AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Quête] Comité X [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nathanael Rackham
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 635
MessageSujet: [Quête] Comité X [PV] Mer 10 Sep - 21:07

Spoiler:
 


Foutue île. Quelle idée d'aller se pointer dans un truc paumé et inaccessible. C'était couru d'avance qu'on allait rencontrer tout un tas de merde. Trois cent piges, ou quelque chose comme ça que personne n'avait foutu son poil de cul dans la zone. C'était pas pour rien au final. Et fallait que nous on s'y pointe à jouer les ladres en espérant rafler les trésors du coin. Fallait pas avoir inventé l'eau chaude pour savoir qu'on serait pas les seuls sur le coup. Mais fallait être encore plus con pour ne pas y aller et passer à côté de ce que nous aurions pu espérer trouver.

Quoi qu'il en soit j'aurais du me douter que c'était la merde au moment même où j'avais eu affaire à ces deux abrutis de la Marine. Simple formalité mais ils étaient pas arrivés ici tous seuls à la nage. Cependant, une fois cette affaire vite expédiée, belle brochette de naze et de lâches au passage, le reste m'avait filé des sueurs froides. Je pense que si j'avais eu un pantalon à ce moment là je me serais chié dessus. Heureusement qu'il y avait cette foutue donzelle à moitié à poil pour me remonter le moral et chibre. Mephisto V. Britannia, voilà que l'autre bougie se repointait dans l'histoire. Comment cette bonasse pouvait trainer avec un abruti pareil. Au final la question ne se posait plus, elle trainer avec moi maintenant. D'ailleurs aucune nouvelle de ce marmot. Il était peut être mort, noyé surement. Dommage, c'était un sort bien trop doux pour un abruti qui n'avait aucune idée du potentiel de son fruit de démon et qui se servait de ses pouvoirs comme une fillette effarouchée.  

Quoi qu'il en soit nous étions enfin en mesure de quitter cette île. Je ne sais trop comment mais tout le monde était là. La poiscaille et Jack avaient tous les deux fait un boulot remarquable. Rare que je complimente mais ils avaient sauvé Charon d'un funeste destin. C'est pas faux de dire que si le rafiot était encore entier c'était grâce à eux deux. Même si elle touchait pas sa bille en navigation, pas bien grave, elle touchait sa bille d'en d'autres domaine où ses petits doigts agiles savaient comment s'occuper, elle avait tenu bon la barre le temps que notre Zarfanis s'occupe de gratouiller tel un putain de clébard le banc de sable sur lequel notre navire à la voile rouge s'était échoué. C'est dans ce genre de cas où tu te dis que bordel un homme poisson sur ton rafiot c'est pas con du tout. Je sais même pas comment on aurait fait s'il avait pas été là. Avec ça il mériterait presque mon respect le mollusque. Encore un peu et ce sera peut être le cas, faire des pâtés dans le sable c'est pas vraiment suffisant.

Voilà donc la suite. On était tous là, une tronche en plus dans l'équipe. J'avais maintenant à bord un véritable harem, sans compter l'autre poisson avec son tentacule sur le crâne. J'ose d'ailleurs pas imaginer où il pouvait la fourrer celle là. Plusieurs images me venaient en tête et aucune d'elles me faisait envie. Par contre, je m'imaginais très bien avec ces trois créatures dans mon pieu ou dessus au choix, totalement nues à s'occuper de moi comme il se doit. Vision de rêve qui eu vite fait de réveiller une vigueur bien visible, les fesses et le reste toujours à l'air.

Après un ravitaillement rapide, de quoi subvenir à nos besoins basiques le temps de retrouver la civilisation voilà que nous reprenions la mer. Loin de moi d'avoir le mal de terre, mais c'était vraiment sur l'océan, sur un machin flottant en bois que je me sentais vraiment chez moi. Contrairement à, je sais même pas quand d'ailleurs, j'avais perdu la notion du temps, il faisait un temps magnifique. Un soleil haut dans le ciel, pas un nuage en vue, une petite brise. En somme, un temps idéal pour se la couler douce dans le hamac que j'avais installé sur le pont.

Le temps était venu de se tirer de là. J'haranguais cette troupe de dégénérés, moi en première place afin qu'on décolle de là. Bien que notre situation au final soit assez favorable, n'ayant perdu ni navire ni équipage nous n'en étions pas pour autant sortis d'affaire. Entre les charognards venus récupérer les restes, les pirates en manque d'aventure, de pillages ou d'autres choses, la marine en quête de renouveau et j'en passe, il y avait un petit trafic relativement important autour de Chimaera.

Alors que j'avais foutu sur le pont mon tonneau "cuvée spéciale" invitant tout le monde à choper une pinte et la plonger dans ce ratafia de mon cru histoire de trinquer à cet équipage de brique et de broc. Histoire de scellé cette union ô combien étrange, je proposais à tous un plan fou. S'attaquer à la Marine. Mais de manière épique, royale, un truc qui nous ferait connaitre sur toutes les Blues.

