaire tandis que celui de gauche le fut par le jeune homme à la chevelure de flamme.

Le garde qui se précipita ne s'était pas rendu compte qu'il était armé. Fourbe dans l'âme, il avait engagé sa dague et la lui plongeai dans l'abdomen avant qu'il ne comprenne ce qui se passait. La victime ouvrit de grand yeux et projeta des gouttelettes de sang sur le visage de son assassin, Murasaki. Avec un grognement, il leva le bras, le tira avec lui et propulsa son cadavre encore frémissant sur l'autre garde d'une des voies de gauche, l'envoyant ainsi valdinguer sur le sol bétonné et ferme. Du coin de l'oeil, il vit l'éclat d'une lame lorsque le garde encore en vie se releva et tout en se baissant à temps, il attrapa le bras armé de l'assaillant, le brisa et plongea sa dague dans son crâne avant d'écraser son visage avec son pied d'une telle violence qu'on entendit son crâne céder. Il avait été beaucoup moins gentil que son acolyte et il se rendit compte de son excitation lorsqu'il revint à la raison. Retirant sa dague du crâne de sa victime ;les joues empourprées; il lui était offert de choisir l'une des quatre voies.

« Avant que l'on continue, je te conseille d'être moins indulgent avec eux. Avec ce qu'on vient de lire, sois sûr qu'aucun d'eux n'est totalement innocent. Autant de gardes pour surveiller de simples sous-sol ? Je ne sais pas sur quoi on va tomber mais ce sera quelque chose de gros. Ils sont au courant de ce qu'ils gardent ... » Dit-il un petit peu gêné par sa fougue. Rangeant sa dague dans son fourreau, il ramassa le livre qui était tombé dans la bataille avant de reprendre de plus belle. « Maintenant à savoir ce que je pense de tout ça ... Je dois te dire que j'en ai franchement aucune idée. C'est sûr que l'on va trouver quelques trésors mais je ne pense pas que ce soit la chose la plus importante ici. Quant à tuer un roi ... les morts ne parlent pas, tu le sais ça ? » Murasaki se tut un instant, s'arrêtant pile devant l'entrée la plus fraiche et où une odeur de sueur se faisait la plus forte, la numéro trois. « Et si on avançant afin de découvrir ce qui nous attend ? Il cache forcément quelque chose, découvrons le et avisons ensuite. Qu'en dis-tu ? »

Secrètement, le jeune corsaire aurait bien eu envie d'installer sur ce pays, l'une de ses colonisations. Un pilier pour s'installer dans la pègre. Cependant, il en était loin et la situation ne s'y prêta pas tellement. Quoi qu'il en soit, il avait faire part de ses intentions à cet homme aux cheveux verdâtres. Il était prêt à le suivre et pour les risques qu'ils s'engageaient à prendre, il pouvait tout aussi bien dissimuler son identité par un biais quelconque. Pour cela, un masque était parfait. Bon samaritain le jour, diable la nuit. Cela sonnait bien n'est-ce pas ? Quant aux demi-soeurs, ses pensées à leurs égards étaient confuses. Feraient-elles de meilleures dirigeantes ? Sincèrement, il ne pensait pas qu'elles en avaient l'étoffe et puis, si les deux hommes étaient menés à l'élimination du roi, elles allaient forcément en pâtir par le peuple. Les emmener en mer n'était peut-être pas non plus le choix le plus judicieux. Enfin, à leur sujet, ils pouvaient encore réfléchir plus tard. Si cela se trouve, elles trempaient dans les magouilles de leur père.

D'un pas vif, le corsaire s'était engagé dans le couloir numéro trois, suivi de très près par son acolyte. Une fois dedans, l'odeur de sueur mêlée à une odeur de sang leur prenaient au nez. C'était à la limite du supportable. Des traces de doigts rougeoyantes jonchaient le mur dans des traînées terrifiantes. On pouvait également y voir inscrit certains messages d'aides, des SOS. Des messages qui quémandaient aux jeunes hommes d'être plus attentif et plus prudent encore. Le bout du tunnel éclairé d'une lumière tamisée était tout proche, à seulement quelques. Ne sachant pas ce qui l'attendait au bout, c'est la boule au ventre que Murasaki avançait avant de pénétrer une nouvelle pièce. Une petite pièce toute carrée avec en son centre une chaise de bourreau munie d'attache. Très certainement utilisée pour la torture en vue de tout le sang répandu sur le sol. Les murs de cette même pièce étaient ornés de multiples accessoires eux-aussi de torture. Seul le pan de mur tout à gauche était différent des autres. Sur celui, il n'y avait que des masques suspendus à l'aide d'un simple crochet. Par cette situation cocasse, le corsaire sourit un instant avant d'aller en décrocher un. Cela pouvait toujours servir après tout.

