AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un pillage improvisé ! (avec Joey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Goyah Adams Jr.
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 113
MessageSujet: Un pillage improvisé ! (avec Joey) Jeu 12 Juin - 20:47




 Cap Vermeil
____________________________________________
 


On ne pouvait pas faire mieux. Deux situations en mer, et le résultat était le même. Enfin pas tout à fait. La première fois mon embarcation s'était écrasée contre des récifs, et la seconde fois, donc cette fois-ci, je me retrouvai agonisant, sans avoir mangé ni bu depuis près de deux jours. La mort me dévorait lentement, et dans les deux cas, ma traversée était un échec. Alors que dans la dérive la plus totale et absolue mon esprit s'était résigné à affronter la mort, ma barque fut treuillée par un espèce de grand navire. Certainement un bateau de pêche vu l'odeur. Je n'avais plus la force de bouger mon corps et de garder un état de conscience stable. Pour être tout à fait franc, je croyais tout bonnement délirer.

Mais à mon réveil dans une cabine plutôt sale et malodorante, je pris conscience de la chance incroyable qui me souriait ces derniers temps. Je regagnai le pont, et voyait à l'oeuvre ces marins-pêcheurs. J'avais été secouru grâce au capitaine de ce crevettier. Je voyais sous mes yeux à l'ouvrage ces hommes donner toute leur énergie dans leur tâche. Le capitaine vint à moi, c'était un espèce de gros chat habillé de vêtements aux couleurs colorés. Visiblement il était atteint d'un certain âge et il avait une jambe de bois.






- Eh bien bleu-lapin rose (en fait lapin rose c'est le mot qui commence en " b " et qui fini en " ite", y'a l'admin qui a censuré ce joli mot),  vous avez failli déssecher à mort dans votre barque tout pourrie ?
- Meuh heu heu heu ... J'arrive toujours à m'en sortir, sir ! Merci encore. Je m'appelle Bovino et je suis un pirate !
- Et moi c'est le capitaine Frakass. Bouah ah ah ah ! Pirate, hein ? Tu me fais bien marrer, toi. Alors que t'étais à deux doigts d'y laisser la peau tu oses encore fanfaronner ? J'ose espérer que tu as l'intention d'intégrer très vite un équipage. La solitude est synonyme de mort, en mer !
- Je n'ai pas encore rencontré de véritables pirates mais ça ne saurait tarder. Tout le monde aura mon nom sur ses lèvres, hé hé !
- Mouah, tu vas vite déchanter quand tu commenceras à te frotter aux autorités. Et j'en sais quelque chose, face de vache. Moi-même j'ai été pirate dans ma jeunesse, et j'ai vite renoncé quand un officier m'a coupé la jambe d'un coup de sabre. C'était sur Grand Line.
- Je n'en crois pas mes oreilles ! Vous êtes allé sur Grand Line ?? Le " cimetière des pirates ? "
- Mieux que ça, gamin ! Je suis né là-bas. Cette mer est surnommée ainsi car beaucoup de flibustiers y perdent la vie. Mais en vérité, Grand Line pullule de pirates aussi ambitieux les uns que les autres. C'est un monde impitoyable. En tout cas bienvenue à bord de mon crevettier. Nous mouillerons ce soir au Cap Vermeil. Si jamais tu changes d'avis, sache que j'ai un poste de libre à te proposer à mes côtés.
- Nan, tu me vois, moi, Bovino, pêcher des crevettes pour le reste de mes jours ? J'ai un objectif à accomplir au delà de Grand Line !