- Bon, tout le monde étant d'accord, je crois qu'on va s'y mettre. De toute manière si on crève là c'est qu'on avait pas les couilles pour se frayer un nom sur Grand Line et au delà. Il faut voire grand, il faut voir loin et c'est ici et maintenant que cette vision se met en branle. Tout le monde sait ce qu'il a à faire, alors en route.

C'était notre destin, celui au final qui allait décider de notre future vie, ou de notre mort. Au final un navire s'était vite retrouvé  sur notre route. Peut être pas finalement. C'était peut être nous qui étions sur la sienne. Peu importe, il affichait clairement ses couleurs, celles que nous cherchions, une putain de mouette blanche.

Portant mon pantalon rose fleuri, ma hache froideur rafraichissant mes ardeurs je me tenais sur la rambarde du pont, près à me lancer à l'abordage après une bonne bordée de canons. Première bataille navale depuis que ces enfoirés m'avaient laissé sur place, première bataille navale avec ce nouvel équipage, première bataille navale depuis des mois. C'est maintenant que j'allais devenir quelqu'un et briller sur les mers ou mourir comme une fiente dans l'anonymat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassidia Nadaho
Pirate Novice
Pirate Novice
Messages : 42
MessageSujet: Re: [Quête] Comité X [PV] Dim 14 Sep - 23:14

    Hallelujah! Je ne vous dis pas à quel point j’étais heureuse que tout ceci soit terminé. J’en avais sué et pleuré! Retrouver Nathanael me mit étrangement dans tous mes états. S’il m’avait été possible de me jeter dans ses bras et de le serrer contre moi sans risquer de me faire couper la tête par sa hache, je l’aurais fait! Hélas, cela ne m’était pas permis. Nathanael ne me considérait pas comme une amie ni même comme un compagnon de voyage. J’étais qu’une simple fille qui faisait un bout de chemin avec lui. J’étais tout de même heureuse de le revoir en vie! Ce dernier n’était pas seul. Il semblerait qu’il se soit retrouvé dans une étrange situation comme la mienne. Enfin! Nous n’en avions pas vraiment discuté. Tout ce qui importait c’est qu’il nous avait ramené un nouveau compagnon de voyage! C’était une autre demoiselle qui me paraissait quelque peu étrange. Enfin! Tout ce que je savais c’est qu’elle n’était pas humaine. Ça se voyait à l’œil. Je la regardai un instant de la tête au pied. Non, je ne la jugeais pas, je faisais simplement ma curieuse. Grosse poitrine, de bonnes hanches, une petite taille et un fessier d’enfer, il y avait tout ce que Nathanael appréciait! Tant mieux! Peut-être qu’il me lâcherait un peu! Mais qu’est-ce que je disais là moi?! Je ne souhaitais pas cela à personne! Je m’approchai alors de la demoiselle.

    - Je suis Kassidia. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas.


    Maintenant que c’était fait, nous nous remîmes aussitôt en route vers notre nouvelle destination. J’étais heureuse de retourner en pleine mer. Je m’y sentais à ma place. À peine avions-nous repris la mer, notre capitaine nous regroupa sur le pont. Il nous fit part d’un plan qu’il avait élaboré seul. C’était complètement fou! Il souhaitait qu’on se fasse prendre par la marine, dans un combat assez épique, puis qu’on s’échappe par la suite. Même si je trouvais son plan des plus ridicules et fou, je me sentis d’attaque pour y accéder. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas fritté contre des marines. Et puis, je m’étais déjà échappée une première fois, je ne voyais pas pourquoi je ne serais pas capable de le faire une seconde fois. Je trinquai alors avec le reste de la troupe et but à grande gorgée ma boisson. Quand j’eus terminé ma chope, je la déposai puis je frappai un poing dans la paume de ma seconde main.

    -Je suis prête moi! Vous allez voir! Ils vont se souvenir de moi et vont regretter de m’avoir retrouvée!


    Je n’avais parlé de mon passer à personne et celui-ci semblait toujours inconnu de tous mis à part les marines concernés. Pour les autres, j’étais qu’un pauvre pirate recherché.

    Je repris donc la barre de navigation. Rapidement nous tombâmes sur un navire. Je le regardai de plus près en m’approchant de la rambarde et un grand sourire fendit mon visage relevant ainsi mes pommettes rosées. Un coup de vent vit voleter mes cheveux en tout sens et fit claquer ma veste de cuir que j’avais pris le temps de détacher derrière moi.  Sans même avoir donné un seul coup, je sentais l’énervement monter en moi. C’était comme si j’étais une petite gamine qui s’apprêtait à ouvrir un cadeau qu’on venait de lui donner. Je sautillai sur place. Ma première bataille navale, il ne fallait pas que je me casse la gueule là-dessus. Des coups de canon allaient être échangés et il me fallait placer le navire de façon à ce qu’il soit plus avantagé que celui de la marine. Si Charon devait subir une quelconque attaque, j’allais me faire tuer et non par les marines. Les premières vagues de boulets de canon furent échangées. Nous fûmes chanceux. Enfin, était-ce vraiment de la chance ou de l’incompétence. Les tirs étaient imprécis et n’allaient pas bien loin. Enfin, j’utilisai le vent en notre avantage pour nous rapprocher du navire à la mouette. Bien sûr, plus je m’approchai et plus c’était risqué. Des éclats de bois s’en étaient allés, mais c’était les risques du métier! Et puis j’étais navigatrice! Je n’étais pas pilote de course pour navire quoi!

