AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Wesh Mouflon! [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Wesh Mouflon! [Fini] Lun 26 Aoû - 22:04

One Piece Héritage
Fiche de présentation


~ Gaki Eden


 



Nom : Gaki
Prénom :Eden
Surnom :/
Age :19 ans
Race : Humain
Lieu de Naissance :/
Camp :Marine
Fruit du Démon ou Arme : Pika Pika no mi | Fruit de la Lumière : Le corps de celui qui le mange se transforme en lumière. Il est alors capable de se déplacer et de frapper quasiment n'importe qui à la vitesse de la lumière. Il peut également émettre des rayons explosifs et lumineux semblables à des lasers qui peuvent détruire n'importe quoi et aveugler ses ennemis.
Profession :Navigateur
But : Créer un bon groupe d’amis et atteindre le rang de membre du conseil de cinq étoiles.
Autres : AAAiii… Tu m’as pris pour une zoulette ou quoi?!




~ Caractère / Physique

Ce qu’il est devenu…

Alors, comment pourrais-je vous d’écrire le caractère pour le moins énigmatique de cet homme, des comportements immatures, voire même stupides, aux étincelles de génies qui à de rares moments viennent s’immiscer dans son comportement, telle une étincelle dans le noire. Je dirais, sans prétendre avoir la science infuse, qu’il n’est ni fou, ni extraordinairement intelligent. C’est juste quelqu’un de lucide, qui s’emploie à vivre une vie dénué de tout malheurs et de toute haine. Parfois vue comme un imbécile, il se sert en fait de cette image comme d’une couverture qui le protège de tout soupesons, qui pourraient nuire à sa tranquillité, tranquillité qui est rappelons-le, l’un des maitre mots qui guide sa vie.

Ces genres de comportements étranges, il les réserve bien souvent aux êtres devant qui il ne juge pas bon de dévoiler toute sa sympathie et avec lesquels il juge trop inopportun de créer une relation, qu’elle soit amoureuse, amicale ou même respectueuse. Ce principe est comme par magie, bien plus complexe avec la gente féminine, car si la personne d’en face est séduisante soyez certain d’une chose, c’est qu’il fera tout pour lui plaire, comme par hasard me direz-vous. Néanmoins cet homme est loin d’être borné est révisera son jugement sur quelqu’un, si cette personne commet un acte n’allant pas dans le sens de son premier jugement. Vous l’aurez donc compris, la meilleure arme pour tromper la vigilance de l’Eden Gaki reste encore le charme de ces dames.

Parlons maintenant des rapports que notre jeune Marine entretient avec ses amis, heureusement ceux-ci ne sont pas identique que ceux qu’il entretient avec les personnes qu’il vient de rencontrer, en effet une fois le pas fait et la création d’un lien fort entamé, c’est une autre personne qui semble se présenter devant vous.  En effet, même si celui-ci garde sa part de bizarrerie, qui lui est propre, le jeune homme sera tout d’abord bien plus attentionné, voire même trop, mais il ne faut pas lui en vouloir, il prend juste son rôle de leader très à cœur c’est tout ! Malgré son habitude parfois male seine de faire la morale, plus précisément dans le domaine amoureux et sur les femmes en général, un domaine qui au vue de son ratio, râteaux prient et rencard concluant tourne autour de moins trente. C’est à tous cela, ces personnes qui lui sont chères, que le jeune Marine est prêt à aider en toute circonstances, même si son honneur doit y passer, car il considère qu’un homme doit toujours tenir sa parole et ça à n’importe quel prix. En parlant de prix, ce jeune homme n’est pas quelqu’un d’avare, loin de là il est parfois un peu trop dépensier.

Parlons maintenant des vices du jeune homme, mais attention, pas de tous, il y en aurait trop et vue qu’ils tournent tous autour des même choses ça deviendrait vite rébarbatif et ce n’est pas ce que nous voulons, n’est-ce pas ? Le principal rêve de ce gamin des rues ce nomme liberté, ce qui est en fait pour lui la porte ouverte aux fêtes les plus en proie à la débauche, avec de la music, de l’alcool et des femmes bien évidemment ! Ce qui est curieux chez ce fêtard dans l’âme c’est qu’il a sa manière à lui de tenir l’alcool, en effet cet infecte breuvage lui donne, quand il est consommé à forte dose, des envie de baston folles, mais pour voire ça, il faut pour cela vous laissez entrainer dans ce genre de soirée, avis aux amateurs.


