AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Flashback] Un endroit fort peu agréable [pv Shinosuke Kagiami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Flashback] Un endroit fort peu agréable [pv Shinosuke Kagiami] Ven 30 Aoû - 17:08

La nuit était tombée sur cette petite île de Saint-Uréa, nuit d’été paisible et sans nuage. Kogenta regardait les étoiles, couché dans l’herbe en-dehors de la ville, d’un regard tranquille. Rien ne semblait pouvoir le déranger dans cette position confortable, à regarder le ciel magnifique et rempli d’astres tous plus vastes les uns que les autres. Il prit un instant Saikaidou Kotetsu dans ses mains, regardant un peu la lame comme si elle avait le pouvoir de remonter le passé. Il se souvenait des moments passés avec son sabre, tous les marines qu’il avait rossés, toutes ces victoires obtenues par lui. Il se rappelait ce marine capable de se fragmenter qu’il avait vaincu quelques jours plus tôt ; c’était un sacré adversaire, si seulement il connaissait son nom comme lui connait le sien. Il passa alors sa griffe contre la lame en un bruit de frottement métallique, le visage souriant légèrement, content d’avoir une telle arme avec lui. Il replaça ensuite son sabre à côté de lui et prit sa besace dans laquelle il conservait ses Taigakuro, ses petites griffes colorées qui lui servaient à changer de forme alternative durant trois minutes. Il n’était pas spécialiste en la matière, mais avait su préparer assez de Taigakuro pour quelques temps, du moment qu’il ne les utilisait qu’en dernier recours. Il regardait leur forme de griffe d’un air songeur, se disant qu’un jour il arriverait à s’en servir parfaitement, car ce n’était pas le genre d’objet avec lequel on s’entrainait, vu leur nombre restreint. Il fallait improviser, et espérer acquérir de l’expérience avec ces petites griffes aux couleurs variées, ce qui le laissait perplexe parfois. Il avait déjà entrainé ses griffes, ses crocs, et même son maniement d’épée, mais il n’avait pas encore touché à ses Taigakuro, ce qui posait problème. Il pouvait au moins être rassuré de n’avoir pas encore rencontré de situation assez désespérée pour avoir recours à cet atout redoutable. Après un instant de réflexion, le tigre reposa la griffe dans son sac et pisa ce dernier à côté de Saikaidou Kotetsu, avant de reprendre la pose précédente. Un soupir intense s’échappa de sa bouche, sans doute causée par un bien-être certain, confortablement installé près d’un arbre, sur une pelouse chaude et riche en chlorophylle. Il n’avait prévu rien de spécial pour la nuit, seulement se détendre et profiter de ce moment où il pouvait enfin récupérer. Il avait un peu faim, mais il n’avait pas l’intention de déranger les habitants pour si peu. Certes il lui suffirait de voler un peu de viande chez le boucher au coin de la rue, mais bon, il avait un peu envie de rester tranquillement allongé. Les minutes passaient petit à petit, faisant somnoler le félin sur l’herbe tendre et douillette à contempler le ciel étoilé, activité qu’il avait souvent répété dans son enfance et que bizarrement il n’avait pas encore fait depuis qu’il était devenu révolutionnaire. Dehors il n’y avait pas un seul bruit, seulement celui de sa respiration faible et longue, ce qui était vraiment divin.

