AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[FlashBack] Mafia Island, Problème au 42ème Free Fight Night![Avec Keith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [FlashBack] Mafia Island, Problème au 42ème Free Fight Night![Avec Keith] Lun 4 Nov - 11:55



"Mafia Island, Problème au 42ème Free Fight Night!










Yokaï, désolé pour le retard, commencé est toujours dur quand on à pas full de temps ^^ mais ce sera BEAUCOUP plus rapide maintenant Smile





KYYYYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!! KAWABUNGADAAAAAA !!!!!!!!!!!!!

Des lumières éclaires une place, par millier tel une armada de lucioles entrant en guerre contre la céleste lune. Ils est tard ce soir là, ou cette légion lumineuse éclaire la place d’une ville, assez grande . Elle est la zone principale et centrale ici.. Comme-ci cette armada se sentait trop impuissante, ne tarde pas à s’y ajouter de grands feu. C’est un événement ici, dans une cité virussée par la pègre, de nombreuses familles puissantes, dirigeants diverses Mafia a travers le monde dont les siège résidentiel semble être plus nombreux qu’ailleurs. Il n’est donc pas étonnant qu’a l’inverse de feu d’artifices, de marchés de nuits et autres guignoleries, ici, a Mafia-City, on retrouve en grande soirée ; la « free-fight –night » !

Et nous en étions assez loin, la ventrèche alcoolisée que représentait un public nombreux de petites touches en tous genre avait déjà bien gerber et dansait autour de ses feus qui venaient de s’allumer, la musique a fond, empêchant les habitants normaux de dormir et n’incitant guère la mini garnison de la marine à sortir faire son devoir.. D’autant que les liaisons pour renforts ne passaient étrangement jamais les frontières de cette même île. Niveau combat, trois rings assez importants, une belle tradition dans les free fight tournament en tous lieu, rarement il y en avait plus et cela s’avérait bien suffisant.

Le plus grand servait aux finales ainsi qu’aux combats de tête d’affiche, les deux autres a tous les autres combats se déroulant en même temps. M’enfin ici, ce n’étaient pas vraiment des rings : poteaux lestés avec cordes les reliant, servant à former des carrés. Un sol en dur donc et des cordes bullant les chaires si l’on s’y réfugie. Pas mieux pour les poteaux, absolument pas protégés. Mini budget, max de sang, voilà bien le genre de compet’ auxquelles Sakyo détestait participer mais bon, même avec un nom ‘connu’, tant qu’on est pas champion on gagne pas sa vie et… Dans ses conditions comment imagine pouvoir un jour payer l’opération de sa sœur ? ici au moins les économies se ressentait directement sur la prime du gagnant. Il devais être proche des trois heures du matin, bleu et écorchures en tous genre dessinaient un joli champ de douleur sur le corps du boxeur pois plume.. C’est qu’ici, pas de catégories d'pois, pas d'gants, juste trônait dans sa mâchoire un bon protège dent fais sur mesure. Lui il étais déjà dans son coin, son adversaire là, c’était un finaliste. Le ptit chouchou de la foule, une brute colossale se tenant courbé tel un gorille. Probablement du sang de géant assez ancien dans ses veines…

