AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Nova The Gandora [Finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Nova The Gandora [Finish] Ven 11 Oct - 18:22



One Piece Héritage
Fiche de présentation



Nova The Wanderer Gandora







Nom : /
Prénom : Nova
Surnom : The Wanderer / Gandora / The "Wanderer" Gandora
Age : 19 ans
Race : Mi Homme/Mi-Cyborg
Lieu de Naissance : Inconnu
Camp : Révolutionnaire
Fruit du Démon ou Arme : Gandora, Bras gauche et Shelver, Jambe droite ! Deux membres métalliques.
Profession : Ingénieur/Charpentier
But : Retrouver et exterminer le scientifique du gouvernement qui lui a greffé ces membres
Autres :



~ Caractère / Physique



Un physique déconcertant !

Rare sont les enfants pouvant vous impressionner au premier coup d'oeil, Nova est l'un d'eux. La première fois que je l'ai vu, j'avais ressenti les plus grands frissons de ma vie, comme si la Mort était déjà venu me chercher. Ce jour-là, il m'avait fixé sévèrement, les yeux grands ouverts avec un regard froid de tueur assimilé à un regard malheureux. C'était des pupilles, d'une couleur orangée dorée très rare, semblable à deux astres scintillant du plus bel éclat chaleureux pouvant exister. De tels yeux ne pouvaient être que l'héritage d'une longue famille ancestrale, et malgré mes recherches approfondies sur le sujet, j'ignore encore de qui peut-il s'agir, ils restent un mystère sur lequel je n'aie pu lever le voile.
Ce jour-là, un certain côté sombre y était visible, une lueur obscure, me glaçant la moelle ; J'en étais sûr, ces yeux avaient vu des évènements incroyables que même un civil normal n'aurait pu vivre ou imaginer. Elles gâchaient un peu ce si beau regard, mais donnait d'un autre côté apportait un charme pouvant plaire à certaines femmes.

Sans énoncer à nouveau son affreux regard, sa chevelure ne montre pas de lui, une facette de gentil petit garçon docile et courtois. Sa chevelure était d'un teint blanc immaculé que le sang même n'avait jamais éclabousser. Mais elle était en partie noire comme les ténèbres qui engloutissent leur cible dès qu'elle la trouve. Ses cheveux le représentent bien, des ténèbres qui l'emportent sur la lumière, dans le combat qui les opposaient à l'intérieur de sa pauvre âme tourmentée à la recherche des réponses à ses questions. Il a un style de cheveux coupés et taillés au pic à la hauteur du menton sur laquelle on aperçoit quelques mèches orangers ne défigurant en rien sa look.
Pour finir sur son visage, on y voit  un nez aquillin tel un aigle fier et redoutable bâti au dessus de fines lèvres couleurs ébènes dû à sa couleur de peau.

Il a la chance d'avoir hérité d'une magnifique peau mate naturelle ni trop claire, ni trop foncée, malheureusement celle-ci est abîmée par de cicatrices petites, certes, mais présentes sur une grande partie de son corps notamment une sur sa joue droite, dont j'ignore encore les causes. Néanmoins, sa peau était étrangement aussi douce et soyeuse que de la laine de mouton. Peut-être utilisait-il quelque chose pour la rendre ainsi... hum, enfin il ne semble pas le genre de personne à utiliser des lotions ou je ne sais quoi de superficielle.
Sur son dos, se trouve un tatouage désignant un vaillant oiseau aux ailes déployées, un aigle ou un phoenix peut-être. C'est moi-même qui lui ait apposé au fer rouge pendant qu'il était dans le coma, pour masquer l'horrible marque qui lui avait était apposé, la marque des Tenryuubitos. Nova avait été donc un esclave de la noblesse. Comment ? Pourquoi ? Lui-même ne savait pas. En tout cas, grâce à la nouvelle marque que je lui ai apposé, cela montre là ses rêves et la liberté qu'il convoite tant comme nous révolutionnaires.

