AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Test de Hana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Test de Hana Sam 31 Aoû - 23:44

Hana & Jun


« ATTENTION !! UN BOULET DE CANON ! TOUS À COUVERT !! »

Un navire marin venait d'attaquer un équipage de pirate en surprise. Les pirates, surpris ne purent contre-attaquer ou même se défendres. Dès la première attaque le navire fut touché sévèrement, les membres se séparèrent en deux, des injures fusaient envers les marines, des personnes criaient le nom de la personne la plus précieuse pour eux et certains ne purent rien faire, car déjà envahit sous les hauts. Hana tentait d'appeler son frère ou son capitaine mais, rien pas de signe d'eux, il cria une dernière fois le nom de son frère Jun avant d'être engloutit par une vague et coula au fond de l'eau sans pouvoir dire un dernier mot à l'équipage dont il faisait partit. En coulant au fond de la mer, il se demandait si s'était déjà la fin, s'il allait déjà rejoindre sa mère dans l’au-delà. Il aurait aimé vivre encore, car après avoir embarquer dans se navire il trouva une nouvelle famille, une famille qui l'adorait et surtout il vivait sa vie comme il l'a toujours souhaiter, il était libre, libre tel un corbeau solitaire... « Non...Jun...Capitaine...attendez mo...attendez moi... » Avec ses dernières paroles il sombra au fond de la mer, mer si belle mais, pourtant si dangereuse.

Sur East Blue, le soleil brillait sur une île de campagnard. Cette île possédait une terre fertile très rare, c'est pour cela qu'il y a beaucoup d'agriculteurs. La mer aussi regorge de poissons très frais et très bon, c'est le coin préférer de certains millionnaires voulant passer des vacances au calme. Dans un village il y avait une grande plaine verte et tellement paisible qu'un petit somme serait la bienvenue. D'ailleurs c'est ce que faisait un homme, couché dans un arbre, un chapeau de paille sur la tête le recouvrant le visage et un long brin d'herbe poser sur son ventre. Soudain il se releva brusquement en manquant de tomber et il mit la main sur son visage et chuchota « Encore se rêve... Déjà deux et aucune trace d'eux » soudain son ventre se mit à gargouiller tellement fort que les oiseaux de l'arbre d'à côté se mirent à fuir « J'ai faim... envie de riz... » Il descendit de son arbre tel un signe avec une agilité impressionnante et atterrit en douceur en relâcha un pet assez gras en même temps « Oulah, des plantes vont crever dans quelques secondes... » Il regarda en direction de la taverne la plus proche et nous montra enfin son visage et cet homme était Hana, Tsukishima. (mdr qui le savait pas ducon ?)

Hana se dirigeait avec une marche tranquille et en chantant une de ses chansons préférer vers la taverne la plus proche, il entra tranquillement, posa son chapeau sur la table et commanda du riz, plein de riz, il insista énormément sur le « plein » n'ayant sûrement pas manger depuis des heures, il devrait avoir une faim de loup. La serveuse qui soit dit en passant était sûrement gonflé à l'hélium vu sa voix et ses forme attrayante posa une grande assiette de riz avec du poulet mariner dans une autre assiette, elle posa aussi des bols et des baguettes pour qu'il puisse manger et emporta ensuite une carafe d'eau et tous cela pour Hana ! Hana se servit rapidement du riz dans le bol apporta et mangea puis des larmes se mit à couler soudainement, sûrement à cause du rêve qu'il venait de faire, après avoir avalé il lâcha un