Au bout de quelques minutes, il sentit une odeur terriblement agréable qui lui chatouilla les narines, le faisant redresser son corps en angle droit. Il reconnaitrait cet arôme entre mille, c’était celle du pain fraichement cuit que les boulangers alternaient dans le four afin de préparer la tournée du jour. Son ventre se mit alors à gargouiller comme si c’était quelque chose d’inévitable, comme une fatalité, ce qui lui fit immédiatement changer d’avis. Il se leva d’une traite, les crocs et les griffes sortis, se préparant à prendre d’assaut la boulangerie pour quelques croissants tout chauds. Un filet de bave involontaire se mit d’ailleurs à couler de ses babines, le torturant chaque seconde qui passait, ce qui le pressait toujours plus. Une fois arrivé devant la porte évidemment fermée de la boulangerie, guidé par l’odeur exquise comme une ligne olfactive qui lui indiquait la voie sans détour. Sans attendre plus longtemps, il empoigna son sabre qu’il avait pris avec lui ainsi que toutes ses affaires d’ailleurs, et défonça la porte dans un fracas assourdissant. Il avait bien trop faim pour se soucier de réveiller les habitants, tout ce qui importait, c’était de manger à s’en faire éclater la panse de délicieuses viennoiseries fumantes dont l’odeur était des plus alléchantes. Le personnel se dirigeait vers la porte, s’apercevant qu’un tigre à l’apparence humaine venait d’entrer de force dans leur établissement, certainement afin de voler. Kogenta avait pensé à tout, heureusement, c’est pourquoi il prit soin de les assommer un par un en les frappant contre une paroi au hasard sans même laisser la moindre personne s’enfuir sans sa ration de sommeil. Après cette tâche effectuée un peu à contrecœur, il se dirigea vers la chaleur des fours qui se trouvaient dans une salle annexe sur sa gauche, c’est alors que ses yeux se mirent à devenir comme ceux d’un chaton faisant des yeux de biche. Son cœur se mit à battre de plus en plus vite en voyant ses baguettes françaises fumantes, ces croissants recouverts d’un léger voile de sucre transparent, ces éclairs au chocolat à la croute craquante de chocolat aussi brillante qu’appétissante. Il était certainement mort et au paradis, car il n’avait jamais vu chose plus magnifique de toute sa vie que les pâtisseries à peine sorties du four. Il commença par prendre dans sa main gauche une couque au chocolat dont le cœur fondait légèrement en appuyant dessus, après quoi il prit une couque au beurre connue pour être sucrée à l’intérieur. L’instant d’après, il attrapa un peu de tout, une viennoiserie à la fois, les mangeant en chaine comme si il faisait un concours d’ingestion. Il ne s’était pas aperçu que l’un d’entre les gérants de la boulangerie avait appelé les marines avec un escargophone spécial cas d’urgence. Le tigre était trop occupé à s’empiffrer qu’il n’avait même pas pris soin de vérifier si les gens l’avaient pris en flagrant délit, s’en foutant juste totalement. Dix bonnes minutes plus tard, le félin se frotta un peu le ventre en bénissant ce qu’il venait d’avaler comme si c’était une trouvaille des dieux, après quoi il se dirigea vers le couloir par lequel il était entré. Il avait vraiment bien mangé, il ne s’en plaignait pas, bien au contraire, il se mettait déjà à soupirer tellement il avait bon.

Au moment de sortir, il vit un homme à pistolet et avec une casquette bleue entrer en trombe en lui ordonnant de se rendre, suivi d’une vingtaine d’autres de ses collègues. Kogenta recula alors en levant un peu les mains, les yeux traduisant une expression gênée, sans doute prévoyait-il de s’excuser par la suite. Dans le couloir étroit de l’entrée, dix marines étaient en rang deux par deux dont les deux premiers le tenaient en joue, lui arrachant un avalement de salive bruyant. Il regardait autour de lui afin de trouver quelque chose à balancer sur les marines pour servir de diversion, et vit deux étagères assez petites sur le dessus de sa tête de chaque côté. Kogenta leva alors les mains un peu plus haut, dans le but de leur faire croire qu’il se rendait sans résistance, c’est alors qu’il agrippa de chaque main les deux étagères, se soulevant en même temps. Il donna ensuite un double coup de pied vers les deux marines devant lui, les faisant tomber un à un comme des dominos, profitant de l’étroitesse du couloir pour tous les faire perdre l’équilibre. Malheureusement, les deux étagères ne supportèrent pas tout son poids et le fit tomber avec eux, mais il se transforma rapidement en forme animale et courut à toute vitesse dans la boulangerie à la recherche d’une sortie arrière. Heureusement, la porte de derrière était présente, mais elle était fermée à clé, ce qui le fit rager un bon coup avant de se retourner, de nouveau mis en joue, mais par une dizaine de marines à la fois. Un petit rire de gêne s’échappa à nouveau de sa bouche, lui faisant réfléchir à un nouveau moyen de s’échapper, c’est alors qu’il se contenta de prendre appui sur la porte et de foncer à travers les jambes des marines, en en faisant tomber quelques-uns au passage. Une fois sorti, il reprit sa forme hybride et prit ses jambes à son cou en espérant qu’ils ne le suivent pas, mais vu leur nombre, il avait peu de chance de passer outre. Au moment de voir du coin de l’œil un marine arriver derrière lui, il se retourna en prenant son sabre en main, mais n’eut pas le temps de réagir qu’il se prenait déjà une balle dans le ventre, le faisant tomber à genoux. Il toucha l’endroit de l’impact et remarqua sa patte plein de sang, ce qui lui fit prendre le responsable par la gorge dans un élan de rage impulsif. D’autres marines avaient vu la scène et s’étaient glissés derrière lui, l’un d’entre eux tirant une balle qui se ficha dans son épaule droite. Kogenta lâcha prise dans la seconde et tomba au sol, étendu de tout son long en gémissant de douleur. L’instant d’après, il se fit encercler inévitablement par le reste de la troupe, dont le leader s’approcha pour lui ordonner de se rendre sinon il serait transformé en passoire. Kogenta n’avait pas vraiment le choix, il était grièvement blessé et n’avait pas vraiment envie de se faire tuer pour une histoire de couque au chocolat, c’est pourquoi il finit par se rendre.