Quelques minutes s’écoulèrent, le boxeur soufflait tranquillement, bien heureux de se reposer un peu. Dans son coin, personne. Malheureusement et comme bien souvent.. Mais a peine commençait-il a se sentir mieux de ses précédents affrontements que l’autre arrivait et on ne laissa pas le temps de répéter les règles et faire se serrer les mains ou quoi.. La cloche retentis et le lourdo vint a lui assez vite : première erreur avec son poids. Remontant sa garde, le jeune homme courba son buste de sorte a décrire un demi cercle et ainsi esquiver magnifiquement le premier assaut, n’ayant pas eu le time de sortir de son coin ; sa première mission était d’éviter de prendre un coup, même la garde relevée… Avec une brute pareille ce serait probablement sa fin. Heureusement ce singe gargantuesque n’était semble-t-il, pas très malin et la plupart de ses assauts portaient a la tête et donc, étaient on n'peut plus facile a feinter, d’autant que, plus on est baraqué, enfin.. Moins les muscles sont proportionnés, plus on est lent. Et dans ce domaine Sakyo était une petite perfection. Sec, large d’épaule, ossature presque parfaite pour résister, être assez lourd dans ses assauts et vif lors des esquives. Son travail au niveau musculaire pour atteindre cette presque perfection n’avait par ailleurs pas été facile. Mais sa sœur le valait bien et avec les sous empochés, il pourrais presque payer l’intervention médicinale nécessaire.

Douzième coups.. Épuisé le treizième fut bien trop long a arriver et les appuis trop instable du colosse permirent a Sakyo ne bourré d’un coup d’épaule pour le décaler et d’un simple désaxage se retrouvé hors cordes : mieux encore, sur le flanc du seul a attaquer jusqu’alors, direct dans les côtes, le temps qu’il se retourne, un crochet limite plus proche d’un uppercut inverse, de haut en bas, vint sécher le géant d’un belle attaque en plein dans la tempe. Un large sourie se dessina sur les lèvres du vainqueur car oui, la finale était dejà terminée. Pas si terrible ce mec, moins pire que celui de la demi finale quoi.. Largement. Vraisemblablement sa victoire ne fit pas plaisir, aucune félicitations hormis de l’arbitre qui lui remis le joli chèque géant ; Sakyo c’était alors empressé de le plier et le rang dans une poche intérieure de son short de boxe : ce qui lui fit une belle bosse au niveau de la jambe. Sans même avoir pus sortir du fake-ring, une dizaine d’hommes l’encerclaient déjà : What the Fucking Polluxette ?! » en plus, Sakyo était venu en Lama et celui-ci semblait ne plus être là ou il l’avait laissé du coup logique, intrigué le voila qui s’avançait, l’air de rien ne se doutant pas que c’était un comité de vengeance face au chouchou dla mafia du coin : une belle droite lui fut foutue en plein dans la face. Reculant de quelques pas son nez laissa s’échapper un filet de sang, puis grignant celui-ci sortit un petit pansement pour se l’y mettre, pour une fois qu’il n’en avais pas sur le pif.. « Ok, c’est partit, EEEEXTREME ! » D’un impulsion celui-ci s’élança sur l’abrutis qu’avais oser le puncher en traître, le heurta d’un coup direct et le fit chavirer d’un premier crochet dans  la gueule qui fit lâcher une de ses dents. Ne lui laissant pas le temps de se remettre une série de trois quartes crochets sans reprendre sa garde pour le faire tomber si vite qu’il ne s’en relèverait probablement pas. Le suivant était alors seulement a son niveau, une esquive accompagnant un ptit fauchage du pied et se retrouver en face du troisième.. Une belle esquive qui permis au coup du troisième de cogner le deuxième qui se relevait a peine. dix se retrouvèrent au sol et Sakyo était arrivé là ou était supposé être le Lama qu’il avais loué en arrivant sur l’île. « Oukilaimonlama ! » mettant ses mains autour de sa bouche pour crier le voilà qui cherchait assez pressé : « Lama, lamaoutai ? »


©️ Rédaction, Encodage et Modification graphique d'images de moi (wulfou@hotmail.fr).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [FlashBack] Mafia Island, Problème au 42ème Free Fight Night![Avec Keith] Lun 4 Nov - 20:31

L'odeur de la sueur, de la suie, du sang. Le crépitement des feux, les cris lointains de la foule, puis le silence. Un silence attentif, précieux... J'ouvris alors les yeux et dans un souffle puissant, je hurlais dans le micro dressé devant moi, mes mots peu à peu recouverts par les hurlements hystériques de la foule et de l'espace s'éveillant.