« Mon intuition n'était pas la bonne ahah ... Je n'ose même pas imaginé ce qu'on risque de trouver dans les voies avec ce que l'on vient de voir. » Dit-il d'un petit rire nerveux avant de faire demi-tour en direction de la pièce principale et d'engager cette fois-ci la voie numéro quatre, la plus proche de la voie numéro trois. Si l'on tendait un tant soit peu l'oreille, on pouvait entendre des petits cris s'en réchapper, comme étouffés par quelque chose ou quelqu'un.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red L. Snow
Rebelle
Rebelle
avatar
Age : 22
Messages : 93
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Sam 20 Sep - 15:52

Mura avait entièrement raison, faire preuve de compassion dans cet endroit pourrait leur coûter la vie. La liberté et la paix demandait des sacrifices. Ce chemin que Red avait choisit d'emprunter, il le savait, le mènerait à voir des horreurs dans le monde entier et le changerait à jamais. Et s'il continuait à se montrer trop gentil, les ennuis ne tarderaient pas à le mettre en danger. Or, survivre était la condition principale pour mener son but jusqu'à sa finalisation. Bien que tuer ne l’écœurait pas vraiment, il lui arrivait toujours de penser aux personnes pour lesquelles ceux qu'il tuait étaient chères. Une famille, des enfants, des amis, il y a toujours quelqu'un d'autre derrière le visage de ces gens qu'il faut mener à trépas. Et cette seule pensée avait tendance à le faire hésiter, l'empêchant de porter le coup fatal. La vie est déjà assez brève comme ça, penser qu'il avait la capacité pour choisir la mort ou la vie de son adversaire était certes grisant, mais c'était cela qui l'effrayait. Tomber dans une sorte de jouissance dû à sa propre puissance, prendre du plaisir à tuer, devenir un monstre, un meurtrier. Fallait-il vraiment en arriver là ?

Ses pensées furent interrompues lorsque Mura choisit une voie à emprunter, les menant dans un couloir humide et sordide. Des traces de sang se dessinaient à certains endroits sur le sol ou les murs, ajoutant au lieu quelque chose de peu rassurant. Puis ils arrivèrent dans une pièce où le mobilier était réduit, une chaise au centre tâchée de sang, comme la grande marre de sang au sol. Macabre, c'était tout ce qui venait à l'esprit du révolutionnaire. Dire que, plus tôt dans la journée, il avait pensé pouvoir simplement prendre quelques vacances tranquillement à boire des coups sur cette île. Mais la corruption du mal était partout et il était de son devoir de la faire cesser. Des masques étaient accrochés à un mur, sûrement ceux que le bourreau portait lors de ses séances de torture. Mais où avaient-ils bien pus tombés ? Une ville paraissant si joyeuse aurait dû lui mettre la puce à l'oreille. Un problème régnait décidément bel et bien dans ce royaume, et ces dirigeants mériteraient ce qui leur arriverait tôt ou tard. Et, avec cette alliance entre un corsaire et un révolutionnaire tout deux détenteurs de pouvoirs maudits, ce jour était arrivé. Combien de personnes avaient bien pues finir sur cette chaise à cause des ordres d'un homme sadique qui, aux yeux de ses sujets, était un bon roi ? Décrochant un masque du mur, il l'observa quelques instants avant de se dire que cela pourrait lui être utile. Puis, alors qu'ils se préparaient à quitter la pièce pour tester une des autres voies, il accorda un dernier regard au lieu, une colère sourde montant de plus en plus en lui.

" - Ma décision est prise, ce roi doit mourir." siffla-t-il entre ses dents, se retenant pour ne pas se laisser aller à la haine qu'il couvait en lui. " Aujourd'hui même, les secrets de ce royaume seront révélés au peuple et au monde entier. Je ne pardonnerais jamais à un tel souverain, je m'emploierais à lui faire ressentir chaque souffrance qu'il a put infliger."

