AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Ven 13 Sep - 20:21



One Piece Héritage
Une seule solution,




La fine et douce brise du matin commence à se lever. Le soleil quant à lui, commence à peine à éclairer la mer de ses brillants rayons rosés du matin. Sortant de l’ombre tel un bateau fantôme, le Saro-nara, un petit ferry se dirigeant vers Hiroma elle-même une petite île de West blue, continu sa route dans la lumière nuancer de rose et d’orange du matin. C’est justement ce petit bateau dans lequel notre Joe a pris place. C’était une petite embarcation sans prétention. Deux mats pas très hauts, un phoque et un gouvernail. Il avait, sans compter l’équipage, une petite quinzaine de passager. Joe qui dormait près du hublot fut immédiatement réveiller par la lumière du matin. Bien reposé par sa bonne nuit de sommeil, il se leva et s'habilla. Comme à son habitude, il prit une de ses chemises blanche un pantalon noir et une de ses diverses ceintures. Il prit son chapeau qui l'avait posé la veille sur sa table de chevet, visa sur sa tête et ouvrit la porte de sa cabine. Il s'avança et, à peine avait-il posé le pied dehors que la fine brise matinal s'empara de lui. Comme il faisait frisquet en ce bon matin, Joe tandis la main a l'intérieur de sa cabine et saisit sa veste accroché juste à droite de la porte sur le porte manteau. Il l'enfila et sortit de sa chambre qu'il referma à clé. L'aire frais du matin bien que très frais lui était très agréable. Il s'avança sur le pont du bateau jusqu'à la proie et regarda attentivement l’horizon. Il avait hâte d'arriver. L'enfermement dû à la petitesse des cabines lui devenait insupportable.

Il n’eut pas à attendre très longtemps avant d’apercevoir la terre. Comme l’avait prédit le capitaine du bateau, il arrivait au lever du jour. C’était une aubaine pour Joe, grâce à cela il allait pouvoir commencer ses recherches. Il faut dire que l’île sur laquelle il se dirigeait actuellement était un peu un hasard. ~c’était-il à trois jours de cela. D-Joe s’amusait à plumait des gens au poker quand un homme se pointa, à son tour il se fit plumait et comme il n’avait plus d’argent il proposa une place dans le prochain ferry pour Hiroma. Joe qui avait depuis quelques temps l’intention de bouger accepta l’offre et c’est de cette manière qu’il se retrouve la aujourd’hui.~ Le jeune homme ne savait pas grand-chose de l’île d’Hiroma si ce n’est pas rien du tout. Il en avait peut-être déjà entendu parler mais sans plus. Le temps que le bateau arrive au port, le soleil était déjà monté assez haut et Joe fut très surpris de voir une telle agitation. Tout ce mouvement de foule lui rappelait légèrement son île natale. L’activité qu’il y régnait ressemblai comme deux goûte à celle présente sur les marcher de son enfance. Mais ne nous attardons pas sur ce genre de détail. Le plus important, étant nouveau arrivé sur l’île est de se loger. Il marcha donc en direction de la ville à la recherche d’une taverne ou d’une auberge. Il ne mit pas très longtemps à en trouver. Comme le nom sur l’enseigne lui plaisait, il décida d’entrer. Comme il s’en douté, il n’y avait personne à cette heure. Sans perdre plus de temps il se dirigea vers l’aubergiste.

Bonjour monsieur j’peux vous aider ?

Ouai, j’voudrai une chambre, le moins chère que vous avez sa m’ira très bien.

A, je dois bien avoir, permettez que je regarde un instant

Allez-y faite.

A ceci devrait vous convenir, elle est à vous pour 50Berry la nuit. C’est pour combien de temps ?

Pour 10 jours, je verrai après

D’accord très bien il faut payer la moitié d’avance et la chambre est à vous. Si vous voulez bien signer le registre.

200 de mieux et on oublie le registre ?

Très bien M smith troisième étage première à droite.

Joe sortit les 550 Berry de sa poche et s’en alla vers sa chambre. En ouvrant la porte il comprit tout de suite pourquoi le prix était aussi bas. La chambre était à peine plus grande que la cabine qu’il avait sur le ferry. La seule différence était l’armoire et le bureau intégré dedans. La déco était très basique, un plancher brute, des murs de bois non peint et une fenêtre au fond. Mais ceci suffisait amplement à satisfaire notre bon vieux Joe. Il posa son sac sur le bureau et s’allongea un instant sur le lit. Mais il n’avait pas le temps de reposé, il devait partir à la recherche de la fameuse organisation qui se font appelé les révolutionnaire, il devait les rejoindre, les aider. Grace à eu il pourrait se venger, venger ses compagnon lâchement assassiner. Il redescendit donc de sa chambre et commanda un petit déjeuner au bar man. Toujours seul dans la taverne, Joe ingurgita rapidement son bol de lait ainsi que ses œufs et sorti de l’auberge. Il fut à peine sortit que l’église du coin sonna 10h. joe ne pensa pas qu’il était déjà si tard malgré le soleil qui se trouvait déjà bien haut. Joe commença par errer dans la ville, faisant attention à la moindre discussion qui l’entouré inspectant chaque mais rien. Il ne mangea pas à midi et continua ses recherches mais absolument rien. Le vide absolu, le néant. Pas une bride de conversation qu’il avait pu intercepter ne s’apparenté à un quelconque mouvement révolutionnaire ou à une organisation. Désespérer, il s’en retourna à la taverne à laquelle il avait loué sa chambre.

Il fut très étonné de voir que cette fois si, le hall était rempli. Il s’assit au bar et commanda un verre de whisky. Pour passer l temps, joe se enleva son chapeau, prit le jeu de carte qui se trouver à l’intérieur et se mit à exécuter des passe de carte complexe grâce à son pouvoir. Il continua d’écouter les conversations d’une oreille discrète quand trois marines claquèrent les portes d’entrée. Les trois gaillards s’installèrent à coté de joe qui gêné par leur présence rangea les cartes à leur place. Il continua de boire sa boisson tandis que les trois hommes bavardé. Ils semblaient être de la taverne vue comment le patron leur parlait. Joe se concentra sur leur conversation et il ne fut pas déçu du résultat. D’après eux, un émissaire du gouvernement devrait bientôt arrivé à l’avant-poste. Joe fut étonné d’apprendre qu’il y avait une base e la marine sur une le aussi petite mais l’information principal était l’arrivait imminente d’un membre du gouvernement. Joe en salivé d’avance. Dans sa tête c’était très clair, le capturé le faire parler et ensuite le tuer, pour la forme.


One Piece Héritage
C'est la révolution


Revenir en haut Aller en bas
Ryuketsu Kamui
Agent Novice
Agent Novice
avatar
Age : 23
Messages : 726
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Dim 15 Sep - 9:51






     Mission d'espionnage !    





 Pour ma part, ce rp se déroule, cinq mois plutôt …


Alors que je dormais tranquillement dans ma chambre, un agent du gouvernement frappait à la porte et me faisait savoir que j’étais convoqué par le « maître ». Le maître était l’homme qui dirigeait la base de Marina Bay, cette base ultra secrète du gouvernement, non répertorié sur la carte. C’est ici que je suis devenu un homme et c’est ici que le maître m’avait enseigné beaucoup de choses sur ce bas monde. On avait beaucoup de point en communs, c’est pourquoi je respectais beaucoup cet homme. C’est rare de me voir respecté quelqu’un, donc vous comprenez à quel point, il est important ? Enfin bref ! Normalement j’aurais frappé celui qui m’a réveillé et j’aurais continué à dormir, sauf que là c’était le maître qui m’appelait, je ne pouvais l’ignorer. Malgré mon niveau et mon rang, il me faisait confiance et surtout il était le seul homme qui arrivait à prédire ce que je ferais dans un futur proche.

Je me levais donc de mon lit, je rentrais dans la douche afin de prendre une bonne douche. Puis dans la cuisine, je me préparais une bonne tasse de café, je m’installais sur le balcon et je décidais de boire tranquillement ma tasse de café. La ponctualité n’était pas vraiment mon truc et le maître le savait très bien ! Une fois que ma tasse était vide, je décidais de m’habiller : une chemise noire à manche longue, un pantalon noir, des sandales noires, mon bandeau frontal sur la tête et enfin pour couronner le tout, ma veste noire avec des nuages rouges. J’ouvrais mon terroir et je prenais le paquet de médicament de tête au cas où je devrais affronter quelqu’un. Je sortais de ma chambre puis je fermais celui-ci à clef … Je longeais le long couloir de la base de Marina, je tournais à gauche, puis je montais l’escalier afin d’être dehors.