Je pensais déjà au Nouveau Monde. Mais j'étais encore très loin de poser pied là-bas. Il me restait trop de choses à accomplir, et je n'avais pas encore trouvé d'équipage. Comme prévu, une fois que le soleil déclina, la terre fut en vue. C'était Cap Vermeil, une grande ville portuaire qui vivait beaucoup du commerce. En vérité il s'agissait d'un des lieux les plus dynamiques de West Blue, donc des plus prisés par les pirates. Les attaques des navires commerciaux, de marchandises ou de pêche étaient fréquentes. Aussi, les administrations locales avaient décidé de renforcer la sécurité de la ville. Et depuis peu, de nombreux bateaux de la Marine effectuaient régulièrement des patrouilles. Enfin, c'est ce que m'avait raconté le capitaine Frakass. D'ailleurs ce dernier, malgré son ton un peu bourru était un homme tout à fait courtois et instruit. Ca se voyait qu'il avait vécu beaucoup de choses et que son passé de pirate l'avait marqué. Les marins préparèrent à décharger la cargaison en enfournant les kilos et les kilos de crevettes dans de grandes caisses de bois. Alors que le ciel qui baignait dans une lueur orangée splendide, le crevettier s'amarra au port de Cap Vermeil qui portait décidément bien son nom.






Ce gros matou de Frakass distribua ses ordres comme tout bon capitaine, et ses hommes obéirent sans broncher. J'admirais ce vieil hybride qui avait su conserver un sacré charisme. Etant donné l'heure tardive, les docks du port étaient presque déserts. On abaissa la passerelle, on déchargea tonneaux et caisses pendant que Frakass allait s'entretenir avec les douaniers. Il m'invita à le suivre avant de me libérer, ce qui je fis sans broncher. Le douanier, qui était seul procédait à de nombreuses vérifications sur son registre tout en interrogeant son interlocuteur.

- Donc votre navire ... le " Pharaon ", c'est bien ça ...
- Ca va durer encore longtemps ?
- Non c'est bientôt fini ... Attendez, mais ... C'est quoi cette histoire ?? fit le douanier en s'agitant.
- Quoi donc ?
- Regardez ça ! Ce n'est pas vous sur la photo ! J'ai le dossier du capitaine sous les yeux ... Mais ce n'est absolument pas vous ...
- Ah bon ? Faites donc voir ?

Frakass fit mine de s'approcher du douanier, mais au dernier moment, sortit un poignard de sa poche et éventra le pauvre homme sous mes yeux. Son sang éclaboussa mes pieds, et son corps sans vie s'effondra. Je restai sans bouger, mon corps n'osant faire aucun geste. En vérité c'était la première fois que j'assistais à un meurtre ... J'avais déjà tué, mais c'était un ours mangeur d'hommes ... Frakass lécha sa lame avec délectation avant de hurler à ses marins :

- C'est bon les gars ! Le plan est amorcé !

Les marin-pêcheurs sortirent des tonneaux et des caisses des armes. Sabres, haches, pistolets, fusils et j'en passe. En quelques secondes, une horde de plus de cinquante gaillards étaient armés jusqu'aux dents. Je commençais à comprendre.

- Vous n'avez jamais pris votre retraite, n'est ce pas ?
- C'est exact. Je reviens de Grand Line et autant te dire que je n'en garde pas un bon souvenir. J'ai donc navigué jusqu'à West Blue à bord d'un navire en miettes. Et puis je suis tombé sur ce crevettier. J'ai mené facilement l'abordage et après avoir interrogé le capitaine, il m'a tout expliqué sur son travail et Cap Vermeil. A partir de ça, j'ai établi un plan qui visait à mener une attaque surprise sur ce port commercial tout en n'éveillant aucun soupçon. A bord de ce crevettier, et en plein nuit, personne ne sera sur ces gardes, la ville nous appartient.
- J'avoue que c'est machiavélique. Digne d'un pirate. Ca m'a l'air marrant tout ça !
- J'espérais que tu me dises ça, face de vache ! Maintenant tu fais partie de mon équipage que tu le veuilles ou non. Si tu refuses, je t'écharpe moi-même, compris ?

Rusé, mais bêta. Frakass suscitait toute mon admiration mais pas au point qu'il me fasse obéir par la contraire. Après tout, un équipier comme moi ça se méritait ! J'étais Bovino, le pirate-vache après tout ! Néanmoins j'étais curieux de voir la suite des évènements. Tout ceci était très intéressant !