- Bonjour les amis et bienvenue à la 42ème édition de la Free Fight Night!! Celle-ci sera présentée par votre seigneur, le plus jeune millionnaire de cet endroit, j'ai nommé... Moi! Alors que les rings s'ouvrent, que les bières et le sang giclent et que la fête commence!!

Aussitôt, une lumière rouge irradia toute la place, réveillant tout le monde. Je regardais autour de moi, observant mon magnifique travail. Cette édition promettait beaucoup. Et surtout, j'étais sûr de la remporter cette fois. Kohl. Ce nom ne vous évoque sûrement rien, mais il devrait. Un mastodonte de 230 kilos pour 2 m 10, une masse de muscle à l'état pur, capable de vous briser un homme en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Une vraie bête, tout en puissance. Voilà quel allait être le nom inscrit au bas de la coupe cette année. Et mon nom à moi serait en bas du chèque de 100 000 Berrys, rien que ça. Avec un combattant pareil, rien ne pourrait me résister. Plus jeune, j'aurais sans doute hésité. J'aurais employé un pauvre clown qui aurait passé deux tours, pour encaisser 3000 berrys et je me serais tiré de ce lieu. Mais plus maintenant. À 17 ans, j'avais toutes les cartes en main pour écraser tous ces insectes.

Je descendis du ring principal, où je me tenais auparavant. Au bas de l'escalier, ma main claqua sur le fessier d'une jolie demoiselle, qui me rendit un beau sourire. Je tendis les deux bras sur les côtés et deux belles brunes vinrent aussitôt s'y coller, habituées à moi. J'avais sûrement à les côtés les deux plus belles femmes de ce trou. Y'a pas à dire, la mafia et le fric, ça avait du bon! Dans cette situation, je savais pertinemment que j'adorais ma vie. L'heure du premier combat pour Kohl approchait et il avait l'air plus enragé qu'à l'habitude. Parfait. Plus il frapperait fort, plus il avancerait sans se fatiguer. Et en effet. À peine monté sur le ring et le gong sonné, il avait foncé sur son adversaire tremblant, l'encastrant immédiatement dans le poteau de fer. Éclatant d'un rire narquois, j'attirais l'attention de tous les autres combattants, pour leur mettre un coup de pression, à ma manière.

- Oh non Kohl! Sérieux? On a déjà besoin d'un brancard. T'as de la chance on va pouvoir le sauver d'une destruction totale. Ce pauvre poteau vient de prendre un sacré coup. Hein quoi? Il y avait aussi un mec sur le ring? Ah bon? Jetez-le moi autre part.

Les têtes déconfites que firent le autres concurrents me confirmèrent que j'avais réussi mon coup. J'avais l'art de saper le moral à tout le monde, c'était mon don. Et ça avait marché plus que mes espérances. Les combats s'enchaînèrent à une vitesse folle, Kohl écrasant ses adversaires avec la plus grande des violences. Vint alors enfin l'heure de la grande finale. Dans le coin opposé à moi, soufflant comme un bœuf, couvert de bleus de la tête aux pieds, il y avait un petit homme au physique faible et ingrat. Quelle injustice. Il allait savoir ce qu'était la vraie souffrance. Et mon tank humain lui fonça dessus, se préparant à l'enfoncer dans ce poteau une nouvelle fois. Je vis la tête du jeune homme partir en arrière et le son caractéristique de la chair contre le fer. Je m'apprêtais à fêter ma victoire, quand je le vis ressurgir, sortit de nulle part, armant ses poings. La suite fut un véritable calvaire pour moi... Il enchaînait les esquives et les coups à une vitesse hallucinante, faisant apparaître des hématomes sur le visage de mon champion. Puis vint ce crochet. Le coup du siècle. Il décocha une sorte d'uppercut par le haut, directement sur la tempe de Kohl. Tout géant qu'il était, il tomba au sol, le regard vide et creux. Plus rien ne se passa. Le silence absolu envahit alors la place si bruyante au début du combat. L'arbitre se dépêcha de faire parvenir le chèque géant à ce rookie, lui faisant signe de dégager rapidement, sous des faux airs de félicitations.