A Marina Bay, les chambres se trouvaient au premier sous-sol et les laboratoires au troisième sous-sol. Les bureaux se trouvaient au premier étage. Une fois dehors, j’apercevais le soleil qui illuminait la base, je lançais mon regard dans le ciel et soudain beaucoup d’images se défilaient sous mes yeux. Comme vous devez vous en douter, rien de bons, que des mauvais souvenirs, malheureusement. Mais bon, maintenant que j’étais quelqu’un d’obscur, ces images ne pouvaient pas changer mes sentiments, contrairement à autrefois. Bref après cinq minutes de marche, j’arrivais au bureau ovale, le bureau du Maître et ses conseillers. Je m’installais sur la chaise sans dire un mot, tous les regards se pointaient sur moi, ça ne fait rien … :



    « Z ! Tu es en retard ! Enfin bref ça ne fait rien … Tu te rappelles hier soir, tu m’avais dit que tu t’ennuyais, là j’ai besoin de toi pour une petite mission. » Disait-il sourire aux lèvres …  « Tu dois te rendre sur une île voisine, depuis ces trois derniers jours, j’entends des rumeurs sur une organisation révolutionnaire. J’aimerais que tu récoltes des informations et par la même occasion, tu vas diriger la base pendant les cinq prochains jours. La base appartient à la marine, donc ça sera ta couverture, personnes ne doit savoir que tu es à la recherche de ce fameux mouvement révolutionnaire. A part le bateau qui va te conduire sur l’île, tu n’auras pas d’autre aide de ma part. » Achevais –t-il sur un air sérieux


Des révolutionnaires ? Hum …  C’est avec plaisir que j’allais accepter cette mission, un peu d’espionnage ne me ferait pas de mal. Par contre, l’idée de diriger une base de la marine ne plaisait pas tant que ça, je n’aimais pas être mélangé avec ces sous-merdes. Le plus choquant dans tout ça ce que mon grade était bien trop bas pour pouvoir diriger une base de la marine, je ne disais pas que j’en avais pas la capacité. Peut-être que c’était un test, ça ne m’étonnerait pas venant de lui. Je me levais de ma chaise, je prenais les dossiers sur la mission qui se trouvait devant moi, puis je lui adressais la parole en disant :



    « Je ne sais pas à quoi vous jouer, mais attention, mettre un débutant au commande d’une base de la marine, j’espère pour vous que personne n’en saura rien. Mise à part cette remarque, je n’ai pas grand-chose à dire, à part vous remercier pour la confiance que vous m’accorder. » Disais-je sur un  ton calme et comme d’habitude un air impassible.


Je quittais le bureau ovale et je me dirigeais vers le port de la base de Marina. Une fois arrivé, je montais sur le navire gouvernemental qui m’attendait et j’ordonnais au navigateur de lever l’ancre. Pendant le trajet, j’étudiais profondément les dossiers, par la même occasion, j’essayais de mettre en place une petite stratégie pour berner les marines. J’aurais bien voulu utiliser l’illusion, mais ça allait être difficile de le faire sur tous les marines. Bref ! Quelques heures plus tard, nous arrivions à la destination, à ma plus grande surprise, l’île était toute petite, je comprenais mieux la décision du maître. Le dirigeant de la base de l’île devait sûrement avoir le même grade que moi. Bref ! Accompagné de quatre soldats du gouvernement, je décidais d’aller prendre une bonne tasse de café avant de commencer sérieusement la mission. Les soldats prenaient leurs boulot trop aux sérieux, il dégageait toute personne se trouvant devant nous, une fois à l’intérieur du meilleur bar de la ville, ils pointaient leurs armes sur chaque personne se trouvant à l’intérieur, l’un des soldats prenait la parole :


    « Veuillez dégagez d’ici ! Le gouvernement a besoin de cette taverne pour les dix prochaines minutes. »


Les gens fuyaient rapidement afin d quitter la taverne, à ma plus grande surprise, une personne restait toujours à l’intérieur, bien trop calme à mon goût. J’esquissais un léger sourire sans pour autant le montrer aux autres. Je m’en foutais de ce que faisait les soldats, ce n’était pas un ordre venant de moi, donc j’espère qu’ils assumeront les conséquences de leurs actes. Je parlais au barman en lui demandant de me servir une tasse de café et je lui disais que j’étais un agent du gouvernement qui allait diriger l’île pendant cinq jours. J’utilisais ma fameuse technique d’illusion « Mode corbeau ». Je créais une illusion de moi-même qui s’installait non loin de l’homme étrange, pendant ce temps, je me mettais au fond de la salle observant ce qui allait se passer.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepieceheritage.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Dim 15 Sep - 10:55



One Piece Héritage
Une seule solution




La bande de marine était parti depuis seulement quelques minutes quand un autre groupe fit bruyamment irruption dans l’auberge. « Veuillez dégagez d’ici ! Le gouvernement a besoin de cette taverne pour les dix prochaines minutes. » Hurla l’un des hommes. Sur ces mots quatre des mecs qui venait d’entrée se mirent à pointer de leur fusil les personnes déjà présentes dans la taverne. Tout le monde pris la fuite surement apeuré par ce que pourrait faire c’est présumé membre du gouvernement. Joe ne bougea pas d’un cil, il ne prit même pas la peine de regarder les arrivant et continua de boire son whisky tranquillement. En même temps, il ne pouvait pas rêver mieux, il n’avait même plus besoin de le chercher, l’émissaire du gouvernement venait de se livrer à lui. Le seul problème qui rester était les gardes. Un seul problème resté, ces quatre chient enragé qui était autour de lui. Avant même que les quatre hommes s’énervent du faite que Joe avait ignoré leurs remarques celui du milieu s’installa à côté de lui. Il était habillé d’une cape noire avec des espèces de nuage rouge et d’un bandeau. Je ne pouvais pas s’occuper e lui immédiatement. Alors pour ne pas risquer de s’énerver, il se leva, revissa correctement son chapeau sur sa tête et parti en direction des escaliers. Grace à son pouvoir il repoussa lentement la bouteille de whisky qu’il avait acheté vers l’inconue.

Tenait, je vous l’offre.

Sur ces mots il commença à monter les escaliers. Joe s’étonna lui-même. Il avait réussi à garder son calme avec la présence à côté de lui d’un membre du gouvernement. Son coté rationnelle l’avait emporté sur ses pulsions et il s’était rendu compte qu’engager le combat contre un adversaire dont on ignore tout et de plus en infériorité numérique était tout simplement du suicide. Arrivait au premier étage, Joe se cacha derrière un mur il regarda rapidement si il n’était pas suivit. Comme se n’était pas le cas il se dépêcha d’atteindre la fenêtre à l’autre bout du couloir et l’utilisa comme porte de sortie. Il sauta et se retrouva derrière l’auberge. Il fit le tour pour se retrouver au coin de la ruelle et de la rue principal pour observer discrètement la porte d’entrée de la taverne. Il attendit que le garde lui tourne le dos pour partir. Joe avait dans l’idée de tendre une embuscade au petit groupe. Il s’en allat donc vers l’endroit le plus probable ou il risquait de se dirigeait : la base de la marine. En chemin, Joe prit la peine de réfléchir un peu. Il s’interrogea notamment sur la présence d’un membre du gouvernement sur cette petite île. Il ne mit pas trop de temps à comprendre qu’il s’agissait des mêmes raisons que lui, les rumeurs sur une potentielle organisation Révolutionnaire dans le coin. Joe allait donc se servir de se nouvelle arrivant. Si son hypothèse était juste, il allait se mettre à la recherche de cette organisation et Joe n’aurai cas le suivre pour mettre la main sur eux. Joe fut soudain stoppé dans ces pensé quand on l’interpela. Il se retourna mais dans la nuit noir il n’arriva pas à voir de qu’il il s’agissait.

D-Joe ? D-joe c’est toi ? j’y crois pas Quesque tu fous la ? Allez vient je te paye un verre.