    Une fois les navires côte à côte, Nathanael était déjà prêt, armé de sa grande hache, a découpé des têtes. Je stabilisai pour ma part le navire, puis je rejoignis mes compagnons fins prêts à combattre. Je me plaçai à leur côté jugeant du regard tous ses pauvres types qui avaient croisé notre route. Je les plaignais, parce que même si nous avions l’intention de nous laisser capturer, nous n’allions pas leur laisser le plaisir d’en sortir indemnes! Il allait y avoir du sang et peut-être même des morts! J’avais envie de bondir sur le navire adverse, mais ça aurait été impoli pour mon capitaine. C’était tout de même à lui de lancer les premières hostilités.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belle Wind
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 184
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: [Quête] Comité X [PV] Mer 17 Sep - 15:40





___Cette journée avait été tout bonnement ignoble! Horrible? Belle marchait tant bien que mal à la suite de Nathanaël fulminante comme une diva. Comment avait on osé lui faire subir tout ca, d'abord elle avait du se casser les ongles, déchirer sa robe et toute une suite d'évènements tous plsu fâcheux les uns que les autres. Autant vous dire que notre petite princesse en avait eut pour son grade, mais aussi pour sa patience. Le regard las, aussi épuisée et vide qu'une noix de coco dont on aurait vu le jus. La demoiselle n'en perdait pas pour autant une certaine prestance. Profitant du fait que sa robe soit déchirés de part en part ainsi que de la terre et autres choses qui parsemait son si joli minois, la demoiselle en avait profité pour refaire sa coiffure en une pagaille de cheveux à la fois ordonnée et désordonnée lui donnant un aspect de femme sauvage, tout aussi attirante qu'appeurante de par ses canines pointues et son regard de braise. Sa crinière, épaisse et couleurs de flammes semblaient être un brasier ardent qui reposaient sur son crâne prêt à vous réduire en fumée au moindre contact avec la jolie rouquine. Avancant les poings serrés,  elle arriva avec son capitaine a ce qui devait être le bateau. Mais avant toute chose, elle devait mettre la main sur une tenue de rechange, et surtout se laver! Les derniers combats avaient salis sa peau et entaché sa perfection, elle ne pouvait rester ainsi, à passer pour une sauvageonne pendant des milles et des cents, elle avait un certain standing à maintenir. Balayant l'horizon du regard, la demoiselle soupira longuement. Un mince filet d'air s'échappant de ses lèvres violettes, il n'y avait aucune trace du cimetière de navire qu'elle avait apercu en grimpant en haut du temple ou elle avait rencontré cette étrange petite fille. Pestant intérieurement, elle savait ce que celà voulait dire, pas de tenue de rechange. QUEL DRAME! Comment allait elle faire? Comment allait elle bien pouvoir survivre avec une seule tenue? C'était horrible! Surement une des pires choses qui auraient pu lui arriver. Elle allait... Devoir ... rester... dans ces loques... puantes et sans aucun esthetisme. La demoiselle était proche de la crise d'anévrisme, tellement elle bouillonnait intérieurement, la crise cardiaque n'était pas non plus bien loin, alors que son regard s'écarquilla et se mit à fixer le vide lorsqu'elle fit cette conclusion.


*Belle?*


___Pour seule réponse, Light eut un genre de sourire malsain suivit d'une sorte de bruit aigue et pincée qui s'échappa de la gorge de son amie pour qui s'en était trop. Les affres de cette île était venue à out de sa santée malade, elle ne s'en sortirait pas.


*Il y a une autre personne sur le navire, une femme.*


___UNE FEMME? Genial! Elle était sauvée, avec un peu de chance, elle ferait peut être un gabari proche du sien et pourrait lui emprunter ses vêtements jusqu'à ce qu'elle puisse en acquérir d'autres! Finalement, le monde n'était pas contre elle, il était même plutôt sympathique! Alors qu'elle trépignait de joie, quelque chose vint à l'esprit de la rouquine. Une femme? Sur le navire? Elle s'empressa de communiquer avec Light:


*Elle est comment?*


*Blonde, plutôt jolie*


___Il s'en fallut de peu pour que la bave ne coule aux lèvres de la demoiselle. Une petite blondinette, a quelle point pouvait elle être jolie. Combien de temps Belle n'était elle pas tombée sur une jolie fille avec qui entretenir une... "discussion"? Cependant, lui revint à l'esprit la position dans laquelle elle se trouvait, et étouffant un petit cri de panique, elle fit un signe à Nathanaël en se mettant à courrir, lui disant qu'elle serait de retour dans Très peu de temps.






