AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

4 Tétons à Logue Town

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Goyah Adams Jr.
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 113
MessageSujet: 4 Tétons à Logue Town Dim 13 Juil - 15:18




C'est pas l'Homme qui prend la Mer ...
____________________________________________
 


Enfin, mon escale à Grogywood s'était enfin achevée. J'avais posé pied sur cette île propre comme un sou neuf, et à bord d'une minable embarcation. Je l'avais quitté aux commandes d'une navire à moteur qui possédait une voile avec des motifs en forme de coeurs, un millions de Berrys en poche, et surtout un camarade de confiance avec lequel je pouvais naviguer encore quelques temps. Juza s'était avéré être un compagnon de premier choix lors des épreuves que nous avions affronté sur cette île du septième art. Je portais un tissu blanc reliant mon cou et mon bras gauche, qui me permettait de le laisser au repos. Il n'était pas tout à fait guéri, il fallait donc rester prudent à ce sujet. Heureusement que j'étais droitier. Toujours était-il que nous prenions la direction de Logue Town, un lieu pour ainsi dire historique. Le premier seigneur des pirates y était né, et y avait été exécuté. Pour tout flibustier qui se respecte, il fallait au moins une fois accoster sur cette île.

Le trajet ne pris pas plus de cinq jours au cours desquels la relation tétonique et tétonesque qui m'unissait à Juza se renforça. Après tout nous avions fort bien ripaillé lors de la grande fête qui avait eu lieu à Grogywood lors de notre sortie de la clinique. Juza avait su faire preuve d'une forme physique à toute épreuve. Il s'était remis de son intense physique en très peu de temps, alors que mon bras peinait à retrouver ses sensations d'avant. La fête avait été somptueuse, et qui plus est, chacun de nos affrontements avait été filmé. Après m'être gavé d'andouillettes, de rognons de porcs sur son lit de sauce d'huitres, d'utérus de boeuf à la menthe et de foie de cheval au camembert, je m'étais joins à la populace en liesse et dansai aux côtés de charmantes demoiselles jusqu'au bout de la nuit. Lorsque j'appris que la compagnie Wagner Brouss nous avait reversé un million de Berrys en guise de remerciement, je ne pus m'empêcher de jubiler. Il était certain que cette somme allait nous permettre de vivre pendant pas mal de temps. D'ailleurs j'ignorais combien de temps notre alliance allait perdurer. Nos idéaux étaient radicalement opposés et c'est bien pour cette raison que j'évitais d'aborder le sujet en profondeur. D'autant plus que le voyage pour Logue Town se déroulait à merveille.





- C'est tout de même étonnant qu'un monarchiste confirmé et un révolutionnaire convaincu voguent ensemble, au gré des vents, dès que le vent soufflera, je repartira. Cela ne s'explique pas seulement par l'Union des Tétons. Je pense que dans une autre vie nous aurions pu êtres des rivaux designés par le destin. L'un aurait mené une vie narutesque, et l'autre une vie sasukesque. Mais qu'importe, si aujourd'hui nous sommes des alliés et qu'un jour nous sommes amenés à nous affronter, il faudra bel et bien l'assumer. Mais je tiens d'abord à capturer Hizamo Chiikei surnommé aussi la Boule Puante des Mers ou encore le Kev Adams des Clochards, avec toi. Car seuls les 4 Tétons de l'Amitié pourront venir à bout de cette face de guano. Arrivés à Logue Town, nous devront faire profil bas. La Marine sera présente et je ne tiens pas à foutre la pagaille comme à Grogywood. D'autant plus que là-bas il n'y avait aucune force gouvernementale en exercice et que mon épaule n'est pas encore d'attaque. Mais je ne pense pas que nous allons au-devant de divers dangers. A moins que nous ne soyons fort mal chanceux.

Je pétai un coup pour me soulager. Chose exceptionnelle puisque d'habitude, il fallait tirer mon index. Heureusement que l'odeur s'évapora au milieu de l'air marin qui adoucissait tant les moeurs. La cabine de notre petit bateau était petite et ne servait uniquement qu'à piloter l'engin. La nuit, nous jetions l'ancre et dormions sur le pont, toujours à regarder les étoiles. Avant de quitter Grogywood, j'avais pris soin de prendre quelques vivres. Je nous préparais alors toutes sortes de petits mets délicieux, car j'adorais faire la cuisine. Pourtant jamais je n'avais été admis dans une quelconque école d'hôtellerie à mon plus grand désaroi. Toujours était-il que j'appréciais cuisiner des anus de mouton bouilli avec du poulpe cru, de la graisse de lama séché puis mélangé avec des yaourts à la fraise ou encore de la peau de gorille cuite au four avec ses poils, et asaisonnée d'un piment qui avait la réputation de faire pleurer du sang et chier du caca aussi solide que du roc. Chose qui s'était avérée vraie puisque j'avais passé exactement 11 heures assis au bord du navire à tenter d'extraire de ma boite à caca, cette abominable déjection. Chose plutôt humiliante sur un vaisseau aussi intimiste que celui-ci. Au terme de ces cinq jours de voyage, Logue Town était enfin en vue.

Nous arrimâmes le navire au port en toute légalité, après avoir payé les frais nécessaires à son arrimage. Il fallait se la jouer fine, ici, on trouvait régulièrement des patrouilles de la Marine, même si d'après les rumeurs, elles laissaient en paix les pirates quand ceux-ci se tenaient tranquille. Logue Town était un endroit très plaisant à visiter, il y régnait une atmosphère totalement différente des îles précédentes où j'avais posé le pied. Il était surprenant de voir divers brigands cotoyer les simples citoyens ou les touristes venus du monde entier pour voir l'échafaud sur lequel Roger avait été exéuté. Une telle relique était en proie à beaucoup de fantasmes, mais un tel fétichisme ne m'intéressait pas. Voir le tombeau d'un tel homme aurait été plus intéressant. Mais une potence ... Sans intéret. Sans trop savoir où nous allions, nous nous promenâmes dans le centre-ville. Un peu de calme était plus que reposant en réalité. Pour une fois, mes tétons ne frémissaient pas. Le danger n'était donc pas présent. Nous suivîmes une grande avenue commerciale qui déboucha sur une immense place.

Celle-ci était bondée de monde, et pour cause, il y avait un grand marché. On y exposait toutes sortes d'objets, de produits, de nourriture exotique ... Il y avait bien entendu des escrocs, comme partout. Et pour ne pas se faire avoir, il suffisait simplement de ne pas acheter. A part bien entendu quand on offrait des dégustations gratuites de couilles de Copémallion, un petit animal si pourri que sa peau était entièrement recouverte de pustules et de croûtes de pus. Les animations occupaient le centre des attentions. Ainsi on découvrait des petits spectacles improvisés, des joueurs de musique, des chanteurs et autres magiciens. Un lieu tout à fait charmant. Mais mon téton droit se mit soudainement à frémir légèrement, une demi-seconde. Un avertissement ? Non, pas ici. Tout avait l'air calme ...




_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 102
Messages : 192
Localisation : In The Sea
MessageSujet: Re: 4 Tétons à Logue Town Mar 15 Juil - 2:11








“ Logue Town ! „




F e s t i v a l !


L’île de Grogywood n’était maintenant plus qu’un frais souvenir. Juza avait une forme olympique, on ne croirait pas qu’il ressortait d’une escapade aussi périlleuse qu’il avait vécu sur cette île de l’escargocinématohraphie. Goyah quant à lui  portait un tissu blanc reliant son cou et son bras gauche. Il souffrait encore mais s’était en bonne voie de guérison. Malgré les blessures et les mésaventures, cette aventure sur Grogywood avait permit au jeune révolutionnaire de devenir plus fort mais surtout d’avoir à ses côtés un ami tétonesque, un ami fidèle et de taille. Le voyage avait durée cinq jours complets. Cinq jours pendant lesquels Juza et Goyah avaient eu le temps de papoter et d’apprendre à vivre ensemble. Juza avait même pu apprécier le talent culinaire très spécial de son ami le super téton sur patte. A vrai dire, Goyah utilisait des ingrédients assez insolites qui pouvaient au premier abord provoqué le dégoût et pourquoi pas agrémenter d’un vomis d’écœurement intense. Mais lorsque Juza goûta la recette des anus de mouton bouilli avec du poulpe cru, de la graisse de lama séché puis mélangé avec des yaourts à la fraise ou encore de la peau de gorille cuite au four avec ses poils, et assaisonnée d'un piment qui avait la réputation de faire pleurer du sang et chier du caca aussi solide que du roc, celui-ci n’avait pu s’empêcher de jouir culinairement parlant.




Ses tétons se durcirent à l’extrême, ses cheveux se dressèrent comme foudroyé par un surplus de plaisir, son palet semblait dégager tout une fusion d’arôme provoquant l’extase. Un tel mélange relevait sûrement du secret. Comme quoi les apparences pouvaient être trompeuses lorsqu’on parlait d’anus de mouton. Mais en contrepartie d’une cuisine aussi raffiné et exquise, Juza avait du passer cinq heures au bord de la mer à extraire le caca tonifiant de son estomac alourdit. Heureusement qu’il était de type logia et que sa composition de glace venait calmer son estomac. Puisque en comparaison Goyah lui avait du souffrir pendant 11h de suite. Mais croyez-le ou non, une telle cuisine, un tel goût en valait vraiment la chandelle. Pas de regret après avoir goûté un repas si délicieux. D’ailleurs entre deux ou trois pet et des séances de défections pénibles Juza remercia chaleureusement Goyah, tous les deux enivrait par les odeurs des excréments. Fort heureusement l’odeur de la mer et les brises légères successifs venaient tout emporter pour le malheur de ceux qui se retrouveraient sur le passage de ce vent houleux et puant. Et oui il fallait être un minimum réaliste, tout n’était pas rose et beau, la vie en mer était difficile, surtout sur une petite embarcation comme celle-ci.




Puis plus sérieusement, Goyah mit les pieds dans le plat en soulignant le fait que leur voie était diamétralement opposée. Juza était un révolutionnaire, un anarchiste, un polémiste, fleurant presque l’idée du « Ordo Ab Chaos » signifiant : l’ordre naît du chaos. Alors que Goyah était un monarchiste convaincu, veillant à ce que l’empire Ming retrouve une grandeur de celle d’hantant. Il était vrai que cette amitié était étrange et que le destin se voulait joueur en ayant noué les liens de ces deux hommes, mais qui sait…Peut être que quelque chose de saint jaillirait de cette équation humaine et tétonesquement tétonique. Mais Juza le savait au fond de lui-même, un jour il aurait peut être à combattre Goyah et ce jour là il devra mettre de côtés ses sentiments pour représenter fièrement ses convictions. Même si ses deux premiers ennemis majeurs étaient en premier lieu le gouvernement mondial puis ensuite Hizamo surnommé la vermine incandescente, le chacal à l’haleine de démon putride, l’homme au visage en décomposition constante, le cafard pouvant même survivre au big bang en faisant de la lèche à l’univers et bien d’autres surnoms encore plus abject les uns que les autres.




D’ailleurs le prénom de cet étron humain faisait rappeler  à Juza cette fameuse scène ou ce dernier lui avait arraché les cheveux. Il n’oublierait jamais cet affront ultime et Juza prendrait sa revanche tôt ou tard. Bref, après cela Goyah exprima le fait qu’il fallait rester discret sur Logue Town et qu’il ne fallait surtout pas faire de vague. Déjà parce que l’île grouillait de soldat de la marine et ensuite parce que Goyah était encore blessé et qu’il ne pouvait pas être aussi efficace que sur Grogywood. Juza hocha la tête de l’arrière vers l’avant pour exprimer son affirmation quant aux dires de son ami. Et puis Juza ne devait pas oublier qu’il avait été vu sur le Royaume de Goa, là ou le fameux génocide pseudo terroriste avait eu lieu. Il ne savait pas encore ce qui était advenu de l’île suite à son départ, ni même si le gouvernement avait encore appliquée sa menace de mettre cet acte terroriste sur le dos de la révolution. Il avait donc encore plus d’intérêt que Goyah à rester discret et inactif. Autant se la jouer touriste et tout se passerait pour le mieux. Du moins c’est qu’espérait sincèrement les deux hommes. Accoudée contre la rampe du navire, les bras croisés le jeune révolutionnaire après être resté silencieux finit par répondre aussitôt à son ami du téton :



« Je ne sais pas ce que nous réserve l’avenir, mais si jamais nous devions combattre l’un contre l’autre alors sache que je ne me retiendrais pas, parce que je suis un révolutionnaire ! »



Dit-il en esquissant un sourire en coin, le regard exprimant toute sa détermination et sa force de caractère. Même si il y avait une sorte de rivalité naissante entre les deux hommes, leur amitié profonde n’en serait en rien ternie, bien au contraire. La rivalité était sans doute la chose qui alimenté le plus une amitié et un lien entre deux hommes. Après ses quelques mots, Juza en profiterait pour se détendre avant d’arriver à bon port. L’île était en vue après quelques heures, cela faisait cinq jours pile. Le log pose ne bougeait plus, indiquant donc qu’il s’agissait bien de Logue Town. La petite embarcation arriva au port en toute légalité, après avoir payé les frais nécessaires à son arrimage. Pendant l’appareillage du navire, on pouvait voir quelques passants ici et là se moquaient ouvertement du navire ridicule et intimiste sur lequel Goyha et Juza avait navigué. Le jeune révolutionnaire n’avait pu s’empêcher de pousser un petit rire discret montrant que lui aussi était assez moqueur sur sa propre situation qu’il partageait avec Goyah. Et puis avec les cœurs et tout le tralala cela pouvait porter à confusion en effet. Bref une fois le navire stabilisé et sur une place attitré au port, Juza et Goyah feraient leur premier pas sur cette île historiquement légendaire.




Aussi connue sous le nom de "la ville où tout commence et tout se termine", Loguetown n’était autre que la ville natale de Gold Roger où il avait été également exécuté, d'où ce surnom. La ville se trouvait tout près de l'entrée de Grandline, ce qui fait que la Marine y était particulièrement présente et efficace. Une très grande ville donc ou l’on peut voir se mélanger civils, pirates et membres de tous camps. Et bien évidemment le lieu le plus important de l’île était sans aucun doute la grande place où fut exécuté Gold Roger. D'ailleurs la potence s’y trouvait toujours, rouillé certes mais toujours là bien installée et ancré dans le sol. Sûrement pour qu'aucun bandit n'oublie que même le plus grand de tous les pirates ne put se soustraire à l'autorité de la marine et du gouvernement mondial. Pour les pirates ils pouvaient même s’agir quasiment d’un lieu de pèlerinage avant de prendre définitivement la mer en tant que pirate. Pour Goyah cela devait être quelque chose de particulier, mais pour Juza cette île représentait tout ce qu’il devait combattre : la main mise du gouvernement mondial sur le monde entier. D’ailleurs en entrant dans la ville on pouvait déjà voir quelques soldats de la marine qui patrouillaient en marchant ensemble à l’unisson.