Joe suivit  l’étranger sur quelques centaine pour arrivait enfin à un bar. Ce n’était pas la belle auberge de toute à l’heure. C’était un bar miteux dans lequel trainer une petite bande de racaille. L’homme qui l’avait interpellé ouvrit la porte et s’écria «  et les gars regarda qui nous rend visite ! C’est D-joe, le chef des Loups blanc » sur ses mots toute la salle fut en extase et se leva pour venir le saluer.


One Piece Héritage
C'est la révolution




Dernière édition par Joe Decken le Mer 25 Sep - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryuketsu Kamui
Agent Novice
Agent Novice
avatar
Age : 23
Messages : 726
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Mer 18 Sep - 17:58






     Je veux tout contrôlé !    





 Pour ma part, ce rp se déroule, cinq mois plutôt …


Pourquoi s’agiter pour si peu ? Les soldats du gouvernement ressemblaient beaucoup à ceux de la marine. La seule chose qui le séparait, c’est que ceux du gouvernement étaient plutôt impassible et sans cœur. Quoi qu’il en soit, je n’en voulais de ces soldats, mais malheureusement je n’étais qu’un débutant et donc j’allais devoir faire avec. Quand je monterais en grade, je choisirais mes hommes et c’est moi qui le formerais. Je n’en veux pas des gens qui s’agitent pour rien et qui menacent les faibles pour pas grand-chose. Etant au fond de la salle, j’observais tous les gestes de ces soldats agité et par la même occasion cet homme mystérieux qui décidait de ne pas bouger, malgré l’ordre donner par les soldats du gouvernement. Ma mission était d’en savoir plus sur les révolutionnaires et celui-ci avait le comportement d’un révolutionnaire.

je sais reconnaître un révolutionnaire, car moi-même je l’ai été pendant mon enfance et j’ai grandi avec ces genres de personnages. Calme et mystérieux ! Donc cet homme allait sûrement m’être utile, je ne dois pas le perdre de vue. A ma plus grande surprise, il se relevait de sa chaise et comme par magie, d’un geste avec son doigt il posait une bouteille de vin devant mon illusion en disant qu’il me l’offrait. Que c’est gentil de sa part ! Rapidement, il décidait de quitter la taverne, il y avait beaucoup de soldats et donc je le perdais rapidement de vue. Hum … Si c’est un révolutionnaire, je le croiserais, j’en suis persuadé ! Pour le moment je dois profiter de ce petit moment de calme pour boire ma tasse de café et ensuite aller prendre la commande de la base, comme le maître me l’a ordonné.

J’annulais ma technique d’illusion, je finissais ma tasse de café et je me levais de ma chaise ordonnant les soldats de me suivre à la base de la marine. On quittait la taverne et on marchait environ dix minutes avant d’arriver à la destination. Une fois devant la base, j’ordonnais aux soldats de rester dehors et de faire la mission « top secret » dont je leurs avais confié. Ça consistait à faire de l’espionnage avant d’en prendre plus sur cette fameuse organisation révolutionnaire qui commence à faire peur au Maître. Pendant ce temps, je dois signer quelques paperasses et dire aux marines que je prends les commandes pour les trois prochains jours … Une fois à l’intérieur, je signais le papier qui disait que si quelque chose arrivait à la base ou aux soldats, je serais le seul responsable. Une fois fait, je rentrais dans la pièce de fond et je m’installais sur ma chaise avant de m’adresser aux petits soldats qui allaient participer à la réunion. En quelque sorte, c’est un briefing …



    « Bonjour, je me nomme Z, vous pouvez m’appeler Zeto. Vos noms, je ne veux pas le connaître, c’est sans importance pour moi, vos grades, je m’en fiche complètement. La seule chose qui m’importe, c’est que vous faites ce que je vous dis pendant ces trois jours. » Disais-je sur un ton grave et un air très sérieux. Je reprenais ensuite : « Je veux que l’un d’entre vous m’apporte tous les dossiers évoquant des révolutionnaires. Une autre personne devrait prendre une unité de soldat et enquêter au sein de l’île afin de savoir s’il y a des révolutionnaires qui se cachent quelque part. Et pour finir, je veux qu’une personne m’apporte une tasse de café bien amer afin que mon cerveau puisse être au top. »


C’est la première fois que je donnais des ordres aussi importants et en plus de ça, je venais de faire tout le contraire de ce que le Maître m’avait ordonné. Comme je vous l’avais dit, ce n’était pas trop mon genre d’obéir à doigt et à l’œil. Ma stratégie était bien réfléchie, il fallait faire peur au révolutionnaire et c’est ce que j’étais en train de faire. Deux options s’offrait à eux, fuir et attirer notre attention, ou alors s’attaquer aux homes qui sont à leurs recherches afin de pouvoir se cacher, dans tous les cas, ils allaient attirer notre attention. Je ne pense pas qu’ils soient fou, mais il y a une troisième option que je préférais écarter pour le moment : s’attaquer à la base de la marine, c’est qui reviendrait à dire qu’ils nous affronteraient face à face. La dernière option qui semblait très improbable était celle que je préférais le plus. Quoi qu’il en soit, je ne me voyais pas perdre face à ces pathétiques révolutionnaires, c’est la première fois que j’étais aux commandes d’une base, certes une petite base, mais ce n’était pas rien. Donc il était hors de question d’échouer, décevoir ceux qui me font confiance n’étaient pas vraiment mon truc. Enfin bref ! On dirait que mon message a été bien reçu, je me levais afin d’aller voir les soldats qui surveillait l’entrée de la grande porte. Une fois arrivée, je remarquais qu’ils étaient un peu distraits et ne faisaient pas sérieusement leurs travaux :



    « Z-Sama, vous connaissez  l’histoire de Jurchonne ? » Disait l’un de soldat en m’adressant la parole.


Non, mais il se foutait de ma gueule ou quoi ? Est-ce le moment de parler de l’histoire d’une cochonne ou je ne sais quoi ? D’un regard noir, je remettais le soldat en place, puis je lui adressais la parole en lui faisant comprendre que nous n’étions pas à l’académie de la marine :



    « Si tu veux jouer, tu peux encore y retourner à l’académie. La prochaine fois que tu oses me parler comme si j’étais ton ami, entraînera ta mort ! Ais-je bien été clair ? »  



Les marines, y’en avait pas un pour rattraper l’autre ! Il prenait mes menaces aux sérieux et il décidait de se concentrer sur son boulot. Ses amis également, leurs missions étaient de bien surveillé la base et me dire s’il y a la moindre chose anormal. Je suis responsable de tout ce qui arrivera pendant ces trois prochaines jours, donc j’espère je veux pouvoir tout contrôlé afin de ne pas faire d’erreur pour ma première mission important.  





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepieceheritage.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Jeu 19 Sep - 17:11



One Piece Héritage
Une seul solution





Une foi l'extase passée, tout le monde se rassit et reprit ses discussions. Joe suivit l'homme jusqu'au bar et entama la conversation :

Comment sais-tu qui je suis ?

Bas, s'te question, tout le monde te connais dans notre milieu, au faite, je m'appelle Taï.

Dans ton milieu ? Mais de quoi tu parles ? Et ou somme-nous exactement ?

Chez les révolutionnaire, et pour répondre à ta deuxième question, suis moi.

Sur ce Taï pris les devants et conduisit Joe jusque dans une chambre. Ils entrèrent tous les deux et Taï se dirigea vers l’armoire. Il l'ouvrit et tapa deux fois dans le fond de celle-ci. À la plus grande surprise de Joe, celle-ci s'ouvrit sur un escalier. Ils descendirent et se retrouvèrent dans un espèce de bunker souterrain. « Bienvenu en terre libre mon amis !! S’écria Taï juste après avoir refermé la porte secrète. T'es ici chez toi, je te présente le première avant-poste Révolutionnaire de tout West Blue. » Joe fut d'abord très étonné puis l’étonnement se transforma en joie. Il avait enfin mit la main sur la Révolution, ou plutôt la révolution l'avait enfin trouvé. Joe poursuivit la conversation en demandant comment cela ce faisait-il que les révolutionnaires est autant entendue parlé de lui. Taï lui expliqua alors que l'activité des Loups-blanc était parvenue jusqu'à leur oreille et que le jeune chef de cette petite bande était plein de ressource. Sur ce il avait décidé dans savoir plus sur lui. Le jeune homme lui expliqua aussi que du jour au lendemain, il n'avait plus eu de nouvelle sur les activité de D-Joe et sa bande. Et la dessus il enchaîna que quand il avait appris que la disparition des Loups-blanc était l’œuvre du gouvernement mondial il avait décidé de te recruter mais que le fameux D-joe rester introuvable.