Je ne m'attendais pas à être encore effrayer, pourtant, autre chose chez lui m'avait de nouveau terrifier et c'était sûrement quelque chose auquel je ne m'attendais moins... des membres en métal.
Je pouvais en compter deux, une à sa jambe droite et l'autre à son bras gauche. Sa jambe droite était formé d'un métal, certes classique mais malgré tout résistant aux coups ou aux chutes.
Mais c'était sur son bras gauche que, toutes les énigmes devaient se poser. Moi, j'en étais littéralement stupéfait. Noir comme les abysses, aux bandes enflammées, on aurait dit bras gauche du Diable en personne greffé sur lui. « Endormi », sa circonférence était celle d'un bras normal, mais « réveillé », c'est-à-dire en position de combat, il se déployait, doublait presque de volume et des pointes noires aiguisées en émergeaient.
Les mécanismes de combat de ce bras était typique des îles célestes : un heat-dial permettant d'augmenter la température du bras et un impact-dial permettant d'absorber les coups de l'adversaire afin de booster les siens. Cependant, j'apercevais également une patte technologique humaine sophistiquée, le bras était directement lié à son cerveau, permettant l'activation a la pensée et à la voix.
La question qui brûlait mes lèvres était de savoir qui était le créateur de cette arme dangereuse, un humain, un homme-céleste... En tout cas, son savoir dépassait celui d'un scientifique lambda.
J'ignorais en plus l'origine de ce métal sombre utilisé, pour sa construction, il pouvait d'ailleurs être composé de deux métaux différents pour en former un nouveau bien plus résistant. Orné de piquets sombres, il lui offrait une grande résistance pendant les combats, mais à tous les coups, il devait être lourd à porter et pourtant, j'avais l'impression qu'il le soulevait comme un bras organique.

Pour être capable de manipuler une arme d'une telle envergure, son utilisateur doit posséder une force herculéenne et un équilibre hors du commun pour utiliser cette force, or il éprouve encore quelques difficultés logiques qu'il lui faudra corriger au fil du temps. Selon moi, ce qu'il montre actuellement n'est qu'un infime aperçu du potentiel sans limite enfoui en lui. J'ai d'ailleurs remarqué que certains mécanismes de ce bras étaient encore endormis, et que si Zaiji les trafiquait, il pourrait très certainement booster ses compétences, mais pour des raisons de santé, il valait mieux qu'il entraîne son corps pour débloquer petit à petit sa véritable force sans y risquer sa vie.

Niveau vestimentaire, c'est du « total black », ses vêtements sont presque tous de couleur ténébreuse. La seule exception est son tee-shirt court, souvent blanc immaculée, mais qu'il peut changer afin de varier les couleurs. Par dessus, le jeune homme porte une longue veste obscure à manche obscure aux bords déchirés, afin de cacher le mieux possible cette monstruosité qui lui sert de bras. En bas, Nova enfile un pantalon sombre plutôt chic et des bottes de même couleurs dissimulant sa jambe droite métallique. Et pour décorer son visage, le révolutionnaire a une paire de lunette orange transparente lui donnant un certain charme.


Une bête silencieuse !

Il est simple de définir le caractère de Nova, c'est quelqu'un de calme d'esprit et qui aime être en communion avec la nature. Observer l'éclosion d'une fleur, entendre les oiseaux gazouiller, cela l'apaise, le soulage de toutes les question récurrentes qui hante son esprit. Il ignore beaucoup de choses du monde extérieur et découvrir les merveilleuses créations de la Terre l'épanouit encore plus qu'un enfant. La seule différence qu'il a avec un enfant est qu'il ne montre pas ses sentiments de joie et sa gaieté, il garde toujours un visage sérieux, pas de sourire, pas de mimique particulière, rien. Il est donc souvent difficile de deviner quel type de sentiment ce mi-cyborg ressent-il, mais il montre ainsi qu'il possède un grand sang-froid dans les situations tristes, effrayantes ou morbides.