___Alors qu'elle courait, ses talons s'enfoncant dans le sol à chacun de ses pas, manquant de la faire tomber ou de se briser une cheville. Cependant, agile et gracieuse comme elle était, elle parvint à maintenir son équilibre et à adopter une démarche plutôt gracieuse et allanguissante, qui sait, peut être que la jolie fille du navire était en train de la regarder! Elle fit ainsi la route jusqu'à une petite crique abritée par les rochers qu'elle avait apercu du coin de l'oeil. Elle esquiva quelques chardons qui aurait pu la gratter et la piquer effroyablement si elle les avait frôlé de ses jambes nues.  Puis escalada un rocher avec le peu de force qui restait dans ses bras endoloris avant de plonger dans l'eau de mer. Du coin de l'oeil en plein milieu de son saut, la naïade apercu son saint sauveur ou plutot sa sainte sauveuse. Une pierre à la couleur très légérement irisé et à la surface irrégulière. Une pierre d'alun. Un gisement dépassait des rochers. Alors là, si le ciel ne l'avait pas à a bonne et ne tentait pas de se faire pardonner pour tout ce qu'il lui avait fait subir dans la journée,  la demoiselle ne comprenait pas de quoi il s'agissait. Transformant Belle en sabre, elle en trancha un petit morceau qu'elle immergea sous l'eau avant de la passer délicatement sur son corps, tuant de par la même bactéries et mauvaises odeurs. Celà lui prit quelques instants avant qu'elle ne remarque que sur le banc de sable face à elle se trouvait un homme, face au sol et surtout, ce qui avait attiré son regard était le reflet du soleil, sur apparemment un objet métallique qui dépassait de sa poche. A présent propre et sentant à peu près bon, la demoiselle sortie de l'eau tout en essorant ses cheveux qui n'appréciait pas le traitement infligé par l'eau de mer. De plus prêt, le petit objet qui dépassait de ce qui semblait être un cadavre était une petite boîte en métal. La douce se baissa, sa robe complètement trempée révélant les formes de son fessiers avec une fidélité sans bornes, et ramassa la petite boîte entre ses doigts fin. Jetant un coup d’œil vers le ciel, elle remarqua seulement à cet instant et grâce au reflet qui lui avait révélé l'emplacement de cet objet que le temps était au beau fixe, la tempête du matin avait sûrement chassées tous les nuages à des lieux à la ronde. Replongeant son attention sur la boîte qu'elle tenait bien en main, elle l'ouvrit, apparemment, le petit boîtier métallique était hermétique et avait permis à ce que l'eau n'abîme son précieux contenu. Et alors qu'elle découvrait le trésor qu'il renfermait, elle hurla de joie. Vivifiant la curiosité de la luciole derrière elle qui  se précipita par-dessus son épaule pour voir de quoi il s'agissait. Pour tout vous dire... Ce trésor n'est pas... comme vous l'imaginez, dans le sens, ou il ne s'agit pas réellement de quelque chose qui a de la valeur, mais d'un paquet de cigarettes. Le boîtier était un simple paquet de cigarettes, mais cela suffit à déclencher à Belle ce sentiment de joie extrême qui résultait du fait qu'elle n'avait pu fumer qu'une seule cigarette depuis sa sortie d'Impel Down, et elle mettait enfin la main sur un paquet. Elle en louait le seigneur avec toute sa foi inexistante pour ce présent. Puis repartit en direction du navire, sa crinière pourpre reprenant du volume grâce à la brise maritime.




___Elle fit finalement son apparition sur le navire, sa robe déchirée de par en par moulant à la perfection chacune de ses formes alors que son visage était désormais aussi propre que l'appartement dun maniaque et ses cheveux à cause du sel avait pris un certain volume alors qu'ils se mettaient à ondulé le long de son coup afin de se finir dans son dos en de multiples boucles. Prenant un air des plus sages et sexy, la demoiselle fit se présenta avec un grand sourire en réponse à son interlocutrice :


-Moi, je suis Belle Wind, Heureuse de faire ta connaissance !


___De son côté, la petite luciole bleue qu'était Light se mit à faire la tête, alors comme ça, on l'oubliait ? Sans raison, on le la présentait pas et se foutait royalement d'elle ? Mais pour qui elles se prenaient toutes les deux ? Un Toussotement retentit dans les pensées des deux filles, sortant Belle de son petit rêve bleu alors qu'elle observait avec appétit la belle Kassidia qui commençait à lui tourner le dos.


-Ah oui... J'allai oublier, et elle, la petite luciole qui vole à mes côtés, c'est Light, mon amie, et accessoirement mon arme.


