AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La puissante révolution ~ Erwenn Smoke.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: La puissante révolution ~ Erwenn Smoke. Jeu 24 Oct - 12:50



One Piece Héritage
Fiche de présentation



~ Erwenn Smoke







Nom : Smoke
Prénom : Erwenn
Surnom : "L'empereur."
Age : 42 ans
Race : Humain
Lieu de Naissance : Royaume de Goa
Camp : Revolutionnaires
Fruit du Démon ou Arme : ○ Magu Magu no mi | Fruit du Magma
Profession : Omniscient
But : Devenir le Chef des Révolutionnaires et apporter la Paix en ce monde.
Autres : Nada.



~ Caractère / Physique



~ Physique :


~. Un vieux roux, il est pas gâtés .~

Le visage d'un homme est toujours le passage vers son caractère, mais cette phrase peut-être fausse car comme on dit, l'habit ne fait pas le moine. Commençons déjà par le commencement, son visage. La vieillesse se lit parfaitement bien dans cette boule que forme sa tête. Mais avant cela, parlons déjà de la chose la plus horrible de son corps. Ses poils, plus précisément, ses cheveux. Non, ce n'est pas une erreur, il est bien roux, mais pas un roux orangé, plus une couleur tirant vers le rouge. Ma foi, il l'assume bien, il a d'ailleurs une coupe normale, ses cheveux en arrière et légèrement longue. Mais ses poils ne s'arrêtent pas là, en continuant vers le bas, des poils forment une barbe qui n'est positionnée seulement aux joues et au menton. Ceux-ci hérissaient et roux, pas blond bien sûr. Continuons par ses yeux, des yeux globuleux avec une grosse touffe de poils justes au-dessus, ses touffes formant ses sourcils. Entre ses deux, forme son nez. La chose la plus laide et horrible de son visage. Un gros et volumineux nez, avec des narines pouvant aspirer tout objet tel un trou noir (façon de parler). Pour terminer sur les détails, une simple bouche assez large sur les côtés. Bien, comme je l'ai dit au début, on peut voir que cet homme n'est pas très jeune. Les traits de vieillesse de son visage sont très marqués, légères rides sur son visage, fossettes marquées, pattes d'oie etc. Quel vieux chnoc !

~. La carrure d'un géant .~

Une bête, un monstre, un titan. Voilà comment je pourrais qualifier ce bon vieux Erwenn. Oui, une personne impressionnante rien qu'au premier coup d’œil. On peut dire qu'il n'est pas vraiment discret avec ce gros tas de muscles. Il taille aux environ de deux mètres, un grand gabarie et une largueur d'épaule et de corps assez large pour sa taille. Mais bon, une main de velours dans un gant de fer. Des muscles à en rendre jaloux les moins forts ainsi que les plus gros de ce monde, une largeur d'épaules à en faire rougir les plus puissants rugbys-men de cette terre, une carrure à en faire pâlir ses ennemis, un homme à en faire peur. Des bras avec des biceps aussi gros que des pierres, des avant-bras aussi larges qu'un canon, avec des doigts aussi gros que des crans de pistolet. Passons à son tronc, des pectoraux puissants, presque comme une poitrine féminine cependant plus musclé et bien plus plat. Des abdomens aussi durs que l'acier, allez-y, donnez un coup de pied dessus, on va rigoler. Des jambes d'athlètes ou alors d'ogres, puissants et énormes, je vais vous foutre des coups de bottes dans le cul pour avancer !

~. La prophétie d'un roi .~

Avec un ego aussi sur-dimensionné, ne croyez-vous pas qu'il ne va pas se démarquer des autres avec une tenue propre à lui-même et qui le valorise bien? Eh bien vous vous trompiez, eh oui, avec une puissance comme ça, il doit se valoriser lui-même avec une tenue de Roi voir d'Empereur. Sa tenue principale, avec laquelle il voyage et combat. Déjà, tout empereurs qui se respecte doit posséder une cape rougeâtre. Mais il a rajouté un petit plus à cela, une fourrure dorée qui prend le contour de son coup sauf le devant, ne pensez pas que c'est pour lui tenir chaud. Pour cacher son tronc, il porte un genre de gilet en cuir possédant une fine couche de titane dans le cuir, ce gilet formant les muscles de ses pectoraux et de ses abdominaux. Descendons maintenant vers le bas. Il porte un pantalon de couleur marron ainsi que des chaussures ayant un morceau de cuir passant entre son orteil et ses autres doigts de pieds, possédant une semelle épaisse. Par-dessus, il porte une sorte de jupe mais descendant vers ses chevilles, ne se collant pas à la peau, assez éloigné de ses jambes. Les couleurs principales de sa tenue sont le rouge, le marron et le doré. Vous croyez quoi, un empereur dans l'âme.