Oui Hana est comme ça, il aime exposer sa joie à tous le monde. Quoi qu'il en soit il finit rapidement de manger et en redemanda et encore et encore... cela durant des heures, tellement que le cuisinier lui même est sortit pour voir s'il donnait à manger à un groupe de personne et en profiter pour demander à Hana où il mettait tous cela, notre héros lui répondit que lui même ne savait tant qu'il y a de la place faut mieux la remplir disait-il en riant. Pendant ce temps un homme rentra dans la taverne mais, Hana le remarqua pas sur le moment, il continua à discuter avec le cuisinier qui lui posait des questions de plus en plus...bizarre mais, choses qui ne semblait pas gêner Hana qui lui répondait avec sourire. Il ne fallut pas longtemps au nouveau venu pour se faire remarquer après avoir été rentrer comme un fou en criant un mot incompréhensible et en rigolant à perte d'haleine. Cette fois ci le bonhomme venait de coller une droite à un mec, qui discutait avec un autre, il parlait d'un navire qui s'est fait attaquer par la marine il y a deux ans. Quand Hana tourna les yeux pour voir qui était la personne il l'a reconnu directement, il se leva donc mit sa veste qu'il avait à la main depuis le début et s'assit à la table de la personne concerné, au moment ou cet homme vint se poser il vu Hana à sa table et lui demanda qui il était. L'ancien pirate ne cessa pas de sourire comme un idiot puis se leva et dit :

« T'a pas du tout changer Jun ! Toujours le même hahahahahaha ! »



« Tu ne me reconnais pas ? Ton frère, Hana ! »

Oui la personne qui se trouvait en face de lui était son frère, Jun. Hana avait enfin retrouvé son frère, par pur hasard mais, l'avait fait, il était enfin réuni avec son unique famille. Hana prit Jun dans ses bras et le souleva, il était joyeux et sautait partout puis il s’arrêta et dit « Jun, j'ai volé se sac et il y a de la bouffe dedans j'ai pas de quoi payer donc on se tire avant qu'on nous remarque... » Sur ses mots Hana se retourna et marcha discrètement vers la sortie en essayant de ne pas se faire remarquer mais, la fille gonflé a l'hélium le repéra et avertit le cuisinier qui sortit couteau à la main et le lança droit sur Hana qui resta figé. Le couteau vint atterrir sur la porte et avait frôlé notre jeune héros, sans demander son reste il prit ses jambes à ses pieds et s'enfuit aussi vite qu'il put, il savait que son frère pouvait le suivre à la trace sans problème, même si en deux ans Hana à beaucoup changer.

Quoi qu'il en soit l'ancien pirate s'échappa avec une vitesse hallucinante, pouvant courir cent mètres en onze secondes à ses dix ans, donc le sprint magistral que Hana vient d’effectuer n'est qu'une partie de son talent. Quoi qu'il en soit Hana venait de revenir sur la plaine où il était au paravent il posa son sac au sol qui venait d’être volé et s'assit ouvrit le sac et prit une boulette de riz et la tendu vers Jun « Heureux de te revoir frangin » disait-il le sourire aux lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Test de Hana Mar 10 Sep - 20:54



"Titre,,



Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla


Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla


Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla


Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla


Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla


Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla Bla


« Parole Autre»


« Parole »


Bla Bla Bla














Codage fait par Eddie !
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
Pirate légendaire
Pirate légendaire
avatar
Messages : 274
MessageSujet: Re: Test de Hana Mar 1 Oct - 22:45


Les prémices d'un changement !



Le Nouveau Monde, la deuxième partie de Grand Line, la mer ultime, celui qui la domptera sera élu Roi des Pirates. Dans l'histoire de ce monde, seul deux capitaines pirates y étaient parvenus, deux légendes, les capitaines Monkey D. Luffy et Gol D. Roger. La dernière île se nommait Rough Tell, les rumeurs disaient que le One Piece s'y trouvait et qu'elle abritait la Vraie Histoire, racontant ce qui s'était passé pendant le fameux siècle perdu. Pour accéder a la deuxième partie de Grand Line, deux possibilités : passer par Marie-Joie, les terres saintes, où le Gouvernement Mondial s'était établi ; ou alors passer par les profondeurs et l'île des Hommes-Poissons. Ce chemin était emprunté par les pirates, car passer par Marie-Joie était au delà de la folie ou de l'idiotie. Ces mers étaient aussi les terrains de jeu des Yonkous. Cependant, depuis quelques années, la marine bloquait le chemin aux Empereurs, à force de ruses. Toute communication était bloquée, les empereurs ne pouvaient rien faire à part attendre une occasion et cette occasion allait très vite se présenter.