De rage, j'avais écrasé une cigarette au sol et jeté mes lunettes contre le ring. D'un geste clair, je donnai un ordre direct à mes hommes, placés dans le public. Il savaient quoi faire. Mais ils se firent sécher également. En quelques coups chacun, comme de vulgaires pantins de paille. Il était temps de prendre les choses en main. Le boxeur était occupé à crier sauvagement pour récupérer son lama. Encore un qui devait être parti avec deux ou trois combattants trop saouls pour faire la différence entre ce genre d'animal et une femme. Enfin bref, cela n'a absolument aucun rapport. Sans hésiter, je sortis un pistolet de ma poche intérieure, tirant un coup en direction de lui. Je vis du sang gicler, mais il se baissa si vite que je n'eus pas le temps de voir si mon tir était correct.

- Ça va princesse? Tu veux des glaçons? Ou peut être que je te plaigne? Tu sais pas qu'elle erreur tu as commis. Que tu massacres mon champion, peu importe, c'est le jeu. Mais que tu frappes mes hommes qui étaient seulement venus récupérer son corps inanimé, ça je ne peux pas l'accepter. Cette balle c'était pour ça. Allez relève toi... Tu vas voir ce que je vais te mettre, enfoiré de boxeur en carton!

Ma main gauche se posa contre mon ventre, alors que ma main droite s'avança dans sa direction, paume ouverte. Autant régler ça dans les règles de l'art, si je puis dire ainsi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [FlashBack] Mafia Island, Problème au 42ème Free Fight Night![Avec Keith] Dim 10 Nov - 21:40



"Mafia Island, Problème au 42ème Free Fight Night!















KYYYYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!! KAWABUNGADAAAAAA !!!!!!!!!!!!!

Une détonation le coupa en pleine recherche du Lama de location. Putain de mecs bourrés ! En fait s’il avait eu pu chercher, ses trouvailles eurent été bien répugnantes au vu de l’amour naissant entre l’animal et d’autres animaux retourné à un état plus que primaire… Les pauvres mecs bourrés se sentiraient probablement bien con, sale ou que sais-je d’autres une fois le lendemain venu, se souvenant alors des galoches roulées a la pauv’ bête qui leur crachait dans la gueule pour se défendre de leur fétide haleine d’alcoolo complètement déchirés. Mais bref, la, c’est l’explosion auditive qui nous intéresse. La balle traversa l’air, un dixième de seconds suffisants à Sakyo et ses réflexes extraordinaires de grand boxeur, pour arrêter de chercher le lama et réaliser que ce tournoi bidon était vraiment organisé par des boloss : laissez des débiles tirer sur le vainqueur, putain ! Le son qui avait résonné à cet instant, ce n’était qu’un trop sombre souvenir bien trop connu pour le jeune homme qui fréquentait encore un peu des milieux qui en abusaient très clairement. Cette funeste sonorité, qui aurait pu l’éviter, prit en traitre, ne s’y attendant pas et qui plus est par derrière et d’assez loin pour ne pas se méfier… Putain de lâche ! Un manque entre les pattes pour oser agir de la sorte muni d’une arme de baltringue du genre ?