~ Caractère :

~. L'homme à l'ego surdimensionné .~

Vous avez déjà vu un homme s'aimer autant que lui s'aime? Je ne pense pas. On ne peut pas vraiment dire qu'il pense qu'il est puissant, sachant que sa force est très grande, mais son estime de lui est aussi gigantesque. Il s'aime et il l'assume. Chaque jour, il taille son corps pour avoir un taux de muscles élevé. Il se sent plus haut que les personnes qu'il rencontre et son fruit du démon n'aide pas à régler ce point moral. Mais il ne le montre pas tellement, il reste tout de même humble malgré ce point.

~. La peur? Il ne connait pas. .~

Avez-vous déjà vu un Titan avoir peur de quelque chose? Vous êtes marrant vous car ça n'existe pas ! La peur, il ne connaît pas du tout ce sentiment, étant complètement étranger pour cet homme. A vrai dire, vue comment il est taillé, c'est plus les autres qui se pissent dessus que lui-même. Et se serait surtout bête qu'il ait peur de lui-même, m'enfin, même d'un démon il n'aurait pas peur. Cette sensation n'est pas très jeune, en effet, étant jeune, il n'était pas dans un endroit où la guerre et le chaos étaient reines. Il avait par contre une phobie, celle des araignées mais avec le temps, cette phobie a disparu. Voilà un homme qui mérite d'être un Roi.

~. La volonté d'un Dieu .~

Vous croyez qu'un homme veut devenir plus grand sans aucune volonté? Et puis quoi encore, c'est impossible. Les volontés faibles se traduisent par des discours tandis que les volontés fortes par des actes. Sa volonté va pouvoir le faire grimper d'échelon en échelons et l'emmener au plus haut des révolutionnaires pour diriger ce camp et le tenir d'une main de fer. Sa volonté va lui permettre d'écraser le gouvernement mondial sous sa puissance et celle de ses subalternes, instaurer une nouvelle paix en ce monde déjà souillé par les massacres de tant d'innocents. Ma volonté va permettre à moi-même d'obtenir mon nom inscrit dans l'histoire de ce monde, me faire reconnaître à ma juste valeur. Un puissant homme, un corps puissant dans un esprit puissant.



~ Histoire de votre personnage



~. Le passé d'un puissant homme .~

Le Royaume de Goa, sur la mer d'East blue. Grand pays gouverné par la haute noblesse de cette mer, se situant sur la gargantuesque île de Dawn. La capitale de ce royaume est la ville de Goa, joyau d'East blue. Une ville connue pour sa hiérarchie sociale extrêmement marquée. Au centre de la ville, dans les hauteurs de celle-ci, High Town. Une mini ville dans la ville, entourée par de grandes murailles. C'est là, que vivent les nobles de tout East blue, chaque famille a son importance et sa richesse, mais toutes pètent plus haut que leurs culs. En dehors de la muraille, se trouve Town Center qui accueille la bourgeoisie, en d'autres mots des pauvres ayant réussi leur ascension sociale, mais toujours aussi méprisés par les nobles. La ville se scinde à ce niveau-là, de grands escaliers mènent aux niveaux inférieurs. Ces escaliers sont très surveillés par la garde royale, afin d'empêcher les pauvres de venir voler les riches. En bas de ces escaliers se trouve Edge Town, ou comme tout le monde le sait « le reste » de la ville, méprisée par toutes les personnes qui habitent sur les niveaux supérieurs. Elle abrite les pauvres, les gens aux revenus modestes, mais étant quand même citoyen de cette belle capitale. C'est d'ailleurs à ce niveau qu'est érigée une muraille qui cette fois-ci, délimite la ville elle-même de façon officielle. Toutefois, de façon officieuse la ville s'étend encore un peu plus loin. Grey Terminal, une immensité de déchets et résidus en tous genres y sont jetés chaque jour depuis les hautes sphères de la ville. En somme la décharge de Goa. Mais elle n'est pas que ça, elle héberge en son sein des sans-abris, des fourbes, des criminels en tous genres, vivants des restes des autres. Enviant et détestant ce royaume, aucun d'entre eux ne peut espérer une vie meilleure.