Sur les plages de l'île de Foodvalten une centaine de personnes travaillait d'arrache-pied, ces hommes transportaient des provisions dans deux bateaux. Pendant qu'ils travaillaient, il y avait quatre personnes assises sur un rocher à regarder la main d'oeuvre faire son boulot, un homme s'approcha d'eux en marchant rapidement puis il s'arrêta, mit sa main sur ses genoux et courba l'échine afin de montrer du respect envers les personnes à qui il s'adressait « Satori-Sama, nous avons finis le recouvrement cette nuit et il ne nous reste plus qu'à charger les provisions. Cela devrait prendre encore une heure maximum. Vous pouvez déjà vous préparer. » La personne à qui il s'adressait était Satori, plus exactement Satori Sanejima, le fils et le second de l'équipage de Sanejima Shi, la personne que beaucoup considéraient comme le plus fort du moment. Il était mousse dans l'équipage de Barbe Noire et idolâtrait son capitaine, il connaissait tout ses territoires et quand il devint Yonkou, il récupéra tout les territoires de son ancien capitaine.

Satori se leva et se dirigea vers un rocher plus haut, d'environ quinze mètre, il monta à une vitesse folle avec l'agilité d'un singe puis arriva rapidement au sommet du roc. Shi était assit et regardait l'horizon, peut-être était-il nostalgique, va savoir. Son fils arriva derrière lui « Père, nous serons prêt à embarquer dans une heure. Nous avons aussi localisé la Yonkou Aiko, notre plan va pouvoir entrer en exécution. Les navire de guerres qui nous bloquaient le chemin ne seront plus un soucis, Wang est déjà prêt, il va enfin pouvoir se déchaîner, il faut dire qu'il attendait ce moment depuis longtemps, nous avons aussi mis sur le coup les frères Zang, à eux trois ils peuvent le faire. » Sanejima Shi se leva et se retourna, il esquissa un petit sourire « Les frères Zang hein... Nos chiens d'attaque... et Wang ton petit frère... Ils vont le faire, ais confiance ! Maintenant allons dans le bateau nous allons partir, dis au cuisinier que j'ai bien envie de manger et boire du lait. » Shi se leva, sauta du rocher et atterrit en douceur, dans l'atterrissage il lâcha un pet qui souleva lentement la poussière et comme si de rien n'était il se dirigea vers le bateau les mains derrière le dos dans une démarche nonchalante.

L'heure du départ était maintenant arrivé, il y avait un bateau enduit d'une protection spéciale qu'on appel le « revêtement » et un autre bateau « normal », Shi monta dans celui qui était enduit avec son fils, le second de l'équipage et seulement une dizaine de personnes, le reste monta dans l'autre bateau. Le navire où se trouvait Shi leva l'ancre et se mit à plonger sous l'eau tandis que l'autre partit en direction du nord. Maintenant changeons de lieu, nous nous retrouvons en pleine mer, elle était calme et paisible, le soleil brillait et éclairait l'eau turquoise de cette mer. Un bateau se trouvait en plein milieu, a son bord des femmes par dizaines et quelques hommes qui doivent être heureux d'être là. On pouvait savoir a qui appartenait se navire quand on regardait le pavillon, le navire appartient à la belle et sexy Yonkou Aiko, Chizue Aiko.