Néanmoins, et à la plus grande surprise de Juza, l’île était plaisante, il y faisait bon vivre et les gens semblaient se côtoyer sans se soucier du rang social de l’autre. Touristes et habitants marchaient alors qu’au cœur des foules on pouvait distinguer clairement la gueule des bandits. Goyah et Juza marchaient sans rien dire, chacun des deux hommes se contentaient plutôt de tout scruter, regardant les bâtiments, les commerces qui affluaient, l’ambiance donnait presque l’envie de s’installer sur l’île et de cesser toute lutte. Mais il ne fallait pas se laisser séduire, gardant la tête froide les deux hommes animés de la passion du téton défileraient maintenant sur une très grande avenue commerciale débouchant sur une immense place. Il y avait un monde fou. On pouvait voir les gens qui se hâtaient de faire des emplettes, cherchant le meilleur moyen de faire de bonnes affaires. Les joies du marché et du commerce. Juza n’aimait pas la foule mais tant pis, il allait devoir se la jouer touriste et se fondre dans la masse. Il profiterait du spectacle en voyant quelques musiciens faire de la distraction et quelques saltimbanques amuser la galerie. Les parents venaient avec leurs enfants pour profiter de cette ambiance familiale.  




Alors que Juza profiterait du spectacle sans rien dire tout comme Goyah en une fraction de seconde, les cheveux de Juza se dresseraient en pics lui donnant également la sensation de chair de poule. Comme-ci un danger pressant venait tout d’un coup d’apparaître. L’instinct du jeune homme ne pouvait pas le tromper, il se sentait observé, une sensation désagréable. Juza tourna légèrement la tête vers Goyah et s’aperçut que le téton droit de son camarade s’était durcit d’un coup pour se ramollir aussitôt en se fondant dans sa chemise. Nul doute maintenant, même Goyah avait pu ressentir quelque chose. Juza regardait à droite et à gauche discrètement sans rien apercevoir d’étrange ou de suspect. Tout avait l’air calme pourtant et les gens semblaient vaquer à leurs distractions respectives.  Alors quel était le problème ? Et bien le problème n’était pas ici, mais à plusieurs kilomètres plus loin en dehors même de la ville principale, vers un coin isolé de l’île. Goyah et Juza ne pouvait rien savoir de la situation, mais une femme se tenait quelque part dissimulé dans l’ombre, un fusil extrêmement high tech donnant une vision à très longue portée puisque celle-ci était à plusieurs kilomètre de la position des deux hommes et pourtant elle les voyait clairement comme-ci elle était seulement à deux mètres d’eux.





« Célestine tu me reçois ? Regarde à 45 degrés nord-ouest. J’ai localisé les deux fumiers de Grogywood. L’un est vraisemblablement blessé au bras gauche, il a une sorte de bandage. Il porte une chemise ample avec des motifs propre à ceux de l’Empire Ming apparemment si je ne me trompe pas. »



« L’autre semble complètement frais, mais il est moins costaud que l’autre. Cheveux court, veste blanche. J’ai du mal à croire que ces deux là ont eu raison de mon frère Aboragogmex. Il possédait pourtant « Hiroshima ». Peut être que le fait d’avoir quitté notre groupe les « Guns Ho Guns » l’a ramollit avec le temps ? Peu importe, j’ai bien envie de les flinguer la tout de suite en leur explosant la tête à tous les deux. J’attends confirmation de ta part des deux cibles. »


Incroyable, cette jeune femme avec une arme haute qualité technique n’était autre que la sœur du défunt Aboragogmex. Apparemment les chasseurs de prime répondant au nom célèbre des « Guns Ho Guns » avait eu vent de la mort d’Aboragogmex. S’agissait-il d’un début d’une vendetta ? Ou alors était-ce simplement une vengeance personnel qui n’avait rien avoir avec le groupe des « Guns Ho Guns » ? Impossible de le savoir pour le moment. La jeune femme était en tous cas très remonté et si elle le voulait, elle pouvait très facilement abattre Goyah et Juza d’une seule balle. Elle avait là dans son viseur les assassins de son frère et elle avait terriblement envie d'appuyer sur la gâchette. Mais quelque chose l’en empêché vraisemblablement. Et puis la femme qui était à plusieurs kilomètres de distance des deux hommes semblaient communiquée avec une autre femme du nom de « Célestine ». Celle-ci elle par contre se trouvait au cœur du centre ville, elle n’était qu’à une distance de deux cent mètres à peine camouflé sur les branches d’un arbre qui avait des feuilles épaisses. Elle ne pouvait être vue puisqu’elle était une experte du camouflage et elle savait étouffer sa présence tel une féline. Elle avait en vue Goyah et Juza dans le viseur de son fusil qui semblait être aussi high tech que l’autre. Comme l’avait indiqué la sœur d’Aboragogmex elle regarda à 45 degrés nord-ouest et aperçu en effet très clairement Goyah et Juza. Elle rétorqua :


« Bon sang Kate t'as tes règles ou quoi ? Combien de fois je vais devoir te le dire. Tu connais bien les règles du groupe, on ne s’appel que par nos noms de code. Moi je suis « Beretta » et toi tu es « Kalashnikov » ne l’oublie pas cette fois-ci. Bon sinon je confirme les cibles je les vois, ce sont bien eux selon les descriptions que nous as communiqué « Colt 727 ». Même si ce sont eux qui ont tué ton frère Aboragogmex ont ne peut pas se charger nous même de les éliminer. Tu sais bien que le boss «Desert Eagle » va statuer sur cette affaire selon le rapport de « Magnum 357 » qui est actuellement sur Grogywood pour enquêter sur la mort de ton frère. »



« Même si on appartient au groupe des « Guns Ho Guns » on ne peut pas prendre des décisions sans l’approbation du boss. Et puis n’oublie pas que ton frère à quitter le groupe pour se la jouer solo et qu’on n’est pas obligé de venger sa mort puisque officiellement il ne faisait plus partit de notre confrérie d’arme. Mais étant donné qu’Aboragogmex en faisait partit autrefois, sa mort risque de ternir notre image et notre réputation si jamais quelqu’un apprenait qu’il a été tué par deux vulgaires rookies. Nos partenaires s’empresseraient de nous dire bye bye tu comprends ? Pour le moment on reste en éclaireur et puis aujourd’hui c’est clairement le mauvais moment pour se la jouer assassine vengeresse. Aujourd’hui c’est l’anniversaire annuel de la mort de Gold Roger et de la victoire de la marine. D’ici quelques heures ça va grouiller de soldat de la marine. Un festival a été organisé ce soir et puis il parait même qu’un vice-amiral de la marine va se pointer pour faire un petit discours à la populace. Donc ne fais rien de fâcheux ou c’est tous les « Guns Ho Guns » qui vont trinquer. On reste en éclaireur, on les suit et on attend les ordres. Et puis ces gars ne sont même pas primés, ils ne sont que de simples civils aux yeux de la loi. On à rien à gagner dans cette histoire. Ok ? »


Un échange extrêmement intéressant que naturellement Goyah et Juza ignoraient totalement puisque en ce moment même les deux hommes profitaient de l’ambiance sur la place publique sans se douter que deux membres des « Guns Ho Guns » les traquaient silencieusement. Apparemment la mort d’Aboragogmex avait vite atteint l’oreille de sa sœur répondant au nom de « Kate » et portant comme nom de code « Kalashnikov ». Le frère et la sœur était sûrement proche pour que celle-ci apprenne aussi rapidement sa mort. Et puis cela prouvé à quel point ce groupe de chasseur de prime était haut combien professionnel et redoutable. Ils étaient rapidement informés et agissaient également tout aussi rapidement. Ils devaient posséder un réseau d’information conséquent. On en apprenait donc un peu plus sur les « Guns Ho Guns ». Ils semblaient avoir une charte ainsi que des règles strictes les empêchant de tuer les cibles sans prime et surtout sans l’aval du chef suprême répondant au nom de code « Desert Eagle ». On ne connaissait pas son vrai nom mais il semblait avoir une influence hors du commun. Et l’une des autres règles strictes du règlement de ce groupe était que chacun des membres devaient porter un nom de code en adéquation avec le nom d’une arme. Sans doute liée à leur personnalité respective ou quelque chose dans le genre.




Et puis l’on savait surtout aussi qu’un autre membre du groupe des « Guns Ho Guns » répondant au nom de code de « Magnum 357 » était partit enquêter sur les circonstances de la mort d’Aboragogmex. Il allait soutirer sans doute des informations par la force pour en apprendre plus sur ce qu’il s’était passé sur l’île du septième art. Une fois qu’il aurait glané assez d’information il en avertirait le chef qui lui-même donnerait ses ordres selon les circonstances du décès de cet ancien membre du groupe de chasseur de prime qu’était Aboragogmex. Même dans la mort ce mafieux « Big Boss » causé encore des soucis à Goyah et Juza. Revenons maintenant sur la place publique, quelque chose était en train de se passer. Il y avait soudainement tout un tas de soldat de la marine qui était arrivé sur la place publique. Certains portaient des outils et divers matérielles. Les soldats de la marine s’adresseraient de manière distinguée au public présent. Juza et Goyah se fonderait dans la masse pour passer inaperçu. Une annonce importante allait être faite à l’attention de toutes et tous.





« S’il vous plait ! Silence ! Silence tout le monde, s’il vous plait votre attention !! Merci ! »



« Mesdames, Messieurs, Nous allons fermer cette partie de l’île temporairement afin de préparer le festival de ce soir concernant l’anniversaire annuelle de la victoire de la marine sur Gold Roger. La place publique va être aménagée pour diverses activités, des spectacles, des concerts, des feux d’artifices mais aussi un défilé de nos troupes afin de commémorer la mort de nos fiers soldats tomber devant les criminels de ce monde et plus particulièrement devant Gold Roger. Nous vous remercions de votre attention et de votre coopération. Les préparatifs seront terminés vers les coups de 20h. Le festival débutera officiellement à 20h30, nous vous attendrons nombreux pour festoyer tous ensemble. Bien évidemment la sécurité sera de mise et à la fin le Vice-amiral Salopette nous gratifiera de sa présence en bouclant cette soirée avec un discours. »


Aussitôt dit, aussitôt fait, la marine s’empressa de disperser la foule rapidement, fermant les rues menant à la place publique en y installant des barrières métalliques. Encore un signe du destin, Goyah et Juza allait participer sans aucun doute à un tel festival. Unique en son genre et organisé une fois chaque année. S’était une raison de plus pour se faire encore plus petit. La marine après avoir bouclé cette zone commençait à laisser entrer les charpentiers pour installer les gradins et les stands pour le festival mais aussi une estrade pour les différents spectacles et chanteurs. Et surtout la construction d’un grand hippodrome pour le discours finale du vice-amiral Salopette. Autant dire qu’il fallait rester discret et ne surtout pas s’attirer la foudre d’un haut gradé de la marine. Goyah devait être aussi surpris que Juza concernant ce festival tout à fait inattendu. Inattendue pour eux oui mais les habitants avaient sûrement déjà étaient mis au courant la vieille sans doute. En s’éloignant de la place principale de la ville donc, entre temps dans la foulée des journaux étaient vendues. Et au vu de la réaction des uns et des autres, il semblerait que le génocide du Royaume de Goa était en première page.


« Vous avez vu ça ? Le mouvement révolutionnaire aurait orchestré un acte terroriste au Royaume de Goa ! »

« Décidément ces révolutionnaires cachaient bien leurs jeux finalement, ils ne reculent devant rien ! »



« Un tel chaos ne se serait jamais produit si le Roi avait laissé la marine prendre en charge la sécurité du royaume. Au lieu de ça il a trahit ses engagements envers son propre peuple. »

« Héhé c’est clair, au moins ici à Logue Town ne nous risquons rien, aucun pirate ni même aucun révolutionnaire ne tentera quoi que se soit ici. Ces criminels ne sont que des lâches, qu’ils viennent faire ca ici si ils ont des couilles. »


Juza n’en revenait pas. La manipulation du gouvernement mondial avait donc finalement réussit merveilleusement bien. Tout le monde gobait à cette histoire s’en rechigner, ni même à savoir réellement ce qu’il s’était passé là bas. Juza qui y était et qui avait vu l’horreur de ce génocide savait lui la vérité. La triste et lourde vérité que personne ne croirait s’il l’a disait. S’il expliquait aux gens qu’en faite tout cela avait été organisé par les soins du gouvernement mondial via cette filiale encore mystérieux pour Juza qu’était le CP9, il serait vite traité de complotiste ou on ne sait quoi. Tout cela avait été fait afin de discréditer sérieusement le mouvement révolutionnaire qui était à la base un mouvement soutenu par le peuple, mais maintenant avec cette manipulation médiatique l’opinion des gens venaient de changer aussi vite que la direction du vent. Juza les poings serrés ne supportaient pas d’entendre les commentaires de ces ignorants. Attristé et légèrement énervé Juza s’adressa à Goyah sur un ton sérieux :


« Tchhh….Tirons nous d’ici, ces gens me donnent la nausée. Et si on allait dans un restaurant ou dans un bar en attendant le début du festival ? »



« Et puis j’ai jamais vu de près un vice-amiral de la marine. Ce soir ca va être l’occasion de voir à quoi ressemble un haut gradé. On passera une ou deux nuits le temps que le log pose se recharge et le temps de profiter pleinement de ce festival puis on quittera cette île. Cependant je ne sais pas si tu l’as sentis toi aussi, mais j’ai comme un mauvais pressentiment pas toi ? Mes cheveux du nanto de fourure arizona m’ont avertit d’un danger. J’ai peut être rêvé…Mais l’esprit de l’Oréal ne me trompe jamais parce que je le vaux bien. L’instinct c’est sacré et il faut s’y fier quand celui-ci vient titiller le téton ! »


Dit-il tout en marchant, débouchant dans une autre grande avenue ou de nombreux bars et restaurant pullulaient. Il n’y avait que l’embarras du choix. Goyah et Juza aurait tout le temps de discuter autour d’un bon plat. Mais il était certains que l’ami tétonique de Juza verrait sûrement la gêne de Juza qui avait été causé par les différents commentaires qu’il avait entendu au sujet du mouvement révolutionnaire. Etant donné qu’il s’agissait de son camp, il était logique que cela ne lui plaise pas. Juza espérait sincèrement que Goyah ne le questionne pas au sujet de ce conflit au Royaume de Goa.





















Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !

_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goyah Adams Jr.
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 113
MessageSujet: Re: 4 Tétons à Logue Town Mer 16 Juil - 20:10




Au " Gay Friendly " !
____________________________________________
 

Alors que notre promenade battait son plein, la place fut peu à peu invesie par des soldats de la Marine. Mon poil se hérissait, ça ne sentait réellement pas bon. Mais cette opération ne semblait pas alerter les citoyens lambdas. Ca cachait forcément quelque chose. La réponse vint à moi avant que je n'esquisse la moindre question lorsque toute une cohorte d'agents gouvernementaux déboula escortée par plusieurs troupes de soldats solidement armés. Ma peur grandissait. Mais je devais me calmer. Je n'avais commis aucun crime, je n'étais même pas officiellement pirate puisque je n'avais intégré aucun équipage. L'agitation soudaine avait le don de m'inquiéter d'autant plus lorsque on voit le dispositif impressionnant qu'est capable de déployer la Marine. Très vite, mes inquiétudes se dissipèrent lorsqu'un agent expliqua via un escargomégaphone que cette partie de la ville allait être pour les travaux du festival.