Nova apparaît donc comme un jeune homme froid, ce qu'il est d'ailleurs. Pas très bavard, il peut se forcer si cela est vraiment nécessaire, mais il ne le fera pas si c'est pour être questionner à longueur de temps, surtout pour des conneries. Ses phrases froides et ironiques sont là pour l'aider à régler ce genre de problème, quand des personnes s'amusent à se moquer de lui ou s'il a tout simplement en face de lui des provocateurs, le jeune homme saura comment répondre et je peux vous dire qu'il n'y ira pas de main morte. C'est quelqu'un de direct, ne pas passer par quatre chemins est sa spécialité ; quand quelque chose le dérange, la plupart du temps, il vous y fera part ; Pas d'atténuations inutiles pour éviter de vexer, direct, c'est direct. Sinon, Nova s'avère ne pas être aussi méchant que son apparence, tant qu'on ne l'embête trop, il n'y a aucune raison pour lui de vous détester.
Ce garçon est l'archétype du loup solitaire, il a du mal à sympathiser avec les gens et préfèrent donc les éviter pour faire la route de son côté, mais comme un livre que l'on range dans une étagère, il se doit d'être classé dans une faction qu'il la fréquente ou non (Pour lui, ce serait plutôt les révolutionnaires).

A cause de ces membres métalliques, Nova passe souvent pour un monstre, un être à qui il vaudrait ne pas donner sa confiance, certains membres de l'équipage ont commencé à se méfier de lui. Les gens le fuient du regard, apeurés par ses parties mécaniques, cela l'a amené donc à être un poil philanthrope. D'ailleurs cela a le don de l'agacer et il fait de son mieux pour se calmer et les ignorer, mais il arrive toujours un moment où la goutte fait déborder le vase et il vaut mieux ne pas être là quand cela se produit.
Ce bras, Nova semble le détester et encore, je pense que ce mot-là est faible ; il voue une profonde haine envers lui et son créateur. Il s'était juré au plus profond de lui de retrouver ce scientifique détraqué et de le tuer avec l'horrible création qu'il lui a greffé contre sa volonté. Cependant, à ce jour, la dite personne est introuvable et la seule information que nous avons dégoté sur lui est qu'il était un membre du gouvernement.
Pourquoi lui a-t-on collé cet affreux bras noir ? Il ne l'avait jamais demandé, pareil pour cette jambe, que fait-elle là ? Ce sont des questions qui hantent son esprit. Il voudrait tant récupérer son bras gauche et sa main droite, c'est son rêve absolu, être considérer comme un humain normal. Mais à cause de ce scientifique « malfaisant », mais néanmoins géniale, il sait très bien que son rêve est strictement impossible... Récupérer son véritable bras et sa véritable jambe, il ne sait même pas comment il les a perdu. Ses parents, son île natale, même son véritable prénom, il n'a aucun souvenir de cela. Ce patrimoine si précieux pour un homme lui est inconnue, Nova cherche à tout prix à l'obtenir dans sa quête, même si la tâche peut s'avérer ardue.

Pour lui, combattre n'est rien d'autre qu'une arène où des loups se battent pour survivre. Que ce soit un simple entraînement ou une réelle confrontation, il mettra toujours sa vie en jeu, peu importe le type de combat ou même le sexe de l'adversaire. Les stratégies, ce n'est pas son truc, que ce soit lui qui les fait (il n'en fera probablement jamais, vu qu'il n'aime pas ça), ou qu'il lui soit exposé par quelqu'un d'autre, Nova préfère suivre son propre instinct et foncer dans le tas. C'est sa façon de procédé et ce le sera probablement toute sa vie.
Certains le comparent entièrement à une bête, d'autres à un cinglé car il n'hésite à lancer de puissantes attaques destructrices même si pour ça, il devra se blesser en compensation. Le sang, la haine, il ne ressent aucun dégoût quand il en voit : Pour lui c'est quelque chose de tout à fait naturel.
La peur, c'est un sentiment effrayant qu'il avait vécu longtemps, aujourd'hui il se dit que rien ne pourrait plus le terrifiait, et même s'il dit n'avoir aucune phobie particulière, il ignore que le monde sur lequel il marche est immense.

Si je pouvais vous décrire Nova brièvement, je vous dirais que c'est quelqu'un qui effraie au premier regard, capable de vous glacer les os jusqu'à la moelle épinière même. Un poil philanthrope, la compagnie n'est pas son meilleur ami et préfère la solitude. En combat, il n'est pas du genre à tergiverser pour rien et préfère utiliser ses poings plutôt que sa gueule.


~ Histoire de votre personnage



I) Un trou noir !