Pourtant ce n'est pas là, que se déroulera notre histoire, bien au contraire. Ayant vu le jour dans les hautes sphères de la ville, Erwenn, était l'enfant de grands Aristocrates ! Fils d'un Duc "Père" et d"une duchesse "Mère" (Il ne connaîtra jamais leur noms). Il arriva au monde à l'hôpital de la cour, un honneur fait à très peu de nobles, même à High Town. Il faut dire que cette famille n'était pas n'importe laquelle. Il s'agissait des descendants des créateurs du Transmeridien. Une espèce d'ascenseur de taille gigantesque, fait pour que les nobles puissent rejoindre les quatre grandes mers, sans avoir à passer par grand line. Ce dispositif était rattaché à chaque mer à partir de la base de Red line. Il en existe un accès depuis chacune des mers bleues. Ce n'était pas une ancienne famille, mais son prestige était reconnu depuis déjà plus de cent soixante ans. Le bébé était assez brailleur, ce qui était bon signe, il était en pleine santé. A vrai dire, sur sa venue au monde, il n'y avait pas grand-chose à raconter, mise à part son statut social. Il a eu une naissance assez banale, en excluant le lieu où il était né. De plus ses parents ont été assistés de la meilleure façon qu'il soit.
Laissez-moi vous parler de sa famille actuelle, celle qui porte ce nom de notre temps. Sa mère était une belle jeune femme de vingt-quatre ans, en pleine santé. Elle avait les cheveux ondulés et de couleur des blés. C'était une femme douce et docile, du moins elle l'était devenue. Dans sa jeunesse elle était très mal vue par les nobles, étant donné qu'elle disait haut et fort ce qu'elle pensait. Mais elle s'était assagie, lorsqu'elle trouva l'amour, certes c'était un mariage arrangé avec l'héritier de la famille mais il fallait bien l'avouer, il était vraiment très beau et avait reçu une bonne éducation. Évidemment, ce ne s'était pas fait en un jour, elle protesta de long mois et au fil des rendez-vous arrangés, elle succomba à son charme et sa gentillesse. C'était un homme assez grand et mince, ses cheveux était blancs, comme ceux des albinos, en fait il l'était, dans la forme la moins flagrante. De plus le nouveau couple partageait les mêmes opinions concernant la noblesse, ils étaient méchants et imbus de leur personne. Chacun de leurs côtés, à leurs façons, ils avaient eu à souffrir de cette suffisance. Ainsi, et malgré ces choses ancrées dans leur caractère depuis l’enfance, ils renièrent ensemble cette méchanceté gratuite et cette hypocrisie envers les non-nobles. Ils vécurent un peu en décalage vis à vis des autres nobles pour le plus grand plaisir de la bourgeoisie, qui se sentait enfin acceptée par les hautes personnes. D'ailleurs en seulement une année quelques nobles de leur génération commencèrent à affirmer le même désir d'unité. Cela étant, ils n'étaient que très peu, mais ça leur suffisait. C'est là, que naquit Erwenn, à vrai dire, comme tout bon mariage de noblesse, "Mère" se devait d'offrir un héritier à la famille dans l'année qui suivait. N'ayant rien contre cette règle et cadrant parfaitement avec leurs projets, ils entreprirent la conception de leur fils. Bien évidemment il n'en savait rien avant sa venue au monde.