Puis, ses chaires furent tranchées ; la balle l’avait heurté lui, en plein mollet… La brulure lui monta instantanément et le jeune homme avait dû laisser tomber un genou à terre. Le sang ayant giclé abondement. Les dents serrées, aucun son n’était sorti de sa bouche lorsque la balle l’avait heurté. Les paupières fermées, rageur ; non… Ne jamais laisser la peur de mourir prendre le dessus : oui, la peur l’avait étreint moins d’une seconde lorsque le son avait retentit et jusqu'à ce qu’il ne touche le sol de son genou. Ça aurait carrément pus être pire. Bougeant ses doigts de pieds dans sa pompe : Au moins eux, ils fonctionnaient, donc rien d’vital de toucher. En plus à en suivre l’origine de la douleur la balle l’avait ouvert sur le flanc du mollet, 1milimetre plus vers l’intérieur et ptetre qu’elle serait restée coincée entre les chaires mais là, seul un flanc avait croisé le fer avec la munition. Probablement déviée par un saoulard sur son chemin qui avait voulu se réveiller au mauvais moment… Et qui pour sa part avait dû y perdre un beaucoup plus de fluide rouge.

Néanmoins et même si la blessure était assez importante malgré tout pour empêcher quiconque de se battre, ne parle-t-on pas d’hommes ayant eut-pris jusque sept ou.. Huit coup de fusil à pompe dans le buste, les bras et les jambes, et ayant parvenu à courir plus vite que leur agresseur, sauter une petite haie et heu… Voilà, pour au final survivre sans séquelles autres que traumatiques ? Alors sa situation était loin d’être désespérée ! « Non onee chan, je ne t’abandonnerai pas ! » pensât-il alors simplement. D’autant que son adversaire jouait les couards en s’approchant d’un pas lent et rythmé. Le pas lourd probablement par des talonnettes ajustées a des pompes de bourge comme en portent les ptit caïds mafiosos. Minable… >Enfin, lui aussi en portait parfois bien que même en costume, neuf fois sur dix, Sakyi préférait ses godasse de boxe. On sait jamais après tout, même si ça fais pingouin ! Dans l’éventualité ou ses spéculations sur les chaussures étaient justes, celles sur la tenue allant avec le serait probablement aussi. Une tenue de ce genre, c’est cintrée… Sa empêche de bien bouger et il s’approche de trop près ! Looser !

Un sourire se dessina alors sur les levers du boxeur, sourire invisible pour celui qui s’approchait dans son dos ! Lui qui annulait à chaque seconde ses chances de se débarrasser du vainqueur gênant. Un clap de trop, ce fut au « Allez relève toi » avant même qu’il n’eut prononcé le toi que Sakyo, d’Une impulsion soudaine du muscle meurtrit, sans un bruit ; engagea un désaxage-redressé des appuis, une torsion de la ceinture abdominale dans le même élan pour propulser a ultra-courte distance son poing. Le bras contracté jusqu’aux pecs’, un petit coup sec et vif venu sur l’angle mort de celui qui avait eu l’audace de le prendre en pute avec un remplace « gloire masculine » entre les pattes. Son poing, s’il parvenait cette petite reprise viendrait percuter de plein fouet le menton de son adversaire. Le puncheur qui était un instant de dos a son Xème adversaire c’était par cette rotation d’appuis venu se positionner sur le flanc du mec armé. Un mouvement de haute voltige s’il n’en est, dont suivrais une série de crochets pour le sécher et le placer au sol. Sans oublier de reposter sa garde car… Bien que sur de lui, il ne faut jamais mésestimer un adversaire, aussi lâche soit-il. Hé non, pas un mot pour cette immonde flétrissure, à quoi bon répondre d’autant qu’à vrai dire, le pauvre boxeur n’avait rien écouté n’y même réalisé qu’il lui avait adressé la parole. Enfin si, mais pas dans l’optique de l’écouter ou ne pas l’écouter mais juste dans celle de calculer quand agir…


© Rédaction, Encodage et Modification graphique d'images de moi (wulfou@hotmail.fr).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FlashBack] Mafia Island, Problème au 42ème Free Fight Night![Avec Keith]

Revenir en haut Aller en bas

[FlashBack] Mafia Island, Problème au 42ème Free Fight Night![Avec Keith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Les rps-