T'a popularité est au plus haut chez nous mais qu’est ce qui t’amène sur notre île ?

A vrai dire, il s'agit du hasard, j'ai joué au carte contre un capitaine de navire et comme il n'avait pas assez d'argent pour me payer sa dette, il ma permis de voyager gratuitement à son bord. Mais tout à l'heure, j'ai appris quelques chose d'intéressant. *s'assaillant à une table en face de Taï* un membre du gouvernement à était nommé au commande de la base marine de cette île pour trois jour. Comme tu dois t'en douter je recherche des infos sur celui qui à massacré mais amis. Je pense que cette agent du gouvernement peut m'en fournir et de plus, tuer un agent du gouvernement ne pourra être que du bonheur pour moi.

Tout un programme dis donc, mais si ce que tu dit est vrai, pourquoi un agent viendrait sur cette petite île ?

Je pense que la raison est toute simple, vous. Il doivent recherché les cellule révolutionnaire pour les détruire et cette homme doit certainement être là pour cette raison. Cependant je n'ai pas de plan mais j'ai un avantage, je sais à quoi il ressemble.

Après une longue discussion on Joe prit le temps de d'écrire à son nouvelle ami l’agent du gouvernement, les deux hommes remontèrent dans le Hall du bar. Tout le monde dormait, affalé sur leur chaise ou par terre avec pour certain encore la bière à la main. Joe se rendit compte que le soleil commencer à se pointer. Comme il était dans le sous terrain depuis la veille au soir, il ne s'était pas rendu compte que le temps avait passer aussi vite. Taï monta sur le bar et se mit à hurler pour réveiller tout le monde. De surprise, tous ceux en position d’équilibre tombèrent. Mais malgré leur apparence pitoyable, il furent tous debout en moins de 5 minute. Joe avait conclu un accord avec Taï qui était en réalité le chef de cette petite base révolutionnaire. Joe devait les aider à attaquer la base de la marine en s'occupant de cette vermine d'agent du gouvernement. De cette façon tout le monde serrait content. Vous me dirait sans doute pourquoi les révolutionnaire n'attaque que maintenant alors qu'avant il n'y avait pas le problème du gouvernement, et bien la raison et simple, c'est qu'avant les marine ne les rechercher pas. À ce jour si l’émissaire du gouvernement présent sur l'île pour les raison que soupçonner Joe, l'avant-poste est menacé et il faut donc agir au plus vite.

Taï expliqua en vitesse la situation à ses partisans. Joe fit rapidement le tour de la salle et compta une petite trentaine de tête. Les révolutionnaire n'étais donc pas avantager par le nombre ni par la position qu'il occuperait pendant la bataille pendant que le chef de la base s'occupait de préparer les troupes et de mettre en place un plan d'action, Joe retourna à la taverne à laquelle il avait loué une chambre. En chemin il croisa des escouades de marines plus actives qu'a l'habitude. En marchant prés d'elles, Joe se rendu compte que ses crainte était fondé et qu'il était effectivement à la recherche des révolutionnaire. Comme il s'était fait remarquer la veille par des garde du gouvernement il décida de renoncer à récupérer ses affaire mais d'aller plutôt tourner autour de la base de la marine. Il fut à destination en moins d'une demi-heure. Évidement il ne s'approcha pas trop de la base mais resta à bonne distance histoire s’apprécie au mieux la sécurité de celle-ci. La base était vraiment petite et elle ne devait pas contenir beaucoup d'homme, le seul problème résidé dans leur armement, il avait cinq sur les murailles et peut être d'autre encore caché. Le bon état et le nombre suffisant de leur fusils ne faisait aucun doute non plus. Se sentant tomber de fatigue, Joe décida de rentrer malgré les risques dans sa chambre. L'auberge n'était pas pleine lorsqu'il arriva mais il y avait une bonne peuplade. Il monta les trois étage pour se retrouver devant, il entra referma la porte derrière lui et s'endormie.

Vers 20h, il fut réveillé par un homme qui tambourinait à sa porte. En ouvrant il fut très surpris de voir l'un des rebelles. Celui-ci l'informa qu'il était demandé par Taï. Joe descendit donc et fut surpris de retrouvé son amie dans le hall. Il s'assit avec lui autour d'une table de poker et le suivit lorsque se dernier lança la partie. Joe ne pouvait se résoudre à refuser une partie de carte même pour du blanc et sans argent mis en jeu. Ce qu'avait à annoncer Taï n'était pas de la meilleur nouvelle, il disait que seulement 60% de ses hommes était armé et quand il disait armé il parlait que chacun avait une arme. Que se soit fusil, pistolet ou sabre, aussi la poudre et les balle leur faisait défaut. Dans ces condition il leur serait impossible de mené à bien l'attaque. Joe leur parla alors des patrouille qui se multiplier en ville, il leur suffirait alors de tomba en embuscade sur une ou deux escouade pour compléter notre armement. Pour la poudre et les balles par contre il faudrait les volé directement chez la marine. Ou chez un marchand d'arme mais il n'y en avait pas sur cette île. La situation semblait très mal parti pour leur petite insurrection.


One Piece Héritage
C'est la révolution



Dernière édition par Joe Decken le Mer 25 Sep - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryuketsu Kamui
Agent Novice
Agent Novice
avatar
Age : 23
Messages : 726
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Dim 22 Sep - 10:48






     Planification !    





 Pour ma part, ce rp se déroule, cinq mois plutôt …


Pour l’instant tout allait comme je le voulais … Je décidais donc de prendre une petite pause bien mérité. M’installant sur le fauteuil du dirigeant de la base, je buvais tranquillement une tasse de café, attendant impatiemment les rapports des hommes que j’avais envoyé. Deux autres marines étaient autour de la table ronde, ils étaient très silencieux et j’avais comme l’impression qu’il m’en voulait d’être ici. Ce n’est pas de ma faute, c’est le gouvernement qui m’avait envoyé, dirigé un minable base de la marine ce n’était pas vraiment amusant. Malheureusement je devais obéir ! J’obéissais à tous les ordres que je recevais, mais il se pouvait que je modifie certains détails de l’ordre afin d’accomplir ce qu’on me demande à ma façon. Obéir au gouvernement restait la solution la plus simple et la plus rapide pour gravir les échelons et pouvoir enfin accomplir le rêve de mes camarades tués par des pirates. Alors que je continuais de réfléchir tout en buvant ma tasse de café, le marine se trouvant en face de moi m’adressait la parole :


    « Z-Sama, sans vouloir vous manquez de respect, pourquoi le gouvernement à envoyer un agent au lieu d’un officier et pourquoi un agent débutant au lieu d’un agent expérimenter. » Disait-il tout en montrant un air un peu douteux


Pourquoi moi et pas un marine ? Très bonne question ! Une question dont je ne pourrais malheureusement pas lui répondre correctement, nous les agents, nous ne sommes pas autoriser à poser des questions à nos supérieurs sur les ordres de mission contrairement aux marines. Poser une question sur un ordre de mission à un agent de gouvernement, c’est lui manquer de respect et manquer du respect à un agent c’est signer votre mort. Je le regardais d’un air un peu synaptique pour ne pas lui montrer que mon côté démoniaque, puis je rappliquais en essayant de répondre à sa question :



    « C’est au gouvernement que tu dois poser cette question ! Mais d’après ce dont j’ai compris, l’officier pouvant prendre les commandes de la base se trouve un peu loin et il est en chemin, c’est pourquoi, ils sont décidé de me mettre ici. Il aurait pu te prendre à ma place, mais ils ne l’ont pas fait, car ils veulent également me tester. Je n’affirme rien, je fais que de supposer. » Disais-je sur un air un peu sympathique.