Ce qu’il garde de son passé….  

Malgré sa bonne réinsertion dans la société, le jeune garçon avait gardé quelques traces impérissables de son vécu d’enfant de la rue, une certaine part de violence somnolait en lui. Non pas que celle-ci ne soit pas assumée par le jeune homme, il préfère la cacher aux autres personnes, gardant comme à son habitude une part de mystère qu’il se plait à entretenir. En effets il tient énormément à son anonymat, c’est pour lui un bon moyen de surprendre ses adversaires et reste une qualité qu’il estime primordial pour tous les agents du gouvernement digne de ce nom. Ce considérant comme étant sur une pente ascendante, il vise les sommets dans la hiérarchie du gouvernement et fera tous ce qu’il peut pour y arriver.

De plus son enfance lui a procuré un rythme de vie assez mal sein, en effet pour un gamin qui avait l’habitude de côtoyer les hautes sphères de la déchéance de l’être humain, certaines pulsions et habitudes nuisibles à sa réputation pointent souvent leur nez. C’est le cas de la violence malsaine, cette envie de sang et de meurtres inexplicable, calmée tout de même par l’éducation et la discipline qu’on lui a inculqué lors de son ascension dans la Marine. Cela fait de lui le parfait agent pour toutes les taches désagréables qui violent une certaine étique moral et ça ses supérieurs hiérarchiques l’ont bien compris.


Wesh Mouflette…

Attention mesdames, mesdemoiselles, cette partie est faite pour vous ! Comme vous l’aurez sans doute compris, quoi que vous êtes des femmes quand même, faut pas trop vous en demander…. Non je rigole, arrêtons les blague machistes, ça risquerait de me faire sacquer par un possible modo du sexe faib… De ce sexe quoi, vous remarquerez que j’ai employé le mot sexe deux fois en deux lignes, est-ce évocateur de la suite de cette description qui n’a pas encore commencé, à vous de voir.

Tout d’abords attardons-nous sur les gouts vestimentaires du petit chenapan, attention pour les plus tatillons, il n’y a aucunes connotations sexuelles dans le mot chenapan ; enfin, reprenons là où nous nous étions arrêté, je disais donc que le gamin aimait bien s’habiller, il arborait toujours des tenues d’un certain prix et avec une certaine tendance à montrer que monsieur aime le chic. Je vous vois déjà arriver, vous êtes en train de vous dire qu’en plus d’être frustré au niveau sexuel je le suis au niveau financier… Hey ba oui et comme j’écoute du rap de ouf ta mère j’vous dit à tous Wesh Mouflette !

Et voilà on c’est encore écarté du sujet, je disais donc que le jeune homme avait un look plutôt sobre et des gouts affirmé pour le luxe. Alors vous allez dire, oui mais c’est pas sobre ça et ba moi je vous répond que si, au niveau des couleur c’est plutôt sobre et puis même si vous avez raison j’men fous, parce que ma maman m’a toujours dit que j’avais toujours raison ! C’est vrai que ses costumes son tout pour lui, serait-ce dut au fait qu’il est développé un complexe autour de son ancienne vie de miséreux, je ne pense pas, il aime juste ça. Il est intéressant d’observer qu’il porte des gants blancs qui recouvrent chacune de ses mains,  ceux-ci ont une symbolique très forte pour lui, en effet il ne les met que lorsqu’il est affecté à des missions lors desquelles il doit tuer à outrance. Effectivement, même s’il lui arrive de répandre le sang par plaisir, il n’aime pas avoir les mains souillé par le sang d’inconnus.

Après les gouts vestimentaires, le visage et là il y a vraiment beaucoup de choses à dire, commençons par ses yeux, oui il en a bien deux, ce qui est un bon début me direz-vous. Ses deux yeux sont assez intrigants, non ils ne partent pas en couilles (Hey oui, il y aura bien une référence sexuelle par paragraphes au niveau de sa description.), mais quand ceux-ci se pose sur vous il est compliqué de savoir ce qu’il pense. Son regard est assez profond, du sens ou celui-ci semble cacher une certaine malice, presque inquiétante. Son petit sourire en coin va assez bien avec la malice que chacun peut déceler dans son regard. Il lui manque un bon vieux long manteau et un paquet de bonbon pour… Enfin je vous laisse deviner. Enfin, comment passer sa coupe de cheveux, celle pour laquelle il passe plusieurs heures devant le miroir chaque matin. Il considère qu’elle est son atout principale pour séduire la gente féminine, question de points de vue direz certaines pour le moins sceptique.