Comme dit plus haut il n'y a pas grand-chose à dire sur Erwenn, durant les premières années de sa vie, il avait une vie bien remplie, entre éducation, jeu, cours de musique, instruction des bonnes manières etc... Il n'avait pas beaucoup d'amis, les seuls enfants qu'il fréquentait étaient ceux de son cours de musique, une idée qu'avait eu sa mère pour rapprocher les enfants. Car normalement l'enseignement se fait à la maison, et chaque année un bal est organisé. Seuls ceux qui ont quatorze ans peuvent y participer. Il s'agissait d'un test en quelque sorte, pour que les enfants faisant leur entrée dans le monde de l'aristocratie. Une chose assez aberrante, car tout au long de son enfance, l'enfant était isolé des autres. Ce qui le rendait froid durant les rapports sociaux. D'où l'idée d'apprendre la musique aux enfants bien avant ce fameux bal. Là, le jeune garçonnet ne rencontra que quatre enfants, des familles qui avaient adhéré aux idéaux de sa famille. Toutefois, il ne se lia pas d'amitié avec eux. Étant jeune, Erwenn était assez timide et avait du mal à s'intégrer, il faut avouer que les enfants n'étaient pas gentils avec lui. Jaloux de sa beauté principalement, mais aussi de son titre. Car tous les nobles n'étaient pas rangés à la même échelle. C'est pour cela qu'il restait généralement à l'écart. Le petit garçon était bien trop timide pour affronter la jalousie des autres, mais finalement à ses yeux ce n'était pas réellement important. Ce qu'il aimait par-dessus tout c'était de se promener avec sa mère, car elle au moins l'admirait plus que tout. Parce qu'il était son fils, mais aussi car il était magnifique et intelligent pour son âge. Une vraie fierté qu'elle cultivait à son égard. Elle ne le savait pas encore mais son attitude envers son fils développera chez lui un égo surdimensionné, qui va s’éteindre suite à un bouleversement dans sa vie. Ensemble, après les cours de Erwenn, recevait d’un précepteur, ils sortaient faire les boutiques puis prenaient le thé dans des salons « public de luxe », afin de montrer le petit prodige. Le petit homme se faisait choyer par des dames plus riches les unes que les autres et il adorait ça. Non pas qu'elles étaient belles ou intéressantes. Il adorait le fait qu’elles s'intéressent à lui et qu'il soit au centre des discussions. Car oui, inlassablement et tous les jours le petit avait un moment de gloire.

Quelques années plus tard, le jeune garçon avait démontré une fois de plus qu'il avait un intellect supérieur. En effet, il comprenait tellement vite les choses que son précepteur lui donnait déjà les cours qu'un enfant de onze ans devait suivre. Notez que Erwenn était âgé de sept ans. Mais ce ne sont pas les études du garçonnet qui sont importantes. Non, cette année "Père" fut appelé par les Tenryubito de Marijoa. Pourquoi ? Car les nobles mondiaux firent encore un caprice, ils en avaient marre d'utiliser les transméridiens qui étaient également utilisés par d'autres gens. Les saints du monde exigeaient que cet affront soit réparé au plus vite. Sous peine de raser tout le royaume de Goa. Le maître de famille n'avait d'autre choix que de partir, mais c'était sans savoir que le roi de Goa en personne lui ordonnait d'aller s'installer lui et sa famille aux abords de Marijoa afin de sauver le royaume. Ce n'était pas un ordre formel et ferme, c'était plutôt un ordre posé sur le ton de la demande. Homme de bonne foi et patriote, le père de Erwenn accepta, bien sûr son manoir et sa fortune resterait à Goa car cet « exil » n'était pas fait pour durer. Les premiers jours des préparatifs furent rudes et pénibles. "Mère" aidait son mari à gérer le chantier monstrueux, tout ce qui concernait les embarcations, et les vivres ainsi que les différents équipages qui transporteraient les hommes pour l’œuvre ainsi que les matériaux, tandis que son époux s’occupait du recrutement des hommes pour le travail, les différents secteurs d'activités nécessaires au chantier, ainsi que les inventaires des matériaux. Quant au jeune garçon il restait chez lui et n'avait plus droit à ses sorties journalières, son exutoire. Les préparatifs furent longs, à tel point que Erwenn perdit réellement son entrain. Il ne voulait pas quitter Goa, il ne connaissait que cette vie, et le confort de son quotidien allait lui manquer. Mais avait-il le choix ? Un garçonnet de sept ans aussi riche soit-il, pouvait-il réellement choisir de rester lorsque ses parents partaient à l'autre bout du monde ? Ce n'est pas possible.