Les poignets placés de force dans le dos par quelques marines, d’autres s’occupaient de les lui attacher sans lésiner sur la force, vu la carrure de leur adversaire. Une fois relevé, le tigre marcha au milieu des représentants de l’ordre en direction de la base de la marine qui surplombait la région. Il détestait perdre, mais ce qui le contrariait plus que tout au monde, c’était qu’on le prive de son sabre si cher à ses yeux ; heureusement on lui avait laissé son sac plein de Taigakuro, vu que pour les autres ce n’était que des friandises. Le pas rapide et sûr, le félin marchait le regard baissé, tête tournée vers le sol, se demandant à quel traitement il aurait droit. Une fois arrivé dans le bâtiment, on l’amena près du médecin de service qui devait certainement veiller à ce que leur prisonnier reste en bon état. Avec une petite pince, il retira les deux balles du corps de Kogenta, non sans douleur, mais il l’avait bien cherché après tout, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. L’instant où il vit le flacon d’alcool à nonante pourcent fut le plus redouté de tous, vu les grosses blessures qu’il avait, ce qui promettait de le faire souffrir comme jamais. Il aurait bien pris le bras du médecin pour mordre sur sa chique, mais il risquait de ne pas vouloir, alors il se contenta de serrer les fesses en retenant du mieux qu’il pouvait ses cris de douleur intenses. Une fois cette étape passée, le médecin banda son torse et son épaule avant de le confier aux marines qui montaient la garde devant lui afin qu’il ne s’enfuie pas. Quelques étages plus haut, Kogenta aperçut une série de salles toutes pourvues d’une grande cage dans chacune d’entre elles. Après avoir parcouru quelques-unes d’entre elles, les marines lui attachèrent les pieds ensemble sans moins de délicatesse, et le jetèrent violemment dans la cage en prenant soin de la fermer à clé. Le tigre ne savait même pas où ils avaient caché son arme, ce qui le frustrait au plus haut point, mais de toute façon il ne comptait pas tenter de s’échapper avant au moins d’avoir récupéré d’une bonne nuit de sommeil pour que ses blessures se referment, quitte à dormir quelques jours. Il n’avait aucune idée des évènements qui se passeraient dans les minutes à suivre, mais espérait bien tuer le temps en attendant de retrouver ses forces, après quoi il pensait simplement s’évader de cette maudite prison…


Dernière édition par Byakko no Kogenta le Sam 9 Nov - 17:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 49
MessageSujet: Re: [Flashback] Un endroit fort peu agréable [pv Shinosuke Kagiami] Lun 9 Sep - 16:52

Cela faisais trois mois que j’avais quitté mon maître et, que j’avais retrouvé ma maison en cendre. Je commençais à déprimer de ma solitude, il fallait que je trouve des compagnons même si sa n’étais que pour une aventure. Je me mis à fouiller dans les cartes qui traînais par la pour voir si une île que je n’aurais pas visité ce trouvais à proximité. J’en trouvai une. Saint Uréa. Une petite île ou l’on savait peu de chose mais, d’après les rumeurs au temps de Luffy D. Monkey elle servait comme base au révolutionnaire. Qui c’est peut être que cette île servait encore comme base ? Et dans ce cas je n’aura pas de mal a trouver un compagnon. Ce fut sur ces belles pensées que je me mis en route pour cette île.