~ Histoire de "Gaki Eden"


Bienvenu chez les Ch’tis

Il est parfois bon de ne pas prêter attention aux rumeurs colportées par quelques ignares, abrutis par les litres d’alcool se mélangeant à leurs sang. Il aurait fallu les prévenir ces abrutis, leurs dire que les rumeurs ne sont faites que pour remplir d’espoir les cœurs des faibles. La vie ne laisse aux faibles de leur espèce, rien d’autre que l’espoir de devenir ce qu’ils n’oseraient même pas rêver atteindre. Malheureusement pour eux, elle n’a pas tenu sa promesse, ou du moins, les louanges faites à son sujet n’étaient pas fondées et c’est bien dommage quelque part. Dire que si ce qu’on disait sur elle à l’époque était vrai, je ne serais pas dans cette situation actuellement. Devrais-je leur en vouloir à eux, mais propre parents, ou à elle, cette ile trompeuse, qui te sourit pour mieux t’avoir, qui est tant tôt dans tes songes les plus doux, tant tôt de tes cauchemars les plus éprouvants.

Il faut bien avouer que ce petit bout de terre perdue dans South Blue paraissait être une idylle, on peut même dire sens trop ce tromper qu’elle l’a était… Du moins un moment, une période désormais révolue, malheureusement. Alors qu’elle avait tellement à offrir, ce bout de terre à était très vite investit par une horde de navigateurs en tout genre, tout ça pour satisfaire la cupidité de ces imbéciles aveuglés par leur soif accrue de richesse. Mais à quoi bon amasser les richesses si celle-ci sont mal exploitées ?

Ces pensées ne cessaient de traverser l’esprit de ce gamin, celui dont personne ne demande ni le nom, ni l’âge, celui qui depuis aussi longtemps qu’il puisse s’en souvenir c’était épanouie dans cette ile de débauche et de misère profonde, celui qui n’avait ni amies, ni parents, seulement un tocard airant sans but dans les rues autrefois majestueuse d’une ile qui désormais était condamnée à voir défiler brigands et pirates en tout genre. Cette terre autrefois majestueuse, avait entrainé dans sa déchéance pauvreté et animosité dans ses quartiers.  Le quotidien de notre jeune héros se résumait à trainer à droite et à gauche, se battre, mais aussi bosser lorsque celui-ci était en état ; une vie monotone sans saveur, mais cette soirée n’était pas comme les autres, chaque années un équipage de pirate peu scrupuleux organisait des combats clandestins entre les jeunes de quartiers, avec à la clef, une place dans leur équipage. Certes la récompense était maigre, mais elle permettait à un garçon de se sortir de la misère qui l’entourait.

Le jeune homme était bien décidé à se battre comme un chien pour gagner son ticket pour la liberté. Cette édition avait rassemblais une dizaine de courageux et solide garçon, il n’en était pas à son première essais, mais comme à chaque fois le jeune garçon sentait l’excitation parcourir l’intégralité de son corps, puis le premier combat commença et le second s’enchaina.  C’est grogi par les puissants coups qu’on lui avait porté et fatigué par le rythme soutenu des combats qui s’enchainaient que notre protagoniste atteignit la phase finale des combats.

Alors que les deux jeunes hommes, bien décidés à en découdre, s’échanger coups pour coups, la foule compacte qui c’était rassemblait pour assister à un combat indignant entre deux garçons qui étaient prêt à mourir pour une pseudo-liberté, commençait à s’agiter. Interloqué par ce mouvement qui ne cessait de prendre de l’ampleur, l’ennemie du jeune garçon ne put esquiver un violent coup de poing qui allât s’abattre dans les côtes de celui-ci, le couchant instantanément.  Alors qu’il s’apprêtait à célébrer sa victoire, le jeune garçon sentit un choc au niveau de sa nuque, puis plus rien.  