Le départ était lancé après quelques semaines, plusieurs navires de guerre étaient venus de Marinford afin d'escorter le convoi. Les Tenryuubito ne voulaient pas qu’il arrive quoi que ce soit à leur précieux chantier. Sous la protection de deux contre-amiraux, le convoi parti de Goa en direction de Grand Line. Le voyage allait être long même pour des navires de la marine, il aurait fallu plusieurs semaines de navigation avec l'éternal pose du gouvernement. Et c'était sans compter les problèmes que le navire allait rencontrer sur la mer de tous les périples. Aussi bien techniques que criminels. Le petit homme était émerveillé par tant de bateaux, et tout l'équipage était gentil avec lui, à croire que son charme d'enfant fonctionnait également chez les marins. Et non seulement sur de riches et vieilles femmes. Il avait le droit de se balader un peu partout s’il était accompagné de sa nounou attitrée, le sergent Kiffune. Oui le petit avait droit à un marine et de grade assez important pour une caserne de petite île, après tout il était noble et de ce fait, extrêmement précieux. Le petit voyait rarement ses parents, même s’ils vivaient sur le même bateau que lui. Pour une « maison », un navire de guerre c'était assez immense, donc pour se trouver c'était compliqué. Au moins, Erwenn avait la certitude de voir sa maman le soir pour le coucher, qui mettait un point d'honneur à le border. C'est d'ailleurs lors d'une de ces nuits que le destin du jeune garçon changea. Personne ne soupçonnait ce qui allait se produire. Sur Grand Line et depuis le début du voyage des hommes s'étaient infiltrés dans les rangs de la marine et des ouvriers. Et ce soir précis, ils s'organisèrent pour prendre en otage la famille. Le sergent Kiffune fut tué lorsque le petit dormait, et le navire fut détourné. Les autres embarcations firent sonner l'alarme et les canons braquèrent le navire principal. Une bataille s'engagea, et le garçonnet se réveilla, toutefois ce dernier ne comprit que plusieurs années plus tard ce qu'il s'était passé. La bataille était tellement confuse dans son esprit qu'il me serait impossible de vous la décrire. Toutefois quelques bribes étaient claires, gravées dans son esprit à tout jamais. Une grande femme aux cheveux violets, rouspétait contre des hommes, elle était hors d'elle et refusait de... tuer les nobles à bord. Leur but était simplement de détruire le transméridien qui allait être construit avant sa création, mais d'autres personnes l'entendaient d'une toute autre façon. Détruire l'objet n'allait pas empêcher d'en reconstruire un plus tard et de ce fait il fallait tuer la personne qui détenait ce secret. La femme n'était toujours pas d'accord, mais dû se résigner avec amertume au choix de celui qui semblait être son supérieur. Là et contre toute attente, la mère de Erwenn qui le tenait dans ses bras supplia cette même femme. Elle lui avait dit qu'elle acceptait son destin et qu'elle comprenait l'agissement de ses agresseurs. La seule chose qu'elle demandait était d'épargner la vie de son fils, il ignorait jusqu'à la conception d'une telle machine. Au début, le chef du groupe refusa, mais la femme aux cheveux violets s'interposa farouchement à son supérieur et fit la promesse d'élever Erwenn comme son propre enfant. Ce fut un moment où l'émotion était palpable, mais véritablement brumeuse. Erwenn fut trimbalé de bras en bras, sans savoir ce qui se passait réellement, il avait juste compris qu'il ne reverrait plus jamais ses parents. Il pleura des centaines de larmes jusqu'à l'épuisement total.