Toutes tes actions sont inscrit en toi et forme ta vie, mais les années passent et ceux qui pour toi te semble inutile est débarrassé pour ne laisser de la place qu'aux souvenirs qui pour toi sont les plus importants, les plus inoubliables. J'aurais aimé connaître les miens, malheureusement il m'est grandement inconnu... en fait, ce que l'on peut appeler « l'indispensable de l'homme » m'est inconnu, c'est-à-dire, ma famille, mon lieu de naissance, et même mon prénom, je ne les connaissais pas et cela me brise le coeur. Le peu qu'il me restait n'avait rien de chaleureux, certains même me glaçait le sang.

Tout était un trou noir complet, rien ! Pas même un souvenir réconfortant avait eu l'amabilité de rester. Ils étaient tous partis ! Avaient-ils au moins existé ? Voilà déjà une question qui demandait réponse ! Où était-je donc né ? Très bonne question ! Des indices se cachaient dans le peu que l'on que l'on m'avait laissé : des hommes ailés se mettant en quatre pour m'injecter un sérum verdâtre grâce à une piqure, peut-être était-ce pour me soulager d'une douleur. Ensuite, je me souviens d'un sol nuageux, doux au toucher, mais j'avais le sentiment de ne pas m'être attardé sur ce détail.
Il était fort probable que je sois né sur cette île nuageuse, mais un facteur important me forçait à croire le contraire : les ailes, bien sûr ! Les êtres que j'avais entrevu dans ma mémoire avaient des ailes, moi je n'en ai pas. D'ailleurs, une île nuageuse, où peut-on en trouver ? Dans le ciel ou peut-être dans le Shin Sekai. Retrouver cette île était là d'une tâcher ardue, car je n'avais même pas le nom de la dite île en question.
Il m'arrive quelques fois de me demander si une telle île peut exister. Une île avec des nuages ? Difficile de croire à de telles sornettes. Mais c'est l'une des seules pistes que j'ai et donc, pitoyablement, je m'accroche aux rares fils qui sont à ma portée.

Il y a une étrange personne que je retrouve continuellement dans mes souvenirs. Continuellement habillé d'une blouse blanche, il était dans presque tous les souvenirs qu'ils me restaient. Un détail que j'avais remarqué, pourquoi était-il le seul sans aile ? Ça devait être un précepteur ou un truc du genre peut-être, mais l'immaculé de sa veste me laissait plus penser à un docteur, ou encore un ingénieur. Cela pourrait d'ailleurs expliquer des choses, des tas de choses.... ces « deux choses » en particuliers. Il était donc le scientifique cruel qui m'avait greffé ces deux membres métalliques à la place des miens. Sans même avoir mon accord, il avait osé me les imposer. Pour moi, ça ne faisait aucun doute, ce type était le salopard qui m'avait implanté « Gandora », le bras sanglant et « Shelver » la jambe argentée, deux de ces infâmes créations parmi tant d'autres. J'en mettrais ma main à couper... quoi qu'il ne m'en reste plus qu'une, donc il vaut mieux éviter pour moi de parier là-dessus.
En tout cas, chaque jour qui passe est un jour où la haine s'accumule en moi. Je n'attend qu'une chose, la déverser sur cette enflure. Cependant, le retrouver s'annonçait encore plus compliqué que l'île nuageuse. En effet, je ne connaissais ni son nom, ni son âge, et je ne me souvenais même plus de son apparence, à quoi il ressemble. Le seul détail qui hantait mon esprit était une longue croix noir avec des cercles sur chaque extrémité cousu sur sa blouse.
Je ne pourrais exprimer le mépris que j'avais envers cette homme, et la souffrance que mon cerveau dépossédé me donnait était insupportable. En le retrouvant, je pourrais enfin déchiffrer le mystère qui pèse sur moi. Il est vivant, j'en suis sûr, il ne me reste plus qu'à le retrouver.


II) Une lueur...

