AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Liam Blackson + Et ta soeur, elle bat le beurre à cent à l'heure ? [U.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 2
MessageSujet: Liam Blackson + Et ta soeur, elle bat le beurre à cent à l'heure ? [U.C.] Mer 24 Sep - 17:26



One Piece Héritage
Fiche de présentation



LIAM BLACKSON







Nom : Blackson
Prénom : Liam
Surnom : La Grenouille
Age : 17 ans
Race : Humain, enfin normalement
Lieu de Naissance : Grey Terminal
Camp : Pirate
Fruit du Démon ou Arme : Horo Horo no mi | Ectoplasmo-Fruit
Profession : Cuisinier
But : Vivre et aléatoirement trouver un but, mais c'est moins prioritaire


Description physique


8 lignes minimum

Le vert est ma couleur fétiche. Inutile de se demander pourquoi, je suis né avec un gazon sur le crâne. Ma mère avait peut-être les cheveux verts, à moins que ce ne soit mon père. Que ce soit l'un ou l'autre, je ne les remercie pas pour ce gêne dont je me serais bien passé. C'est pas agréable de s'entendre traiter de gazon ou de buisson à longueur de journée. Enfin, je ne peux pas donner tort à ceux qui me disent ça. Mais pour éviter ces appellations, je me suis laissé pousser les cheveux. Ils arrivent jusqu'en bas de mon visage, à peu près, même si je ne pense pas que ça vous intéresse. De toute façon, en quoi ça vous intéresse de connaître mon physique ? Je vous préviens, je ne vend pas mon corps ! Mes yeux ? Ah oui, ils sont de la même couleur que mes cheveux. Ils sont vides, aussi vide que... le néant. Ouais, j'ai pas trouvé mieux comme image. Et si vous me cherchez une pupille, je vous souhaite bon courage. Je vous assure que je suis humain, je n'en ai juste pas ou alors, elle est tellement petite qu'on ne la voit pas. Comme ta... Désolé, j'ai rien dit. Si vous faites attention, j'ai aussi deux marques violettes sous les yeux. Oui c'est du maquillage et non je ne me travesti pas. De toute façon, mes traits fins font de moi un androgyne. Je vous jure qu'on m'a souvent pris pour une fille. Si c'était le cas pour vous, pas ne soyez pas trop déçu. Ce n'est pas un aspect qui me dérange, au contraire même. Je m'en fiche complètement et je m'en amuse parfois, me délectant des visages décomposés de gros dégueulasses déçus. J'ai un petit nez et une petite bouche, mais j'arrive presque à gober des pommes en me forçant un peu ! Le détail qui tue tout, le plus important concernant mon visage, c'est qu'il est parfaitement inexpressif. Je ne souris pas, je ne pleure pas, je ne fronce jamais les sourcils. Mon visage reste de marbre constamment, sauf peut-être quand je dors. Parfois, ça me sauve de situations et d'autres fois, ça énerve encore plus les gens que si les traits de mon visage s'exprimaient. Mais ce n'est pas parce que je ne suis pas expressif que je ne ressens rien, quoique....

Venons en à la suite. Comme je vous ai dit, je suis bel et bien un gars alors ne vous attendez pas à voir une paire de seins sur mon frêle corps. Oui parce que j'ai clairement un corps frêle et pas très grand en prime. De quoi effrayer les fourmis et les cafards, mais sûrement pas ces bras cassés qui se prétendent de grands pirates ou des soldats courageux du gouvernement. Je ne sais pas faire peur de toute façon alors je me contente de ma capacité à pouvoir me faufiler dans des endroits étroits et de courir plus vite que certains aussi. Comme quoi, ça a des avantages d'être petit et mince. Et puis, comme on dit, plus c'est petit plus c'est joli et plus c'est grand, plus c'est con. Je n'ai pas de seins, mais je n'ai pas des pectoraux et des abdos digne des statues Grecques non plus. De toute façon, le sport c'est trop fatiguant pour moi, j'ai pas envie de ressembler à un mannequin surfait. Au niveau vestimentaire, je ne suis pas compliqué. Tout me vas. Je peux m'habiller en débardeur et short tout comme je peux mettre une veste et un pantalon. En fait, ça ne m'intéresse pas vraiment, je m'habille comme je le sens et je n'ai pas de tenue attitrée. Il n'y a qu'une chose qu'il faut savoir, c'est que j'aime bien avoir quelque chose sur la tête. Je ne parle pas d'un simple chapeau et en général, vous le remarquerez directement. Je porte toujours, sauf pour dormir et quelques fois, une sorte de grand chapeau représentant une tête de grenouille. Ce qui me vaut mon surnom d'ailleurs. Ce couvre-chef représente quelque chose de précieux pour moi, c'est pour ça que je le met autant. Je m'en fous si l'on s'en moque ou si ça ne plaît pas, je ne l'enlève que lorsque je le veux. Le seul inconvénient, c'est que c'est un peu lourd à porter mais on s'y fait. Enfin, faut pas s'étonner si ma tête penche toute seule sur le côté.