L'air était parfumé à la rose, la lumière était douce et teintée de rose et la vision était merveilleuse. Le petit garçon se réveilla dans une pièce spacieuse, aux murs blanc et rose. Les meubles étaient tapissés et duveteux d'une couleur douce et chaleureuse. Et presque tout de suite il pensa que son cauchemar était terminé. Sans attendre il se leva et parti pour la chambre d'à côté... Une chambre qui n'existait pas. Ce fut dans le couloir qu'il comprit qu'il n'était plus dans le bateau de la marine. Il s'adossa à un mur et se recroquevilla sur lui-même, tête contre les genoux et recommençant à pleurer. Quelques instants plus tard, une douce personne s'approcha de lui et lui redonnait le sourire, et ce de façon inexpliquée. C'était la femme aux cheveux violets. Tout de suite, Erwenn se braqua et se colla plus fort contre le mur, comme si il voulait entrer dedans pour mieux se cacher. Oui c'était assez contradictoire de sourire à quelqu'un tout en essayant de la fuir. Il ne se l'expliqua pas, il ne comprenait pas pourquoi il souriait de cette façon, alors qu'il avait peur. A ce moment, la femme mit sa main sur l'épaule du petit garçon, et ce dernier arrêta de bouger tétanisé par la peur. Et d'une voix douce, elle lui expliqua où il était. Et qu'à partir d'aujourd'hui il allait vivre avec elle dans son château dans le royaume de Kamabakka. Elle lui expliqua également que ses parents étaient partis et qu'il ne les reverrait plus jamais et qu'elle en était désolée. Elle ajouta qu'elle avait promis à "Mère" de veiller sur lui au péril de sa vie, ce qu'elle fit immédiatement en s'opposant directement à son supérieur. Malgré la douceur de la voix et les mots qu'elle employait, ses paroles étaient un peu trop brutes pour le blondinet, qui pleurait de plus belle. Et paradoxalement il gardait un large sourire. De façon inconsciente Erwenn se jeta dans les bras de la femme, il avait besoin de sentir le cœur de quelqu'un d'autre battre, comme un réflexe de nourrisson de se blottir contre sa mère pour sentir le battement de son cœur. C'était quelque chose de rassurant et Erwenn avait besoin qu'on le rassure, qu'on le fasse rêver, qu'on lui dise que tout ça n'était pas réel. Mais il était intelligent malgré son jeune âge, et avait très bien compris qu'à partir d'aujourd'hui sa vie allait avoir un vide. Un vide qu'à l'époque il ne pensait pas pouvoir combler. Heureusement pour lui il se trompait. Les jours à venir le petit homme devait fêter son anniversaire, il ne l'avait dit à personne étant donné qu'il avait peur des gens qui habitaient ce royaume. Il comprit aussi qu'en réalité ce n'était pas des femmes qui vivaient ici comme il le pensait le premier jour. C'était des hommes dans des vêtements de femmes, autrement dit des travestis. La plupart du temps, il restait dans la chambre qu'on lui avait confié, on lui avait même dit qu'il pourrait choisir la décoration quand il voudrait. Malgré la peur que Erwenn ressentait à leur égard, il avait bien comprit qu'ils étaient gentils et qu'ils essayaient de le mettre à l'aise. Pourquoi ? Ça il ne le savait pas. Ce jour-là, un des okamas s'invita dans son espace et lui dit qu'il était envoyé par la reine Pamela, cette fameuse femme aux cheveux violets. Et qu'à partir d'aujourd'hui, ils allaient être les meilleurs amis du monde. Erwenn restait réticent à cette annonce, ce qui était normal. Elle se présenta sous le prénom d'Helen et invita le petit garçon à le suivre dans le château. Enfin, inviter n'était pas le mot, elle lui fit comprendre qu'il devait venir, qu'il n'avait pas le choix dans le sens où il n'allait pas rester tout le restant de sa vie dans sa chambre. C'est pourquoi il suivit la femme. Elle ne manquait pas d'humour pour essayer de faire rire le garçon, mais rien n'y faisait il était encore bien trop triste pour rire. Cette dernière ne lésinait pas sur les efforts, tout en lui faisant faire le tour du château. Elle lui présenta la salle du trône, plusieurs salons, l'institut esthétique, les cuisines. Et les différentes ailes du château, comportant un cabaret, un parc d'attraction et autre fantaisie les plus impressionnantes les unes que les autres. La visite dura une bonne partie de l'après-midi, et se fut au détour d'une salle que l'okama omis de présenter que Erwenn disparut. Il avait laissé l'okama dans son infinie présentation du château afin de satisfaire sa curiosité. Quand il entra dans la salle en question, il vit énormément d'armes en tous genres, des fusils d'assauts, des canons, des épées et autres. Un véritable arsenal qui semblait très dangereux. Et là, sur un piédestal au centre de la salle, tel un autel, un fruit doré et éclatant sur lequel plusieurs projecteurs lançaient leurs lumières afin de l'embellir. Ce fruit semblait important et il était d'une beauté époustouflante, il était tellement désirable que Erwenn en salivait d'avance. Il ne connaissait pas ce genre de fruit, mais cela ne l'empêchait pas d'en avoir envie. Sans faire de bruit il s'en approcha jusqu'à l'avoir en main, non pas pour le manger car tout le monde s'en rendrait compte et il ne savait pas quelles seraient les conséquences. Il voulait simplement l'admirer. Là, l'okama entra en trombe dans la salle et demanda à Erwenn de sortir d'ici car c'était dangereux. D'un sursaut il mit le fruit dans sa bouche, il était aussi gros qu'une perle il n'eut donc aucun mal à le cacher là. L'okama s'aperçut presque tout de suite de la disparition du fruit et eut les yeux qui s'écarquillèrent. Il demanda à Erwenn s'il avait mangé le fruit et ce dernier se tût et fit non de la tête. L'okama se tira les cheveux et commença à courir dans tous les sens, il avait compris que Erwenn l'avait mangé, ce qui n'était pas encore totalement vrai. Mais cela ne tarda pas, une irrésistible envie de déglutir saisit le petit garçon, pris de panique lui aussi, il manqua de s'étouffer avec la perle d'or. Elle était tellement immonde que ça en était surprenant qu'elle soit aussi attirante. Les okamas du château commencèrent à se réunir près de l'arsenal, se demandant ce qui c'était passé. Helen montra en tremblotant l'autel du fruit qui avait disparu et tous furent choqués de voir le petit garçon proche de l'autel vide. La suite, vous la comprendrez, Erwenn fut amené en face de Pamela, la reine du royaume pour qu'il explique ce qui c'était passé. Alors qu'il s'attendait à se faire punir voir même tuer, l'okama royal le prit dans ses bras et lui expliqua ce qu'il venait de manger. Que c'était un fruit du démon et qu'à partir d'aujourd'hui il ne pourrait plus jamais nager. Elle n'avait pas dit quel pouvoirs Erwenn obtiendrait mais il le saura bien un jour.