Heureusement que le monde n'était pas composé que de sales rats comme lui. Aucun bons souvenirs concrets n'étaient présent dans ma mémoire et les premiers que je pus sentir fut tard, très tard même, à l'âge de 18 ans, sortant d'un profond coma. C'était une femme qui m'avait réveillée et personnellement, je ne saurais encore comment la remercier. Apparemment, elle m'avait retrouvée par hasard dans la mer, le corps flottant sur une vulgaire planche de bois, c'était un miracle que je ne sois pas en train de sombrer sous l'eau avec ces deux tas de ferrailles accrochés à moi. Pour une fois que la chance avait daigné se manifester. Le fait de me laisser vivre, bouillonnant de rage, était tout de même une souffrance, donc j'hésite quand même à parler de chance.

Allongé dans un lit, j'avais atterri dans un bateau. Bizarrement, j'avais instinctivement reconnu les sensations d'oscillations dû aux vagues, comme si ce n'était pas la première fois que je montais sur un transport maritime. Une voix m'avait fait sursauter, féminine dirait-on, un peu plus de la vingtaine, selon moi, avec bandages, un peu partout sur son corps ! Assise sur une chaise de bois,   une femme aux cheveux écarlates m'observait avec ses yeux rubis et affichait un sourire comme qui dirait fascinée. Ne projetant mon regard que quelques secondes sur elle, je continuai à fixer Gandora toujours accroché à mon bras, quand elle se décida à parler :

- Alors, ça y'est ! Tu t'es enfin réveillé, tu te rend compte que t'as dormi une semaine entière ???

Une semaine ??? Cette réponse m'abasourdit... j'avais dû être dans un état pathétique pour dormir une semaine. Aucun mot n'avait pu exprimer ma surprise et je m'étais contenté de garder piteuseùent les yeux en bas. Cela l'avait vexée et elle continua à me parler me montrant bel et bien sa colère :

- T'aurais pu me répondre quand même ! Bref, c'est quoi ton nom ?

- Je n'en ai aucune idée ! Qui suis-je? Ou suis-je ? Où suis-je né ? Qu'est-ce que je fais ici ? Qui est la femme à qui je parle ? Je ne sais rien !

- Amnésique... ça te fait une belle jambe ça ! Ben, dans ce cas, je vais t'en donner un vite fait... Anatole peut-être... non ça ne va pas avec ton corps... Gontran, Alceste... NON JE SAIS ! Comme t'es un gros paumé qui semble rien connaître du tout, je vais t'appeler Nova, ça veut dire « nouveau » !

- N... Nova !

Je ne regrette pas ce nom. En fait, je trouve qu'il me va comme un gant et je la remercie encore de m'avoir nommé ainsi. Elle s'appelait Fubuki Hijimori et était une révolutionnaire voguant sur les océans aux commandements d'hommes de mains. C'était de sympathiques personnes qui n'avaient pas peur de me parler malgré mon bras. Pas très habitué à parler, je ne faisais qu'écouter leur discussion futile avec attention. Des potins par-ci, des potins par-là, rien d'autre. La première fois que je leur avais posé une question, c'était à propos de leur capitaine. D'un coup, il s'était mis à rigoler, puis à lui faire des louanges, ils l'appréciaient, ça se voyait. En réalité, elle n'avait que 20 ans et portait déjà le fardeau du commandement depuis deux ans. C'était une femme admirable et ravissante selon ses messieurs. De plus, il paraissait qu'elle était une combattante hors-pair maîtrisant son propre style de combat. Cela lui avait fallu le surnom de, « Daffodil » signifiant la jonquille. Loin d'être effrayant, cela avait pourtant le don de les faire frémir de peur.


III) Un gouvernement ?

Régulièrement, le capitaine Hijimori m'appelait dans sa cabine pour discuter de mon passé. Elle semblait très intriguée par ce qui m'était inconnu. Beaucoup de questions s'étaient rapportées à Gandora, mais à aucune, je ne pus répondre. La seule chose que je pouvais lui dire était qu'un homme me l'avait greffé, d'ailleurs j'avais pu reconnaître le symbole gravé sur sa blouse, sur le journal qu'elle était en train de lire. Sa mine avait soudain changé, elle avait pris un air sérieux puis me dit TOUT, absolument tout ce que j'avais à savoir.