Description Morale


8 lignes minimum

Ohlala, mais pourquoi toutes ces questions ? Si je vous intéresse, sachez que c'est pas réciproque alors du balai. Bon ça va, vous êtes dans mon bon jour alors je vais faire une exception et me dévoiler à vous, bien que je ne vous connaisse pas. Ouais, c'est stupide, mais ne vous plaignez pas ou je garde tout pour moi ! Par quoi commencer ? Je suis flemmard. Une course à faire ? Ne comptez pas sur moi, je serais trop fatigué pour y aller. Et même en me forçant, je mettrais trop longtemps en faisant un pas par minute. Pourtant, j'ai envie de bouger de cette île où je suis. Je suis peut-être flemmard, mais l'ennui m'ennuie. On peut dire que c'est le seul truc qui me poussera à bouger en fait. Bon j'exagère un peu, mais vous avez compris l'idée. On me dit insensible. Si vous avez lu plus haut, vous comprendrez que c'est parce que je suis inexpressif physiquement, mais pas que. Je suis un peu insensible mentalement. Disons que voir quelqu'un mourir devant moi, même si c'est avec les boyaux qui lui sortent du ventre, ne me feront ressentir ni compassion, ni un sadisme particulier. Voir se réaliser l'un de mes rêves ne m'apportera pas non plus une satisfaction incommensurable, ce qui explique sûrement pourquoi je n'en ai pas en fait. Malgré tout, je reste un humain avec des émotions. Je peux m'attacher, ça m'arrive. Dans ce cas, c'est sûr que je ressentirais plus de sentiments que d'ordinaires, même si personne ne le verra, moi y compris probablement. Il y a une chose qui m'apporte en revanche un sentiment fort. Une chose que j'aime par-dessus tout. Faire chier les gens et me moquer d'eux. Pas tous, juste les impétueux, les vantards et autres rigolos sur pattes qui parlent beaucoup mais qui agissent peu. Je n'ai pas peur des conséquences. En fait, je n'ai jamais peur, je suis insensible. On peut dire que je suis un farceur, mais c'est vrai que je suis aussi un gamin, ne l'oubliez pas. Que ce soit en âge ou dans ma tête, je demeure un enfant et je le serais sûrement toute ma vie. Les jeux, les conneries et les bonbons me fascinent et m'appellent. Ce sont mes sirènes personnelles, je n'y résiste pas.

Je vous rassure, je n'ai pas que des mauvais côtés. Enfin, on m'a toujours dit que oui, mais je dois bien avoir quelques traits de caractère qui me rattrapent. Je connais le respect par exemple. Oui je sais, ça contredit complètement ce que je viens de dire il y a quelque lignes, mais laissez moi finir. Je connais le respect pour ceux qui le méritent. Je respecte les personnes réellement puissantes, celles qui ont un vrai potentiel. C'est assez rare ce genre de personnes, mais ça peut arriver. Après, respecter ne veut pas dire que je me retiendrais de les emmerder. Ce sera juste un peu différent de ceux que je n'aime pas ou que je m'en fous. Je suis plus malin que j'en ai l'air, même si c'est vrai que je suis un idiot. Je me cultive en tout cas, j'aime bien lire. Pas trop, sinon j'ai mal à la tête, mais de temps en temps ça me permet de rêver un peu. Je n'arrive pas à rêver de moi-même alors autan partager ceux des héros de romans. Je sais tenir à des choses, que ce soit des objets ou des personnes. Comme je l'ai dit, il peut arriver que je m'attache. Dans ce cas, même si mon visage ne l'exprimera jamais, ce sera une personne à qui je tiens forcément et que je ne voudrais pas perdre. Je pourrais tenter de la protéger, à ma manière, même si la laisser crever la bouche ouverte serait une option agréable selon la situation. Bah quoi, j'ai plus besoin d'être protégé que de protéger, soyons francs ! Ah la franchise, en voilà une qualité. Je ne retiens jamais rien, je crache tout ce que j'ai à dire. Au moins, je ne parle pas pour rien. Personnellement, je considère ça comme une qualité, mais les gens avec qui j'ai été franc jusque là m'ont toujours couru après avec de quoi me frapper. Les gens prétendent vouloir la vérité et dès qu'ils l'entendent, ils vous détestent. Je suis le genre qu'on déteste en fait, mais au moins je suis en vie. Ce n'est pas le plus important ? Si c'était le cas, je n'aurais pas cette petite douleur au cœur. A moins que j'ai bouffé un truc pas frais.


Histoire


30 lignes minimum

histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire


histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire - histoire



One Piece Héritage
Fiche de présentation


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Blackson + Et ta soeur, elle bat le beurre à cent à l'heure ? [U.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Départ en mer :: Personnages :: Présentations-