Le gamin d’Eden

         

Le réveil avait été très laborieux, entre les multiples douleurs dut aux combats de la veille et au vacarme qui entourait le jeune homme, il y avait là tous ce qu’il détestait pour commencer la journée. Il était totalement perdu et alors qu’il commençait à ouvrir les yeux sa seule certitude était qu’il n’était pas dans la rue. Il mit un bon moment avant de s’accroupir, il mit à contrario beaucoup moins de temps à percer le mystère de l’endroit dans lequel il se trouvait et surement où il avait passé la nuit. Des barreaux, des escargophones qui ne cessaient de gémir de tous les côtés et enfin des hommes arborant des tenues de la Marine, il y avait nul doutes, il se trouvait au poste de prison de la Marine de l’ile.

Au fur et à mesure que les heures passaient, le jeune homme se remémorait les évènements de la veille, tentant tant bien que mal de clarifier la situation, mais alors qu’il commençait à peine à entrevoir clairement les évènements passé, un homme de la Marine veint à sa rencontre, pour le conduire à ses supérieurs.

L’homme de la Marine le conduisit jusqu’au bureau de son patron d’un pas résolument décidé, certains homme se retournaient pour relooker l’adolescent, sans doutes interpelés par son visage encore marqué des combats de la veille. Le jeune garçon rentra dans un bureau plutôt spacieux, dans lequel plusieurs hommes l’attendaient, deux masses le dévisageaient, chacun d’un côté du bureau, quant au troisième, on le devinait. En effet celui-ci était assis dans un grand fauteuil qui tournait le dos à l’enfant, seul la fumée qui se dégagée de son siège laissait deviner qu’il y avait bien quelqu’un.

Le grand siège se retourna et ainsi laissa à notre jeune héros face à un vieil homme aux traits du visage plutôt sévère. Celui-ci fit un signe de la main aux autres individus, qui partirent sur le champ et sans broncher. Il faut bien avouer que malgré son air serein, le garçon était intimidé. Le vieil homme l’examina du regard, avant de lui faire signe de s’assoir. On fois le gamin assis, l’inconnue écrasa son gros cigare, ou du moins ce qu’il en restait dans le cendrier posé sur le bureau, puis après avoir expulsé la fumée nauséabonde qui restait dans ses poumons il se décida enfin à prendre la parole :

« Alors par où commencer avec toi gamin…. Tu as un nom peut être ? Tu sais ce mot  qui sert à t’appeler… » L’enfant était vraiment troublé par cette prise de parole pour le moins…. Inutile, il aurait bien voulu lui en mettre plein la gueule à ce vieux schnock qui semblait se foutre de sa gueule, mais son interlocuteur, aussi extravagant soit il avait pas tort, en effet il n’avait jamais eu de nom, autre que gamin ou merdeux.  « Je n’ai jamais eux de famille, ni de proches, les seuls noms que l’on me donne ici sont gamin ou bien merdeux, je vous laisse choisir celui qui, pour vous, me scie le mieux »

L’étrange personnage ne put s’empêcher de lâcher un sourire amusé par la réponse du gamin : « Je vois, alors ça explique pourquoi un gamin comme toi se bat comme un batard haineux. Tu sais que la vie d’un pirate n’a vraiment rien de plus passionnante que celle que tu mènes depuis tellement de temps…. » il c’était arrêté de parler. L’adolescent ne semblait plus du tout réceptif aux parole du vieil homme est ne cessait de regarder par la fenêtre, qui donnait sur un terrain d’entrainement. Le silence soudain força le garçon dissipé à recentrer toute son attention sur le vieil homme, plutôt amusé par la situation. « Je vois que notre programme d’entrainement s’attire toute ta complaisance, tu crois être capable de tenir le rythme ? » Après un soupire plein de dédain, le gamin lui répondit plein d’assurance : « Si un vieux bientôt à la retraite, qui est en passe de combiner l’Alzheimer et l’arthrose en est capable, je pourrais le faire les doigts dans le cul. »

Quelques minutes plus tard le jeune teigneux se préparait pour suivre les rudes exercices qu’il avait prétendu pouvoir faire les doigts dans le cul. La compagnie apparemment joice, en connivence avec leur supérieur avait décidés de taquiner le gamin qui jouait la forte tête. Dès lors, le gamin solitaire avait enfin trouvé une famille, avec qui il pouvait partager de vrais bons moments. Alors qu’un gamin perdus disparaissait, L’Eden Gaki était nait.  
   