Je n’eu aucun mal à la rejoindre mais, malheureusement pour moi je remarquai une base marine. Et merde comment trouver des révolutionnaire discrétos si des foutu marines ce trouvais ici ? Démotiver je me dirigeai vers la taverne la plus proche. Il y avait un peut de monde et, a ce que je pouvais voir par leurs comportement, la plus part devais être des habituer. Je m’installai a une table pas très loin du comptoir pour pouvoir écouter discrètement les conversations après avoir commandé du saké. Il ne me fallut pas longtemps avant de capter une conversation juteuse. Il s’agissais de deux homme dans la quarantaine bien sonnante qui discutais d’une arrestation qu’il y avais u lieu plus tôt dans la journée.

« Dit ta entendu la nouvelle ?
- La qu’elle ? Celle du tigre humanoïde qui se serait fait arrêter par la marine ?
- Oui celle la même. Il parait qu’il aurait fait un de ces bordel pour échapper au marine après avoir manger du chocolat dans une boulangerie sans payer quand ils sont venu le chercher. Il a fini par ce rendre il devait surement avoir trop peur de ce faire tuer.
- Ouf heureusement imagine qu’il aurait continué. Il aurait pu mettre à feu et a sang la ville pour pouvoir s’échapper.
- Oui mais, maintenant la où il est il n’est pas prêt de sortir heureusement….

Je n’écoutais plus. Je réfléchis quelques minutes à ce que je pouvais faire. Un tigre humanoïde ? Pas courant du tout et, vu ce que j’en ai entendu il n’est pas amis du tout avec la marine. Au mieux c’est un pirate et entre pirate on peut s’aider au pire c’est un révolutionnaire et dans ce cas un futur allier. Le tout était de savoir que savoir comment le rejoindre. Foncer dans le tas et tout détruire jusqu'à le trouver ? Non mauvaise idée meilleur moyen de crever. Il fallait que je me fasse arrêter. Le tout étais de trouver comment. Le tigre me donna une idée. Pourquoi ne pas faire comme lui provoquer un bordel monstre jusqu’à que la marine débarque.

Je me levai doucement et, me rapprocha des personnes que j’avais épié leurs conversation. Le premier je ne fis que l’assommer puis, le second je le soulevai par le col et je l’envoyai voler au dessus du comptoir qui, atterris dans les bouteilles poser sur des étagères contre le mur. Personne ne compris a part moi ce qui venais de ce passé mais apparemment dans cette ville eux aussi, ils aimaient bien ce battre car, après que l’effet de surprise soit passé un cogna son voisin qui, lui rendit son gnon mais, qui ce foira et alla cogner le voisin. Décidément cette ville ne manquait pas d’animation. En espérant que la marine ne traîne pas trop a venir.

Effectivement elle avait du lire dans mes pensées car, 5 minutes après le début de la bataille elle arriva a grand cris. Elle ne fit pas de le détaille. Ils étaient une vingtaine, tous armés de fusil ou de sabre. Ils arrêtèrent tous sans faire de distinction les bagarreurs mais, les connaissant ils les relâcheront rapidement après un interrogatoire. Pour être sur d’être mis en prison, je frappai sur quelques marines avant de me faire maîtriser. Comme prévu ils m’arrêtèrent et, ils me mirent des menottes. Je transformai discrètement un doigt en métal pour être sur que sa ne soit pas du granite marin. Je fus rassurer de voir que sa ne l’étais pas.

Ils me jetèrent dans des cachots sans me questionner comme un malotru sans même prendre la penne de me retirer les menottes. Sa n’étais qu’un détail il ne me faudrait pas longtemps pour me défaire des menottes. Pour le moment le plus important était de vérifier si le tigre était la. Par chance il était juste en face. Je ramassai un caillou qui traînait a mes pieds puis, je le jeta en direction du tigre pour attirer son attention. J’attendis qu’il réagisse.

[Hrp je corrigerais plus tard]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Flashback] Un endroit fort peu agréable [pv Shinosuke Kagiami] Jeu 12 Sep - 11:39

La nuit avait été courte, Kogenta avait à peine dormi, mais au moins il avait récupéré totalement de ses blessures. Le médecin avait apparemment fait du bon boulot, il ne sentait plus qu'une petite douleur aux endroits perforés par les balles. Heureusement son corps de prédateur couplé avec la forme hybride de son pouvoir le rendait plus résistant et plus fort qu'un humain de la même corpulence que lui. Il était environ dix heures, avec environ cinq heures de sommeil en tout et pour tout. Le tigre bâillait à répétitions, le sommeil voulait de lui, mais son corps restait résolument éveillé. Il n'y avait personne pour discuter, seulement lui avec une cage vide de chaque côté ainsi qu'une en face, toutes vides, jusqu'à ce qu'un autre bandit se fasse enfermer. Il s'ennuyait un peu, le seul amusement à des décamètres à la ronde semblait titiller le garde pour qu'il se marre un peu. Certes il risquait fort de se faire enfiler une muselière suite à trop de taquineries, mais comme il avait prévu de s'en aller aujourd'hui, il ne la porterait pas longtemps.