Au gouvernement, voilà à qui appartenait ce scientifique maboule présent dans mes souvenirs. Troublé par « ce gouvernement », Fubuki avait accepté de m'en faire une description, sa description. Selon elle, le gouvernement était un immense corps contrôlant tyranniquement ce monde. C'était eux qui imposent les lois et nous étions obligés de les respecter. C'était à la marine, une espèce de police à leur service, de les faire appliquer à la lettre. Puis, il existait également un corps externe à la marine, dit « invisible », sous le commandement du gouvernement appelé le Cipher Pol, mais elle avait refusé de me donner des détails sur ce groupe. Elle avait fini en affirmant que les hommes au service du gouvernement étaient des créatures corrompus jusqu'à la moelle, se servant honteusement des lois à leurs propres fins.
Lorsque je lui avais demandé qui était les révolutionnaires, elle me les avait écrit d'une manière très élogieuse. En effet, c'était des gens à la recherche de la liberté que le gouvernement les privait honteusement. Des gens honnêtes, une cause honnête, elle n'avait pas eu besoin d'un long discours pour me convaincre. Elle avait ajouté à la fin :

- Puisque tu recherches un scientifique du gouvernement je pense que nous rejoindre serait la meilleure des solutions pour toi.

Je ne refusai pas son offre. Pourquoi ne pas l'accepter ? Elle avait clairement compris le but que je m'étais fixé. La rejoindre était donc une évidence. Donc 18 ans et déjà révolutionnaire !

Lors des missions, j'étais ébloui par sa façon de combattre, de loin supérieur à ces subordonnées, elle n'était pas la commandante pour rien. Voulant moi aussi combattre, un problème surgit aux yeux de tous : je ne savais pas comment me battre. Pour tout le monde, cela avait été un grand choc de l'apprendre. Pour eux, il était clair que je savais me battre, en tout cas, en  voyant mon bras gauche, cela semblait une évidence. Je fus examiné par le mécano de l'équipage qui affirmait que Gandora et Shelver était toutes les deux des armes de tueur faites pour semer chaos et destruction.


IV) Une mise en forme !

Un grand débat eut lieu sur moi et même étant le sujet de discussion majeure, je n'eus le droit de les écouter. Encore une fois, Gandora et Shelver m'avait mis mal à l'aise, si seulement je ne les avais pas eu, j'aurais pu vivre une vie simple sans problème comme celui-ci. Installé dans une chambre, je pouvais entendre des braillements incompréhensibles faisant naître en moi une grande angoisse. Qu'allaient-ils donc faire de moi ? Me tuer, me jeter par dessus bord ?

Vers trois du matin, c'était le capitaine Mori qui était venu en personne pour m'annoncer le verdict... elle allait m'entraîner. Un grand soulagement s'était affiché sur mon visage, mais elle m'annonça soudain que l'entraînement commençait tout de suite... Cette femme était une vraie malade ! C'était d'un autre côté, un grand geste de sa part, occupée par ses obligations de révolutionnaire, elle trouvait le temps de m'entraîner, certes férocement. J'eus la chance d'apprendre son style de combat et donc d'en être un de ses héritiers : L'art de « l'immortel ».
Elle se montrait autoritaire, toujours à me reprocher de ne pas faire la bonne action au bon moment et tacleur, je lui donnais une vilaine réponse l'énervant plus que tout. Cela tournait plus au divertissement, qu'à une sombre et cruelle rivalité, je trouvais ça amusant et elle aussi. Sans s'en rendre compte, nous devenions de plus en plus inséparables. Des membres de l'équipage me disaient même qu'ils n'avaient jamais vu le capitaine Mori si heureuse. C'était d'habitude une femme pleinement concentrée sur son devoir de révolutionnaire, elle avait travaillé avec acharnement pour gagner le respect dans la révolution. Mais depuis mon arrivée, ses subordonnées m'assuraient qu'elle avait radicalement changé. Une puissante euphorie s'était emparée d'elle, en ma présence, elle semblait oublier les malheurs qu'elles avaient vécu pour obtenir ce poste de capitaine. Certains se demandaient même s'il n'y avait pas quelque chose entre nous, et aussi rouge qu'une tomate, je leur disais qu'il n'y avait rien. Et de la même façon que moi, Fubuki affirmait toute rouge, à son équipage, qu'il n'existait rien entre elle et moi.