Divergences de point de vue  



Quelque part dans une cave investit par un petit groupuscule révolutionnaire, un homme animait une foule d’hommes, contre le gouvernement. Tel un sophiste, le chef de soirée essayait de rallier à sa cause les quelques hommes présent, venu assister à un discours affligeant, car cliché sur le méchant gouvernement contre la gentille révolution. Il y avait de quoi faire mourir de rire n’importe quel personne dénuée d’un peu de jugeote, mais comme il est aisé de s’en douter, les grands esprits n’avaient pas répondu présent. La dizaine d’hommes présent accompagnaient chaque fin de phrase de celui qui s’emblait être leur leader, d’un cri mélangé à une gorgée d’un bien étrange breuvage, qui devait sans doute être une de ces spécialité locale qui vous aident à oublier ce que vous avez fait la veille.  

« Aujourd’hui nous ne sommes qu’une centaine, mais d’ici quelques année nous seront des milliers, prêt à écraser ce gouvernement tyrannique aux méthodes perverses. Croyez-moi mes frères, la Marine et leurs espions nous fuient comme la peste. Nous sommes ce qu’il redoute, nous agissons dans l’ombre et frappons fort, vous serez fière de dire à vos enfants que vous avez participé à ce combat pour la liberté. Leur mépris, leur pseudo justice, leurs lois ainsi que leurs hommes serons bientôt à notre merci et notre vengeance sera ter… »

Avant même qu’il puisse finir ce discours merveilleux, un homme qui c’était isolé au fond de la sale ne put s’empêcher de recracher la gorgée de bière qu’il venait d’ingurgiter. L’homme était vêtu d’une longue cape, d’un capuchon recouvrant son visage et de gant en cuir noir. Toute la joyeuse assemblé avait les regards braqués sur l’inconnu qui était plongeait dans un fou rire moqueur. Excédait par la réaction de celui-ci, le leader ordonna à sa joyeuse compagnie de larrons de saisir le trouble fait pour qu’il puisse s’en occuper.

Le rapport de force semblait à première vue largement en faveur de la bande d’hommes qui fonçaient sur le jeune homme, mais à bien regarder, l’état pitoyable de ces ivrognes changeait considérablement la donne. En effet le jeune garçon entama un habile slalome entre ces messieurs à l’haleine bien désagréable afin de les faire succomber les uns après les autres. C’est avec un couteau ensanglanté que le jeune homme se présenta face à l’homme qui semblait être l’organisateur de soirée. L’homme terrorisé était comme paralysé par sa peur, le jeune homme c’était débarrassé de son capuchon ainsi que de sa cape et approcha sa tête de celle du sophiste.

« Tu es vraiment un humoriste fantastique tu sais, je me vois malheureusement obligé de mettre une fin prématuré à ta carrière…. Ne m’en veux pas trop surtout, c’est de la part du gouvernement. »

Suite à ces paroles, le jeune homme poignarda violemment l’homme encore tétanisé par ce à quoi il venait d’assister, un spectacle funeste comme symphonie de fin de vie.

Deux jours plus tard sur l’ile d’Eden…

« Mesdames et Messieurs, nous sommes tous rassemblé ici pour célébrer le courage d’un groupe de Marine intrépide, qui a eu comme lourde tâche de libérer notre ile de la délinquance et de la violence qui s’y était immiscée il y a de cela plusieurs années. Ces héros qui étaient autrefois obligé d’agir dans l’ombre méritent maintenant d’être reconnus par nous tous. C’est pour cela que nous sommes tous réunis aujourd’hui, je vous de les applaudir bien fort, les voici !!! »

Alors que la petite compagnie s’empresse de monter sur la grande scène devant une foule en délire, une musique se lança, accompagnée de feux d’artifices. Une  immense standing ovation fit trembler toute l’ile, avant que l’animateur repris la parole, visiblement dans tous ses états.