En disant ces mots, les mains de Red étaient devenues rougeoyantes, bien plus que lorsqu'il se contentait d'éclairer devant lui. La chaleur qu'elles dégageaient était perceptible dans l'air. Cette lueur éclairait son visage par le dessous, lui donnant un air terrifiant. Puis, il se calma et suivit Mura pour revenir à la pièce aux différentes possibilités. La quatrième voie était la plus proche et ils s'en approchèrent. De là, de légers cris provenaient. Soit étouffés par la distance ou par quelqu'un mais, quoi qu'il en soit, il y avait des gens par là. Ainsi, ils entrèrent dans le couloir, éclairés par une torche et avancèrent pas à pas. Plus ils se rapprochaient et plus les cris se faisaient nombreux et sonores. Le révolutionnaire était tendu, ces cris faisaient remonter encore plus cette rage qu'il tentait de taire en lui. Il était sûr et certain que d'autres personnes étaient persécutées au bout de cette voie et, cette certitude se vérifia rapidement. Le couloir les mena jusqu'à une grande porte de bois et, poussant légèrement dessus, celle-ci s'ouvrit dans un long grincement sinistre. Alors qu'ils entraient dans une pièce dans une semi-pénombre, ils purent se rendre compte que l'endroit dans lequel ils étaient tombés n'était rien d'autre qu'une prison. Une grande pièce mal éclairée où s'alignaient des cages dans lesquelles hommes et femmes étaient entassés. Aussi près, les cris étaient un véritable brouhaha de souffrance et de folie. En croisant ces regards las et désespérés, la colère de Red fut sur le point d'exploser. Ses poings étaient serrés, rouges de toute la chaleur accumulée. Le prochain qui se mettrait sur son chemin, il n'aurait plus aucune pitié pour sa vie. Dans un murmure adressé à Mura, il s'exprima.

" - Je t'accordes que tu avais raison Mura..." commença-t-il au bord de la crise de nerf. " Ces gardes sont tout aussi coupables que cette pourriture de roi. Ils méritent le même sort que ce qu'on lui réserve, peu importe qu'ils aient une famille ou des amis. Ils sont tous autant qu'ils sont des monstres et qu'ils ne viennent pas nous supplier pour qu'on les épargne, qu'ils ne faisaient que suivre les ordres, leur sort sera la mort."

Le regard de l'homme aux yeux fauves avait changé, la détermination s'était transformée en véritable haine pour ce roi et ses soldats. Peu lui importait désormais d'être indulgent et compatissant, il les tuerait tous, leur laissant la trace de ses mains brûlantes sur leurs corps gisants. Les deux hommes avancèrent entre les cages, certaines étaient empilées les unes sur les autres, d'autres trop petites pour laisser un homme vivre convenablement dedans. Puis, des bruits de pas leur parvinrent, des bottes qui frappaient le sol un peu plus loin. Et, alors qu'ils arrivaient devant une nouvelle porte dans le fond de la pièce, celle-ci s'ouvrit sur six gardes qui riaient entre eux. Ils tenaient des plateaux de nourritures d'apparence indigestes, sûrement destinés aux prisonniers. Leurs rires s'arrêtèrent dès qu'ils se rendirent compte de leur présence.

" - Hey vous deux ! Vous êtes qui ?" commença un grassouillet, apparemment plus étonné qu'inquiet. " Vous êtes les nouveaux gardes ?"

Le regard de Red se durcit. Ses mains étaient toujours rougeoyantes et toute cette chaleur se déplaça jusqu'à tout ses doigts. Deux des gardes semblèrent remarquer cet étrange évènement et se mirent à reculer. De plus, le regard du révolutionnaire ne semblait pas les mettre en confiance. Puis, Red tendit un doigt vers le petit gras.

" - Je vous présentes mes Dragon Claw." commença-t-il, sifflant à travers ses dents. "Je ne vous laisserais pas vous expliquer sur vos raisons, les ordres sont les ordres c'est ça ? Mais ça ne pardonne rien. Préparez-vous à mourir, ainsi sera votre châtiment."

Sans laisser un simple mot à ces gardes, Red fondit sur eux, ses griffes de dragon prêtes à l'emploi. Son premier coup toucha le gras-double à la joue, enfonçant ses doigts dans la chaire avant de tirer sèchement en arrachant un bon gros morceau de joue. Les cris de l'homme se répercutèrent dans la pièce et dans le couloir duquel ils venaient. Tombant à genoux devant Red, les autres commencèrent à sortir couteaux et matraques malgré la peur qui se lisait dans leur regard. Posant ses doigts sur le crâne du gros garde pissant le sang, une légère fumée s'en échappa et une odeur de cochon grillé s'ensuivit. Mais, ne laissant aucune chance à l'homme, il enfonça ses doigts plus profondément dans son crâne, le tuant sur le coup. Bizarrement, il n'avait eut aucune pitié, aucun regret à ce geste. Même pas de sentiment de puissance, simplement l'impression d'être le juge et le bourreau, d'avoir libéré le monde d'une ordure. Mais, trêve de divagation, il avait d'autres gardes à tuer désormais. Et, d'un saut bien exécuté par-dessus le corps sans vie, il planta de cinq de ses doigts un homme au ventre, lui faisant cracher une gerbe de sang en hurlant. Brûlant la peau sur son passage, il enfonça plus encore ses doigts pour brûler et transpercer les organes, laissant tomber ce garde à son tour, agonisant et bien partit pour souffrir pendant un bon moment. Un coup de couteau vint sur sa droite, il l'esquiva habilement d'un pas de côté, laissant l'homme sans protection. Ses doigts brûlants rencontrèrent son cou cette fois-ci, s'enfonçant dans la chaire dans un bruit sale et projetant plusieurs gerbes de sang sur son visage. Trois coupables, trois morts. Leur châtiment avait été accomplit. Le révolutionnaire se sentait mieux, une part de sa rage s'était envolée en même temps que trois vies. Il espérait que Mura s'était occupé des trois autres. Mais, faisant confiance dans son collègue, il ne prit pas la peine de vérifier et fouilla les hommes à terre. Il récupéra une nouvelle clé. Puis, se tournant enfin vers son camarade, il la montra.