La reine des travelos avait mangé un fruit du démon elle aussi, le hito hito no mi, modèle Okame. Pour ceux qui ne le savent pas, Okame est une divinité shinto, autrement dit la déesse de la joie. C'est pour ça que le jeune homme a pu retrouver le sourire aussi facilement et malgré que ce soit dû à un pouvoir il avait appris à aimer Pamela comme sa propre mère.

C'était aux alentours de midi alors qu'il se baladait sur la plage des sables roses, qu'il aperçut de la fumée et d'étranges bruits au loin. Deux navires étaient en train de combattre dans une impressionnante bataille maritime. Stupéfait, et reconnaissant le navire de sa mère, Erwenn se précipita au palais à toute vitesse, aussi vite que ses petites jambes pouvaient le porter. En dix bonnes minutes, il était arrivé, mais avait le souffle court. Il entra dans le grand salon, une sorte de salle commune où tout le monde aimait se retrouver après le repas ou le boulot pour discuter. Il hurla que sa mère était en danger. Dans un premier temps tout le monde lui avait dit de se calmer et que sa mère ne risquait sûrement rien, qu'elle était avec son groupe ainsi que ses deux gardes du corps et qu'elle ne prendrait pas de risques inutiles. Mais le jeune garçon précisa ce qui se passait, elle était là, dehors aux abords de l'île en train de combattre un navire de la Marine. Comme un seul homme, le royaume se leva, tous savaient que ce genre de cas de figures pouvait arriver un jour et ils s'étaient préparés. A sa grande surprise se fut Helen qui dirigea les troupes vers la plage et insista pour que Erwenn reste au palais. Le jeune garçon fit mine d'obéir, mais il n'en avait pas du tout l'intention, sa maison était attaquée, même pire, la seule famille qu’il lui restait. Il ne pouvait concevoir de rester sans rien faire, mais il savait qu'avoir une confrontation avec Helen maintenant leur ferait perdre du temps à tous les deux. Ce fut lorsque la grande marche rose sortit du château que Erwenn se mit en route par les petits chemins.

Une fois arrivé le combat le dépassait totalement, il voyait des explosions partout, sa mère était devenue une géante à six bras avec un sourire sadique sur le visage, et beaucoup d'ennemis ne pouvait s'empêcher de se tordre de rires jusqu'à la mort. Elle croisait le fer avec un homme assez imposant qui avait une masse comme arme. Une masse assez étrange il fallait dire. Les okamas avaient du mal à tenir leurs positions, la marine était beaucoup plus entraînées qu'eux sur le plan de la guerre. Et la bataille semblait impossible à remporter. Mais Erwenn rassembla son courage et fonça dans la bataille, il attaquait les marines qui lui tournaient le dos aidant du mieux qu'il pouvait les okamas sur son chemin. Mais après quelques secondes de combat un marine essaya de lui porter un coup d'épée de face. Il était bien trop rapide et Erwenn était en vol plané, c'était pour lui impossible d'effectuer une esquive. A ce moment il sentit son flanc droit lui faire assez mal, et sa vision changea totalement, comme tirée vers la gauche. Une fois au sol il comprit qu'il avait reçu un coup de pied qui l'avait projeté et que l'okama qui avait fait ça venait de se prendre une épée en pleine poitrine. (Les Marines sont de simple Soldats).