« Ceux sont-eux ! Ils sont là avec nous aujourd’hui ! C’est formidable, les voilà en chair et en os mesdames et messieurs … Mais….. Attendez, il nous manque l’enfant prodige ?! Que s’est-il passé messieurs, pourquoi l’Eden Gaki n’est pas avec vous aujourd’hui ? » L’agent le plus vieux de la bande porta le micro à ses lèvres, mais à peine allait-il prendre la parole qu’un bruit de moteur se faisait entendre de loin. Soudain une moto surgit de nulle part, son conducteur portait des lunettes de soleil ainsi qu’un costume soigné. Le jeune homme arrêta son bolide devant les marches de l’estrade et les monta en se recoiffant.

« Le voici, c’est lui ! C’est l’Eden Gaki ! » S’écriât le présentateur, qui s’empressa de donner un micro au jeune homme qui abordait un large sourire en direction d’un groupe de gamines qui brandissaient des pancartes à son effigie. Le reste de la bande semblaient déconcertés par le comportement pour le moins immature de leur collègue, mais à force ils commençaient à s’y faire il faut l’avouer.

La fête avait était très épuisante et la chaleur qui avait répondu présente avait assoiffée la troupe de Marines qui c’était installés dans l’un de leur bar favoris, dès lors des discussions en tous genres virent le jour. C’est dans ce joyeux bordel qu’une femme attira le regard du jeunot, il ne l’avait jamais vu dans le coin ce qui était vraiment rare pour un garçon qui depuis tout petit trainait dans les rues. Il faut tout de même avouer qu’il avait rarement vue de si jolie créatures par ici. S’en trop réfléchir et un peu poussé par l’alcool, le jeune Don Juan alla à la rencontre de cette magnifique femme avec son assurance légendaire.

A peine arrivé à sa table, la jeune femme se leva et quitta la table…. Comment ? Oui, oui, un vent monumental c’est ça ! Heureusement pour lui, avant que celle-ci ne s’engouffre dans un sombre couloir qui donnait sur les chambres, elle se retourna et lui fit signe de la suivre. Le Marine n’en revenait pas, il n’avait même pas eut à payer quoi que ce soit à cette bombe et il allait bientôt partager son lit, rien que d’y penser il était tout émoustillé.  Alors qu’il n’avait d’yeux que pour ses formes généreuses il pénétra après elle dans la chambre qu’elle avait sans doute réservé pour la nuit.

La magnifique rousse qui c’était allongé dans le lit lui demanda d’une voie très… Comment dire cela… Stéréotypé de fermer la porte, ce que fit le jeune rêveur. La femme avait laissé sa robe dans le lit et s’approchait du jeune garçon le laissant savourer ce moment pour le moins agréable, mais avant même qu’il puisse la prendre dans ses bras la tigresse lui mit un coup de pied monumental dans… Enfin vous savez bien… Dans l’entre jambe, avant d’aller se rhabiller. Alors que l’Eden Gaki commatait par terre, celle-ci lui déposa une lettre sur le lit avant de l’embrasser sur le front et de quitter la chambre.      
         

Le petit poisson dans une grande mare


Sur l’ile la nouvelle avait fait le buzz en quelques heures, une nouvelle qui avait réussi à semer le doute dans tous les esprits, alors que la Marine avait réussi tant bien que mal à calmer l’agitation de la population, le gamin de prodige avait été rappelé en urgence. La piraterie semblait avoir repris ses droits sur la petite archipel, plusieurs bandit peu scrupuleux avaient profité de l’évènement pour semer la zizanie.

C’est dans un contexte post-apocalyptique que notre jeune héros revenait d’un de ses nombreux voyages. Il n’était pas encore au courant de la funeste nouvelle et il avait été décidé de ne pas lui la divulguer, du moins tant que tous les bandits sévissaient sur l’ile. Il faut dire qu’il n’avait pas vraiment le loisir de se poser la moindre question, tant il avait forte à faire pour se débarrasser de la vermine qui c’était installé dans les rues et quartiers de sa terre natale. La lutte contre le banditisme avait durée pratiquement deux mois sans interruptions, les soldats avaient vraiment tout données pour mettre en sureté les habitants et éradiquer la vermine, alors que chacun d’entre eux s’apprêtaient à rejoindre leur foyer pour se ressourcer, il fallait annoncer la terrible nouvelle à celui que l’on surnommait l’Eden Gaki.    
   