___Alors que l'équipage de l'Enfer écarlate se rassembla autour d'une choppe, Belle en profita pour allumer une cigarette grace au feu que lui procurait Light et glissa entre ces lèvres, la douce blonde au goût de la libération. La laissant se consumer et  partageant sa fumée, bouche contre bouche, tirant une fois de plus, elle la sentait brûler l'oxygène alors que le plaisir pénétrait ses veines se consumant dans la fumée, la belle profita de cet instant de pur bonheur et se rappelait à quel point le plaisir que lui procurait cette simple petite chose pouvait avoir un quelque chose de sexuel. A la fois charnelle et passionnelle. Écoutant d'une oreille ce qu'ils disaient, elle se contentait d’acquiescer n'estimant pas avoir le droit de contestation à peine était-elle entrée dans cet équipage. Allant s'asseoir sur le garde fou la demoiselle finit sa cigarette, le grésillement de sa carbonisation était comme une musique à ses oreilles accompagnées par le fracas des vagues sur le flanc de ce bateau qui avançait fièrement sur les océans. Il était la fin de journée, le soleil ne tarderait pas à tomber et tout ceci, donna à Belle un tableau sensoriel des plus touchant. S'adossant à un bout du bateau et remontant une de ses jambes sur le garde fou, elle laissait pendre son bras et sa cigarette, alors que la volute de fumée se dispersait avec le vent. Elle était heureuse de ne pas avoir à prendre la barre, elle était bien trop fatigué pour ca, et pouvait enfin se reposer, elle n'avait pas arrêté une seule seconde depuis son évasion d'Impel Down, la demoiselle n'avait pas eu le moindre moment pour elle. Jetant sa gitane dans l'eau, elle aperçut au loin ce qu'elle aurait préféré ne pas apercevoir, un navire marine qui avait l'air bien décider à les mettre aux fers. Elle en tomba bouche bée alors qu'enfilant ses gants et transformant Light en lame dans un saut. D'un geste du poignet, elle fit glisser un boulet de canon le long de son arme, ne pouvant le trancher, elle en changea néanmoins la trajectoire, l'envoyant dans l'eau. La bataille dura ainsi quelques instants, la tension étant à son comble des deux cotés, l'abordage était proche.




___Il eut été bon ton de laisser le capitaine engager le combat. Mais le caractère bouillant de la rouquine ne lui en laissa pas le temps. Se ruant d'un salto sur une échelle de corde, elle fit de nouveau un petit salto pour faire l'équilibre sur le garde fou, accélérant et décélérant à des intervalles non réguliers pour essayer de ne pas se faire canarder comme une simple bête, elle trouvait cela amusant. A vrai dire, tout ici ressemblait à un jeu, savoir quand sauter pour ne pas devenir cul-de-jatte, savoir à quel moment accélérer et décélérer pour ne pas finir avec la carafe en morceaux. Bref, la belle s'amusa ainsi en ridiculisant les marines jusqu'à ce que ses alliées la suivent , c'est-à-dire assez peu de temps en vrai. En tout cas, avant qu'un quelconque marine capable n'arrive à elle. Un sourire aux lèvres comme une enfant s'amusant à souhait, elle fit un petit bond précédé par une grimace effrontée avant de prendre appuis sur la casquette d'une de ces bleusailles qui se retrouva à terre. La rouquine entendit quelques un chuchoter :


-C'est Belle Wind ? Qu'est ce qu'elle fait avec l'équipage de l'Enfer Ecarlate ? En tout cas, ca ne présage rien de bon ! Tu  connais les rumeurs qui circulent à propos d'elle à Marinford, sur son ancienne incarcération et sur son ancien grade en tant que marine.


___La nymphe à l'humeur farceuse capta cette discussion de l'oreille, et dégainant son katana passa une ligne de marine en parant leurs assauts jusqu'à ces deux racontars. D'un tour sur elle-même, elle se débarrassa de ses trois attaquants qui atterrirent sur le sol, une entaille sur le torse. Prenant un sourire carnassier, son visage celui d'une succube, à la fois attrayant et terrifiant, elle s’adressa aux deux nouvelles recrues :


-Et bien... il se raconte toujours autant de chose à Marinford. Cependant, que feriez-vous, si ces rumeurs étaient vraies ?


___Au même moment, elle pointait une lame sur le ventre de l'un deux et l’enfonçait de plus en plus, lentement, regardant son visage se décomposer et laissa fuir ces pauvres bleusailles qui s'étaient enrôlés par « conviction », ce n'étaient pas leur faute après tout s'ils étaient ici.  Alors que la femme à la peau bleue s'apprêtait à rengainer, elle sentit un choc qui lui coupa le souffle et la plia en deux vers l'avant, l'envoyant voler, emportant avec elle quelques marines et un bout du garde-fou avant d'arriver droit à l'eau d'un *PLOUF* retentissant. Eau qui d'ailleurs était glaciale et qui en plus du coup qu'elle venait de recevoir, coupa encore plus la respiration de la rouquine qui s'empressa de remonter à la surface avant de grimper sur le pont, sa mine pourtant toujours aussi souriante alors que l'eau dégoulinait de la sa robe et qu'elle essorait ses longs cheveux sur le pont :


-Et j'ai à faire ?

_______________________________________________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anzu H. Gozen
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 21
Localisation : South Blue
MessageSujet: Re: [Quête] Comité X [PV] Ven 19 Sep - 17:40






Chapitre X : Un ange en cage.