- Ca roule, capitaine !
- Alors en route ! Et prends-en de la graine ! Yaaaah !!

Tout la troupe de flibustiers en furie remontèrent les docks pour s'engouffrer dans la ville en semant la pagaille. Sur leur sillage, ils ne laissaient que cadavres, mutilés et femmes à demi-nues. Un peu partout à Cap Vermeil, des incendies s'étaient manifestaient. Très vite on etendit plus que des hurlements, des cris demandant de l'aide, des coups de feu ect ... En moins d'une heure, Frakass avaient semé un chaos sans nom dans cette ville pourtant très paisible. Pour ma part, je ne prenais pas vraiment part aux massacres, ce n'était pas une chose qui me plaisait particulièrement. Alors que j'étais à la traine, à regarder avec interêt le carnage de l'équipage pirate, mon pied heurta quelque chose au sol. C'était un homme couvert de sang.

- Keuf ... Toi aussi t'es des leurs ... Sale pirate ...
- Mh, si on veut. Je n'aime pas trop les pillages alors je regarde juste.
- ... Tu te fiches de moi ? .. Argh ! Qu'est ce qu'il y à voir là-dedans ??
- Je trouve ça assez divertissant, Meuh heu heu heu ! Et quoi de mieux qu'un vieux capitaine pirate pour vous apprendre le métier ?

Puis j'infligeais un coup de pied d'une violence dans le crâne du pauvre homme tout en ricanant. C'était donc ça la piraterie. Amusant. Je décidai alors de prendre de la hauteur en rejoignant les toits. La nuit était tombée sur le Cap Vermeil, et des braises virevoltaient dans l'air quelque peu embrumé de fumée noire à cause des multiples bâtiments en feu. J'étais debout, au bord du toit d'un grand édifice que j'associai à une mairie ou une quelconque administration. Sous mes yeux, la violence et l'horreur d'un pillage-surprise. Alors je m'esclaffai en m'époumonant :

- Meuh heu heu heu heu heu !! Alors c'est donc ça la piraterie ?? Voilà quelque chose de définitivement intéressant et qui vaut la peine d'être vécu ! Destin ! Souris-moi encore une fois, Meuh heu heu heu !!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joey Silver
Caporal
Caporal
avatar
Messages : 15
MessageSujet: Re: Un pillage improvisé ! (avec Joey) Ven 13 Juin - 17:08












~ Un Pillage improvisé


Feat . Bovino

Cap Vermeil

Soirée peu zen


Le ciel était d'un orange carotte magnifique. Le jeune Joey était encore sur le pont, rêvassant tout en regardant les nuages passer au-dessus du navire, comme s'il espérait un jour pouvoir les atteindre. Comme quoi, la vie en mer peut faire penser à des choses plus ou moins bizarres. Le marine s'était de nouveau fait embarquer dans une patrouille des différents lieux qui pouvaient compter ces mers. C'était plus une liberté qu'une corvée pour lui, après tout, il ne comptait pas rester dans son bureau à remplir, ranger, trier toute la paperasse qui s'était accumulée sur son bureau. Dès l'annonce de sa prochaine mission, il s'était empressé de tout préparer pour son départ.

Ainsi donc il s'était retrouvé sur ce navire, accompagné d'autres soldats un peu plus bas gradé que lui. Il n'était pas le capitaine d'expédition, mais il avait tout de même le droit à l'autorité parmi tout l'équipage. Il avait rapidement lancé un regard autour de lui après être sorti de ses pensées. Il pouvait voir que tout était calme sur ce navire, tout le monde était à son poste, ils n'attendaient plus que leur arrivée sur leur prochaine destination : le Cap Vermeil. Le rose n'avait pas idée du pourquoi il devait s'y rendre. Peut-être que le chef d'équipage devait y faire quelque chose ? Récolte de rapport ? Enfin bon, cela ne le regardait pas, et l'intéressait encore moins. Tout ce qu'il savait, c'est que le temps qu'il allait passer sur terre, il le passera à traîner dans les ruelles à la recherche d'un bar pour pouvoir se reposer tranquillement. Il pouvait voir l'île se rapprocher de plus en plus. Il pouvait voir de cette distance que ce n'était pas un port de transport transitoire, mais plutôt fait pour tous les échanges commerciaux.