Alors que notre jeune héros c’était accordé une pause bien mérité dans son bureau, on vint frapper à sa porte, un jeune Marine fraichement diplômé le salua respectueusement avant de déposer un gros dossier sur son bureau, avant de repartir comme il était venu. Le garçon c’était d’abord dérobé à son obligation d’ouvrir le dossier en vue de poursuivre le repos qu’il c’était gracieusement accordé, mais après un léger coup d’œil sur la couverture de celui-ci, il fut immédiatement interpelé par la couleur de la pastille qui y était apposé.

En effet celle-ci était bleu foncée, ce qui signifiait que ce dossier concernait la mort d’un officier de la Marine gradé. A part lui très  peu d’agents de la Marine de l’ile étaient assez gradés pour avoir l’honneur de recevoir une telle considération, un éclaire de lucidité traversa l’esprit du jeune héros, ceci explique cela, il ne l’avait pas vu durant ces deux mois alors que son département avait été débordé d’appels aux secours. Sans plus attendre il quitta son bureau pour rejoindre le secteur le plus morbide de tous les bureaux, la morgue.

Le garçon énervé car frustré par ce qu’il venait de feuilleter plus ou moins rapidement alors qu’il marchait en direction de l’accueille du sanctuaire comme ils l’appelaient ici, était en train de s’énerver sur la petite sonnette qui se trouvait au bureau d’information. Quelques secondes plus tard un petit homme aux lunettes rondes et au crane dégarnit allât enfin à sa rencontre. Cet homme, si on pouvait le qualifier ainsi, était l’exacte conformité du stéréotype du scientifique chétif et insociable, de quoi énerver encore plus le jeune homme qui ne comprenait rien à tous son baratin.

Excédait par le débit vraiment minimum de son interlocuteur, le Marine laissa le dossier s’écraser sur le bureau, ce qui surprit le rat de laboratoire qui se tenait en face de lui, laissant ainsi au garçon, le temps d’en placer une.

« Je suis votre supérieur hiérarchique et voyez-vous, toute vos paperasse à la con pourrait malencontreusement me pousser à remplir un petit incident de service vous concernant, ce qui ne serait pas le premier n’est-ce pas ? » Alors que son interlocuteur semblait chercher ses mots le jeune homme repris la parole, en employant un ton un peu moins sévère mais quelque peu assistant. « Je vous en prie, passez devant,  même si je suis votre supérieur, je ne voudrais pas me perdre » Le scientifique un peu perdu ne chercha pas à contester la démarche de l’Eden Gaki et le conduisit à la sale qui correspondait au dossier. C’est avec un aire décomposé, voir même macabre que le jeune homme sorti de la pièce, il venait de voir la cadavre de celui qui lui avait offert une famille, ce vieil homme qui jamais n’avait douté de lui, celui qu’il considérait comme son père adoptif.

Lors de l’enterrement, le jeune prodige avait pris la parole pour se lancer dans un discours plein d’émotion et avait promis de retrouver celui qui avait commis cet affront. Dès lors, une chasse des pirates de l’ile avait été ouverte, le jeune homme ne semblait plus lui-même, il employait n’importe quelles méthodes pour interroger les bandits qui osaient venir se ravitailler sur l’ile. Les mois passèrent et le bout de terre nommé Eden faisait fuir énormément e pirates à cause de sa politique de répression contre le grand banditisme, seul quelques équipages tentaient d’accoster sur l’ile. C’est pendant cette période de pérennité et de prospérité qu’il fut décidé d’organiser un grand rassemblement en l’honneur des braves Marines qui avaient permis une telle situation. Alors que c’était au tour de l’Eden Gaki de commencer son discourt attendu par toutes les gamines, celles-ci se mirent à pousser des cris totalement ridicules, ce qui le fit bien sur sourire. Comme toujours le jeune homme se recoiffa devant la petite foule totalement hystérique.  

« Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, j’ai rêvais d’un monde comme notre ile, ce petit bout de terre qui grâce à mes collègues et moi arrive à survivre en évitant que la piraterie ne vienne terroriser la population. Mais ce combat ne s’arrêtera pas là, seul les esprits forts peuvent combattre et c’est unies, tous ensemble pour cette même cause que nous arriverons à maintenir la paix. Seul nous ne sommes pas, ensemble… » D’un coup la scène explosa dans un vacarme monstre, tandis que des pirates armés jusqu’aux dents se lancèrent à l’assaut de la foule en panique totale, il semblait bien que l’Eden Gaki avait disparu lui aussi, tué par ceux qu’il avait oppressé des années durant.