Une semaine... Cela faisait déjà une bonne semaine que je croupissais dans cette fichue cellule. Ce que le temps pouvait être long... C'est bien simple, celui-ci passait tellement lentement qu'il m'arrivait parfois de compter les secondes pendant des heures. Oui, oui des heures. Car malheureusement, il n'y avait rien d'autre à faire dans cette foutue prison de merde ! Pardon, je m'emporte un peu, mais sincèrement qu'est-ce que ça peut être chiant. Pire encore du fait que je ne pouvais même pas bouger le petit doigt à cause de cette satané puce de contrôle. Eh oui, malheureusement j'étais encore et toujours sous son emprise et je n'arrivais pas à réitérer l'exploit que j'avais accompli lors de cet horrible jour... Le jour où ma soeur avait trouvé la mort. A croire qu'il fallait un grand choc émotionnel pour que j'arrive à reprendre le contrôle de mon corps. Enfin bref. Pour ce qui est de ma soeur, je n'arrêtais pas de la voir dans mes rêves. Ou plutôt mes cauchemars. Mon subconscient n'avait rien trouvé de mieux que de me faire revivre chaque fois la mort de celle-ci. On peut dire que mes nuits étaient plutôt agitées. Entre les rêves de mon père, Yuuhei, les sévices de Faust, les souvenirs de la Danse-Lame et maintenant la mort de ma soeur, j'avais de quoi faire... De plus à chaque réveil, mon corps était toujours recouvert de sueur froide. A priori rien de bien grave. Seulement, quand vous portez les même vêtements depuis une semaine, je peux vous dire que ce n'est pas très agréable... Ceux-ci ne sentez pas la rose. Ils puaient clairement. Eh bien oui, alors que les autres détenus portaient le magnifique ensemble à rayures que chaque pensionnaire devait porter, moi je continuais de porter mes vieille fringues. C'est-à-dire, un mini short, une paire de bottes cuissardes en cuir ainsi qu'un soutien gorge. Que des vêtements noirs. Ceux-là même que je portais le jour où j'avais quitté l'île de Faust. Et en plus de l'odeur qui s'en dégageait, il y avait un autre inconvénient. Que ce soit les gardes ou les détenus, tous n'avaient d'yeux que pour le décolleté qu'offrait l'unique pièce de tissu qui cachait ma poitrine.

Il y avait quand même une bonne nouvelle à tout cela. Alors que chacune des geôles de la prison contenaient au minimum, quatre ou cinq personnes, moi de mon côté, je me retrouvais toute seule. Les gardes avaient eu la décence de ne pas me mettre dans la même cellule que des hommes qui auraient eu tout le plaisir d’assouvir leur désir charnel. Ce que la puce aurait surement laissé faire du fait qu'elle se moquait complètement de ce genre de chose. Et pour ce qui était des gardes, malgré leurs yeux pervers qu'ils posaient à chaque fois sur moi, ils restaient professionnels. Aucun d'eux ne s'était permis de se glisser dans ma cellule pour tenter quoi que ce soit durant cette semaine. Pour ça, je pouvais leur être reconnaissante. Car oui je m'ennuyais énormément, mais au moins, je préférais cela à... autre chose. Puis tout d'un coup, alors que je me disais cela, j'entendis une voix qui s'adressait à moi.


- " Bonjour, Anzu Helyxia Gozen. "

Dit-elle assez froidement avant de s'approcher des barreaux de ma cellule. Ce faisant, je pus voir de qui venait cette voix qui avait attiré mon attention. Celle-ci venait d'un homme assez imposant de part sa musculature qui se voyait très bien même à travers ses vêtements. Ses vêtements parlons en d'ailleurs, celui-ci portait les couleurs de la Marine. Un Marine plutôt bel homme d'une trentaine d'année à vu d'oeil avec sa chevelure noire en bataille et sa barbe impeccablement bien taillée. Mais la chose qui attira le plus mon attention, ce fut ses nombreuses cicatrices, dont une qu'il avait sur le visage. Celle-ci était d'une belle taille, barrant entièrement son front jusqu'à son oeil gauche. A n'en pas douter, ces cicatrices étaient le résultat de nombreuses batailles. Quelque chose me disait que cet homme n'était pas n'importe qui. Est-ce que je me trompais ? Aucune idée. Mais ce qui était sûr, c'est que celui-ci n'était pas là pour me montrer sa belle musculature et ses cicatrices. Alors que me voulait-il ? J'étais assez curieuse de le savoir. Et mes réponses n'allaient pas tarder à arriver car celui-ci qui me regardait avec froideur entrouvrit la bouche.

- " Tu ne me connais pas, mais moi je te connais très bien. Ta soeur n'a cessé de parler de toi depuis qu'elle était sous mes ordres. Je me présente, Commandant Raiga Orihara. J'étais le supérieur et surtout l'ami de Florila. "

Raiga Orihara ? Ce nom me disait quelque chose... Oui, il se trompait sur ce fait. Je le connaissais. Certes pas personnellement, mais de réputation. Orihara était un Marine hors pair qui avait accompli énormément d'exploits sur GrandLine. Il comptait plusieurs arrestation de pirate à son actif ainsi que de nombreuses morts. Il était redoutable et assez connu au sein de la Marine. Beaucoup l'admiraient et le voyait atteindre des sommets. J'avoue que moi-même, lorsque j'étais encore au sein de la Marine, je l'avais admiré et j'avais espérer intégrer son équipage. Savoir que ma soeur avait eu la chance de le rejoindre me rendait un peu jalouse. Mais à l'heure actuelle, je pouvais mettre ma jalousie de côté car le fait qu'il soit là devant moi ne prévoyait rien de bon. Surtout du fait qu'il ait été l'ami de Flo'.