« Caporal ! Nous sommes arrivés. »

Il ne fallut pas très longtemps pour que le navire s'accroche au ponton, permettant à l'équipage de poser pied sur terre après quelques jours de navigation en mer. Le pied nu de Joey se posa à son tour sur le bois humide qui composé ce fameux ponton. Il n'avait plus besoin de sentir le bateau tanguer de droit à gauche dût aux vagues qui venaient se fracasser sur la coque. Marcher sur la terre ferme était ainsi un régale. La nuit l'allait pas tarder à tomber, et le caporal décida de s'enfoncer loin dans la ville, de manière à s'isoler dans un coin tranquille où il n'y aurait que peu de monde pour le déranger. La ville était assez simple mais montrait un certain charme que celle les villes commerciales pouvaient faire apparaître. Le fait de marcher au milieu des rues avec autant de locaux donnait un sentiment de plaisir, de sympathie envers eux. Comme s'ils dégageaient un aura accueillant envers les nouveaux venus.

Après presque une trentaine de minutes de marche, Silver s'était arrêté devant un petit bar à la limite de la ville. Ici, il était presque sûr qu'il n'allait pas rencontrer un membre de son équipage. Il était rentré, laissant la porte en bois grincer légèrement quand il la poussa, attirant le regard du peu de clients présents et celui des employés. Le marine remarqua assez rapidement une place au niveau de la terrasse, ce qui lui permettra de rester dans la brise nocturne qui n'allait pas tarder. A son habitude, il commanda un repas pour cinq personnes, composé de viande animal et plusieurs légumes, accompagné d'une bouteille de vin rouge pour déguster entre les nombreuses bouchés qu'il allait prendre.

La nuit était bien tombée, et le jeune rose était occupé à manger, entamant la moitié du service qu'on lui avait apporté. Pourtant, une odeur lui fît faire une pause... Une odeur de brûlé. Il se demanda si c'était le chef qui s'était trompé lors de la cuisson, résultat à une calamité culinaire. Mais non, c'était odeur comportait une odeur qu'il pouvait reconnaître entre mille : la poudre à canon. Il s'arrêta net de manger, restant posait, regardant dans le vide... Il allait encore une fois être interrompu au beau milieu de son repas...


Il était parti rapidement en direction du centre de la ville qui semblait bien trop illuminait d'un rouge inhabituel, en laissant toute sa commande et une bourse de pièce, assez pour payer son repas. Tout ce qu'il voulait, s'était éliminer rapidement la source du problème pour pouvoir retourner manger. Plus il se rapprochait, plus l'odeur était accompagné de cries, d'appel à l'aide... A peine arrivé dans la zone du centre qu'il s'était fait attaquer par un petit groupe de gens. A leurs tenues et aux armes qu'ils portaient, ils ressemblaient trop à des pirates pour être de simples villageois.

« C'est que c'est dangereux de se balader avec une tenu aussi éclatante de nuit mon garçon ! »

« ... »

L'un d'eux s'était rapproché doucement, montrant bien la lame qu'il tenait dans sa main. Le rose réagit aussitôt, envoyant rapidement un coup du palme de sa main, envoyant l'agresseur dans les bras de ses compagnons. Il fît un saut vers le groupe qui ne semblait pas très bien comprendre ce qu'il se passait, profitant ainsi pour frapper de son poing le sol, implantant un léger aura de son Gura Gura no Mi, dégageant une petite onde de choc, éclatant l'équipe qu'ils formaient, les projetant contre les murs des bâtiments les entourant. Le coup semblait les avoir mis hors d'état de combattre... Ils étaient surement de bas rang. Joey se gratta rapidement l'arrière de la tête. Ainsi donc la ville subissait une attaque de pirate ? Est-ce que son équipage avait la situation en main de leur côté ? Ou est-ce qu'ils étaient en position de faiblesse ? Il n'en savait rien... Il aurait peut-être dû les questionner avant de les envoyer dans le monde des rêves...