" - Faut voir si notre trousseau suffira, mais au cas où, je penses que ces hommes ont les clés de toutes ces cages. Ces prisonniers méritent de retrouver la liberté et leur ancienne vie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drazen Murasaki
Rescapé de prison
Rescapé de prison
avatar
Messages : 52
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen] Mar 23 Sep - 14:03



Un château dans la nuit

Feat Red L. Snow


La puissance et la richesse amène au plus souvent des cas à des passions délurées et complètement psychotique. La preuve en était avec le roi du royaume de Hilla. Souverain respectable et aimé de tous. Un roi consciencieux de son peuple jusqu'au bout des ongles. Seulement, il y avait une face cachée à ce souverain qui mêlait perversité et obsession abuse pour la torture humaine. En secret, envers son peuple. Le plus délirant, c'était ses soldats qui tout aussi aliéné participaient à tout cela en gardant le secret de cette royauté ayant perdu tout contact avec le réel. Ils prenaient tous plaisir à torturer un peuple ? Deux jeunes hommes allaient prendre un malin plaisir à démanteler tout cela. Le révolutionnaire à la chevelure verdâtre ;justice jusque dans l'âme; était sans nul doute le plus atteint par toute cette histoire. Il était après tout le plus bafoué et son utopie de liberté reprenait le dessus avant tout. Par ailleurs, lorsqu'ils pénètrent tous deux ;lui et Murasaki; dans la pièce où la quatrième voie les avaient menée, la colère du révolutionnaire était perceptible par la douce chaleur qui assiégea petit à petit la pièce. Des cages à n'en plus finir. Des cages partout jusqu'au plafond, écrasées par d'autres. Et dans toutes ces cages, des dizaines d'humains entassés et parfois même deux humains par cage lorsqu'ils étaient de petites tailles. Hommes, femmes et enfants, tous étaient réunis au même piédestal. De la viande, de vulgaires animaux dont il est drôle et amusant de torturer à sa guise dans des expériences diverses et variées. Cette pièce à elle seule confirmait que la royauté avait perdue tout sens moral depuis bien longtemps.

Avec cette vision plus malsaine des choses, Red avait enfin compris que faire preuve de compassion envers ces ennemis-là n'était pas une bonne chose. Ils ne méritaient que la mort et uniquement la mort. Étant donné leur étroite coopération avec la marine, ces derniers devaient sans nul doute avoir déjà eu de gros doute sur les agissements du roi et n'avait rien entrepris jusqu'ici. Le livrer à ces derniers, était beaucoup trop bienveillant et délicat pour de tels actes. La mort, la mort, la mort. Intérieurement, le jeune corsaire ruminait également ces mots. Certes, il était aussi le genre d'homme à se livrer à diverses expériences dans sa passion poussée de la médecine mais, en aucun cas il avait déjà privé hommes et femmes de leur liberté ou encore les avoir mis en cage de la sorte. Sa nervosité était palpable également tandis que son regard intrigué s'était fait totalement indifférent. Ce n'était pas dans la colère qu'il générait de la haine mais, dans l'indifférence la plus totale. S'éloignant de quelques pas de son camarade ;en cause, la chaleur qu'il dégageait; il se mit à observer les prisonniers. Tous nus, une bonne partie n'avait plus la force de parler ni même de crier aux secours. Seule une poignée avait la force de tendre leurs mains en dehors de leur cage. Avec plus d'attention, on pouvait voir que chacun d'eux avaient déjà subis nombreuses tortures. Des bouts de chairs étaient manquants sur certains et des ongles avaient été arrachés sur d'autres. De la brûlure aux coups, il y avait toute sortes de spécimens.