Festival ? Quel festival ? Juza et moi étions complètement passés à côté de cette date qui pourtant était capitale : aujourd'hui était l'anniversaire de la victoire de la Marine sur l'inénarrable Gold D. Roger, premier seigneur des pirates. Encore une date symbolique qui ne faisait que renforcer la prestigieuse réputation de la Marine qui s'érigeait comme pacificatrice du monde. Et chose inédite, cette fois-ci un officier supérieur allait gratifier toute l'assistance de sa présence : le bien nommé vice-amiral Salopette, rien que ça ! En moins de temps qu'il ne fallut pour le dire, les soldats dispersèrent la foule, les commerçants du marché furent forcés de ranger leurs étals et de décamper pour que les constructions éphémères de l'évènements puissent être construites. Alors que tous les citoyens se divisèrent dans les diffèrentes artères pavées de la ville, on pouvait voir les vendeurs de journaux sortir au grand jour pour apporter la dernière nouvelle. Visiblement, la nouvelle du jour faisait sensation.

D'après les cris d'étonnements et les sursauts des citadins, le mouvement révolutionnaire avait frappé en comettant un odieux attentat faisant de très nombreuses victimes, au royaume de Goa. Le royaume de Goa jouissais d'une réputation plutôt controversée par delà le monde. Moi-même j'avais beaucoup entendu parler de ce royaume connu pour être le plus puissant d'East Blue. En tant que fils de daimyo, je me devais de connaitre chaque royaume du monde. Si je me souvenais bien, les populations de Goa étaient séparées par un mur gigantesque. D'un côté les misérables et de l'autre les aristocrates et les classes aisées. Une discrimination sociale dévoilée aux yeux de tous, non sans la complicité assumée du Gouvernement Mondial. C'est ce qu'il en coûtait de " vendre son âme au diable ". Sans avoir prêté serment au gouvernement, peut-être qu'aujourd'hui Goa se serait affranchi de ce mur grotesque. Le mouvement révolutionnaire avait donc attaqué ce royaume que je considére en crise. Je voulus interroger mon camarade sur cet évènement, mais avant qu'il ne parle en premier, je lus dans son regard courroucé et un peu déconfit que ce n'était ni l'endroit ni le moment. L'aventurier me proposa d'aller manger quelque part avant de nous rendre à ce festival qui avait l'air de l'intéresser. Ou plutôt c'était ce vice-amiral qui semblait titiller sa curiosité. Et j'avouais que moi aussi cet officier Salopette m'interpellait.

Tout comme moi, ses cheveux du Nanto de Fourrure de l'Oréal parce qu'il le valait bien, l'avaient averti d'un potentiel danger. Il semblait que notre amitié avait crée une espèce de connexion ou de lien indestructible et étroit entre sa chevelure noire et mes tétons grassouillets.




- Avec plaisir, mon ami. Allons vers les quais, ça me semble être le lieu le plus animé et le plus propice pour trouver un quelconque restaurant ou une taverne. Bien que je pense que tu seras un peu déçu de ne pas goûter à l'une de mes spécialités pour ce soir. L'épisode du " Caca qui dura Onze Heures " m'avait épuisé donc ce n'est pas du luxe, si tu veux mon avis. Quand je vivais à Sheng-Sha, sur mon île natale, et que mon père le daimyo y organisait des fêtes somptueuses, j'étais le premier à y inviter les miséreux qui rôdaient autour de notre château. Par effraction, bien sûr, je n'avais pas le droit, hé hé ... Toujours est-il que j'adore les manifestations festives de quelque nature qu'elle soit. Et puis nous aussi avons besoin de nous ressourcer, hein mon goujat  ! Après toute cette folle aventure à Grogywood ... Mais restons alerte quand même. Mon téton a frémi en  même temps que ta chevelure somptueuse. D'après les vieilles légendes on dit que c'est de mauvaise augure ...

Dans toute cette masse populaire, il était difficile de se frayer un chemin. D'autant plus que la majorité des gens se dirigeait vers les quais pour se restaurer également. Ce qui faisait que la plupart des terrasses étaient bondées. Du moins c'était le cas pour les établissements réservés aux touristes. Un peu plus loin, au terme de dédales étroits et peu fréquentés se trouvaient les tavernes destinées à une clientèle plus ... flibustière ou hors-la-loi en tout genre. J'aurais préféré emmener Juza dans un endroit un peu plus chic puisqu'avec le million de Berrys dont nous disposions nous avions de quoi nous offrir un gueuleton royal. Mais puisque tout était presque complet ... Partout où nous allions, le sujet de conversation était le même : le récent attentat de Goa. Même dans l'auberge où nous avions choisi de passer le repas (qui s'appellait le " Gay Friendly "), on ne parlait que de ça. D'ailleurs cette auberge était plutôt folklorique. On y voyait exclusivement que des hommes, et beaucoup d'entre eux dansaient nus ou déguisé sur la piste de dance. Mais qu'importait, l'essentiel était de manger quelque chose. Après avoir commandé le plat du jour (mouettes au ketchup), je m'apprêtai à interroger Juza sur les évènements de Goa puisque l'occasion s'y présentait.

- Tu m'arrêtes si je me trompe mais ... J'ai bien vu que t'avais l'air soucieux et plutôt froissé quand la Marine a dispersé la foule tout à l'heure. Je ne parle pas du fait que nous n'avons pas pu poursuivre notre petite balade, mais plutôt de la nouvelle dont tout le monde parle. Je sais que le royaume de Goa ne se trouve pas très loin de Grogywood. Et selon la date des évènements tu aurais très bien pu y être. Je vais donc te poser une seule question, qui comme tu t'en doutes me brûle la vulve. Es-tu lié de près ou de loin à cet attentat ? Tu n'es  pas obligé répondre, ça ne changera rien à notre amitié tétonesquement L'oréalienne. Mais je tiens à le savoir. Pour savoir si je dîne en face face d'un homme capable de comettre le même genre d'acte terroriste sur un territoire monarchique. Un territoire comme celui de l'Empire Ming par exemple.

Je n'avais pas quitté du regard mon compagnon de voyage, et avais saisi une pipasse (graine de tournesol) située dans la petite corbeille à apéritif. Puis je la croquai, toujours sans quitter Juza. Un silence venait de s'installer, qui fut immédiatement brisé par l'intervention d'un étrange bonhomme depuis le comptoir.




- Ecoutez-moi les copines ! Ecoutez-moi !! N'avez-vous donc pas vu les invités de marque ce soir ? Il s'agit de deux figurants qui ont joué dans le dernier film de Catarina Jason et Stevenson Clo-clo, les superstars gays de Grogywood dans leur dernier film : " Les Frères-Soeurs contre les Powers Crockers !! " déclara le patron du bar en nous désignant du doigt, sous les applaudissements et hourras de la clientèle. Mais ce n'est pas pour ça que j'interrompts notre petite soirée intimiste entre gros coquins hi hi hi ... Je tiens juste à vous signaler deux choses : pour l'After, pensez à prendre la vaseline ça nous arrangera, merci beaucoup. On a pas envie de finir à la mayonnaise comme la dernière fois, je vous rappelle que René a fait une petite allergie cutanée autour de sa caverne aux merveilles donc voilà.

Il y eut des gloussement et des commentaires plus que douteux. Entre les " Wouhouuuuu " et le ricanements j'avais cru entendre : " C'est moi qui l'ai soigné avec mon énorme brosse ".

- Plus sérieusement, on nous a demandé d'assurer des rondes sur les divers toits des immeubles aux alentours. Histoire de surveiller ces places stratégiques pour des éventuels tireurs embusqués.
- Mais pourquoi faire, mon Loulou ?
- Roh mais Bernard ! Tu n'as pas lu les nouvelles ou quoi, mon croquignou d'amour ? Ce soir y'a le vice-amiral Salopette qui est l'invité d'honneur du festival. Et je suis sûr que ânes batés que vous êtes, vous n'avez même pas pris la peine de lire le journal dans son intégralité. Vous êtes vraiment des vilains garçons ! Il semblerait que Grimm Lock se soit échappé la semaine dernière.
- Kôôôôa ??? Mais c'est terrible, Ursulo !! Encore plus terrible qu'être privé de fouet pendant un After dans cet auberge !! Je croyais que Grimm Lock était enfermé quelque part dans Tequila Wolf !
- Moi aussi, mais il s'est échappé il y a pas mal de temps. Ne craignez rien mes amours de gros porcs gourmands de punitions en tout genre, je suis là ! C'est pour ça qu'on va tous surveiller les toits au cas où il voudrait se montrer !
- Excusez-moi ... Qui est Grimm Lock ?
- Qui t'as autorisé à prendre la parole, beau brun ? Ouh mon dieu quelle musculature ... Et quels tétons ... Continue donc mon lapinou. Quel est ton nom ?
- Pour toi ce sera Goyah le Majestueux, en toute humilité.
- Je suis Ursulo de Sade, le propriétaire de cette auberge.Tu prétends naviguer sur East Blue et tu ne connais pas Grimm Lock ? Certains le qualifient de pirate, d'autre de terroriste. En tout cas il fait l'unanimité sur sa cruauté. Il a sillonné les mers uniquement pour piller, violer et tuer. Une bruté épaisse. Il a été arrêté il y a trois ans et enfermé quelque part à Tequila Wolf.
- Hou hou ! Moi aussi j'aimerais être enfermé et enchainé !
- La ferme, Grégor ! Je disais donc, que Grimm Lock a l'habitude de s'acoquiner avec toutes sortes de crapules pour commettre les atrocités dont il raffole tant. Comme placer des bombes, incendier des villages entiers, kidnapper ... Sa prime s'élevait à 17 000 000 de Berrys. Sachez que la moyenne des primes à East Blue est de 15 000 000 de Berrys. J'ajouterai que la présence d'un vice-amiral augmente le risque d'une visite de Grimm Lock à Logue Town ce soir. Sans oublier les pirates de toutes sortes qui n'attendent qu'une occasion comme celle-ci pour se faire définitivement un nom dans le monde entier. Voilà pourquoi on fait appel à nous. Nous sommes les meilleurs dans notre domaine. Vous pouvez même venir nous accompagner, si vous n'êtes pas inutiles en matière de bataille.
- ... On va y réfléchir. Quel est ce domaine dont tu parlais à l'instant ?
- La punition des vilains, mon petit Goyah. N'aie pas peur je ne compte pas te punir, vu l'état de ton bras gauche. En revanche ... J'espère que ton ami n'est pas un gros vilain, car j'ai une furieuse envie de le fouettouiller ...

Je déglutis devant ce regard aussi lubrique qu'effrayant qui nous dévisageait moi et Juza. D'ailleurs, je crus entendre un claquement de fouet solitaire dans la pièce de derrière, comme pour ponctuer les déclarations d'Ursulo de Sade. Je tournai la tête gêné par le patron de l'auberge et préférait interroger Juza du regard afin qu'il me donne son point de vue sur ce qui venait d'être dit.




_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 102
Messages : 192
Localisation : In The Sea
MessageSujet: Re: 4 Tétons à Logue Town Sam 19 Juil - 1:47








“ Logue Town ! „




G r i m m _ L o c k !


Comme on pouvait facilement s’y attendre, Goyah ne refusa pas l’invitation de Juza. Néanmoins l’homme aux supers tétons regrettait fortement de ne pas pouvoir lui-même nous gratifier d’une de ses spécialités culinaires. Les plats de Goyah étaient exquis mais en contre partie l’estomac devrait trinquer fortement après. Et pourtant l’une des spécialités de l’Empire Ming était sans aucun doute la quenelle de cheval argenté agrémenté de son trou de balle poilu de chameau roux sur son lit d’excrément séché de chèvre noire accompagné de sa sauce de vache folle pygmée et pimentée avec de l’haleine de monstre des mers. On dit que le gout est tellement bon qu’il serait un avant goût du paradis. Cependant en échange de goûter à ce plat quasi divin l’homme à une chance sur trois de perdre la vie. En effet le palet de la bouche et la langue se voient submerger d’un surplus de plaisir, donnant ainsi des spasmes tellement violent qu’ils provoqueraient des hémorragies internes au niveau des organes.  Le corps vibrerait tellement que le cerveau pourrait même s’endommager de manière irréversible. Une sorte de tremblement de terre qui se passerait à l’intérieur même du corps. Un plat légendaire que seul l’empereur de l’empire Ming aurait dégusté sans en subir les conséquences selon la légende.




Juza en rêvait secrètement mais il n’osait pas révéler le fond de sa pensée. Il n’osait pas demander à son ami de lui faire ce plat interdit. Se consolant de ce fantasme pendant quelques secondes, Juza pouvait entendre Goyah parler au sujet de cette alerte corporelle qu’ils avaient eux tous deux en quelques fractions de seconde. Il est vrai que si une chevelure digne du « Nanto de fourrure l’Oréal Arizona » et que des tétons digne du « Téton Haut Couteau De Planche A Pain Pied Poing Lié Fermé » résonnaient tous deux à l’unisson et au même moment, cela annonçait un grand malheur proche. Comme l’avait souligné Goyah, même si il s’agissait d’un festival qui se voulait « bon vivant » il fallait être aux aguets de la moindre perfidie à venir. La foule était dense, difficile de se faufiler ici et là, les bousculades étaient nombreuses et tous sans exception se dirigeaient vers le port afin de profiter du beau temps et de la fraicheur de la mer sur les terrasses et dans les restaurants. Juza ne savant pas trop ou aller se contenta de suivre Goyah dictait par l’instinct de ses tétons qui agissaient de la même manière qu’une boussole. Débouchant vers d’étroites ruelles tout en quittant maintenant de vue le port. Il y avait une auberge avec une pancarte inscrit en haut « Gay Friendly ».




En entrant dans l’auberge, on pouvait entendre quelques discutions ici et là sur ce fameux évènement qui s’était déroulé à Goa, provoquant ainsi des débats plus ou moins animés. Un peu plus loin sur une piste de danse on pouvait voir des hommes nues et déguisés dansaient et chantaient. Quelle vue atroce pour les pauvres yeux de Juza. Il subissait en direct un violage rétinien. Bref, Goyah et Juza prenaient maintenant place sur l’une des tables libres. Le jeune révolutionnaire s’apercevait qu’il n’y avait ici qu’exclusivement que des hommes. Soupirant de cette infortune, il saisissait le menu afin de voir ce que proposait cette foutue auberge. Juza hésita avec le plat du jour, qui était de la « mouette au ketchup ». Mais finalement il n’allait pas faire ce choix, il continuait de regarder la carte des menues tandis que Goyah souleva « le » sujet épineux de la journée. Il fallait s’en douter, le jeune bouddha tétonique avait remarqué le changement d’humeur de Juza suite à cette nouvelle dans les journaux. Il n’était pas nécessaire de cacher la vérité à Goyah. Laissant un pesant silence s’installer au moment même ou Juza s’apprêtait à se dévoiler sur cette affaire, un étrange personnage entra en scène pour briser le silence salvateur.