Mensonges ! Il avait gobé ce que je lui avais dit, c’est parfait ! Comme quoi les marines sont d’une naïveté … Bref ! Ma tasse de café était vide, je lui demandais gentiment d’aller m’en préparer une autre. Pendant ce temps, je montais au dernier étage de la base et par la fenêtre j’observais tout ce qui se passait sur l’île. Bien évidemment, je ne pouvais pas tout voir, mais j’arrivais tout de même à repérer quelques patrouilles dont j’avais envoyé. Les ruelles semblaient plutôt vide ce que voulait dire que les révolutionnaires étaient caché et allaient sûrement se préparer à fuir. Ou alors, il allait rester caché en attendant que les forces de l’ordre disparaissent. Et comme je l’avais dit précédemment, dans les pires des scénarios, on pourrait voir les révolutionnaires attaquer la base de la marine. Une nouvelle stratégie me venait à l’esprit, je prenais l’escargophone :



    « Unité de gardes, veuillez entrer à l’intérieur de la base et fermer les portes. Unité de patrouille n°1, dirigez-vous vers le nord et restez groupé en attendant mes instructions. Unité de patrouille n°2, prenez l’ouest et encercler les hôtels, capturer toute personne que vous jugerez suspect et amenez le à la base. » Disais-je en m’adressant aux marines. Je sortais mon escargophone du gouvernement et cette fois-ci je m’adressais aux soldats du gouvernement en disant : « Ici Z ! La stratégie est en place, faite ce que je vous ai dit de faire. Ne tuez pas les enfants, mais pour les restes vous avez le feu vert ! »


Qu’est-ce qu’on manigance me diriez-vous ? Bonne question, attendez un peu et vous verrez ! Avec nous le gouvernement, attendez-vous au pire. Nous sommes prêts à tous les sacrifices nécessaires pour en venir à bout de notre objectif. Une chose était sûre, je n’échouerais aujourd’hui et je n’échouerais pas demain. Le jour où j’échouerais sera le jour où je quitterais ce bas monde ! Alors, les révolutionnaires vous voulez toujours continuer à jouer au cache-cache ? Attention, si vous ne sortez pas dans les plus brefs délais, quoique vous verrez, vous serez perdant, vous avez vraiment peu de temps avant que ma stratégie débute. Une fois qu’elle débutera, vous serez perdant et vous serez vu comme les pires des criminels, vous serez alors pourchassez, traitez, discriminez. Ne jouez pas avec la force du gouvernement, ne jouez pas avec nous, notre intelligence dépasse le vôtre, il est temps de vous en rendre compte, il est temps de déposer les armes. Le drapeau blanc ne sera pas accepté, nous vous tuerons quoiqu’il arrive ! Vous êtes des cafards et nous sommes les anti-cafards !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepieceheritage.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Dim 22 Sep - 17:26



One Piece Héritage
Ube seule solution




Contrairement à l’habitude où il n’y avait que cinq ou six soldat de la marine dans les rues, là il y en avait deux escouades complètes. Deux escouade de onze marine prés au combat qui tourné dans toute la ville. Ces escouades allez d’ailleurs jouer un rôle primordial. L’une des escouades se trouvait au nord de la ville, elle était un peu isolée et devenait donc une cible facile. Les rebelles se servirent du réseau de souterrain qu’il avait créé pour sortir au nord-est de la vile. Il était une petite quinzaine. Il avait 6 fusils et 9 pistolets ainsi qu’un nombre de balle suffisant. Joe se joignit à la petite excursion. Le souterrain les faisait sortir dans la forêt, il leur fallait encore contourner la ville sur environ un kilomètre pour atteindre l’emplacement de l’escouade. La ville était en effervescence à cette heure-ci il leur serait facile de tomber sur les marine et de repartir aussi tôt. Au bout de quinze petites minutes de marche à couvert, ils tombèrent sur les soldats. C’est ce moment que choisit Taï pour appliquer toute sa science militaire. Il positionna c’est 4 de ces fusil en couverture. Les deux derniers étant déjà aux fenêtres. Pour s’occuper des marines il fallait la jouer en subtilité donc éviter de les coups de feu à tout va qui risquait d’alarmer les autres soldats. L’assaut devait être rapide et bref. Joe devait entrer le premier en scène.

« Fuwa Shot » sur c’est mots joe se leva et de sa main droite fit comme soulever quelques chose et le lança. Comme pour suivre sa main, une grosse pierre se souleva du sol et parti à toute vitesse en direction des marines. Le rocher frappa trois soldats dans la tête ce qui les fit immédiatement tomber. Tout en avançant, il repartit sur un « Fuwa Shot ». Cette fois ce fut sa main gauche qui bougea et de la même façon que précédemment il projeta un rocher sur la troupe de marine. Ce coup-ci fut moins glorieux que les précédents et il ne toucha qu’un marine. Mais il le mit tout de même hors combat. Les marines qui l’avait repérer du fête qu’il avancer de bout et non pas à couvert pointèrent leur armes en sa direction, qui se préparé à se protéger à l’aide d’une de c’est technique fut très surpris de voir que les rebelles en avait profité pour se glissé près des marines et de sauté sur eux au moment même où ils levèrent leur fusils. Joe avait à lui tout seul fais tomber 4 marines et les 7 qui restait se firent prendre au corps à corps par les rebelles. Le temps que Joe arrive à hauteur du combat, les marines était par tous par terre. La facilité à laquelle il avait réussie à prendre le dessus était facilement explicable par le faites qu’il ne devait s’agir que de jeune soldat pas très compétent. Comme West Blue n’était pas l’océan le plus terrible de la terre les gardes mis en place dessus n’étaient pas les meilleurs.

Avant que la foule ne rende compte de quoi que ce soit, tous les corps des marines furent placé dans un bâtiment abandonné à quelques pas de là. Les rebelles s’assurèrent qu’il était tous réellement mort. Ils en profitèrent pour les dépouillez de toutes leur armes et retournèrent à leur base par le même chemin qu’il avait utilisé pour sortir. Arrivaient à la taverne ils apprirent que le deuxième groupe de rebelle avait réussi à s’occupait de la seconde escouade. Mais pour le second groupe, les choses n’ont pas était aussi belle que pour le premier. Ils se sont fait interpellé en ville par les marines, comme ils ont refusait de se livré et les marines se sont lancés à leur poursuite. Ils les ont emmené dans une ruelle et ont pu les combattre au corps à corps mais une des marines qui avait encore un eu le temps de dégainer sont pistolet et de tirer. La balle traversa tête d’un des rebelles pour se loger dans l’épaule d’un second. Taï s’approcha du cadavre de son compagnon et fit un petit signe de croix avant de lui fermer les yeux. Pour l’imiter Joe retira son chapeau, le posa contre sa poitrine pour lui rendre hommage. Suite à cela, Taï se mit debout sur une table et entama un petit discours.

Les amis, aujourd’hui nous avons perdu un compagnon mais nous avons avancé d’un grand pas vers notre but. Pour honorer la mort de Taki, quoi de mieux que de réaliser sont rêve, demain ce soir, nous nous attaquons à la base de la marine. Nous avons des armes, nous avons le nombre, nous avons la foi et nous avons D-Joe. Ce soir nous feront tomber cette forteresse. A l’intérieur il ne reste qu’une petite trentaine de marine. La victoire sera pour nous. Préparez-vous au combat !!!*Taï redescendit de son estrade et se tourna vers Joe*

Je m’occuperais des canons mais je ne pourrais pas m’occuper des tireurs. Dès que les canon sont aout j’irais ouvrir les portes pour que vous puissiez entrer. Une fois à l’intérieur je ne vous aiderez plus j’irai m’occuper de cette agent du gouvernement.

Pas de problème, sans toi nous aurions même pas su ce qui se passer.

Sur ce, Taï repartit dans le souterrain avec les autres pour se préparer. Cette fois, les scores étaient plus probants. Tout le monde était armé au moins d’une arme à feu et d’un sabre. Et pour ceux qui n’avaient pas de fusil il avait au moins deux pistolets. Le plan de la bataille n’était pas très compliqué. Il fallait couvrir Joe pendant qu’il s’occuper des canons et de la porte puis courir à l’intérieur de la base dès que la porte serait ouverte. Il fallait miser sur l’effet de surprise. Tout le monde fut surpris lorsque les deux den den mushi de la marine se mirent à sonner

Pulup pulup.. pulup pulup.........Pulup pulup.. pulup pulup



One Piece Héritage
c'est la révolution




Dernière édition par Joe Decken le Mer 25 Sep - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryuketsu Kamui
Agent Novice
Agent Novice
avatar
Age : 23
Messages : 726
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Dim 22 Sep - 20:07






     Dommages collatéraux !    