Le reste de mon temps libre, c'était le vieux Zaiji, le mécano de l'équipage qui s'occupait de booster mon bras et ma jambe, d'ailleurs il m'apprit à le faire moi-même en toute autonomie. Gandora marchait donc aux dials, c'était des espèces de coquillages aux effets variées plus ou moins puissants. Apparemment, ça ne se trouvait pas partout, il était très difficile de s'en procurer. Malgré tout, le mécano en avait trouvé deux, un impact-dial et un heat-dial.
Pour finir, je regardai Zai-san se donner corps et âme pour l'entretien du bateau.  Ses méthodes m'intéressaient et je décidai donc de m'investir en l'aidant avec le reste de mon temps-libre. C'était aussi une manière de le remercier de s'occuper de ces affreux membres mécaniques. La charpenterie était un travail qui demandait minutie et pratique, le vieux Zai me les enseigna avec rigueur et méthode.

Grâce au captaine Mori et au mécano Zaiji, j'appris donc à me servir de mes membres cybernétiques et à exploiter mon talent en un rien de temps. D'ailleurs, le temps d'apprentissage était tellement rapide que quelque chose clochait. Un an m'avait suffi à être craint et respecté par l'équipage de Fubuki. Selon le médecin de bord, cela serait dû à mon amnésie, avant de connaître les révolutionnaires, je combattais donc déjà, mais je n'en avais le souvenir. Les mouvements de combat étaient cependant restés en moi inconsciemment et avaient refaits surface grâce à l'entraînement du capitaine.


V) Une promesse !

19 ans, c'est là que commença réellement ma vie. J'étais résolu à accomplir ma quête, retrouver ce scientifique de la marine et le pulvériser. C'était quelque chose que je voulais accomplir au plus vite et rester n'allait que me ralentir, donc plus vite, je retrouvais ce sale scientifique et plus vite cette rage disparaîtrait.
Après une longue discussion, seule avec le capitaine, remplie de cris aiguës et de plaintes à gauche à gauche, celle-ci accepta enfin de me laisser partir à 3 conditions. La première était de garder l'esprit noble de la révolution peu importe les épreuves se dressant devant moi, la deuxième était de revenir les voir ne serait-ce une fois, et la troisième... de profiter du monde et de ma vie.

Le coeur noué, je quittai le navire qui m'avait recueilli en promettant d'y remettre les pieds un jour. De loin j'aperçus l'équipage, triste de mon départ, même effrayés par mes parties cybernétiques, nous avions pu nous entendre convenablement. En plus, je pus même voir Fubuki lâcher une larme, passant le plus clair de son temps à me hurler dessus. Juste avant de partir, le capitaine m'avait demandé de cacher Gandora sous ma veste ainsi qu'en enfilant un gant sombre sur ma main. Quant à Shelver, il suffisait d'utiliser le même procédé, un pantalon et une botte pour la dissimuler. C'était lorsque nous étions seules qu'elles m'avaient donnés ces conseils. Avant mon départ, j'avais adressé mes derniers mots à Fubuki de manière sincère et solennelle :

- Je tiens à vous remercier infiniment de m'avoir recueilli cette année !

D'un geste soudain, elle s'était serré contre moi d'une manière si douce, c'était bien la première fois quelqu'un se blottissait contre moi, une femme en plus (cela aurait été très bizarre que ce soit un homme). Elle m'avait murmuré avec tendresse de tenir mes promesses. J'affichai pour la première fois de ma vie, un grand sourire heureux et caressai sa belle chevelure flamboyante en lui affirmant que je serais très vite de retour. C'était la première fois que nous eûmes une telle situation romantique, je sentais son coeur battre la chamade contre le mien s'affolant. Elle tremblait, rougissait, et n'arrivait plus à parler. Moi, incapable de placer un mot, je me mis à bégayer stupidement devant elle, j'avais honte de ne savoir quoi faire. Suivant mon instinct, je pris mon courage à deux mains, puis... je ne pus que coller mes lèvres contre les siennes et l'embrasser...