Une tantouze au physique carrée venait de faire son apparition, accompagnée d’une moustache épaisse avec des vêtements en cuir. Il avait une voix presque féminine et les poils de son torse débordé orgueilleusement de son tee-shirt grisâtre. L’homme au look de sadomasochiste avait interpellé toute l’assistance présentant ainsi Goyah et Juza comme des acteurs figurants ayant participé au film en box office « Les Frères-Soeurs contre les Powers Crockers !! » avec comme vedette Catarina Jason et Stevenson Clo-clo, les superstars gays de Grogywood. Oui Juza s’en souvenait comme-ci s’était hier, ces deux travesti-gay étaient extrêmement fort et ils avaient même sauvé in extremis Juza. C’est alors que toutes les personnes dans l’auberge s’étaient mises à applaudir les deux hommes, tout en poussant des « hourras » et en faisant des olas parfaitement bien exécuté avec une symétrie exemplaire. La clientèle était aussi barjo que le ce type en cuir. D’ailleurs celui-ci en venait au fait pour exprimer quelques consignes pour « l’after ». A ce moment précis Juza avait eu des sales images en tête qui défilaient dans ses pensées, le poussant presque même à dégueuler amèrement sur la table.




Il avait préféré se la jouer classe, et il se contenta de se pincer les lèvres avec sa main tandis qu’on pouvait entendre les commentaires les plus trash sur cet incident d’allergie cutanée. Bref, ensuite l’homme de cuir entra dans un sujet un peu plus sérieux en expliquant à ses hommes qu’il fallait faire des rondes. Plus précisément une surveillance du périmètre sur les toits des alentours afin d’empêcher des potentiels tireurs embusqués à agir. Une mesure de protection qui visait à assuré une sécurité optimale. D’autant plus que le vice-amiral Salopette étant un invité de marque en cette soirée à venir n’accepterait sans doute aucun débordement en sa présence. Mais ce n’était pas tout, un certain Grimm Lock se serait échappé de l’île de Tequila Wolf avec une prime s’élevant à 17 millions de Berry. Juza savait parfaitement qui était cet homme puisqu’il le connaissait assez bien. Grimm Lock était lui aussi originaire de Jaya et petit lui et Juza ils avaient fait les quatre cents coups. Mais lors de la nuit noire les deux enfants ne s’étaient plus jamais revus. Il était donc encore en vie ? Juza ne savait pas s’il devait être content ou indifférent, puisque après tout il s’agissait d’une connaissance d’un temps maintenant révolu.




La conversation continua pendant que Juza restait silencieux, Goyah ne connaissait pas Grimm Lock, pourtant cet homme avait fait beaucoup parler de lui sur East Blue. Mais il était vrai que son enfermement à Tequila Wolf l’avait fait oublié aux yeux du grand public, il était certains qu’il allait revenir sur le devant de la scène en faisant du bruit. Et connaissant le bougre, il allait sûrement faire le casse cou ici à Logue Town. Au fil de la conversation, le propriétaire Ursulo de Sade tentait en premier lieu de séduire Goyah, mais voyant celui-ci blessé et déjà amoché il n’avait aucun intérêt à s’adonner à ses pratiques douloureuses avec quelqu’un de déjà entamé sur le plan physique. Alors tout naturellement le propriétaire de l’auberge déversa son regard inquiétant et pervers sur Juza. Un regard intense animé d’une pulsion démoniaque et malsaine. Juza avala d’une traite la salive accumulé  dans sa bouche au vue de cette situation de malaise qui s’était installé au cours de cette conversation. Le jeune révolutionnaire allait remettre en place cet homme complètement déjanté à sa place, d’autant plus que Goyah aussi était très gênée par la situation. Il était temps de remettre les choses à leur place.



« Va te faire mettre Hentaï-Man ! On n’est pas venu ici pour ça et puis nous on préfère les gonzesses ok !? Va plutôt chercher nos plats avant que je t’enfonce ta moustache dans ta caverne sinueuse ! »



Sortant de son long silence, Juza se voulait agressif et percutant dans ses propos. Voyant le malaise qui s’était installé au sein de l’auberge, un homme avait surgit de derrière le comptoir. Il s’agissait du partenaire d’Ursulo De Sade. Son bras droit en quelque sorte qui l’aidait à tenir l’auberge. Il allait punir littéralement ce dernier afin d’apaiser la colère et la gêne momentané de Juza.


« Veuillez excuser Ursulo, il a tendance à draguer tout ce qui à une braguette si vous voyez ce que je veux dire, il ne sait pas se tenir en présence de gentleman comme vous. Je vais le punir lourdement comme il se doit cher client. Tiens d’ailleurs les plats que vous avez commandés sont offerts par la maison afin de nous excuser de la gêne occasionnée par ce petit délinquant !! Allez tiens prend ça mon loulou ! »



« Owiiiiiii j’ai été très vilain, fais moi beaucoup de Bobo grand fou ! »


Le partenaire d’Ursulo plaqua ce dernier contre la table pour le fouetter au niveau des fesses avec une raquette ornée de clou piquant, le fouettant en frappant de manière sec et répétitif. En voyant cette scène surréaliste, Juza se congela sur place, totalement à la manière des cartoons tout en se laissant lourdement tomber au sol comme un vulgaire bloc de glace. Choqué il avait finit par se relever en reprenant place sur sa chaise tandis qu’Ursulo gémissait avec plaisir, atteignant presque le nirvana sadomasochiste. Préférant ignorer cette scène atroce à la vue, Juza préférait maintenant s’adresser à son ami tétonique. Il allait tout lui raconter au sujet de cet événement qui s’était passé au royaume de Goa puisqu’il était présent et actif lors de cette terrible tragédie. Prenant une profonde aspiration Juza se lança dans un long monologue :


« Concernant cette affaire sur Goa, je dois t’avouer que je suis assez excédé parce qui est dit dans ces journaux. Tout ce qui est écrit n’est qu’un tissu de mensonge et je peux te l’affirmer puisque j’y étais. S’était lors du début de mon voyage, j’ai fais la rencontre du légendaire Byakuya Makkura l’ex-héros de la marine qui prônait une justice divine après l’ère de Mugiwara No Luffy. J’ai eu l’occasion de bavarder un peu avec lui et même de me confronter à sa force. Voyant qu’il serait un atout pour l’avancé de mon voyage je lui ai demandé conseil. Il m’a demandé alors de rejoindre le royaume de Goa et d’y trouver une certaine Elisabeth Shiwara, une femme qui pouvait m’aider. Cependant en échange de son aide, je devais participer à un tournoi en tant que son poulain. Ce tournoi particulier était organisé dans le secret partout dans le monde dans chaque royaume à la demande des « Tenryuubito ». Le gagnant du tournoi pouvait prétendre à épouser une ou un des membres de la famille des « Tenryuubito », profitant ainsi du même titre et des mêmes richesses que ces dégénérés, soit disant noble. J’ai appris qu’Elisabeth Shiwara était un des soldats très actifs de la révolution. Elle avait pour objectif de se marier à l’un des « Tenryuubito » après avoir remporté le tournoi pour ainsi infiltrer les hautes strates du gouvernement mondial et pour agir de l’intérieur. Elle faisait partit du groupe révolutionnaire dirigé par Byakuya Makkura. Ce plan était ambitieux et aurait pu être une avancé majeur pour le mouvement révolutionnaire. Malheureusement la révolution avait sous-estimé le potentiel du gouvernement mondial. Très vite j’ai appris au cours de ce tournoi qu’il y avait un membre du gouvernement appartenant à une filière secrète portant le nom de « Cipher Pol 9 ». Il s’agirait d’une filière gouvernementale secrète agissant avec le permis de tuer. Ces membres seraient d’une puissance extraordinaire et j’ai pu le constater de mes yeux. »



« Je ne sais pas si ce groupe relève d’un fantasme complotiste délirant ou de la réalité mais il y avait en effet bel et bien un homme qui agissait au nom du gouvernement mondial. Il avait pour mission d’organiser un « False Flag », un attentat sous faux drapeau pour discréditer à tout jamais le mouvement révolutionnaire en exécutant un acte terroriste. J’ai combattu contre cette vermine mais tout comme contre Hizamo la tantouze handicapée, j’ai du me résigner à mon statut de débutant faible. Je n’ai pu rien faire ni même les camarades révolutionnaires sous le commandement de Makkura ont étaient incapable de stopper la folie de cet homme. Il avait finalement mit à exécution sa menace et à fait sauter des bombes un peu partout dans le royaume. Des bombes incendiaires qui ont mis en ruine et en feu le royaume tout entier. S’était encore pire que ce que j’avais vu à Jaya lors de la fameuse «Nuit Noire ». Les habitants prenaient feu devant mes yeux et je ne pouvais rien faire. Finalement Makkura se débarrassa de cet agent du CP9 et j’ai fuis le royaume avec lui. La marine semblait complice de ce complot criminel puisqu’ils étaient déjà là, prêt à intervenir alors que personne ne pouvait prévenir de ce qu’il se passait au moment même ou l’attentat avait été commis. Bien évidemment la marine joua son rôle de héros afin de tromper les gens et d’avoir le soutient du peuple du royaume de Goa. Le roi a bien évidemment mystérieusement disparu mais selon Makkura il aurait été assassiné afin qu’il ne puisse pas protéger son royaume contre les complots criminels de la marine et du gouvernement mondial. Ainsi la faute a été imputée au Roi maintenant mort et au mouvement révolutionnaire comme ils l’ont expliqué dans ces torchons de journaux. Je sais que toute cette histoire à l’air complètement folle et absurde mais c’est pourtant la vérité ! »


Dit-il en serrant les poings tandis que ses cheveux se redressaient en piques d’eux même comme pour montrer sa rage face à ce mensonge d’état ignoble. Juza ne savait pas si Goyah allait croire cette histoire qui était pourtant la vraie version. Mais comme tout le monde, chacun avait son propre avis et sa propre réflexion, qu’il soit son ami ou pas il pouvait très bien douter des dires de Juza. Goyah était un monarchiste convaincu, et il tenait à l’empire Ming, si le royaume de Goa était tombé, n’importe quel royaume pouvait alors être trompé de la sorte. Bien qu’il était vrai qu’un empire et un royaume était différent sur le plan politique. Un empire cherchait plutôt à s’étendre et conquérir d’autres terres tandis qu’un Royaume était plutôt dans la stabilité et la prospérité d’une terre héritait par les anciens rois se succédant les uns après les autres sans pour autant chercher la conquête ou autre. Bref, Goyah aurait tout le temps de répondre en exprimant son point de vue sur cette affaire après l’explication de Juza. Les plats avaient été rapportés et le jeune révolutionnaire dégusterait et engouffrerait son plat rapidement. Rassasié il avait été satisfait du menu qu’il avait choisit à savoir : du crabe à la mayonnaise. Puis peu après, quelque chose venait de se passer. Un homme, un de ses sadomaso venait d’entrer en trombe avec une attitude de gay, dansant tel une danseuse étoile avec une finesse rare malgré son physique ingrat de pingouin dans un club de sport à la canne. Il semblait d’humeur jouissive :


« Ecoutez moi tous les loulous, vous n’allez pas me croire. En faisant ma ronde au sud de l’auberge j’ai aperçu ce grand bandit de Grimm Lock. Il porte une cape avec une capuche, j’ai pu voir clairement son visage après l’avoir malencontreusement bousculé dans la rue quand je m’exerçais à faire mes pas de danse. »



« Dans la bousculade sa capuche s’est enlevé et j’ai clairement reconnu le visage de ce beau mec, il s’est relevé et m’a donné un gros coup de poing dans mon gros bide. J’ai jouie sur place et il s’est enfui après ça. Qu’est ce que s’était bon bordel. Maintenant on sait que ce vilain garçon va agir ce soir. Comment ? Quand ? Avec qui ? Nous allons devoir signaler sa présence à la marine les p’tits choux ! »


Juza interpellé par les mots de cette sombre tapette se tourna immédiatement vers lui tout en s’adressant à toute l’assemblée dans l’auberge :


« Non attendez ! Je connais ce gars, on est originaire de la même île. On se côtoyait souvent lorsqu’on était gosse. Laissez moi le retrouver, je peux peut être le dissuader de faire quoi que se soit ce soir. »



« Enfin j’espère…. »


Ursulo de sade avait soudainement bondit depuis son comptoir. Il rétorquerait à Juza immédiatement :


« Ok mon choupinou on ne dira rien à la marine pour l’instant. Mais si jamais tu n’arrivais pas à le mettre sur le droit chemin, alors on devra toi aussi te dénoncer à la marine pour complicité ! Et puis ton copain téton aussi tu comprends ? Tu veux vraiment prendre ce risque ? »



D’un geste de la tête Juza acquiesça pour confirmer sa détermination quant au fait de dissuader Grimm Lock de faire quoi que ce soit durant ce festival. D’ailleurs le temps s’était écoulé rapidement. Il était déjà dix-huit heures et le début du festival avait lieu à vingt heure trente.  Il restait encore du temps pour partir à la recherche de Grimm Lock qui devait maintenant être sur ses gardes après avoir croisé le travelo-gay. Juza se leva subitement de sa chaise et s’adressa une fois de plus à Goyah :


« Allons-y poto-téton, il faut qu’on retrouve Grimm Lock avant qu’il ne foute le bordel ce soir. Si jamais il arrivait à créer des troubles les pirates de tous les coins afflueront pour foutre le bordel aussi. Et on serait donc forcément pris en étaux par la marine et surtout par la présence de ce vice-amiral Salopette qui doit être au moins dix, non trente fois plus puissant que nous le somme à notre niveau actuel. »



Juza attendait la réponse de Goyah pour quitter définitivement l’auberge. Goyah pouvait très bien refuser et ne pas vouloir prendre de risque en se mêlant de cette affaire. Mais Juza savait au fond de lui-même que ce dernier accepterait puisqu’il était après un tout un pirate tétonesque. Pendant ce temps là, à l’opposé sur logue town il y avait un appel de Den Den Mushi entre deux membres des « Guns Ho Guns ». On retrouvait une fois de plus cette femme au fusil, Kate avec comme nom de code «Kalashnikov » qui s’adressait à l’un de ses partenaires chasseurs de primes :


« Ici « Kalashnikov » ! Je viens au nouvelle « Magnum 357 ». Est-ce que ton enquête est terminée ? Tu as eu des nouvelles du boss ? Dit moi que oui ! »



« Il me faut des directives immédiatement, je suis positionné sur le plus haut point de la ville et j’ai aperçut une cible de choix. Grimm Lock en personne, primé pour 17 millions de Berrys. Celui qui s’est évadé de Tequila Wolf ! »