La Yonkou était dans sa chambre et vaquait à ses occupations, sur le point il y avait de l'animation, sûrement une petite fêtes improvisé, du rhum et de la nourriture à gogo, la musique et la bonne ambiance mais, un imprévu arriva, un bateau sortit des profondeurs de la mer pour remonter à la surface, les personnes sur le pont furent surprises et ne comprirent pas ce qui se passait sur le moment. Dès qu'ils virent que le bateau appartenait à Sanejima Shi ils crièrent tous en se mettant en position d'attaque en pensant que le Yonkou attaquait par surprise. Shi sauta sur le bateau d'Aiko et resta debout sur la proue, il regarda tout le monde de haut, en pensant que ces gens n'étaient que de vulgaires insectes, qu'il pourrait les écraser facilement, d'un ton hautain il demanda à voir Chizue Aiko tout en avançant mais, personne ne bougea d'un centimètre, Shi s'avança encore lentement les mains dans le dos et répéta qu'il voulait voir la Yonkou Chizue Aiko, il leva sa main puis fit le décompte avec ses doigts. 3... 2 … 1 au moment où il allait refermer son poing, Akio sortit de sa cabine pour venir sur le pont, elle regarda à gauche et droite tout en demandant ce qu'il se passait, Shi avança lentement vers elle, il la regarda dans les yeux puis baissa légèrement la tête et lâcha un petit sourire, puis commença a tourner au tour d'elle tel un animal qui observe sa proie puis quand il se retrouva derrière elle, il mit ses mains sur les fesses de la Yonkou et malaxa, cette dernière se retourna et tenta de mettre un coup de pied en criant mais, Shi esquiva en sautant et atterrit derrière, Aiko se retourna et mit un coup de poing que son adversaire bloqua net avec son avant-bras

Sanejima Shi
Chizue Aiko


« Si j'étais encore vivant j'aurais eu l'avant-bras en miettes... Quel puissance mais, il te manque encore de la technique jeune fille » 

« Tu crois toucher quoi vieux pervers ? »

« Une femme forte et sexy, le bonheur de tout homme... Sinon j'aimerais m'entretenir avec toi en privé. »

« Je n'ai rien à cacher à mes sujets parle devant eux. »

« J'ai dis en privé. »
 


Après ces mots Shi utilisa une technique rare, seulement une personnes sur un million la possèdant, le Haoshoku No Haki, communément appelé le Haki Des Rois. Frustré par la réponse de la diva, Shi décida de rendre cette entrevue privé à sa façon, il libéra son Haki des Rois sur tout le bateau, il y avait environ trois cents personnes sur ce navire et seul quatre étaient encore debout. Le poing serré, Aiko était folle de rage, il venait d'anéantir tout son équipage sans bouger d'un millimètre, Shi lui regardait autour de lui d'un air satisfait, en disant que ceux qui était encore debout sont de fabuleux guerrier vu qu'il ne s'était pas retenue, l'entrevue allait enfin pouvoir commencer.


« Voilà cinq années qu'on est bloqués par la marine et le Gouvernement, nous ne pouvons avancer vu qu'il y a cette maudite base qui nous gêne, a moi seul je pourrais y allez et la détruire mais, je risque de perdre beaucoup de membre et ce n'est pas ce que je souhaite. Alors je ne vais pas passer par quatre chemins Aiko, mon équipage et ton équipage attaquons cette base qui est devenue la fierté de la marine dans le nouveau monde et réduisons là en miette. »



« Je t'ai choisit, car je n'avais pas le choix, Jonah est introuvable et sa puissance aurait pu me servir il se cache aussi bien qu'il est puissant et le nouveau je ne le connais pas assez et je ne le fais pas confiance, ne te fais pas d'idée je ne vous fais pas confiance aussi mais, tu est celle pour qui j'ai la plus haute estime et vu que je te connais déjà pas mal je sais que tu ne peux pas refuser. Cette base est spécial, car il y a la marine et le Gouvernement qui Cohabite, il y a des hommes très puissant à l’intérieur. T'en dis quoi ? Envie de continuer l'aventure ou tu veux rester là à dormir toute la journée puis prendre du poids et ressemblé à un morse ? »


Une proposition plus qu'alléchante de la part Shi, une alliance allait peut-être se former entre deux empereur, il ne restait qu'à Aiko de prendre sa décision, allait-elle sauté sur l’occasion et tenter de faire bouger les choses ? Ou Shi devrait rebrousser chemin et élaborer un autre plan ? Quoi qu'il en soit les choses n'était pas de bonne augure pour la marine.



Liens des PNJ présent:

►Nom du PNJ◄
►Nom du PNJ◄

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Test de Hana

Revenir en haut Aller en bas

Test de Hana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Les demandes-