 Pour ma part, ce rp se déroule, cinq mois plutôt …


Pourquoi les soldats du gouvernement n’ont pas reçu la même mission que la marine, c’est-à-dire, chercher et trouver les révolutionnaires ? Très simple ! En ce moment, la révolution commence à être bien vu dans certaines endroits ce qui provoquerait de plus en plus de révolte. C’est une chose que je cherche à éviter sur cette île. Dernièrement, j’avais demandé aux soldats gouvernementaux avec lequel je suis venu de prendre en otage, une vingtaine d’homme et de femmes. Comme vous pouviez vous en doutez, on allait les exécuté et faire porter le chapeau aux révolutionnaires. Je ne tuerais jamais de civil qui ne mérite pas de mourir, mais ceux qu’on allait capturer, malheureusement ça sera leur destin de mourir. Et oui, le destin ! C’est cruel parfois, mais c’est la vie. On va sacrifier ces hommes et femmes pour instaurer la justice, leurs morts ne seraient pas douloureuses, mais bien triste.

Pendant mon enfance, j’avais vécu des choses horribles donc jamais je n’oserais lever la main sur un enfant. Les ordres étaient claires, tuer les hommes et femmes, épargnez les enfants. J’avais ordonné aux soldats de porter des cagoules ainsi que de s’habiller comme des civils afin que le gouvernement n’ouvre pas d’enquête sur les meurtres qu’on allait commettre. Pour réussir une mission, il faut toujours des dommages collatéraux et aujourd’hui, ça allait être ces pauvres personnes capturé par les soldats gouvernementaux dont je compte éliminer après la mission pour ne laisser aucune trace de mes actions.  Comme vous avez entendu, je venais de donner le feu vert ! Je ne raccrochais pas l’escargophone, je voulais que vous entendiez cela. Voilà ! L’extermination avait commencé, les civils furent bombardés par des armes volées par mes soldats. C’est un vrai massacre, je ne pouvais pas le voir, mais rien que d’entendre les cris des victimes avant de rendre l’âme ne me rendait … Non ! Rien, oubliez ! Le chef de l’opération « extermination » m’adressait la parole via l’escargophone :


    « Chef, nous avons exterminé les civils, notre révolution est en marche. Il faut maintenant que l’on se débarrasse de la marine et si possible, nous devons détruire la base de la marine pour prendre le contrôle de l’île, qu’en pensez-vous. »


C’est fascinant n’est-ce pas ? Ces paroles ont été rédigé par moi, il disait cela à travers l’escargophone pour que la marine intercepte la communication. Ainsi c’est la révolution qui porterait le chapeau. Mon escargophone était sécurisé et celui de l’agent qui me parlait n’en était pas et en plus c’était un jetable qu’il achetait avec l’argent que je lui donnais avant d’arriver sur l’île. C’est magnifique tout était en marche. Je rappliquais en répondant à mon interlocuteur :



    « C’est parfait ! Veuillez quitter les lieux au plus vite. »


Ils quittaient les lieux rapidement et quelques minutes plus tard … Devinez qui était sur les lieux ? La marine ! Les troupes de la marine stupéfait par la cruauté commis par les soi-disant révolutionnaires. Il y avait des  nombreuses preuves montrant que c’est des révolutionnaires qui étaient la hauteur de ce génocide. Pendant que les marines rédigeaient leurs rapport sur ce qu’ils voyaient, je reçu un coup de fil d l’autre troupe disant qu’ils s’étaient fait attaquer par des révolutionnaires. Tout se passait comme prévu, c’est magnifique, c’est merveilleux. Les troupes chargées du rapport m’appelaient me disant qu’ils s’étaient également fait attaquer. Exactement comme prévu, je m’en doutais … Les révolutionnaires étaient trop prévisibles, c’est dommage pour eux. Pour le moment, j’ai toujours un temps d’avance sur eux. J’appelais discrètement celui dont j’avais nommé chef des opérations secrètes et je lui demandais de filmer tout ce qui se passait sur les lieux, puis quitter les lieux rapidement.

Voilà qui est fait, allumant la télévision, j’apercevais les révolutionnaires qui défonçaient les soldats de la marine, j’apercevais les trentaines de cadavre sur le sol, c’était vraiment dégueulasse. La fuite était maintenant impossible pour eux, avec ces actions, la marine allait envoyer rapidement des vaisseaux de guerre afin de nous donner un coup de main. Ils ne pourraient plus se cacher, car ils seront directement dénoncés par les civils qui ont vu ces choses horribles à la télévision. Il ne reste plus qu’une solution, foncer dans la gueule du loup. C’est soit ça, soit s’avouer vaincu … Des révolutionnaires qui s’avouent vaincu, c’est très rare de nos jours. Je quittais le bureau afin de sortir dehors … J’ordonnais les soldats qui étaient dans la cours de tirer à mon feu vert ! Cinq canons étaient près de la porte, dès l’ouverture de celui-ci, mes soldats allaient bombarder les opposants. Des snipers sur les murs près à tirer sur tout ce qui bouge. Je montais au-dessus de la porte et j’attendais impatiemment le cerveau du groupe des révolutionnaires, je voulais l’affronter pour voir de quoi il était capable. Mes trentaines de soldats étaient largement suffisant pour en venir à bout des révolutionnaires. Le nombre n’est pas important, le plus important c’est toujours la stratégie, souvenez-vous en !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepieceheritage.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Mer 25 Sep - 18:54



One Piece Héritage
Une seule solution,





Personne n’osa décrocher les combinés. Joe et Taï prirent donc cette initiative. « Avis à toute les unités, fusillade en ville, requiert présence de tous les soldats disponible sur les lieux » les deux compagnons décidèrent de ne pas tenir compte de cela quand soudain ils virent à la télé se qui c’était passée. Une vingtaine de civil venait d’être exécutés. De la femme et des hommes mais pas d’enfant. C’était un véritable carnage, un bain de sang dans laquelle gisait des corps inerte. Six soldat de la marine arrivèrent sur les lieux et sécurisèrent la zone pour empêchait toute personne non autorisé s’approcher. L’officier en charge de la situation s’exclama : d’après les informations récoltées nous avons à faire un groupe de révolutionnaire particulièrement cruelle, ce massacre en est la preuve !!! » sur ces paroles toute la foule qui était venue voir ce qui se passait s’excita, certain demander ce que faisait la marine sensé les protéger, et d’autre plus directe se demander pourquoi le gouvernement ne faisait rien. Les derniers hurler la mort des rebelles quant aux autres, ils pleuraient la mort de leur amis, femme, marie, mort dans le carnage.

A la vue de ces images, toutes les activités de préparatif dans la taverne se stoppa, comment un crime d’une telle cruauté pouvait avoir était commis et comment il s’était retrouvé impliquer la dedans. Personnes ne le sait mais par contre certains. Joe se dit que pour certaine personne présente ici, il y avait des visages familier parmi les victimes. Joe devança Taï et s’exclama : »il n’y a pas de doute à avoir, c’est le gouvernement qui a fait cela, et il veut nous faire porter le chapeau. Mais moi ce que je vois pour le moment c’est que les marines qui sont sur les lieux du crime en ville ne sont pas dans la base, ce qui fait six soldat de moins. C’est le moment, profitons de cela, nous aurons l’avantage. « Suite à c’est mots, un cri unanime se fit entendre dans la salle, tout le monde était d’accord avec Joe. C’était le gouvernement qui était derrière tout cela et personne d’autre. Il fallait le faire payer. Tout le monde s’activa de plus belle, il fallait des minutions pour tout le monde ainsi que de la poudre et des armes. Les meilleurs tireurs eurent le droit à des fusils tandis que les moins bon à deux pistolet.