-Eh le garde, tu veux pas me masser un peu le dos ? Je me suis coincé un nerf et comme je suis attaché, je peux pas le faire moi-même...

-Mais avec plaisir ! Et puis tant que j'y suis, je vais aussi t'enlever tes chaines, ouvrir grand la cage, me mettre à ta place, et te souhaiter bonne continuation !

-C'est vrai ? Tu ferais tout ça pour moi ?! T'es trop sympa comme garde !

-Bien tenté, mais c'était ironique !

-Une des trois choses que je comprendrai jamais, entre les femmes en première position, et les marines en troisième...et sinon, y a quoi au menu ce midi ?

-De la panade, de la panade, et...mmh...voyons...tiens, de la panade !

-Ça a l'air bon, c'est quoi ? De la viande ? Des légumes ?

-C'est la dernière invention de la marine pour caler vos estomacs sans fin, un mélange de viandes, légumes, et féculents, le tout avec une texture très pâteuse pour bien tomber comme une pierre dans le bide.

-Je vois l'genre... Tu veux pas plutôt m'ramener un paquet de frites sauce andalouse avec un hamburger maison ?

-La ferme, tu me donnes faim, enfoiré...

Après avoir prononcé sa phrase, le garde sentit et entendit son ventre gargouiller, alors que le tigre s'esclaffait comme jamais auparavant. Le marine, visiblement irrité, se retira en bougonnant et alla en cuisine se restaurer pendant qu'il demandait à son collègue de le surveiller en même temps que ses propres prisonniers pendant quelques minutes. Malheureusement le ventre du tigre gargouillait aussi, il avait bien envie de se mettre un marine ou deux sous la dent, mais il devait se contenter de cette panade louche. Si seulement il pouvait manger un peu à l'oeil avant de partir de la base, il était convaincu que les marines gardaient de bons mets dans leur frigo. Le seul hic était de trouver la cuisine sans se faire repérer, mais de toute façon il savait déjà comment partir de là : défoncer tous ces murs en mode attaque et sauter hors de la base. Maintenant que le garde était parti, il n'avait personne pour lui servir d'amusement pour tuer le temps, seulement un garde à moitié présent qui remplaçait temporairement son comparse.

Heureusement, après quelques longues minutes, Kogenta aperçut de nombreux marines courir vers la sortie, ils parlaient d'une intervention d'urgence. Sans doute un groupe de pirates en train de semer le trouble, ou alors un savant fou qui menace de faire exploser l'île avec de la dynamite. Visiblement ça semblait plutôt la première option, vu que beaucoup de bandits venaient dans les cages, notamment l'un d'entre eux dans celle en face de celle de Kogenta, faute de place ailleurs. Le teint plus brun que du bronzage, les cheveux blancs, quelques tresses et dessins sur sa peau, les oreilles un peu en pointes, cet homme ne devait pas être n'importe qui, sans doute l'un des commandants de la bande de pirates. Il avait des menottes aux poignets, preuve qu'il ne devait pas être bien dangereux, contrairement à Kogenta qui avait eu droit aux chaines partout sur son buste et aux poignets, avec deux gros cadenas pour sceller le tout. Sans doute parce que ses paluches étaient trop grandes pour des menottes, avec un rajout de chaines en conséquence de si imposants bras. Le prisonnier ne semblait pas vraiment mécontent de se retrouver enfermé, comme si il savait déjà comment s'évader de la base ; ça leur ferait un point commun, au moins. L'individu semblait déjà s'ennuyer, vu qu'il ne trouvait rien d'autre à faire que de lui jeter un caillou dessus.


-Salut l'nouveau, j'espère que tu as des choses à dire, parce que moi je m'ennuie ferme ici. Au fait, moi mon ptit nom c'est Jean-Philippe, mais le gens m'appellent Jean-Phil' mon short, bwa ha ha ha ha !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flashback] Un endroit fort peu agréable [pv Shinosuke Kagiami]

Revenir en haut Aller en bas

[Flashback] Un endroit fort peu agréable [pv Shinosuke Kagiami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Les rps-