A l’autre bout du Den Den Mushi en direct depuis l’île de Grogywood, « Magnum 357 » de son nom de code répondrait aussitôt :


« Ici « Magnum 357 », j’ai en effet des nouvelles fraîches pour toi « Kalashnikov ». Après enquête, je confirme que ton pauvre frère a perdu la vie face à ces deux types qui sont à logue town. J’ai réquisitionné « Hiroshima » pour l’amener à la base. Il va falloir que tu fasses attention, le maigrichon à la chevelure exquise possède un fruit du démon de type logia, celui de la glace. Et l’autre celui qui est baraqué et qui a des tétons sublime possède un fruit de type zoan antique. Ça m’a énormément surpris puisque ces deux gars possèdent des fruits extrêmement rares. Et puis en voyant le « film » enregistré sur le combat qu’ils ont menés tous les deux je me suis aperçu que le gars aux tétons magnifique possédait une chemise propre aux armoiries de l’Empire Ming. »



« Tu vas devoir te tenir prête à agir seule en plus de cela, le boss à ordonné à « Beretta » de rentrer à la base pour une mission plus importante sur Grand Line. Néanmoins il t’autorise à te venger au nom de notre groupe et tu as aussi la mission d’éliminer Grimm Lock et de ramener l’argent de sa prime sans faute à la base.  Tu vas t’en sortir avec trois cibles en même temps ? Je sais que ce ne sont que des rookies sur ses mers mais quand même….Allô tu m’entends ?? »


Immédiatement « Kalasnikov » raccrocha le combiné du Den Den Mushi. Maintenant qu’elle avait l’autorisation de mener sa vengeance personnelle et de capturer Grimm Lock et d’empocher sa prime, elle allait faire un malheur. Il restait deux heures trente en tout avant le début officiel du festival et avant l’arrivée du vice-amiral Salopette sur l’île. La situation était assez étrange, Juza et Goyah partiraient à la recherche de Grimm Lock, tandis que la chasseuse de prime membre du groupe très puissant des « Guns Ho Guns » avait maintenant l’autorisation de partir en chasse. Il était fort probable que la ville soit maintenant sous le joug d’une grande et futur hécatombe. Il était clair qu’au moindre trouble tous les pirates et les bandits présent sur logue town en profiterait également pour foutre le bordel et de rajouter de l’huile sur le feu. Qu’allait-il se passer ? A suivre avec une passion tétonesque car cette situation deviendrait mouvementé à présent.














Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !

_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goyah Adams Jr.
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 113
MessageSujet: Re: 4 Tétons à Logue Town Sam 19 Juil - 16:04




L'ombre des Guns Ho Guns
____________________________________________
 



L'intervention du travelo-sadomasochiste-gay Ursulo de Sade dériva en une espèce de scène à proprement parler inapropriée pour un lieu public. Je préférai détourner les yeux plutôt que d'affronter les fessées infligées avec une raquette cloutées par le bras droit du propriétaire. Juza, après s'être énervé contre nos hôtes qui décidément, ne savaient pas se tenir en public, se décida à me raconter ce qu'il s'était déroulé à Goa. D'après ses dires, tout n'était qu'un vaste complot organisé soigneusement par le Gouvernement Mondial lors d'un tournoi dont le vainqueur avait l'extrême privilège d'être anobli et s'élevant ainsi au rang de Dragon Céleste. Apparemment, un agent du " Cipher Pol 9 " avait infiltré l'évènement sportif et avait tout organisé. Il en avait résulté de multiples explosions incendiaires dans toute l'île, déciment des milliers de civils au total. De plus, le jeune révolutionnaire avait obtenu l'appui d'un personnage légendaire : Byakuya Makkura, surnommé le " Pacificateur ", héros de la Marine qui portait l'idéal de " Justice Divine ", une doctrine qui avait su porter toute cette institution militaire au sommet de sa gloire. Néanmoins cet homme aussi époustouflant était-il, avait plus d'une fois démontrer son tempérament impitoyable et sans pitié à l'égard des Hors-la-loi. Il avait même quitté la Marine soudainement pour se réfugier on sait où.

Le discours de Juza était très difficile à accepter. Tout le monde savait plus ou moins que le Gouvernement Mondial magouillait dans tous les sens. Mais au point de massacrer des innocents en masse ... Ca paraissait peu crédible. D'autant plus que mon compagnon accusait le CP9, une unité composée d'assassins et dont les fables alimentaient bon nombre de thèses complotistes que les révolutionnaire se plaisaient à propager. Une opération de massacre poussée à son paroxysme alors qu'un roi avait été assassiné. C'était certainement l'information la plus difficile à accepter. Même si l'Empire Ming ne faisait pas partie du Gouvernement Mondial, tout comme ses royaumes alliés, le gouvernement incarnait la stabilité des monarchies dans le monde entier. Je ne savais pas quoi penser en vérité. Une partie de moi voulait refuser ces révélations. Je n'étais pas spécialement un fervent admirateur du Gouvernement Mondial et ses institutions tentaculaires ... Mais entendre cette histoire remettait en cause toute ma conception de ce pouvoir politique dominant. En vérité j'avais besoin de réfléchir. Car de l'autre côté, Juza était devenu mon ami tétonesque et L'oréalien.

- J'ai du mal à accepter tout ce que tu viens de me raconter dans son intégralité. Même si nous sommes liés par les liens de sang de téton et de cheveux, cette vérité est difficile à réaliser. Le CP9, Byakuya Makkura, l'assassinat du roi et les attentats ... Ce n'est pas pour autant que je jette le discrédit sur toi. Ce sont mes futurs voyages qui confirmeront ton récit.

C'est alors qu'un nouveau travelo fit irruption dans la pièce en apportant un récit aussi sordide qu'étonnant. Il avait rencontré Grimm Lock. Il fallait dire qu'il était une célébrité locale, connu pour les atrocités qu'il avait commises. Juza rétorqua immédiatement en prétendant le connaitre. Un ami d'enfance qui avait mal tourné. Le révolutionnaire passa un accord avec le chef des travelo-gay du Gay Friendly. En d'autres termes, Grimm Lock était notre affaire, les travelos n'avaient qu'à rester en dehors de tout ça. Ursulo rétorqua que si jamais notre opération échouait, nous serions alors considérés comme des complices. Ce qui était compréhensible après tout. Malgré les apparences, Ursulo de Sade avait un certain sens de devoir, surtout en protection de sa ville. Le marché fut conclu, et de nouveau, nous partîmes à l'aventure.

Ce n'était pas sans un sentiment d'inquiètude que je quittai le Gay Friendly. Si Juza échouait dans sa tentative de raisonner, il y aurait des combats, et j'étais encore blessé au bras gauche. Pour une potentielle bataille, je devais me passer de ce membre handicapant. Mais j'avais confiance en cet homme de glace. D'autant plus que pour un coup pareil, Grimm Lock n'était pas seul. Sans compter les dizaines d'équipages pirates qui pouvaient profiter de la pagaille. Cette mission était très délicate. Mais je tentais de ne pas laisser transparaitre mon malaise pour ne pas inquiéter Juza. Pour trouver Grimm, la chose se présentait comme étant très délicate. C'était comme chercher une aiguille dans une motte de foin. Et vu que nous étions deux, c'était encore plus difficile. Nous commençâmes par interroger les passants, mais sans aucun résultat. Grimm Lock savait se fondre dans la masse, il n'y avait aucun doute. Nous décidâmes de nous rendre sur le toit d'un des édifices qui cerclaient la place du festival. Cela allait certainement nous permettre de repérer les lieux potentiellement propices pour un tireur d'élite, ou ce qu'il les failles dans le dispositif de sécurité. Il était d'ailleurs paradoxal de voir un pirate et un révolutionnaire, téton dans le téton, cheveux dans les cheveux, s'occuper d'assurer en secret la sécurité d'un vice-amiral.

Arrivé dans une de ces structures entièrement faites de bois, nous remarquâmes qu'elle était déserte. Et pour cause, le bâtiment n'était pas conforme aux normes de sécurité et était interdit au public. Le bois était vieux et ça se voyait. En revanche, l'administration de Logue Town avait fait rénové les façades de chaque édifice pour embellir la ville-même. Un parfait trompe-l'oeil et donc une planque parfaite pour un meurtrier en cavale. A chacun de nos pas, les sol en planches de chêne ne cessait de grincer, menaçant de se disloquer. Nous entamâmes la montée de fragiles escaliers afin de fouiller chaque appartement des cinq étages. Rien de bien concluant, jusqu'au troisième étage. Juza ouvrait la marche, je le suivais de près. C'est alors qu'un coup de feu retentit. Un trou fumant venait d'apparaître à quelques centimètres du front de Juza. Je tournai la tête, et distinguait dans l'ombre, une femme couchée au sol, tenant fermement un fusil de métal, au canon fantastiquement long.




- Ne bougez, pas je vous tient. Ordures ... Au moindre geste, je vous plombe la tête à tous les deux. J'ai même une petite réserve de cartouches en granit marin pour le beau brun à la chevelure aussi sublime que le crin d'un étalon pur-sang arabe parcourant la plage.

Cette femme ne semblait pas bluffer. Elle savait que Juza détenait les pouvoirs d'un logia. Il en était certainement de même pour moi. D'ailleurs, son fusil de précision semblait sortir d'un autre temps. Je ressentais la même impression que lors de mon combat contre Aboragogmex. Lui aussi possédait une arme à feu à la technologie similaire. Il n'y avait donc plus qu'une explication possible.




- Tu fais partie des Guns Ho Guns, pas vrai ? Juza, il s'agit de chasseurs de primes réputés de Grand Line. Leur spécificité est le maniement d'armes à feu inédites.
- Ho ho ! Même à East Blue notre réputation nous précède. A moins que tous les deux ayez déjà eu affaire à l'un de nous ... D'après mes informations c'est le cas, n'est ce pas ?
- J'ai tué Aboragogmex de mes propres mains. Même si mon compagnon a contribué à sa chute, il ne l'a pas tué. Moi seul suis responsable. Si tu veux le venger, c'est entre toi et moi.
- J'ai aucun moyen de savoir si tu dis la vérité. Et de toute façon j'ai décidé de vous descendre tous les deux. Certes Aboragogmex a deserté notre organisation dans le but de former sa propre pègre dans les blues après nous avoir dérobé le précieux " Hiroshima ", mais il n'en reste pas moins mon frère. Mon nom de code est " Kalashnikov ", et au nom des Guns Ho Guns et de mon défunt frère, vous allez mourir. Je compte vous percer le bide à l'aide de mon fusil sniper " Lara " et vous laisser agoniser sur le sol. C'est tellement plaisant de ...




Genkô !

Je n'avais pas le temps de réfléchir, le temps nous était compté. Je savais que les Guns Ho Guns étaient maitre dans la balistique et dans l'art de manipuler leurs armes à feu, quelqu'était leur poids ou leur taille. D'une seconde à l'autre, Kalashnikov allait nous faire un bel orifice dans la tête. Je pris alors aussitôt ma forme complète de Bouddha géant tout en sautant dans les airs. Comme je l'avais deviné, la chasseuse de prime braqua le canon de " Lara " vers moi avec une vitesse étonnante. C'était là tout l'art du " Finger Tact ". Le coup de feu retentit en même temps que je fracassai le sol de bois pourri du troisième étage de toutes mes forces avec mon poing droit. Les planches se brisèrent sans aucune difficulté, créant un énorme trou dans lequel Kalashnikov tomba. Mais je n'avais pas prévu que tout l'étage s'ébranle et chute lui aussi. Seuls les escaliers tenaient bon. Dans un fracas terrible, la chute du troisième étage détruisit le second et le premier. Juza était resté dans les escaliers, il n'était alors certainement pas tombé. Seulement il manquait désormais la mezzanine de bois qui reliaient les escaliers aux couloirs des appartements, car je venais de la détruire, ainsi que celles du dessous.

Dans un nuage de poussière et des débris de bois, j'étais au milieu du rez-de-chaussée. Le bras gauche m'élançait, c'était mauvais signe. Mon bas ventre me picotait aussi. J'étais toujours en forme géante de bouddha, et je constatai une éraflure sanguinolante au niveau de mon flanc droit. La balle qu'avait tiré kalshnikov ne m'avait pas transpercé, fort heureusement. Je me relevais et criais à l'adresse de mon camarade tout en scrutant autour de moi :

- Juza, mon ami, mon copain, mon poto tu me tiens chaud ... Continue de chercher Grimm. Le festival va commencer d'une minute à l'autre et si tu ne le raisonnes pas, on court à la catastrophe. Je te rejoins dès que j'ai terminé avec cette femme !

La poussière m'empêchait de voir à une distance correcte. Kalashnikov s'était cachée quelque part parmi les décombre ou les appartements du rez-de-chaussée. En forme géante, j'étais une cible facile. Je pris alors immédiatement la forme hybride, qui était plus petite, mais également moins puissante en matière de force physique. Mais je gardais mon apparence de forme humaine, à la différence de mes muscles plus conséquents et de ma peau désormais dorée. Cette couleur était problématique dans ce cas de figure-ci puisque je devenais un cible plus que visible. Avant que je ne puisse avancer, nouvelle détonation. Une balle effleura mon épaule gauche, dans une giclée de sang formidable. Aussitôt, j'étais tétanisé.

- On ne bouge plus, mon garçon. Ainsi donc vous êtes aussi sur la piste de Grimm Lock ? Ca c'est amusant. J'avais justement prévu d'aller empocher sa prime après avoir craché sur vos cadavres ... Je t'ai dans le collimateur et je compte bien de faire mourir à petit feu. De détruire les membres un à un. Après j'irai retrouver ton camarade, l'homme au logia ...

Pas le temps de me laisser faire. J'avais le bras gauche en compote ainsi que deux blessures légères. Si je restais là, c'était la fin dans la douleur. Je me mis alors à réfléchir, et compris que l'utilisation de son fusil nécessitait une position stable pour pouvoir tirer correctement. Même si avec le " Finger Tact " elle pouvait changer son angle de tir, il était plus difficile de se lever et de se déplacer avec un truc aussi long. Là était le point faible de " Lara ". D'un coup de pied frotté sur le sol, je soulevai un nuage de poussière épais. Et immédiatement, je retrouvai ma forme humaine afin de me déplacer sans être repéré. Avec un peu d'élan, je me mis à glisser sur le sol, en direction de la voix de Kalashnikov. J'avais bien compris qu'elle n'étais pas loin de moi. Grâce à la poussière soulevée, je parvins à me retrouver nez à nez avec elle. S'en était fini de cette membre des Guns Ho Guns. C'est alors qu'une fumée blanche envahit tout le rez-de-chaussée. Cette brume avait été lâchée par une espèce de capsule que venait de lancer mon adversaire. Elle avait elle aussi adopté ma stratégie, et s'évanouit aussitôt. Echappée ? Non. Les secondes passèrent, et il n'y avait toujours aucune trace d'elle. Une fois ma vue dégagée, je la revis. Elle était au fond d'une large couloir, cette fois-çi avec un attirail digne de l'artillerie lourde d'un bâtiment de guerre de la Marine. Elle possédait désormais deux énormes fusils ainsi qu'une espèce de gigantesque batterie attachée dans le dos.