Pendant ce temps en ville, le peuple commençait à s’exciter contre les soldats. Pour eux, il fallait réagir au plus vite et débusquer ces satanés révolutionnaires, même si ce n’était pas de leur faute, les civils ne le savaient. Joe avait compris qu’au vue de la situation, tenter ce disculpé n’avait aucun intérêt et que ce serait aussi utile que de parler à un mur. Les rebelles se mirent donc en marche vers la base de la marine. Ils furent sur place en 20 minutes. Arrivait devant la base, Taï mis ses homme en position. Six fusils à couvert sur la droite, six à gauche et quatre au centre. Trois groupes de cinq hommes fut formé pour foncer dès que joe aurait ouvert la porte. Le but des fusils était de couvrirent Joe le temps qu’il atteigne la porte. Sur les remparts de la base, les cinq canon était armé et prés à tirer. Trois marine était poster autour de chaque canon. 4 autres faisait la sentinelle sur les remparts. Maintenant que Joe avait repéré les cibles. Il attendit que tout le monde soit prés de son cotés avant d’engager le combat, il fallait qu’il soit sur de lui, si il ne fait qu’une seul erreur cela pourrait signifier sa mort.

Au même moment en ville alors que les marine s’occupait de nettoyer les corps, un home se précipita à travers la foule, força le barrage des marines et regarda l’air désemparer les corps, comme si il recherché quelques chose. Sont regard se stoppa sur le cadavre d’une femme que la marine n’avait pas encore « emballé ». Il s’approcha lentement d’elle. Elle était très belle, les trait de son visage était fin mais on lisait la peur sur son visage figeait. Elle avait une chevelure bondes plutôt longue dont le bout de ses mèches trempées dans le sang. Une fois à sa hauteur l’homme tomba à genoux s’effondra sur elle. L’homme pleura toutes les larmes de son corps, le marine qu’il avait bousculé et qui s’était retourné comme pour le faire dégager avait stoppé tout mouvement devant cette scène. Rien ne sembler pouvoir apaisait le malheur de cet homme. La personne morte devant lui devait sans doute être sa femme. L’homme s’exclama à haute voix, il se plaignait, il gémissait, il demander pourquoi qui à fais ça. Devant se triste spectacle l’officier ne put s’empêcher de suivre les procédures et de demander à l’homme de partir. Avant de s’exécuter, le pauvre homme pris la main de sa défunte compagne et sentit un bout de tissus. Il le prit et le regarda c’était un bout de tissus noir avec un motif brodé dessus, comme ce n’était qu’un bout de tissus on ne voyait pas l’intégralité du motif mais l’homme resta figeait debout comme pour l’analyser. On voyait clairement les trois branches d’une croix avec des ronds au bout de chacune et on pouvait deviner la quatrième branche qui partait. L’homme ne mit pas longtemps à définir de quelle symbole il s’agissait.

Ce n’est pas la rebelle ou autre révolutionnaire. S’exclama t’il tout bas.

Pardon ? L’interrogea l’officier en charge.

CE N’EST PAS LES REVOLUTIONAIRE QUI ONT FAIS CELA, CECI EN EST LA PREUVE !!!!!!!! hurla-t-il en brandissant le bout de tissus.

La foule soudainement silencieuse pour écouter se qu’avait à dire notre chère amis reparti de plus belle. « quoi ? » , « mais c’est le symbole du gouvernement mondial » « ouais on peut très bien le reconnaitre » « c’est un coup monter alors » « la marine est de mèche avec le gouvernement » l’officier tenta de ce justifier devant cette foule en furie mais rien ni fit. La foule força les marine et commencèrent à leur tomber dessus. Les six marines présents sur les lieux ne pouvaient absolument rien faire contre toute une ville en furie. Une fois le sort de ces marines réglé. Les citadin s’armèrent tous de ce qu’il pouvait pour se dirigeait vers la base de la marine ou se trouvait déjà les rebelle. La situation qui s’emblait désespérer pour les révolutionnaires venez de passer du tout au tout. Il se retrouvé maintenant avec toute la ville avec eux.




One Piece Héritage
c’est la révolution


Revenir en haut Aller en bas
Ryuketsu Kamui
Agent Novice
Agent Novice
avatar
Age : 23
Messages : 726
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Ven 27 Sep - 7:47






     Mensonges ! !    





 Pour ma part, ce rp se déroule, cinq mois plutôt …


Tout ne se passait pas comme prévu, un idiot avait oublié de se dévêtir de ses accoutrements du gouvernement et ainsi les civils ont pu trouver un bout de tissue  appartenant au gouvernement. L’idiot qui a failli compromettre mes plans allait payer cette erreur au prix de sa vie. L’essentiel ce que son erreur était facilement corrigeable, ce n’est pas un bout de tissue qui peut dire que le gouvernement ont massacré une vingtaine de personne, ce n’est pas cela qui va faire que les civils soient du côté des révolutionnaires. Comment peuvent-ils une seule seconde douter du gouvernement ? Le gouvernement qui ne fait que les défendre et les nourrir depuis plusieurs décennies. Ceux qui ont cru à ce que c’était le gouvernement qui avait fait cela devraient rapidement s’interroger et essayer de venir à la raison, sinon, ils seront tous considéré comme des révolutionnaires et j’ordonnerais à mes hommes et ceux qui sont en train de venir de les capturer et les enfermés.

On ne doute pas du gouvernement, ceux qui doutent du gouvernement mondial qui ne fait que d’instaurer la paix dans ce monde, seront tous considéré comme des révolutionnaires. La marine n’était pas complice de ce génocide, car c’était mes hommes, ceux avec qui j’ai quitté Marina Bay qui étaient derrière ce génocide. Mais comme vous pouvez le voir, ils ne sont plus sûr place. D’ailleurs en parlant d’eux, le chef des opérations venait devant la base et m’expliquait tout ce qui s’était passé et comme quoi les civils étaient fous de rages. Une guerre civile ? Intéressant, très intéressant ! Le chef des opérations génocide me donnait un escargophone a haute porté et me demandait de faire quelque chose avant que ça tourne en guerre civil. Je lui demandais de ne pas bouger, pendant ce temps, je vais m’adresser à toute la ville :



    « Vous douter du gouvernement mondial ? Vous avez cinq minutes pour arrêter cette folie. Toute personne doutant du gouvernement et s’attaquant aux forces de l’ordre sera considérée comme des révolutionnaires ! Vous serez jeté en prison. Depuis quand le gouvernement exécute des civils ? Avez-vous perdu la tête ? Un bout de tissue vous suffit pour croire que c’est le gouvernement qui est derrière ces horreurs ? Vous ne connaissez pas les révolutionnaires ? Ils sont prêt à tout pour faire porter le chapeau au gouvernement, n’oublier pas que c’est sont des révolutionnaires … Avez-vous déjà oublié l’année meurtrière, ou le gouvernement avait affronté la révolution de Monkey D. Dragon, il y a de cela vingt ans ? Ne soyez pas fou, celui qui as trouvé le bout de tissue et essaye de faire croire que c’est le gouvernement qui est derrière ces horreurs est sûrement un révolutionnaires. Il est temps pour vous d’ouvrir les yeux avant qu’ils ne soient trop tard. Pour tous ceux qui ont perdu un proche, je présente toutes mes condoléances et je vous promets d’éradiquer cette révolution. »


Voilà qui devrait largement suffire ! N’oubliez pas que cette île a toujours été protégée par la marine et donc les habitants feront plus confiance aux paroles venant d’un agent gouvernemental qu’un civil ou un révolutionnaire. J’ordonnais discrètement sur l’autre ligne aux marines de rentrer à la base et de prendre les révolutionnaires qui veulent attaquer la base par derrière. On allait les encercler et les éliminé une bonne fois pour toute. Ce n’était pas tout, je m’adressais de nouveau au civil :



    « J’ai besoin de votre aide, tout ceux qui sont courageux et veulent se débarrasser des révolutionnaires, prenez les armes et venez aider les forces de l’ordre en attendant les renforts. Cette île ne peut tomber entre les mains des révolutionnaires qui massacrent des civils sans scrupule. Eradiquons cette épidémie avant qu’elle ne se propage partout, avant qu’elle ne prenne une grande ampleur. Cette organisation qui s’attaque aujourd’hui à des civils et aux forces de l’ordre regroupe des anciens terroristes appartenant à l’organisation Al Queza de Las Camp. Il est temps pour nous de nous débarrassé de ces terroristes … ! »


Mensonges, mensonges et mensonges ! Après tout, je faisais partie du gouvernement mondial, malgré que je sois débutant, ma formation de cinq ans semblait porter ses fruits. Il était hors de question que les civils nous tournent le dos, il était hors de question que les révolutionnaires s’en sortent en nous faisant porter le chapeau, la vérité doit être bien gardé, même les marines ne sont pas au courant de ce que nous avons fait et ils n’en sauront rien. Les autres agents du gouvernement, rééquipée de leur vêtement du gouvernement venaient d’arriver. J’ordonnais à celui que j’ai nommée chef des opérations de les conduire à l’intérieur de la base et de les éliminer un par un. Puis il devrait prendre la fuite, il sera considéré comme révolutionnaire et ainsi on aura toute les raisons pour faire porter le chapeau aux révolutionnaires, non seulement massacre des civils mais également des agents du gouvernement à l’intérieur d’une base gouvernemental.