Les cheveux blonds, une coupe au carré, et un sourire magnifique mais très masculin. Une belle robe blanche maculé de sang rouge incandescent. Les larmes du petit garçon commencèrent à couler à flot ainsi que la morve de son nez. L'okama regardait le petit prince en lui offrant son dernier sourire et ses derniers mots.
« Je t'avais dit de rester au château mon chaton... mais je suis heureuse que tu ne l'ait pas fait... Je n'aurais pas voulu mourir sans voir une dernière fois ta magnifique frimousse... Adios baby, garde ce courage en toi. » Et d'un dernier clin d'œil et soupire elle lâcha sa phrase fétiche « Love That ».
Tels furent les derniers mots d'Helen D Fuerazon, nounou attitrée du prince de Momoiro, général en chef de l'armée rose. Erwenn hurla de chagrin, ce qui interpella Pamela et fut surprise de voir son fils sur le champ de bataille. Un moment qui lui valut une grave blessure, un coup de mortier sur le côté droit de son buste. Erwenn ne pouvait en supporter d'avantage, il était accablé par le chagrin tout son monde de rêve s'effondrait sous ses yeux. Il prit réellement conscience de la mort qui l'entourait, des okamas mort par dizaines gisaient au sol. Il était recroquevillé sur lui-même sanglotant et horrifié. C'est alors que le marine frappa le cadavre d'Helen pour en dégager son épée. Un choc se produit dans le cœur du petit garçon encore plus violent que le précédent. Et ce fut au moment où le marine planta son épée dans le dos d'un Okama devant lui qu'une lueur de folie traversa son regard. Une colère sourde et assourdissante pouvait se lire sur son visage. De ce fait Erwenn n'avait rien, et lorsqu'il releva les yeux pour regarder le marine celui-ci eut un cri d'effroi. Erwenn venait de planter un sabre, préalablement offert par sa mère adoptive, directement sur les parties génitales. Les combattants les plus proches arrêtèrent leurs combats et observèrent la scène des plus étranges. Le garçon se releva doucement le visage taché de sang. Une lueur verte commençait à remplir ses yeux, une lueur d'outre-tombe puis un hurlement qui interpella le reste du champ de bataille. Mais il ne devait pas combattre, les okama allaient le protéger. Précisément à ce moment-là, Nathan Seymour prit l'initiative d'enflammer la chevelure de Blair grâce au retour à la vie que tout deux maîtrisaient, elle comprit que l'homme voulait sauver la reine et frapper fort. Elle enroula ses cheveux qui faisaient au moins dix bon mètres autour du capitaine de la marine qui combattait Pamela et l'immola par le feu. La reine des okama se releva et frappa d'un coup de pied aussi dévastateur qu'un boulet de canon, la mâchoire de son ennemi enflammé, et lui arracha net. Suite à cela et à bout de force, aussi bien mentale que physique, le jeune Smoke tomba au sol inconscient. Faire appel à un tel pouvoir l’avait totalement vidé de toute son énergie et mis sa vie en danger. Mais grâce à son intervention, Kamabakka avait pu reprendre l'avantage, sans le savoir il venait de sauver son foyer au détriment de plusieurs vies sacrifiées.

Ce fut à l'âge de dix-sept ans que le garçon annonça son départ du royaume à peine quatre ans après le drame. Il savait qu'il était prêt à affronter la marine et avait expliqué une partie de son plan à sa mère, qui avait perdu tout espoir de le faire changer d’avis. Erwenn était devenu bien trop intelligent et têtu pour être raisonné, surtout que le cheminement et les arguments qu'il donnait étaient sans appels. Il en voulait au Gouvernement Mondial ainsi qu'au massacres de ce monde, il voulait une paix. Il reniait donc son passé pour voir le futur, changeait totalement tout en gardant une petite partie de lui-même.



One Piece Héritage
Fiche de présentation




Dernière édition par Erwenn Smoke le Ven 25 Oct - 14:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La puissante révolution ~ Erwenn Smoke. Jeu 24 Oct - 18:11

~ Double post. ~

Up ! J'ai terminé ma fiche de présentation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La puissante révolution ~ Erwenn Smoke. Jeu 24 Oct - 20:04

Je m'occupe de toi pendant la nuit
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La puissante révolution ~ Erwenn Smoke. Jeu 24 Oct - 20:07

Parfait, merci à toi. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La puissante révolution ~ Erwenn Smoke. Jeu 24 Oct - 22:16

Bon bah pas mal tout ça ^^

Validé 800 PF
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La puissante révolution ~ Erwenn Smoke.

Revenir en haut Aller en bas

La puissante révolution ~ Erwenn Smoke.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Les fiches-