- J'ai oublié de te préciser que " Lara " n'est qu'une partie de ce que je détiens à présent. On surnomme cette arme : " la Mitrailleuse Jumelle ". Pourquoi ? Parce que " Lara " est le fusil jumeau de " Vladimir " que je viens de m'équiper. Lorsque ces deux fusils de précisions sont combinés à l'énorme batterie que tu aperçois derrière mon dos, ils se transforment chacun en une gatling dévastatrice. Autant te dire que j'ai tué de centaines de malfrats en une fraction de seconde avec cet arsenal. Je ne me déplace jamais sans ma batterie et " Vladimir ". Je les avais entreposés au rez-de-chaussée de cet immeuble au cas où, et le destin a voulu que s'y déroule notre combat. Montre-moi toute ta puissance et je ferai de même ! Transforme-toi de nouveau que je rétablisse l'honneur de mon frère Aboragogmex, que tu as assassiné !!




_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 102
Messages : 192
Localisation : In The Sea
MessageSujet: Re: 4 Tétons à Logue Town Dim 20 Juil - 22:36








“ Logue Town ! „




G r a n d _ B o r d e l !


Comme Juza pouvait s’en douter, Goyah ne croyait pas une seule seconde les dires de ce dernier. Il était resté évasif en n’exprimant pas clairement le fond de sa pensée, pour ne pas froisser sans doute le jeune révolutionnaire. Goyah était un vrai ami et il savait y faire avec les mots. Juza comprenait parfaitement que son ami tétonesque doute et ne croit pas en cette version. Même lui il n’y aurait pas cru si il n’avait pas été témoin de cela. Juza laisserait Goyah s’apercevoir de lui-même avec le temps et surtout durant son voyage le vrai visage du gouvernement mondial, le grand Satan de cette époque décadente. Bref, les choses s’étaient sérieusement compliquées. Les recherches concernant Grimm Lock n’avaient strictement rien donné. Questionner les passants s’étaient avéré inutile puisque aucun d’eux n’avaient vu quelqu’un de suspect dans les parages. Voyant que cela ne servait plus à rien de perdre du temps à emmerder les passants avec ça, Juza et Goyah décidaient donc de chercher Grimm Lock en escaladant les toits. Se déplaçant d’édifices en édifices dans la zone de la place du festival afin de chercher la moindre faille dans le système de sécurité organisé par la marine. Mais pour le moment il n’y avait rien de louche jusqu’à ce que…




Jusqu’à ce que les deux hommes tombent nez à nez sur une des structures faites totalement en bois, complètement déserte, comme abandonné. Un lieu parfait et dissimulé des yeux du public pour s’y cacher ou pour organiser quelque chose de dangereux. Le bois semblait vieillit par le temps et l’humidité, mais les façades avaient été rénové un peu à la va vite comme pour cacher quelque chose ou plutôt pour tromper ceux qui tomberaient sur cet édifice. Entrant sans attendre dans l’édifice de bois, Juza et Goyah s’infiltraient en mode ninja, mais toute discrétion était inutile puisque à chaque pas le bois grinçait. Presque craquelant donnant l’impression qu’à chaque seconde il était possible que tout s’effondre en un instant. Juza commençait sérieusement à penser qu’il avait eu tort de promettre ce qu’il avait promis à Ursulo le sade. Mais le jeune révolutionnaire était parfois du genre à prendre des décisions parfois sur un coup de tête sans y réfléchir même si cela était assez rare pour un stratège tel que lui. Il avait donc agit par pure sentimentalisme sur ce coup. En effet le fait de savoir que Grimm Lock était présent sur cette île, lui faisait rappeler son enfance sur Jaya avec lui avant la fameuse et terrible « Nuit Noire ».




En montant les marches fragiles des escaliers encore plus grinçant que le planché, Juza venait de comprendre maintenant qu’il avait peut être mis en danger Goyah en prenant cette décision égoïste. Son camarde tétonesque n’était pas encore totalement guérit, et avec un bras en moins il lui serait difficile de se défendre en cas de trouble. Mais il était maintenant trop tard pour reculer. Juza et Goyah fouilleraient chaque appartement jusqu’au troisième étage, mais rien, absolument rien. Cela était encore plus suspect d’ailleurs, un édifice de cette taille complètement vide était inutile. Pourquoi ne l’avait-il pas détruit pour y reconstruire quelque chose de neuf ? Mystère. Juza ouvrait cette fois-ci la marche suivit de près par Goyah afin de se dépêcher de continuer les fouilles. C’est alors qu’un coup de feu retentit subitement, Juza n’avait même pas eu le temps de réagir par réflexe tellement cela avait été soudain et inattendue. Une balle frôla le front de Juza de quelque centimètre formant ainsi juste derrière un trou béant et fumant sur le mur. Juza et Goyah au même moment tourneraient la tête en direction de là ou le coup avait été tiré. Dans la pénombre, une jeune femme se tenait couché au sol avec en main un fusil au canon extrêmement long.




Elle avait en joug les deux hommes. Celle-ci après avoir attiré l’attention des deux tétons sur pattes ordonna à ces derniers de ne pas bouger sous peine de mourir fusillé. Mais la chose la plus troublante c’est que cette femme connaissait les capacités de Juza puisqu’elle avait parlé d’utiliser des balles en granit marin. Pourtant le jeune révolutionnaire était certains de ne l’avoir jamais rencontré. Juza ne comprenait rien à la situation, jusqu’à ce que Goyah s’exprime. Il avait reconnu les méthodes du groupe de chasseur de prime des « Guns Ho Guns ». Des chasseurs de prime reconnue dans tout Grand Line qui avaient un palmarès impressionnant de pirate et criminels tués au cours de ces dernières années. Leur spécialité se basait sur le maniement d’arme à feu extrêmement puissante. La jeune femme semblait plutôt surprise de voir que Goyah connaissait ce groupe, qui lui-même avait enchaîné en expliquant qu’il avait tué de ses propres mains Aboragogmex surnommait le « Big Boss ». Rétablissant la vérité Goyah était déterminé à faire front face à cette jeune femme. Tellement déterminé qu’il n’avait pas laissé celle-ci terminer sa phrase en attaquant immédiatement tout en prenant sa forme de Daibutsu géant.




Juza était toujours aussi impressionné de voir Goyah se transformer en super Kaiju, sauf que lui il n’était pas moche comme la plupart des Kaijus. Bref, en un saut ahurissant Goyah brisa le sol d’une facilité déconcertante avec son poing droit ne laissant pas à Kalashnikov le temps de riposter efficacement. Juza avait eu de la chance, les escaliers avaient miraculeusement survécu à l’assaut tétonesque de Goyah. Au cœur des débris au rez-de-chaussée, Goyah se relèverait pour demander à Juza de continuer à rechercher Grimm Lock avant que le festival ne débute. C’est vrai avec toute cette histoire Juza avait complètement oublié Grimm Lock. Goyah semblait confiant puisqu’il allait se charger seul de la jeune femme experte en balistique. Juza leva le pouce tout en acquiesçant de la tête afin de faire savoir à Goyah qu’il comptait sur lui pour ressortir vivant de ce combat contre Kalashnikov.  Sans perdre un seul instant, le jeune homme sauta dans les airs en se laissant tomber à l’extérieur de l’édifice par la partie qui n’avait pas était détruite. Sautant du troisième étage, le jeune révolutionnaire exploserait violemment en touchant le sol en des milliers de petit bloc de glace. Se reconstituant rapidement il s’était mis à courir pour rejoindre le cœur de la ville même.




Le jeune révolutionnaire avait eu une idée en tête, connaissant le caractère de Grimm Lock, il allait jouer sur le côté extravagant de ce dernier. Accourant à toute vitesse, le jeune révolutionnaire se mit à crier le nom de « Grimm Lock » à perte d’haleine et en répétant cela plusieurs fois tandis que les passants s’arrêtaient pour regarder Juza. Le regardant comme-ci il était fou. En criant le nom de ce pirate primé pour 17 millions de Berry, Juza essayait d’attirer son attention. Il se dirigea ensuite vers l’une des places les plus fréquentés, la fameuse place ou se tenait l’échafaud sur lequel Gold Roger avait perdu la vie. Accélérant les pas de courses, le jeune révolutionnaire arriva à quelques mètres de l’échafaud qui était gardé par une troupe de la marine. Juza força le barrage en bousculant violemment les membres de la marine, ceux-ci avaient été projeté violemment au sol. Juza escalada rapidement ensuite l’échafaud légendaire, lieu d’exécution du Seigneur des pirates légendaire. Une fois au sommet de l’échafaud Juza prit une énorme inspiration et s’écria à perte d’haleine de toutes ses forces :



« GRIMM LOCK !!! MONTRE TOIIIIII !!!!! C’EST MOI JUZAAAAAA !!!! »



Hurlait-il tel un fou.  Sa voix résonnerait dans les environs, toutes les personnes présentes regardaient maintenant vers l’échafaud, même la marine eut un temps d’inactivité se contentant de regarder béatement le jeune révolutionnaire. Malgré toute la foule présente, un silence pesant s’installa, plus aucun bruit, plus aucun pas, seulement le vent qui soufflait en faisant disparaître peu à peu l’écho de la voix de Juza. C’est alors qu’après quelques longues poignées de secondes, un homme s’avança en sortant de la masse. Il portait un long manteau sombre avec une capuche, sa tête en était entièrement recouverte. La mystérieuse personne releva la capuche d’un coup pour dévoiler finalement soin visage. Belle surprise, Grimm Lock à ce moment là se trouvait dans les parages et bien évidemment il avait entendu et reconnu la voix de son vieil ami d’enfance. Puis surtout le prénom « Juza ». Le jeune révolutionnaire baissa le regard et les gens avaient fait de même en regardant Grimm Lock qui s’était démasqué de lui-même. D’un large sourire, le pirate primé pour 17 millions de Berry s’adressa à son ami d’enfance avec une arrogance et un charisme plutôt remarquable, sa voix était imposante et il était très clairement sur de lui malgré la présence de la marine :


« TAHAHAHAHAHA !! Bon sang quelle surprise de te voir ici. Toujours aussi immature à ce que je vois Juzette ! Tu n’a vraiment pas changé, tu es toujours le même ! Qu’est ce que tu deviens ? Toujours à suivre ce nindô stupide de l’Oréal ? »



S’adressant avec fougue à Juza, Grimm Lock avait immédiatement reconnu son ami d’enfance. Son rival lorsqu’ils vivaient tous les deux à Jaya. Avec une prime de 17 millions de Berry et une réputation dans tout East Blue il était clair que Grimm Lock avait pris de l’avance comparé à Juza. Le jeune révolutionnaire esquissait un large sourire en voyant son ancien ami. Lui aussi il n’avait pas changé, il était toujours aussi arrogant et confiant. Cependant maintenant que tout le monde voyait au grand jour Grimm Lock, la foule se mit à paniquer lorsqu’un d’eux faisait le rapprochement avec l’avis de recherche de cet homme très répandu sur les murs et les bases de la marine :


« OH MY GOD !!! C’EST LE TERRIBLE GRIMM LOCK !! L’OGRE D’EAST BLUE !!! FUYEZ OU IL VA TOUS NOUS TUER !!! JE NE VEUX PAS AVOIR DE BOBO !! VITE FUYONS !! »



Pris de panique la foule se dissipa sous les cris de terreur, on pouvait voir tout le monde évacuer les lieux de la place de l’échafaud, les gens avaient eu une peur bleu de Grimm Lock. Il fallait dire que son visage était animé par la férocité et une certaine aura de frayeur se dégageait de ce pirate. Juza en était presque admiratif. Depuis qu’il avait rencontré Goyah, une pensée lui trottait dans la tête « Et si je devenais pirate ? ». Cette question s’intensifia dans l’esprit de Juza en revoyant Grimm Lock son ami d’enfance de Jaya. Mais ce n’était pas le moment pour ça, Juza rétorquerait aussitôt à son ancien ami d’enfance :


« Héhé L'esprit de l'Oréal parce que je le vaux bien. Apparemment tu t’es fait un nom avec le temps, mais ne fait pas trop le fier. »



« On est tout de même sur East Blue, l’endroit le plus calme et ou les hommes sont les plus faible. Moi aussi si je l’avais voulu, j’aurais eu une prime de 20 millions de berry bouffon ! »


Dans ce petit échange sympathique on pouvait voir la rivalité entre les deux amis d’enfance renaître comme au bon vieux temps. Pendant ce temps là, les membres de la marine présent avaient fuit eux aussi, beaucoup trop effrayé par Grimm Lock et surtout parce qu’il n’était pas en effectif suffisant pour faire face à un pirate de ce calibre. Un des soldats de la marine qui était présent allait se charger de rapporter l’affaire au colonel de la base de Logue Town via un escargophone.


« Ici le sergent Cops, je déclare un état d’urgence de code rouge, le pirate Grimm Lock primé pour 17 millions de Berry, l’évadé de Tequila Wolf se tient actuellement devant l’échafaud sur la place centrale, pas celle du marché. Les gens ont pris peur et on fuit, le festival s’annonce plutôt mal ! »



« Il est apparemment aussi accompagné d’un complice, son identité reste inconnue, mais son prénom est Juza. Je demande immédiatement des renforts pour appréhender les deux suspects ! Vite ou on va avoir très Bobo !»


Le sergent était essoufflé et effrayé. Grimm Lock avait fait réellement une forte impression sur East Blue. De l’autre bout du fil, en direct de la base de Logue Town, le colonel en personne avait pris l’appel en urgence. Prenant le combiné après avoir été avertit par un soldat de la marine à l’accueil, il allait immédiatement rassurer le sergent afin que ce dernier ne sombre pas dans l’incompétence :


« Calmez-vous sergent ! Bon c’est une situation très gênante car le Vice-amiral Salopette arrive dans 15 minutes. Si je ne règle pas très vite cette affaire avant son arrivée, je risque de perdre ma place de Colonel et d’être rétrogradé. On a 15 minutes pour régler ça, j’arrive avec des renforts ! Tenez bon et essayé de gagner du temps pour ne pas qu’il puisse s’enfuir ! On arrive dans deux minutes. »



Le Colonel de la marine raccrocha le combiné et le sergent réunit les hommes qui l’avaient accompagné sur la place publique. Les quelques soldats présent étaient armés de fusil, ainsi que d’un gros canon à visé précise et optimale qui était braqué en direction de Grimm Lock. Les soldats de la marine allaient gagner du temps pour que le Colonel puisse appréhender lui-même les deux suspects.