Hors rpg : Normalement pour le tissue, c'est pas possible, j'avais tout prévu pour que ces genres de choses n'arrivent pas ^^ Mais on va dire que ça s'est produit et j'ai trouvé ce qu'il faut pour retourner les civils contre vous. Il est temps de vous montrer, je suis au-dessus de la porte et je vous attends impatiemment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepieceheritage.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto] Jeu 3 Oct - 17:21



One Piece Héritage
Une seule solution,





Suite à la petite annonce du gouvernement, celle où il affirmé être totalement différent au massacre qui  venait de se produire il y a peu ainsi que celle où il demandait de l’aide au civile, on vit de groupe se former parmi ceux qui marchaient en direction de la base. D’un côté je classifierai les moins crédules et de l’autre j’y mettrais les plus stupides. D’un côté, ceux qui faisait confiance au gouvernement et dont l’annonce avait suffi à calmée d’autant plus que le courage ne les caractériser pas énormément donc la peur des représailles était un prétexte suffisant pour rentrer chez eux. L’autre groupe qui se forma était plus téméraire. D’après eux, la seul preuve qu’il avait vue impliqué le gouvernement et non pas les révolutionnaire. D’autant plus que les révolutionnaires n’avaient aucun intérêt à se mettre la population à dos. Le dernier indice qui les mit sur la voie fut l’ultimatum effectué par le chef de la base. Il les menaçait. Le gouvernement serait prêt à exterminer des civils comme cela, sur un coup de tête, cette dernière preuve montré bien que le gouvernement était capable de tout, le massacre des civils devait certainement. Les deux partit se mirent à débattre pour que chacun rejoigne l’autre mais au final, quasiment tout le monde resta sur sa position initial. La plupart rentra donc bien au chaud chez eux. Mais ceux qui avait perdu un être chère dans le massacre ne pouvait pas resta là à baisser les bras. Une quinzaine de personne continua donc à marcher vers la base.

Pendant ce temps, Joe se tenait debout seul en face de la base de la marine. C’est compagnon était à couvert et prêts à intervenir. Il s’avança de quelque pas et revissa son chapeau correctement sur sa tête. Les marine posté sur les murs de la base lui tonnèrent de s’en retourner chez lui ou sinon il ouvrirait le feu. Sur ceux Joe s’arrêta et sans un signe se mis à couvrirent vers la base. En même temps, il leva son bras droit et comme en le suivant un rocher se leva aussi. C’est comme si une main invisible suivait les mouvements de D-Joe. Il fit comme s’il voulait lancer quelque chose et cria « Fuwa Rocket » le rocher fut d’un coup propulsé en direction d’un des cinq canons des remparts. A la vue de ce tour de magie, le soldat cria « Feu » mais comme en résonnance, un second retentit. C’était Taï qui venait d’ordonner à ces hommes de tirer. Et oui Joe n’était pas venu seul, il n’était pas fou. Les tirent des deux camps retentirent et joe pour les tirent qui lui était destinait effectua une roulade de côté puis utilisa sont fuwa shield pour parer le reste. Une pierre sorti du sol et se mit entre lui et les balles. Encore une action parfaitement bien mener. Comme la précision et l’entrainement faisait un peu défaut au révolutionnaire, seulement 3 marine furent toucher au point de tomber de la muraille. Et un autre qui fut juste toucher au niveau de l’épaule. Cela dit sur les dix tireurs sa en faisait déjà quatre d’éliminer. Le rocher que Joe avait lancé s’explosa contre le canon. Ce dernier était donc devenu hors service.

Taï ordonna a ses troupe d’ouvrirent le feu sur les marines pour un tirent de couverture. C’était une manœuvre risqué mais la peine en valet la chandelle. Un tir de couverture risqué grandement de nuire à leur réserve de munition et de poudre mais c’est la guerre, et il faut prendre des risques. Joe ne devait pas perdre de temps. En se levant il embarqua deux rocher avec son pouvoir et le mouvement de ses deux mains. Et dans un « FUWA ROCKET » magistral il les lança à leur tour sur d’autre canon. Comme la précision de son pouvoir n’était pas encore parfaite il ne détruisit complétement qu’un seul des deux canon mais rendit tout de même le troisième hors d’état de nuire. Deux canon du côté droit de la porte était donc détruit et un du côté gauche. Le score était plutôt positif pour l’instant du moins c’était ce que Joe pensait. Sans crier gare deux coups de canon raisonnèrent en même temps. Joe leva les yeux vers l’un des canon et sans perdre de temps le une pierre avec son pouvoir en faisant comme le bloquer à distance du plat de sa main pour intercepté le boulet. Le boulet s’explosa sur la pierre et celle-ci s’éclata en mille morceaux. Sans perdre de temps il referma le poing et la pierre se reconstitua. Il la laça en direction du canon pour l’exploser a son tour mais avant même que la pierre ne s’explose contre le canon une autre explosion retentit. Mais cette fois elle venait de derrière lui.

Joe se retourna et constata avec stupeur que le deuxième canon avait touché sa cible. Celle si n’était pas lui mais belle est bien le groupe de rebelle qui le couvrait. La dessus Joe s’énerva et se dirigea vers le canon qui avait fait mouche, en l’occurrence le dernier canon encore en état de tire. Les marine qui s’occupait de celui tournèrent donc le canon dans sa direction tout en le rechargeant et tirèrent sur Joe. Cette fois joe n’utilisa pas de technique pour stopper le boulet. Il s’arrêta de marcher au moment même où les marines tournèrent le canon. Il leva le bras, le plat de la main en avant comme pour attraper le boulet. Dès que le boulet lui effleura la main, il put grâce à son pouvoir et aussi en amortissant le choque en pliant le bras stopper le boulet. Les soldats n’en revenait pas et sans perdre plus de temps Joe cria « Fuwa rocket » et balança le boulet à l’aide sa propre force et de son pouvoir. Le boulet s’explosa contre le dernier canon et sans se retourner Joe courra vers la porte. La dessus Taï ordonna à ses compagnon de courir à leur tour en direction de la porte pour suivre Joe. Mais les pertes infliger par le canon était handicapante. Ils avaient en tire perdu six hommes et donc six fusils. Joe courrait, toujours sous les balles des marines, mais sous la protection des révolutionnaires.  Malheureusement pour lui, il se prit une balle dans l’épaule avant d’arriver au couvert du mur. Même si il avait mal, il décida d’ignorer la douleur. Il arriva devant la porte et tendit son bras non blessé. Il posa le plat de sa main sur les deux porte et d’un coup d’un seul, hurla encore une fois « Fuwa ROCKET » a la seconde même ou le dernier son sortit de sa bouche, il expulsa les deux porte dix mètre plus loin à l’intérieur de la base marine en balayant la dizaine de marine qui se trouvait derrière. Les marine le rejoignirent à peine quelques seconde plus tard a côtés de la porte et ils entrèrent tous dans la base en passant de part et d’autre de Joe qui restait immobile épuiser de tout ce qu’il venait de faire.

Au loin une voi retentit : « c’est les révolutionnaires !!!!! Allons les aider !!!!!!! » Et sur ces belle parole une petite quinzaine de civil armée de ce qu’il pouvait se mirent à courir eu aussi en direction de la base de la marine dont la porte venait d’être ouverte.




One Piece Héritage
c’est la révolution


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto]

Revenir en haut Aller en bas

une seule solution, c'est la révollution [pv Yushiki Zeto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Les rps-