Epilogue

Dehors, la vie était bien différente. La marine était bel et bien présente partout pour faire appliquer partout les règles. Je compris rapidement que tout ce qui était différent des hommes était renié par les humains. Un homme-poisson avait été sauvagement arrêté devant mes yeux par la marine, juste parce que sa tête semblait menaçante. Il avait été ensuite hué par les habitants, méritait-il ces infâmes moqueries ? Bien sûr que non, mais cela m'avait fait comprendre, ô combien la société n'acceptait pas le différent.
C'est en faisant confiance aux mauvaises personnes que tu te faisais tuer derrière, c'était également un constat que j'avais remarqué. Le monde n'était donc pas une joyeuse récréation, en fait cela semblait évident. Les caractères faibles n'avaient leur place sur Terre. C'était un deuxième constat que j'avais pu faire quelques mois après avoir quitté Mori.
Fubuki avait raison, nous devions changer ce monde !



One Piece Héritage
Fiche de présentation




Dernière édition par Nova le Sam 12 Oct - 19:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Nova The Gandora [Finish] Sam 12 Oct - 19:32

Présentation terminée Smile ! Bonne lecture, j'espère y avoir mis de la bonne qualité --' !
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27
Messages : 182
Localisation : Ici et là.. ^-^
MessageSujet: Re: Nova The Gandora [Finish] Sam 12 Oct - 22:08



One Piece Héritage
Validation de fiche de présentation



Aké COUCOu et Aké BIENVENUE ! ^^

J’ai le plaisir de m’occuper de ta présentation. J’espère que ma notation te conviendra, car je suis un peu sévère, Oune Poko et tu es mon Cobaye et ma première validostation sur ce forum ci.

D’ores et déjà je te valide !
Je t’accorde un bon gros 650 Points !
Quelques fautes de syntaxe, d’orthographe et/ou tout simplement de relecture entachent un style tout à fait correct. C’est assez dommage, je te montre quelques exemples manière de justifier mes propos mais tu n’es absolument pas obligé de les lire, tout comme les justifications de mon choix car tu RPs je pense largement assez bien pour connaitre tes défauts..

« La première fois que je l'ai vu, j'avais ressenti les plus grands frissons de ma vie » Un bon exemple des quelques erreurs bien que je en sois pas la mieux placer pour la critique de ce genre : La première fois qu’il ta vus cela implique les premières secondes et donc, LE plus grand frisson..

« pourtant, autre chose chez lui m'avait de nouveau terrifier » terrifié, pas terrifier.

Ou encore « par de cicatrices petites » de petites cicatrices ou deux cicatrices, assez petites ?

Outre les fautes, il me semble que les phases de dialogues sont trop « fanfic » et mériteraient plus de phase rp, narrative quoi.. C’ets que mon avis, mais du coup, ca perd en netteté narrative.

ENFIN ; Pour tes Capacités : « Mais c'était sur son bras gauche que, toutes les énigmes devaient se poser. Moi, j'en étais littéralement stupéfait. Noir comme les abysses, aux bandes enflammées, on aurait dit bras gauche du Diable en personne greffé sur lui. » N’oublie pas que seul le passage à la Fiche Technique peux valider ce genre de choses… moi je valide le membre en métal, après que l’acier soit mal trempé et donc sombre, ou un acier différent, ça ne me regarde pas avant la FT.

Ceci-dit l’idée des Dials et des membres métallique, cela me plait bien ! Alors n’aie crainte à mon avis même si ce n’est pas moi à la FT.. Ca devrait passer Smile

Un dernier point : « mi-cyborg » Tu n’es pas mi cyborg, un cyborg c’est le mec qui à une et/ou des prothèses cybernétique et avec ton bras, t’en est clairement un.

Bienvenus dans la famille, ami Cyborg ! ^-^
Au plaisir de RP avec toi, entre Mi robots ! o/



One Piece Héritage
Validation de fiche de présentation

_______________________________________________________

<font face=Ma Présentation
Ma FT
Mes Liens

"Celà démontre qu'on peux vivre dans votre culture,
et que vous pouvez vivre dans la notre [...]
"
Un Robot parmi tant d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nova The Gandora [Finish]

Revenir en haut Aller en bas

Nova The Gandora [Finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Les fiches-