« NE BOUGEAIENT PLUS !! NOUS ALLONS PROCÉDER A VOTRE ARRESTATION ! VEUILLEZ COOPERER OU NOUS FERONS FEU SANS AUCUNE PITIE !! »



Juza se tenait toujours sur l’échafaud tout en haut, et il avait complètement oublié la présence de la marine tellement il était excité de retrouver quelqu’un de son passé tourmentée. Malheureusement la situation avait déjà sérieusement dégénéré. D’autant plus qu’en renvoyant Grimm Lock, Juza avait vite compris que celui-ci ne se rendrait jamais. Son regard était animé par la violence et l’appel du sang. Finalement le jeune révolutionnaire n’allait pas pouvoir tenir sa promesse. Malgré cela il allait tout de même tenter de raisonner le pirate primé :


« Ecoute Grimm ! Tu n’ignore pas que d’un instant à l’autre le vice-amiral Salopette risque de se ramener ici rapidement. On a encore le temps de fuir et de quitter cette île ensemble, j’ai un pote aux tétons magnifique qui nous aidera à fuir rapidement avant l’arrivé de ce faut gradé de la marine. »



« Je sais que t’es venu foutre le bordel ici pour faire grandir ta notoriété, alors abandonne c'est pas le moment. Faire face à un Vice-amiral s’est complètement insensé mon vieux. On est encore trop faible pour ce genre d'exploit ! »


Dit-il sur un ton sérieux, tentant de convaincre son ancien ami d’enfance. Cependant Grimm Lock n’était pas du genre à ce rendre. Il s’agissait d’un homme extrêmement orgueilleux et fier. Pour la fuite n’était pas quelque chose de stratégique, mais plutôt quelque chose de déshonorant. Fidèle à sa réputation, fidèle à son titre de pirate primé, il allait agir avec une sauvagerie et une violence rare. Il se jeta sur les soldats de la marine tout en ignorant complètement les dires de Juza. L’un des soldats avait feu avec le canon, le bruit de l’énorme détonation résonnerait dans toute l’île. Même Goyah l’entendrait de là ou il se tenait durant son combat contre Kalashnikov. Grimm Lock esquiva aisément le tir de canon pour s’en prendre à ces derniers en infligeant des coups de poing surpuissants. Grimm Lock avait la capacité de posséder une force surhumaine. Il était un combattant au corps à corps spécialisé dans le combat libre « free Fight ». Dans son style de combat des rues, il fracassa un à un chaque soldat de la marine avec panache et énergie.





« Ta gueule Juza ! Fuck la marine ! On va tous se les faire poto ! Ok !? »



« Je suis venu ici pour créer mon propre équipage pirate et il n’est pas question que je repars d’ici sans au moins quelques Nakamas ! Rejoint moi et tu pourras suivre ton stupide nindô du l’Oréal ! TAHAHAHAHA !! Grimm Lock est dans la place ! »


Se comportant tel un voyou des cités, Grimm Lock avait anéantit en un rien de temps les soldats de la marine qui s’étaient dressait devant lui. Il avait même proposé à Juza de le rejoindre afin de former un futur équipage pirate. Juza ne répondrait pas, il ne voulait pas dire à Grimm Lock qu’il était devenu un révolutionnaire afin de ne pas le décevoir.  Cependant ce petit contre temps avait permis aux renforts d’encercler déjà la place de l’échafaud. On pouvait voir une centaine de soldat de la marine se déployer en cercle pour fermer la zone. En voyant tous les soldats présent Grimm Lock s’était mit à rire, frissonnant, vibrant, tout excité à l’idée de fracasser du marine. Il était effrayant et depuis Jaya il avait bel et bien changé. Par le passé il n’était pas aussi brutal et violent. Il était certes une tête brûlée mais là s’était clairement un amour du danger qui l’animait. Voyant que tout était foutu Juza ne pu s’empêcher d’exprimer sa déception quant au fait que son plan était totalement tombé à l’eau pour raisonner Grimm Lock :


« Quel con…Je suppose qu’on est foutu maintenant…Et dire que Goyah et moi-même n’étions pas censé attiré l’attention…C’est encore râpé pour cette fois-ci… »



Les soldats par centaines tenaient en joug Juza et Grimm Lock par le biais de fusil lambda tandis qu’un homme se rapprocha de l’échafaud. Il s‘agissait du colonel de la marine, le Colonel Zashi, le chef de la base de Logue Town réputé pour sa puissance hors norme. Le colonel voulait vite en terminer avec Juza et Grimm Lock avant l’arrivée imminente du vice-amiral de la marine Salopette. Plus que 10 minutes avant l’arrivée de ce haut gradé de la marine, plus que dix minutes pour le Colonel Zashi de régler cette histoire. Si jamais le vice-amiral s’apercevait du moindre trouble sur Logue Town, le colonel perdrait sa place à coup sur. Qu’allait-il se passer ? Juza et Grimm Lock allaient-ils s’unir dans le combat ou dans la fuite ? Et puis est ce que Goyah s’en sortirait indemne contre cette folle hystérique des Guns Ho Guns ? La situation était encore plus périlleuse et encore plus délicate que sur Grogywood. S’était soit la mort ou au pire des cas l’emprisonnement à vie à Tequila Wolf pour cause de trouble publique lors du festival anniversaire de la mort de Gold Roger. A suivre…














Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !

_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goyah Adams Jr.
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 113
MessageSujet: Re: 4 Tétons à Logue Town Mar 22 Juil - 19:43




Un travelo-gay surprenant ...
____________________________________________
 





- Ah ! Ah ! Tu te débrouilles plutôt bien, Géant d'Or !! Tu alternes tes transformations suivant la situation ! Mais c'est inutile !! " Lara " et " Vladimir " auront raison de toi ! C'est la fin pour toi !!

Le combat s'éternisait. Il dura déjà depuis plusieurs et j'étais bien mal en point. La garce prenait son temps pour me tuer. Ses cartouches à gros calibres capables de transpercer le cuir d'un rhinocéros m'avaient littéralement lacéré la peau. Elle tirait des salves si précises, qu'elle pouvait littéralement faire des blessures semblables à des coups de sabre. Des pieds à la tête, j'étais recouvert d'entailles profondes, comme si j'affrontais un épéiste. Et j'avais par ailleurs perdu énormément de sang. Et je sentais mes forces me guider. Je ne pouvais rien faire. A chaque fois que je sortais de ma cachette, je me faisais forcément toucher. Je devais avouer qu'elle ne jouait pas dans la même catégorie de son frère. Son armement était beaucoup plus sophistiqué, et sa maitrise du " Finger Tact " l'était aussi. J'étais pris au piège. Cette diablesse allait avoir ma peau. Mais je devais l'occire. Car si elle me passait sur le corps, Juza serait alors à sa merci. Et pas question de laisser celui que j'avais nommé chevalier des tétons entre ses griffes. Le problème majeur était qu'elle faisait partie des Guns Ho Guns, et donc qu'elle s'était frotté à un tas de bandits dangereux sur East Blue. La différence de niveau était encore trop grande. Alors que je m'apprêtais à lancer un ultime assaut, les tirs à répétition se turent. Et pour cause, non loin de moi se tenait Ursulo de Sade, accompagné d'un autre travelo-gay ainsi que d'une étrange machine.




- Alors mon Choupinou aux tétons dorés ? On a oublié son chouette copain Ursulo ? Je viens en renfort avec cette machine de ma création. Comment ai-je amené cette meveille jusqu'ici me diras-tu ? Eh bien j'ai placé une planche à roulettes en dessous, que mon Michou d'amour à dû tirer à quatre pattes à l'aide d'une laisse qui le liait à la machine. C'était très excitant puisque c'était moi le cavalier, et lui le cheval hou hou hou ...
- On m'appelle God Michel.
- Silence, mon Choupichou. Il est temps de rabattre le caquet à cette horrible femelle. Mon dieu, rien que de les voir, cela me donne envie de vomir.
-  Qu'est ce que vous fichez ici ?
- J'ai changé d'avis. Je ne tenais à perdre de précieux tétons comme les tiens héhéhé ...
- Tsss ! Voilà donc le célèbre Ursulo de Sade. Ton auberge le " Gay Friendly " connait une réputation grandissante partout dans le monde. On dit que les plaisirs interdits pratiqués lors de tes légendaires " Afters " n'ont pas d'autre pareil dans le monde ... Mais tu ne sais pas dans quoi tu t'es embarqué. Je suis Kalashnikov, des Guns Ho Guns, et voici " Lara " et " Vladimir " les Mitrailleuses Jumelles.

Ursulo appuya d'un coup sur le bouton de sa curieuse machine mais rien ne se produisit. Enfin, pas exactement. La machine ne question n'était pas une arme, elle se contentait de diffuser des cris abominables. Des cris inhumains pour ainsi dire. Visiblement des hurlements masculins très tendancieux. Ils oscillaient entre orgasmes et cris de douleur. Au moins, l'effet escompté fut immédiat. On lisait une expression terrifiée et haineuse de la part de Kalashnikov. Elle répliqua en tirant vers la machine avec ses deux fusils. Cette dernière explosa en mille morceaux, et dans la fusillade, God Michel fut criblé de balle et perdit la vie sur le coup. Quant à Ursulo, il avait esquivé avec habileté. La chasseuse de prime cessa le feu un instant.




- Qu'est ce que c'était cette horreur ?
- Une machine qui fonctionne avec un coquillage capable d'enregistrer et de diffuser les sons. Je l'ai découvert pendant mes voyages de jeunesse sur Grand Line. Ce que tu as entendu ce sont tout ce que mes choupinous ont crié et hurlé entre mes gros doigts velus pendant un des mes merveilleux After. Ou entre mes instruments hé hé ... C'était histoire de t'inquiéter. C'est chose faite. Laisse tomber Tétons d'Or. Il n'est pas de taille face à toi. Frotte-toi plutôt à la grosse canaille que je suis. Car tu viens te tuer mon esclave sexuel du soir ! Tu vas me le payer !!
- Avec plaisir, travelo de mes deux.

Okama-Kenpô : Douleurs exquises !!

Ursulo sortit de son pantalon et de son slip des dizaines d'outils moyen-âgeux de tortures. Il y avait d'énormes pinces, des marteaux, des fouets piquants, un livre de BHL ... Et c'est alors que le combat commença véritablement. Le travelo-gay s'élança dans les airs, et sans sourciller, il esquiva les tirs de Kalashnikov. C'était à proprement parler hallucinant. Après plusieurs pirouettes dans les airs, il se propulsa à partir d'un mur et fusa droit vers cette tueuse professionelle. Lorsqu'il la percuta, elle recula sur plusieurs dizaines de mètres en arrière. Mais le travelo-gay n'allait pas en restait là. Il agrippa le cou de sa victime avec son fouet piquant, tira d'un coup sec afin de lui coller la face contre terre avant de lui infliger une série de coups de matraque électrique. La femme hurla et lâcha ses deux précieuses armes. Puis il la retourna sur le coté, et lui arracha un bout de gorge avec son énorme pince. Le sang de la pauvre bougresse coula à flots, générant ainsi une énorme flaque. Au final, Kalashnikov s'effondra dans celle-ci, sans vie, sans avoir pu accomplir sa vengeance.

- Mon petit chou, sache que je t'ai sauvé juste pour tes tétons. Tu as une dette envers moi, et un jour ou l'autre tu devras me laisser te léchouiller tes tétons. Mais pas aujourd'hui. Cours vers la Grand-Place, celle de l'échafaud. Là-bas, ton amoureux est en danger. Il est en train de combattre la marine.
- Sauf que ce n'est pas mon amou...
- Ne t'inquiète pas, Adams-chou. Ton secret sera bien gardé avec moi. Prends ton envol tel un aigle aux tétons pendants et sales.
- Oui mais ...
- N'en dis pas plus, guerrier aux tétons d'or. Sauve celui qui t'a été promis. Sauve-le des griffes de ces coquins de la Marine ... Je ne peux que te souhaiter bonne chance pour la suite ... Ayez beaucoup d'enfants et soyez heureux toute votre vie. Prends cette pommade dont j'ai le secret de fabrication. Elle fera ciatriser partiellement tes vilaines entailles. Assez pour arrêter le saignement. Maintenant je dois annoncer à mes esclaves du " Gay Friendly " que God Michel est mort.

Puis Ursulo de Sade se retira, laissant le cadavre égorgé de Kalashnikov, baignant dans une marre de sang. Le travelo-gay était recouvert d'hémoglobine de la tête aux pieds. Il était effrayant de voir à quel point il avait pu vaincre cette femme avec autant de facilité alors que celle-ci était une professionnelle. Qui était vraiment Ursulo de Sade. Mais pour l'heure, ce n'était pas le moment de ce préocuper de mon sauveur. Je devais me résoudre à m'appliquer sur tout le corps ce liquide blanchâtre et transparent dont la provenance ne faisait guère de doute. Mais bon, si cela faisait cicatriser en partie les blessures, c'était toujours bon à prendre. Un fois que le tube fut vidé, je me dépêchai de me rendre à la Grand-Place.

Un coup de canon se fit entendre. Il y avait du grabuge. Prudemment, je me faufilai à travers la foule qui était plutôt encline à voir la Marine neutraliser des forbans. Rapidement, je trouvai Juza tout près de l'échafaud, aux côtés d'un autre jeune homme, à peu près de son âge, certainement Grimm Lock. Tous deux encerclés par des soldats de la Marine. Je me rapprochai au maximum de cette petite construction qui avait servi à exécuter le Seigneur des Pirates en personne. Sur celui-ci, se trouvait un homme vêtu d'un long manteau blanc sur lequel figurait plusieurs galons. Certainement un officier. Il fallait s'en méfier. Il était hors de question que Juza, ce chevalier tétonique pratiquant du nindô L'Oréal parce qu'il le valait bien ne devienne une victime de l'officier de la Marine. Il fallait s'en débarasser. Soudainement, je pris ma forme complète de Daibutsu géant à quelques mètres de l'échafaud.




- Acclamez le prêtre de la Voie des Tétons, acclamez les tétons d'or, acclamez-moi, indignes ! Acclamez Goyah le Majestueux !!

Ni une ni deux, je détrusit les piliers de bois qui composaient l'échafaud de deux énormes coups de poings, dans le seul but de me débarasser de l'officier. La chute lui avait-elle été mortelle ? Avait-il survécu ? Peu m'importait, car ce n'était pas le moment de réfléchir. J'étais déjà sérieusement blessé. Et pire, mon épaule gauche m'élançait terriblement. La blessure d'Aboragogmex semblait s'être réveillée en guise de représailles. Les soldats Marines furent tous terrifiés de voir un géant en or apparaitre sous leurs yeux. Tous braquèrent leurs fusils sur moi, permettant ainsi de faire diversion. Je n'avais pas prévu ça. En choeur, ils firent feu. Heureusement pour moi, cette forme de bouddha rendait ma peau extrêmement épaisse. Certes, elle n'avait pas résisté aux cartouches de gros calibre des " Mitrailleuses Jumelles " de Kalashnikov, mais je pouvais survivre face à des armes de type standard. C'était comme si on vous enfonçait des dizaines de grosses aiguilles d'un coup sur tout le corps, pour vous faire un ordre d'idée. C'était extrêmement douloureux, faisait perdre pas mal de sang, mais ne tuait pas. Après la première salve, les soldats se mirent à recharger leurs pétoires qui semblaient sortir d'un autre âge à côté de " Hiroshima ", " Lara " et " Vladimir ". C'était le moment idéal pour lancer un nouvel assaut. Foudroyé par la douleur,et en voyant certaines de mes multiples entailles s'ouvrir de nouveau, ma furie n'en était qu plus intense. Comme un animal furieux, je me mis à balayer à grands coup de bras tous ceux qui se trouvaient devant moi. Qu'ils étaient soldats ou civils. Puis à la manière d'un gorille, je martelai le sol, écrasant comme des inscectes ceux qui étaient sur mon chemin. La douleur était insuportable.