- " Ca ne t'a pas suffit de tuer ton père ? Il fallait aussi que tu tues ta propre soeur ? Oui, oui tu as bien entendu. Certes nous savons que ce n'est pas toi qui à directement ôter la vie du Lieutenant-Colonel Gozen, mais c'est à cause de toi qu'il est mort. Si tu n'avais pas fait exploser cette bombe, il ne t'aurait jamais aidé à fuir en mer et il ne se serait pas fait tuer avec tout son équipage. Pareil pour ta soeur, sans toi elle serait encore en vie à l'heure qu'il est. "

Ces mots furent cinglant... Ils me firent mal au coeur. Je savais que j'allais en prendre pour mon grade, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi cru et qu'il me balance cela comme ça en pleine figure. Et le pire, c'est qu'il n'en resta pas là.

- " Pour tout dire, il aurait mieux valu que tu ne viennes jamais au monde. Dommage que ta salope de mère ne soit pas morte avant d'accoucher. Elle nous aurait rendu un très grand service. "

QUOIIIIIIIIIIIII ?! Qu'est-ce qu'il avait osé dire ?! Que ma mère était une salope et qu'elle aurait mieux fait de mourir avant de me mettre au monde ?! Quel espèce d'enfoiré ! Comment osait-il dire une chose pareille ?! En entendant ces mots sortir de sa bouche, je sentis mon sang bouillir dans mes veines et mon coeur se remplir de haine. J'avais envie de le tuer, j'avais clairement envie de le tuer ! Si je pouvais et si il n'y avait pas ces fichus barreaux qui nous séparaient, je lui sauterais à la gorge. Et alors que je me disais cela, quelque chose d'inattendu se passa. En un éclair, je m'étais relevée de mon lit de fortune où j'étais assise sans bouger depuis une semaine avant de fondre sur lui. Puis, une fois que j'avais atteint les barreaux, je fis passer un de mes bras à travers pour tenter de lui attraper la gorge. Seulement, celui-ci n'étant pas un novice et s’attendant surement à ma réaction, recula d'un pas pour se mettre hors de distance tout en affichant un sourire satisfait.

Pendant un court instant, j'avais encore réussi à reprendre le contrôle de mon corps. Mais cet instant fut bref car à peine quelques secondes après ce magnifique exploit, la puce reprit son emprise. J'étais vraiment fière et heureuse de ce qui venait de se passer. A tel point que je faillis oublier la cause de tout ceci. Mais quand celui-ci ouvrit à nouveau la bouche, la haine que j'avais ressenti à son égard revint au triple gallo.


- " C'est ce que je pensais. Tu es une vraie bête sauvage. Un monstre sanguinaire qui ne cherche qu'à tout détruire. Un poison qui a malheureusement briser une noble famille de Marine ! "

Celui-ci poussa un profond soupir tout en secouant doucement la tête de gauche à droite sans me lâcher une seule fois des yeux.

-  " Il n'y a aucune garantie que ça arrive car tu vas aller pourrir à Impel Down, mais sache que si je te recroise un jour, je m'occuperai personnellement de ton cas. Et ce jour-là, tu vas souffrir comme tu n'as jamais souffert. "

Sur ces dernière paroles, le Commandant Orihara tourna les talons avant de quitter les lieux, me laissant seule avec mes pensées. Une fois parti, la puce de contrôle ordonna à mon corps de retourner s'assoir. Ce qu'il fit sans attendre pendant que de mon côté, je repensais à tout ce qu'il m'avait dit. Celui-ci avait raison sur beaucoup de choses. C'est vrai que mon père et Flo' ne seraient pas mort si je n'avais pas fait exploser cette bombe. Mais malheureusement même si cela faisait mal, il était trop tard pour retourner en arrière. Ce qui était fait était fait et je vivrais toute ma vie avec ça sur les épaules. Puis pour ce qu'il avait dit avant de partir... Souffrir comme je n'avais jamais souffert ? Tsss... s'il croit que cela me fait peur. Ce pauvre type ne savait pas par quoi j'étais passée durant tous ces mois. D'ailleurs, si on se recroisait un jour, c'est lui qui aurait à craindre mon courroux. Car si ça arrive, je le tuerais pour ce qu'il avait osé dire de ma mère ! Enfin bref. Pour le moment, je n'avais rien d'autre à faire que d'attendre... Quoi ? Je n'en sais trop rien. Tout ce que je savais, c'est que je n'allais pas rester sans rien faire. J'allais profiter de cette attente pour essayer de reprendre le contrôle. Ce court instant qui m'avait permis d'attaquer le Commandant m'avait remotivée à bloc et je comptais bien le refaire !