Quelques heures plus tard, sur le port de l’ile….

Alors que la panique avait repris de plus belle avec les assauts des pirates, deux hommes parlaient sur le pont.

« Il semblerait que ma part du contrat soit honorée non, tu nous a débarrassé de l’Eden Gaki comme je te l’avait promis, tu seras bientôt respecté pour cela. »

« En effet je serais sans doute crains sur cette ile, mais en dehors l’Eden Gaki, n’est qu’un mythes, car bizarrement personne le connait dehors, mais cependant il y a bien des témoins qui pourrons le confirmer, n’est-ce pas ? Ils étaient combien aujourd’hui ? »

« Environ cinq-cents, mais peu importe tant que tu as ramené ce que je t’ai dit. »

«  Bien sûr il est juste là, c’est un petit bateau, mais il t’emmènera là où tu veux aller sans trop de problème. Avant de te laisser partir j’aimerais te poser une petite question qui me trotte dans l’esprit depuis notre rencontre, pourquoi faire tout ça pour partir de ce trou pommé ? »

« Pour faire simple, il y a eut une femme qui m’a laissait une lettre dans laquelle il y avait une offre bien trop alléchante pour être refusée. »

« Alors tout ça c’est pour une femme, ça me parait vraiment trop, mais comme on dit l’cœur a ses raisons que la raison ne connait pas, je tenais à te féliciter pour ton discourt, dommage que tu m’ait obligé de l’écourter. »

« Merci, bonne continuation à toi en tout cas. »

Alors que le capitaine pirate prit le chemin de la ville l’étrange personnage la quitta à bord de ce qu’il venait de recevoir, il sortit un bout de papier froissé de sa poche, puis il la brula avant de s’éloigner au large.  
 


Citation :


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Objet : Intégration aux forces armées du gouvernement.
Personne Concernée : Celui que l’on surnomme l’Eden Gaki.
Agent chargée de délivrer ce message : Agent numéro 25.

Vous avez l’honneur d’être plébiscité par votre gouvernement pour le servir en tant qu’agent à sa solde. Suite à de bon états de service et à quelques missions que vous avez opéré en toute discrétion et avec une efficacité non négligeable, nous vous offrons l’opportunité de rejoindre nos rangs. Pour ce faire, il vous reste tout de même une dernière tâche à accomplir, celle-ci aussi délicate soit elle, doit être impérativement accomplie.

Vous êtes chargé de vous débarrasser de l’agent Swini D.Light par n’importe quel moyen, nous savons toute la considération que vous lui portez et à quel point vous l’appréciez, mais sachez que cet homme détient des informations que nous préférons voir disparaitre avec lui. Une fois cette mission accomplie vous devrez organiser votre propre assassina afin que personne ne puisse vous identifier dans le future. Si votre tâche est mené à bien, vous deviendrez l’un des notre et pourrez agir comme bon vous semble en attendant nos ordres.

Au plaisir de vous retrouver parmi nous, Le Gouvernement Mondial.

     

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////




One Piece Héritage
Fiche de présentation


[/quote]


Dernière édition par Eden Gaki le Lun 26 Aoû - 22:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wesh Mouflon! [Fini] Lun 26 Aoû - 22:09

Voilà, c’est bon, bonne lecture Wink
Revenir en haut Aller en bas
Ryuketsu Kamui
Agent Novice
Agent Novice
avatar
Age : 23
Messages : 726
MessageSujet: Re: Wesh Mouflon! [Fini] Mar 27 Aoû - 12:07



One Piece Héritage
Validation de fiche de présentation



Bonne fiche de présentation ;)Je valide la fiche et le fruit que tu as demandé. 700 PF +100 Bonus, ce qui nous fait 800 PF. Comme tous les marines quelque soit les fiches, tu commenceras au grade de Caporal. Je vais te donner ta couleur et pour le grade faudra attendre un peu, le temps qu'on les fasse quoi, d'ici ce soir ça devrait être bon.

Tu peux également commencer à faire ta fiche technique, n'oublie que tu ne maîtrises pas ton pouvoir, enfin pas encore Wink


One Piece Héritage
Validation de fiche de présentation


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepieceheritage.forumactif.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Wesh Mouflon! [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Wesh Mouflon! [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Les fiches-