- RAAAAAAAH !!! JUZA !!!! COURS !!! Tu es un Chevalier Tétonique du Saint Ordre Divin et Sacré des Tétons de Sang, d'Or et de Diamant !! Tu ne dois pas mourir, car tu ton existence-même est aussi divine que celle d'un saint !! Pense à tes cheveux ! Tu pourrais les perdre de nouveau et jamais je n'accepterai cela !! Fuyez pauvres fous !




_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 102
Messages : 192
Localisation : In The Sea
MessageSujet: Re: 4 Tétons à Logue Town Jeu 24 Juil - 0:31








“ Logue Town ! „




G a m e _ O v e r !


Comme on pouvait s’y attendre le pirate primé pour 17 millions de berrys avait commis l’erreur à ne pas commettre. Il s’était attaqué directement à la marine sans jamais penser aux conséquences. Et malheureusement peu après très vite les renforts étaient arrivés. La marine avait encerclé toute la zone et en plus de cela le colonel de la base de l’île s’était déplace en personne. Le Colonel Zashi anciennement contre-amiral de la marine à la base G8 sur Grand Line. En effet il avait déjà été rétrogradé à cause de sa trop grande violence et de son débordement quant à son excès de rendre la justice. Redevenant ainsi colonel de la marine en ayant été affecté à la base de Logue Town. S’était dire si ce membre de la marine était puissant, respecté et craint. Le coup canon qui avait été tiré précédemment attira l’attention de Goyah qui était arrivé jusqu’ici saint et sauf. Il s’était faufilé discrètement pour ainsi agir avec panache et fougue comme à son habitude. Il s’était dressé face à l’adversaire tel un téton qui se redresserait après avoir frémit au froid intense. Juza avait été d’ailleurs très surpris de voir aussi tôt son ami tétonique venir à la rescousse. En avait-il finit avec « Kalashnikov » ? Ces blessures en tout cas pouvaient témoigner de la sauvagerie de son combat.




Même avec son bras gauche en moins il s’était débrouillé pour s’en sortir. Décidément les hommes de l’empire Ming ne manquaient en aucun cas de ressource et ils possédaient une forme olympique. Tout le contraire de Juza qui était plutôt frêle et largement moins bien bâtit que son camarade. Bref le spectacle allait une nouvelle fois commençait. Ignorant la douleur et les blessures, Goyah avait pris sa forme de bouddha géant. Une forme toujours aussi impressionnante et effrayante pour ceux qui ne l’avaient jamais vu à l’action. Une fois sous sa forme, Goyah demanda à ce qu’on l’acclame. Sans attendre Juza se mit torse nue en enlevant sa chemise et en faisant refroidit ces tétons pour les faire redresser. Tel un écuyer qui viendrait saluer son maître d’arme il acclamerait Goyah en levant les bras et en bombant le torse pour mettre en avant ses deux tétons qui avaient été durcit. Une fois prêt, Goyah s’était mit à détruire les piliers en bois qui soutenait l’échafaud par coups de poings successifs afin de mettre en difficulté l’officier de la marine. Cependant le Colonel de la marine avait immédiatement réagit en esquivant les poutres de bois avec une agilité et une rapidité remarquable, les mains dans les poches en plus de cela. On pouvait constater son expérience en tant qu’ancien contre-amiral de la marine à l’œuvre.




Les soldats de la marine s’étaient mis à leur tour à attaquer en faisant feu sur Goyah. Les balles d’un autre âge comparé aux balles des Guns Ho Guns n’allaient pas inquiéter le géant d’or aux tétons, car sa peau d’or ferait ricocher ces dernières sans difficulté. Néanmoins, Juza et Grimm Lock se lanceraient à leur tour dans la bataille en s’attaquant aux soldats de la marine qui se trouvaient à leur porté. Grimm Lock utilisait sa force surhumaine et son style de combattant des rues pour terrasser le plus de soldat possible. Juza lui aussi se jetterait corps et âme dans la bagarre au corps à corps sans utiliser son pouvoir. Il voulait montrer à Grimm Lock que lui aussi il pouvait se battre à main nue sans pour autant se reposer sur son logia de la glace. D’autant plus que les marines avaient été encore un peu plus effrayé lorsqu’ils avaient vu que les balles et les épées traversaient le corps de Juza sans jamais rien lui faire. Ils avaient compris que lui aussi était un possesseur de fruit du démon. Et le colonel de la marine Zashi l’avait remarqué pendant le tumulte des combats. Voyant qu’il avait à faire à deux utilisateurs de fruit du démon peu commun et extrêmement rare, l’officier de la marine avait enfilé des gants en granit marin qu’il avait sortit de sa poche arrière de son pantalon.




Etant donné que Logue Town était visité par de nombreux pirates, ils n’étaient donc pas étonnant de voir ce membre de la marine équipé par des gants en granit marin. Pendant ce temps là Goyah se déchainaient avec la rage, supportant les douleurs et souffrances de ses nombreuses blessures. Juza serra les dents voyant que son ami était en mauvaise état, il allait immédiatement tenter de le rejoindre mais fut bloqué par un nouveau mur de soldat de la marine qui faisait bloc contre lui. Le jeune révolutionnaire sans attendre déposerait ses deux mains au sol pour congeler la surface de combat sur un rayon de vingt mètres. Les soldats de la marine avaient maintenant les jambes congelés, ne pouvant plus bouger ni faire aucun mouvement pendant que Goyah se déchainaient toujours autant tel King Kong le Kaiju de seconde zone martelant le sol avec fougue et énergie. C’est alors que son ami hurlait à l’attention de Juza en lui demandant de fuir et de profiter de l’occasion pour quitter cet enfer. Le courage, la loyauté et l’honneur de Goyah avait donné des ailes à Juza et justement il n’allait pas fuir. Il accourra plutôt dans la direction de Goyah pour le tirer d’affaire suivit de près par Grimm Lock qui se trouvait maintenant au côté de Juza pour l’épauler. Juza s’était préparé à lancer l’une de ses attaques de glace dont il en avait le secret mais malheureusement s’était trop tard pour faire quoi que se soit. Tout allait se terminer en un seul coup et en une seule intervention :





« Soru ! Pie Y Puño !! » (Pied et poing)



A une vitesse ahurissant et en une fraction de seconde, le colonel Zashi avait utilisé l’un des techniques tant prisé du Cipher Phol 9 le soru permettant un déplacement quasi instantané à très grande vitesse. Prenant  de vitesse et à contre pied ses adversaires,  il avait envoyé un coup de pied surpuissant dans le visage de Grimm Lock et un coup de poing dévastateur directement au niveau de l’estomac de Juza. Le coup avait fait mouche concernant Juza puisque il était équipé d’un gant en granit marin qui annihilerait les pouvoirs du jeune révolutionnaire rendant ainsi inutile son logia. Les aptitudes de l’ex-contre-amiral étaient hors norme. Et bien évidemment Juza et Grimm Lock ignoraient tout du soru et du Rokushiki en règle générale. Une fois Juza et Grimm Lock totalement neutralisé et incapable de bouger, le colonel ignora ceux-ci pour maintenant se diriger vers l’immense Goyah. Les deux amis d’enfance ne pouvaient maintenant rien faire d’autre que d’accepter cette lourde défaite en seulement quelques secondes.


« Kof ! Kof…Bordel...Ça par contre, ça fait très très mais très bobo….Ma nuque…Arghh….Je…j…. »



Laissant échapper à peine quelques mots, Grimm Lock sombra dans l’inconscience plongé maintenant dans un coma profond. Apparemment sa nuque en avait pris un sacré coup étant donné qu’il avait encaissé un coup de pied magistral et titanesque. De son côté Juza aussi n’en revenait pas, il était sous le choc. Depuis sa défaite contre Hizamo la chienne des quartiers délabrés il n’avait jamais autant souffert d’un coup tel que maintenant. La douleur était insoutenable et son estomac semblait comme complètement écrabouillé. Il crachait énormément de sang, beaucoup trop même, il était peut être en train de faire une hémorragie interne. Sans aucun doute que l’un de ses nombreux organes avaient du être touché plus sévèrement que les autres. Cependant le jeune révolutionnaire avait repris son courage à deux mains tout en voyant le colonel Zashi se diriger vers le pauvre Goyah qui jusqu’ici avait fait preuve de force et d’héroïsme.


« Guuuaargh…..Attend sale…Je suis un chevalier tétonique du s…. »



Ne pouvant même pas continuer sa phrase Juza s’effondra à son tour pour plonger dans l’inconscience, crachant une fois de plus au passage un filet de sang au sol. Il était lui aussi maintenant dans un coma profond. Il ne pouvait plus rien faire pour Goyah qui était livré seul à lui-même. Même dans l’inconscience de Juza celui-ci s’en voulait d’avoir entraîné son ami tétonique dans une situation aussi tétonesque. Les regrets l’acculaient déjà dans son subconscient même à la frontière de la mort. Alors que le Colonel Zashi était déjà arrivé à hauteur de Goyah pour tenter de lui porter un coup surpuissant quelqu’un d’autre avait fait son entrée. Une entrée pleine de panache et d’énergie. Il s‘agissait du vice-amiral Salopette qui avait assisté à la scène de combat depuis le port après avoir accosté. En effet l’heure du festival avait été dépassé et une fois arrivé à Logue Town il avait été avertit du grabuge causé par ici. Il allait donc vite régler cette affaire afin que le festival ne prenne pas de retard. Il avait donc soudainement apparut dans le dos immense de Goyah sous sa forme de Daibutsu géant et il lancerait alors de plein fouet :




« Rokuougun !!! »



Le vice-amiral de la marine répondant au nom de Salopette n’y était pas allé de main morte avec Goyah. Il avait même carrément abusé puisqu’il venait d’utiliser la plus puissante technique du Rokushiki à savoir le dévastateur « Rokuougun ». Le Vice-amiral salopette avait déposé ses deux paumes de main contre la colonne vertébrale de Goyah pour ensuite utiliser sa technique semblable une sorte de décharge d'énergie très puissante dans le même esprit qu’un impact dial. Il avait affaiblit la porté de son attaque en déposant seulement ses paumes de mains et non ses poings puisque en temps normal le technique était utilisé avec les poings. Il ne voulait pas tuer Goyah et voulait procéder à son arrestation. Selon lui s’était le meilleur moyen de punir les criminels. L’emprisonnement à vie, privant ainsi l’homme de sa liberté tout en étant vivant, la pire des choses pour un pirate que d’être privé de sa liberté. Bref, Goyah serait projeté à l’autre bout de la ville tellement l’attaque avait été puissante malgré les effets amoindris de la technique.  Cela prouvait à quel point les vice-amiraux étaient effrayants et à quel point le gouffre qui séparait les débutants aux combattants confirmés était grand.






Les habitants de Logue Town en restait bouché bée et silencieux tandis que Goyah devait traverser péniblement chaque bâtiment malgré lui, lui causant infiniment plus de dégât. Lui aussi tout comme Grimm Lock et Juza il sombrerait dans un coma encore plus profond que les deux autres. Il avait eu cependant « l’honneur » d’être arrêté de la main d’un vice-amiral et ce n’était pas rien à ce stade de ce voyage. Le vice-amiral de la marine se dirigea ensuite vers quelques habitants qui avaient été témoin  de la scène et il s’écria alors :



« GAHAHAHAHAHA !! La marine sera toujours là pour vous protéger très chers habitants ! Et comme disait mon ancien instructeur Makkura-Sama, la Justice se doit être rendue avec panache et énergie. Une Justice qui ne pardonne pas ! Une Justice qui fait Bobo aux méchants ! GAHAHAHAHAHA !! Que le festival commence !! »



Dit-il les bras croisés d’une voix rauque et puissante. Sa stature et sa carrure étaient impressionnante et il dégageait une aura qui le rendait comme indestructible. Les habitants s’étaient mis à hurler de joie en scandant le nom du vice-amiral Salopette. L’acclamant puis l’applaudissant, les soldats de la marine avaient complètement fermé la zone pour immédiatement passer à sa rénovation tandis que le reste de la population se dirigerait vers l’autre place ou se déroulait le festival à l’autre bout de la ville. Le colonel Zashi ne pouvait rien faire mise à part constater les dégâts dans la ville :


« Oui mais Makkura-Sama n’était pas aussi irréfléchi que vous Salopette-Sama…Bon sang je sens que mon rapport ne va pas plaire à mes supérieurs et que je vais encore être rétrogradé à cause de cette histoire…Tant pis. »



« Soldats ! Envoyez le corps de Grimm Lock jusqu’à la base G8. Quant aux deux autres, vous allez relever leurs identités et mettaient leurs des menottes en granit marin puisqu’ils sont des utilisateurs de fruit du démon. Nous allons les transférer à Tequila Wolf. Des travaux forcés à vie leur feront le plus grand bien ! »


Le jugement était donc rendu là tout de suite. Grimm Lock serait transféré dans une prison sur la base G8 au cœur de Grand Line tandis que Goyah et Juza seraient immédiatement emmenés sur l’île de Tequila Wolf afin d’y être enfermé à vie pour exécuter des travaux forcés et pour participer à la construction d’un pont qui avait commencé déjà il  y a plus de 800 ans. Ou plutôt 1000 ans maintenant après l’ère de Monkey D. Luffy. Les soldats de la marine avaient ramené les corps de Juza et de Goyah et ils avaient été attachés par des menottes en granit marin. Ils étaient toujours tous les deux plongés dans un profond coma. Ils seraient immédiatement emmenés sur un vaisseau de frégate de la marine pour être transférer sur Tequila Wolf. Une fois arrivé là bas ils recevront des soins et leurs identités seront officiellement connues de la marine. Ils seraient officiellement des criminels maintenant aux yeux du gouvernement mondial et de la marine. En voulant porter secours à son ami d’enfance, Juza avait signé l’arrêt de mort de sa propre vie mais aussi celle de son camarade Goyah. Peut être même que son ami lui en voudrait pour cette faute de calcul impardonnable lui qui se disait stratège pourtant. Dans tous les cas Juza assumerait et il comprendrait parfaitement si Goyah lui en voudrait à cause de cette situation totalement chaotique.


Suite : Tequila Wolf !















Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !

_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 4 Tétons à Logue Town

Revenir en haut Aller en bas

4 Tétons à Logue Town

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: East blue :: Logue Town-