_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanael Rackham
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 635
MessageSujet: Re: [Quête] Comité X [PV] Mer 1 Oct - 19:26



Bon, l'idéal aurait été de faire connaissance de manière posée, sans vraiment toute cette distraction, mais ça c'est ce qu'aurait pu dire la majorité des gens. Seulement moi, je ne suis pas la majorité des gens, moi je suis unique et découvrir ses alliés au cœur d'un combat où l'on parie sa propre vie est ce qu'il y a de mieux. A mon sens il n'y a pas meilleure situation pour s'assurer de l'efficacité de ses subordonnés, compagnons diront certains, peut importe au final tant qu'ils sont persuadés que nous sommes égaux. Je n'avais rien à faire des gens faibles, c'était souvent un fardeau et pour ma part je n'avais pas le moins du monde envie de me trainer un boulet. Se foutre directement sur la gueule en guise d'invitation c'était un moyen de s'assurer que le trouffion en question ne viendrait pas à clamser directement dès les premiers échanges de coups. Mais alors que j'étais debout sur la rambarde de Charon, prêt à l'abordage, prêt à me jeter dans la mêlée j'étais en train de me dire que mon raisonnement dans le cas de figure actuel était totalement stupide. Il était évident que toutes les personnes qui étaient à bord de mon navire avaient largement les compétences nécessaires pour naviguer avec moi, ce sans quoi elles auraient été dépecées avant même de poser un pied sur le pont du navire.

Le tête pour moi de me triturer le cerveau avec ce petit raisonnement que Belle qui nous avait fraichement rejoint s'était déjà élancée sur le bateau de la Marine sans nous attendre et sans réellement nous prêter attention. Faut dire que depuis les évènements de l'île elle avait rapidement assimilé le fait qu'il m'était impossible de ne pas me lancer à corps perdu dans la bataille à mon tour. En ça elle m'avait cerné. Il est vrai que quand il y a quelque chose à défoncer que ce soit des cons comme ceux d'en face ou des cons plus intimes j'étais prêt à tout. Même si avec autant de créatures féminines à bord la tension ne s'exerçait pas dans mon esprit mais ailleurs, ma hargne elle était focalisée sur ces Marines à défoncer. Même si nous avions prévu de nous rendre, même si nous avions prévus de nous laisser enfermer il était normal de se battre un minimum, ne serait-ce que pour donner le change et ne pas éveiller les soupçons. Ca serait vraiment con qu'on se plante en zigouillant tout le monde.

Au moment où moi aussi j'allais charger les petits hommes blancs je fus stoppé dans mon élan. Comment ces trouducs pouvaient parler de cette nouvelle venue à la place de mon illustre personne. Bordel, et ma prime alors, elle était le double de cette putain de fille bleue. C'est donc plein de rage que je sautais au cœur du combat.

- Bande d'enfoirés ! Bande de chiures de pigeons ! C'est pas savoir ce qu'elle fait avec nous le plus important bande de glands, c'est de savoir ce qui va vous arriver maintenant bande de merdes. Tiens, d'ailleurs, en parlant de merde, j'ai envie de jouer. On va rigoler un moment avant que je ne vous trucide.

Je ne pu me retenir de laisser échapper un rire tonitruant, rauque, plein de sadisme, un rire à vous glacer le sang. C'était d'autant plus vrai que les braves soldats en face de nous savaient à qui ils avaient affaire. Ma réputation me précédait et ça, c'était tout bonnement jouissif. Tout en continuant à me marrer, je suintais une brume écarlate relativement épaisse réduisant le champ de vision sur l'ensemble du navire. Sur les êtres les plus faibles, les bidasses, les simples soldats, ceux qui étaient destinés à devenir de la chair à canon pour les plus petites escarmouches aussi insignifiantes soient-elles ou pour les plus épiques des batailles, sur ce genre de types dont personne ne se souvient, le poison que je venais de lancer avait pour effet de provoquer forts vomissements et diarrhées immondes.

Voir tous ces types se vider des deux côtés provoquait en moi une sensation de satisfaction immense je dois dire et ce malgré l'odeur infâme de vomi et de merde qui se dégageait du pont. Mais si ce simple nuage n'était qu'une mise en bouche, j'en profitais pour m'attaquer au plat principal de ce plan, détruire suffisamment leur navire pour les obliger à nous ramener à bord de ce bon vieux Charon.

Inspirant profondément, j'entamais une multitude de coup pendant de nombreuses secondes, des coups de Nozarashi ô combien multiples et portés sur une seule et unique cible, le mât du navire de la Marine. Au pied de cet immense poteau de bois que j'espérais avoir suffisamment défoncé, j'attendais qu'on vienne s'occuper de moi, ceux ayant au moins un temps soit peut résistant. EN attendant, j'hélais mon équipage.

- Bon les gens, je vous conseille de pas trop vous approcher si vous voulez pas chier dans vos bottes. Va falloir attendre un peu. En attendant, ne vais continuer à m'amuser moi Nozahahahahah !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Quête] Comité X [PV]

Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Comité X [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Event n°1 - Ile Chimeria-