Lorsqu'une porte au fond s'ouvrit sur une nouvelle pièce où jouaient aux cartes, six gardes et que le plus grassouillet d'entre-eux ouvrit la parole, il vit pour la première fois un Red hors de lui. Murasaki n'observa que quelques secondes le sadisme dont il pouvait faire preuve lui aussi lorsqu'il était en colère avant de prendre de son côté, trois gardes qui s'étaient départagés pour le combat. Il était devenu hors de question de se retenir n'est-ce pas ? D'un claquement de doigt, le regard toujours aussi indifférent et cela sans même un sourire, le jeune corsaire fit apparaitre une nouvelle zone qui engloba rapidement la pièce avant de s'étendre dans les sous-sols. Le garde le plus proche fut sans nul doute celui qui encaisse le plus des trois. Dégaina sa dague toujours à distance, c'est d'une certaine hargne qu'il balança quelques coups dans le vide qui se répercutaient sur l'homme en face de lui. Le premier coup qui lui avait transpercé la joue la scindant en deux et laissant apparaître pleinement sa dentition lui avait extirpé un joli cri de douleur tandis que le second et les suivants étaient concentrés sur la totalité de son visage en épargnant le reste de son corps. Tombant au sol comme une masse sans même avoir pu réagir, il n'était plus reconnaissable, complètement défiguré et badigeonné de son propre sang. Il ne fallut pas plus de cette scène pour que les deux autres se mirent à se ruer sur leur agresseur. Pour eux aussi ce fut une mort douloureuse. Décapitant les deux hommes grâce à ses capacités sans émettre une seule effusion de sang de sorte à ce que leur tête roule à ses pieds, il usa de son talon et d'une certaine pression sur ce dernier ;en maniant la gravité de sa zone; afin d'écraser les deux têtes hurlantes, sur le béton. Une marre de sang, voilà ce qui en résultait tandis qu'il se dirigeait vers son acolyte qui avait déjà terminé et qui le fixait en lui montrant une clé. Une clé qui étant donné les circonstances, devait sans doute ouvrir les cages.

« On peut toujours essayer. » Dit-il avant d'attraper la clé des mains du révolutionnaire et de la tester sur la cage la plus proche. Cela fonctionna avec brio mais le premier prisonnier au regard blafard avait du mal à se rendre compte de ce qu'il se passait, dans l'indifférence la plus totale comme si nous étions ses bourreaux venant le chercher pour une petite séance de torture. Lui, avait dû en voir de toutes les couleurs en vue de son état. À l'instar de celui-ci, nombreux étaient à avoir compris la situation et de petits sons sortaient de leurs cordes vocales comme un dernier espoir, un appel d'aide. L'un de ces survivants fut le second à être libéré avant qu'il se charge de lui-même, de libérer les autres. « Je vois que tu peux être cruel quand tu le veux ... Explorons ce qu'il reste du sous-sol, je te suivrais ensuite. » Dit-il sans réelle ironie. Murasaki connaissait désormais les intentions de son acolyte : Anéantir coûte que coûte la royauté. Et pour ce faire, le jeune corsaire était prêt à l'accompagner. « Vous autres, rejoignez l'embouchure au fond de cette voie. » Il la pointait du doigt avant de reprendre la parole. « Attendez là-bas si vous ne voulez par mourir plus loin, le château grouille de garde et doit désormais être en alerte. » C'était sans doute le cas, le livre avait dû être découvert depuis le temps. Quoi qu'il en soit, les deux hommes, eux, n'en avaient pas fini avec cet endroit. Fermant les yeux cinq bonnes secondes afin d'acquérir une concentration plus conséquente, Murasaki les ouvrit ensuite en s'adressant à son camarade. « Je vais t'envoyer au bout de la voie numéro une, t'es prêt ? »

Pour dire vrai, il n'attendit que quelques secondes, le temps de mettre le masque qu'il avait récupérer dans la pièce précédente avant de l'envoyer au fond de la voie numéro une d'un simple claquement de doigt. Il ne savait pas précisément ce qui se trouvait là-bas mais maintenant qu'il savait que son acolyte pouvait éteindre sa compassion, il était persuadé qu'il pouvait s'en sortir. Non, il devait s'en sortir. Il avait confiance et comptait sur lui. Quant à sa propre personne, elle fut tout bonnement envoyée au bout de la voie numéro deux, prêt à en découdre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un château dans la nuit [PV Drazen]

Revenir en haut Aller en bas

Un château dans la nuit [PV Drazen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Autres Iles de South Blue-