« Meuh heu heu heu heu heu !! Alors c'est donc ça la piraterie ?? Voilà quelque chose de définitivement intéressant et qui vaut la peine d'être vécu ! Destin ! Souris-moi encore une fois, Meuh heu heu heu !! »

Une voix... Une voix s'était exclamée juste à côté du Marine. Le rire de l'individu ressemblait au meuglement d'une vache, se dit avait surpris un instant Joey. Il parlait de piraterie ? Il avait surement un lien avec cette attaque, il allait au moins servir d'informateur au rose. Vu l'écho que la voix avait faite, il devait être à une terrasse en hauteur, ou sur les toits. De toute manière, pour une meilleure chance de le trouver, le caporal devait prendre de la hauteur pour espérer prendre de la vision. Arrivait au sommet d'un bâtiment, il scanna les environs, remarquant un homme au bord d'un toit au-dessus d'un grand édifice, plus imposant que le reste. Il était étrange... En effet, en plus d'avoir un rire semblable à une vache, il portait des habits et un genre de casque tacheté. Il ne resta pas plus longtemps sur les détails, courant de toit en toit pour arriver au bâtiment voisin de celui où la vache se tenait. Il était un peu plus bas que ce dernier, devant lever la tête pour le voir.

« Je vous dérange peut-être ? Vous allez peut-être pouvoir me donner les informations sur la situation. »

Il prit de l'élan avait de sauter et attraper le rebord du grand bâtiment de ses mains, avant de se hisser sans trop d'effort pour se retrouver enfin sur le même toit que celui qui avait crié dans toute la ville. Les lueurs rouges et les cries ne mettaient pas une ambiance sereine pour cette scène, c'était sûr. Et au vu des propos qu'avait tenu cet individu, il y avait peu de chance qu'il fasse parti des gentils.

« Bon, j'attends juste un résumé de la situation, sans opposition, de façon à ce que tout ça soit réglé et que je puisse finir mon dîner. En espérant que la force ne soit pas employée... »

Le regard inexpressif du rose était ancré sur l'homme qui se tenait devant lui a présent.




Ally G ; 4 Yu


_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goyah Adams Jr.
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 113
MessageSujet: Re: Un pillage improvisé ! (avec Joey) Ven 13 Juin - 21:04




 Cap Vermeil
____________________________________________
 


Alors que j'étais en pleine extase devant ce spectacle inédit et excitant, une voix m'interpella.

- Je vous dérange peut-être ? Vous allez peut-être pouvoir me donner les informations sur la situation.

Avant que je ne tourne la tête pour voir mon interlocuteur, il avait déjà disparu. En fait il gravissait avec une certaine aisance la paroie vericale des murs de l'édifice sur lequel je me situais. En un rien de temps il me rejoignit, et nous nous retrouvâmes l'un en face de l'autre. Et c'était un véritable colosse. Sa taille avoisinait les deux mètres, sa silhouette semblait être taillée dans le marbre et sa musculature était imposante. Il portait une espèce d'armure dorée. Néanmoins il paraissait jeune, peut-être mon âge, et sa couleur de cheveux quasiment mauve me laissait assez perplexe. J'avais un étrange personnage en face de moi. Et plutôt intimidant.

- Bon, j'attends juste un résumé de la situation, sans opposition, de façon à ce que tout ça soit réglé et que je puisse finir mon dîner. En espérant que la force ne soit pas employée...
- Meuh heu heu ... Voilà donc un fort grand gaillard qui vient me donner des ordres ! Un rapport sur la situation ? Avec grand plaisir, mon goujat ! Heureusement poue toi je ne suis pas un fana de la baston. Figure-toi que ...
- Bovino, descends de là !!

La barbe. Inutile de me retourner pour deviner qui était là. Mais pour ne pas paraitre impoli, je m'executai.. En bas, au centre de la place, se tenait une vingtaine de pirates, le plus gros des forces de Frakass. Et d'ailleurs, ce gros matou à la jambe de bois était là lui aussi. Il agitait son sabre plein de sang, comme un gamin qui remue son hochet dans tous les sens. Lui que je trouvais plutôt intéressant et honorable sur le crevettier, me faisait maintenant méchament pitié. Je soupirai.

- Quoi ?
- On repart ! Y'a toute une escouade de la Marine qui était stationnée dans la ville et on se prend une méchante rouste ! Sans compter les milices civiles qui sont nombreuses. Dépêche-toi nous regagnons le navire !
- Tsss ... Moi qui croyais que t'étais un vieillard respectable ... Mais en fait t'es qu'un couard ! Tu reviens la queue entre les jambes de Grand Line, tu attaques une ville commerçante et tu trouves encore le moyen de fuir devant tes propres actes ! Sois un homme, un vrai ! Assume-toi en tant que pirate et bats-toi jusqu'au bout !
- Comment ??? Tu oses contredire mes ordres ? S'il y a bien une chose que je ne supporte pas, c'est l'insubordination ... Je voyais en toi une recrue prometteuse, mais tu me poignardes dans le dos, gamin ! Descends donc de ton perchoir pour m'affronter !

Je tournai la tête vers mon interlocuteur précédent en lui glissant un sourire de côté.

- Désolé, bonhomme, j'ai un truc à régler avec ce chat. Ensuite je répondrai à tes questions, qui que tu sois, et aussi curieux sois-tu. Pour ma part, le jeu a assez duré, j'ai vu ce qu'était une razzia, et j'avoue que retenter l'expérience est une perspective qui m'enchante au plus haut point.

Je descendis donc du toit, avec une certaine agilité. Il fallait dire que mon enfance et adolescence passé dans le milieu sauvage avait fait de moi un grimpeur accompli. En quelques secondes, je me retrouvai au centre de la place, face au capitaine Frakass. Ce dernier siffla, et ses hommes déguerpirent direction le port. Frakass tendit son épée en ma direction en agitant le bout à la façon d'un escrimeur.

- Tu vois, je ne me dégonfle pas. De pirate à pirate, un duel à mort, ça te va ? On est même seuls, hin hin ...
- Ah, je vois, tu as fait un effort, c'est bien. Mais il y a bien une chose que je n'ai pas apprécié tout à l'heure ...
- Quoi ?
- Que tu m'aies enrôlé de force, connard !! Ton charisme est tellement inexistant que tu dois contraindre les autres d'intégrer ton équipage ! Tu ne sais pas à qui tu as affaire, je suis Bovino le Tacheté, fier pirate solitaire !! Et faut me mériter pour me recruter, Kwiskas de mes deux !!

Boil Kick, le Pied Bouillant !

Ma chaussure se mit à prendre une couleur incandescante, et de la vapeur s'en échappa. Mon pied venait d'atteindre les 80°, autrement dit un coup pouvait infliger de douloureuses brûlures. Puis j'infligeai un coup de pied dévastateur horizontal en pleine poitrine du vieux Frakass qui n'eût même pas le temps de réagir. Il fut projeté en arrière avec violence, et fut trainé au sol sur une bonne dizaine de mètres. De sa poitrine s'échappait l'empreinte rougeoyante de la semelle de mes bottes, enfoncée dans son thorax et de laquelle une fumée blanche s'élevait. Le chat crachat une gerbe de sang avant de sombrer dans l'inconscience. Puis j'adressai un signe de main amical en direction du colosse en armure dorée qui se tenait sur le toit du grand bâtiment.

- Heu heu heu ... Tu peux descendre, bonhomme ! Si tu as d'autres questions n'hésite pas, je suis ton humble serviteur !!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un pillage improvisé ! (avec Joey)

Revenir en haut Aller en bas

Un pillage improvisé ! (avec Joey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: West blue :: Autres îles de West blue-